• Contes à dire, contes à lire (2)

    Contes à dire, contes à lire (2)

    Plusieurs contes d'un coup, parce que, finalement, ça va vite et c'est simple à faire. En voici donc cinq, les uns très simples, propres à être racontés en maternelle et lus au CP ou en début de CE1 (2.La maison que Pierre a bâtie, 3. Les trois ours, 4. La vieille femme et le cochon récalcitrant) et d'autres plus compliqués, qui ne pourront être intéressants en maternelle mais pourront plaire et donner matière à réfléchir aux plus grands (5. Le poêle de Nuremberg, 6. La Rivière d'Or).

    Le plus long sera d'expliquer comment, en un à cinq épisodes, on en fera un tour rapide mais néanmoins efficace... Mais en les prenant un par un, ça devrait être possible.
    Je mets le « guide pédagogique » ici, mais si vous le souhaitez, je pourrai l'éditer en .pdf plus tard.

    2. La maison que Pierre a bâtie

    ♥ Sous forme de conte raconté ou lu :

    Une histoire qualifiée d'accumulative par Miss Sara Cone Bryant (voir  Racontamus, écoutatis, comprenunt (4)).

    Dans les petites classes (PS, MS, GS), se munir de matériel (objets ou illustrations sur feuilles cartonnées indépendantes) si les élèves ne sont pas habitués à « se faire des images tout seul dans sa tête », ce qui restera cependant le but recherché :

    • une maison avec un grenier apparent ; un sac de farine ; un rat ; un chat ; un chien ; une vache ; une servante ; un méchant brigand ; un bon monsieur ; un coq ; Pierre

    Ces personnages servant somme toute très peu, ce n'est pas la peine de consacrer un temps infini à leur fabrication.
    En revanche, ils sont d'une utilité capitale pour fixer l'attention des enfants peu habitués à écouter sans voir.
    Le jeu sera, au cours des différentes histoires que nous lirons, d'apprendre aux enfants à se dispenser progressivement de ces « béquilles ».

    Ainsi pour cette histoire-là, on pourra, au lieu de personnages réels, présenter les images cartonnées (dont certaines peuvent être récupérées dans les boîtes à mots décrites ici).

    On pourra aussi, avec des enfants plus habitués à mobiliser leurs capacités auditives et leur attention, simplement mimer d'un geste simple les différents protagonistes de l'histoire :

    • maison : un toit représenté par les deux mains au-dessus de la tête
    • farine : la main en creux qui montre... censément un peu de farine mais rien en réalité !
    • rat : museau pointu et longues moustaches (nez qui bouge, bouche pincée et index et majeurs qui frétillent de chaque côté du nez)
    • chat : oreilles pointues
    • chien : air réjoui et langue pendante
    • vache : cornes, bien sûr !
    • servante : petit air content, mains qui traient dans le vide
    • méchant brigand : air féroce et bâton brandi
    • bon monsieur : air poli, petite révérence
    • Pierre : air sûr de lui et geste du semeur

    L'avantage de l'histoire accumulative se fera vite sentir car, stimulés par notre exemple, les enfants, entraînant ainsi leur mémoire explicite (mémoire gestuelle, mémoire sémantique et mémoire épisodique), mimeront vite avec nous la maison, la farine, le rat, le chat et tous les autres et les plus habiles dans le domaine du langage réciteront avec nous la liste des épisodes de cette histoire à tiroir !

    Comme cette histoire est très courte, on pourra si on le souhaite, et si les enfants ont l'air partants, recommencer l'histoire à peine finie, en leur proposant de « raconter avec nous ».
    Tout le monde se mettra alors, aidés par l'adulte, à raconter l'histoire en employant les mots exacts  et en manipulant les petits personnages, ou en mimant.
    En revanche, il est de peu d'intérêt de prévoir une séance décalée, en fin de journée ou le lendemain, pour mener ce type d'exercice, à moins qu'on ait décidé de garder cette histoire pour produire un petit spectacle destiné aux camarades des autres classes, à une classe correspondante ou aux familles.

    Les images du lexique sont à montrer plutôt en fin d'histoire ou, si on a choisi de la redire en se faisant aider par les enfants, entre la première et la deuxième « lecture ».
    Bien entendu, ces images sont prétexte à langage oral, échanges entre enfants, reformulations par l'enseignant, etc.

    ♥ Sous forme de lecture oralisée à plusieurs voix :

    Cette histoire, extrêmement répétitive, se prête parfaitement à une lecture à plusieurs voix dès le CP, avant même que ne soient étudiés les derniers sons. Attention toutefois à en placer la lecture après l'étude des graphies er/erre, ier, g = j, ien. Le mot monsieur – dont la lecture totalement hermétique par déchiffrage ne peut être décryptée qu'en faisant appel à l'étymologie – sera donné aux enfants, accompagné d'une petite explication simple :
    « Autrefois, les gens nobles s'appelaient des seigneurs ou des sieurs. Lorsqu'on s'adressait à eux, on leur disait Mon seigneur ou Mon sieur ; c'est cette formule de politesse qui a donné Monsieur (prononcer mon-si-eur et l'épeler) qui se prononce maintenant [mœsjø]. Il faut le savoir par cœur. »

    Ce texte a l'immense avantage de présenter les mêmes mots un nombre très important de fois. Cela donnera aux jeunes lecteurs de l'assurance et leur permettra de passer de l’association de lettres ou groupes de lettres (graphèmes) à des sons de la langue (phonèmes) à la reconnaissance directe de la forme orthographique du mot, comme cela est recommandé dans Pour enseigner la lecture et l'écriture au CP, chez Eduscol.

    Le lexique sera présenté avant l'histoire.

    Un premier enfant lira le premier paragraphe. Un second, le deuxième. Un autre, le troisième. Et ainsi de suite. On pourra présenter les images des différents protagonistes ou les dessiner au fur et à mesure au tableau pour que les élèves en fixent mieux l'enchaînement

    Lorsque les paragraphes deviennent très longs, il est possible de demander à plusieurs élèves (deux, puis trois) d'en assurer la lecture.

    Cependant, si la lecture est trop hésitante et donne lieu à de trop longues explications pour que chacun arrive au stade de l'association (pénible) de lettres ou de groupes de lettres, c'est sans doute parce qu'elle est prématurée.
    Dans ce cas-là, il vaudra mieux interrompre l'exercice et repasser au stade du conte raconté ou lu par l'enseignant ; on attendra quelques semaines (et peut-être même mois) avant de le proposer à nouveau en lecture permettant le passage de l'association de lettres ou groupes de lettres à la reconnaissance directe de la forme orthographique déjà assez aisée des mots.

    Ce conte pourra aussi être lu en tout début de CE1, selon le même procédé qu'en fin de CP. Il permettra à l'enseignant de repérer rapidement les élèves qui en sont encore à l'association de lettres et groupes de lettres et ceux qui en sont déjà à la reconnaissance directe de la forme orthographique d'un nombre important de mots. J'espère de tout cœur que cela ne lui permettra pas aussi de se retrouver devant des enfants qui arrivent au CE1 non-lecteurs car leurs enseignants ont cru les sirènes qui leur disaient que « Le temps aidant, tous les élèves parviennent à entrer dans la lecture » et que rien ne sert d'essayer d'accélérer le processus.

    3. Les trois ours

    J'apprécie tout particulièrement dans cette version le fait que le lien familial, le sexe de chaque ours ou la relation d'âge n'apparaissent pas. Cela permet à chaque enfant d'adapter l'histoire à son vécu personnel.

    Pour la démarche, se reporter à L'histoire des trois petits cochons qui appartient au même type de conte.

    Le lexique sera présenté avant la lecture de l'épisode. Il pourra être affiché au tableau de manière à être montré au moment où le mot apparaît dans l'histoire.

    4. La vieille femme et le cochon récalcitrant.

    Conte accumulatif, à mi-chemin entre 1. Les trois ours ou 2. L'histoire des trois petits cochons et 3. La maison que Pierre a bâtie.

    On se basera sur 3. La maison que Pierre a bâtie pour la « mise en scène » à l'aide de petits personnages, images ou mimes et sur L'histoire des trois petits cochons pour la gestion de la lecture.

    5. Le poêle de Nuremberg.

    Un conte à lire aux enfants de 7 à 9 ans et à faire lire aux élèves de CM1/CM2.

    ♥ Sous forme de conte raconté ou lu :

    L'âge des enfants devrait permettre de se dispenser de matériel. Cependant, si on voit que les élèves décrochent très vite, on peut procéder à l'envers et leur demander, après la lecture de chaque passage, fragmenté s'il le faut en deux ou trois moments, de poser le décor eux-mêmes.

    On s'inspirera pour cela de Racontamus, écoutatis, comprenunt (8)  qui explique comment rendre actifs et partie prenante des enfants très éloignés du monde des contes et de la langue écrite.
    Pour les classes dont les élèves sont plus à l'aise avec un niveau de langue soutenu, on pourra passer plus de temps sur les commentaires oraux, en tenant compte, si on le souhaite, des conseils d'adaptation (et des coupures) suggérés par Miss Sara Cone Bryant dans Racontamus, écoutatis, comprenunt (5).

    Le lexique (mots écrits en italique) sera expliqué au fur et à mesure. D'autres mots seront expliqués à la demande des auditeurs. Il n'est bien entendu pas question de faire retenir tout le vocabulaire recherché employé dans ce conte, mais bien de le faire rencontrer aux élèves, à de très nombreuses reprises, grâce à des lectures différentes où les phrases complexes, les verbes au passé simple, les tournures de phrases recherchées reviennent sans cesse.
    Peu à peu, l'imprégnation se fera, comme elle se fait dans les milieux plus favorisés culturellement, et l'école aura rempli son rôle égalisateur par le haut, en donnant le meilleur à ceux qui ne l'ont pas dans leur milieu extérieur.

    Les quelques allusions religieuses seront expliquées brièvement par le contexte dans lequel vivaient les Européens au XIXe siècle.Le Tyrol et la Bavière pourront être indiqués aux élèves sur une carte.

    ♥ Sous forme de lecture oralisée à plusieurs voix :

    On reprendra les techniques utilisées dans les petites classes

    • lecture oralisée fractionnée,chaque élève assurant une partie de la lecture cursive du texte
    • pas de préparation silencieuse ou à voix haute en amont,
    • interruptions fréquentes pour reformulations, explications, hypothèses et confirmation d'hypothèses, dialogue, ...

    Bien entendu, on augmentera la quantité de lecture de chacun. La lecture d'un paragraphe par élève semble un bon compromis. Cependant, il y a deux ou trois paragraphes très longs qui pourront être scindés Si la première lecture d'un paragraphe a été trop hésitante, on le fera relire une seconde fois après l'interruption dont le but est exposé ci-dessus.

    Comme pour la version « conte raconté ou lu à des auditeurs », le lexique (mots écrits en italique) sera expliqué au fur et à mesure. D'autres mots seront expliqués à la demande des auditeurs. Il n'est bien entendu pas question de faire retenir tout le vocabulaire recherché employé dans ce conte, mais bien de le faire rencontrer aux élèves, à de très nombreuses reprises, grâce à des lectures différentes où les phrases complexes, les verbes au passé simple, les tournures de phrases recherchées reviennent sans cesse.
    Peu à peu, l'imprégnation se fera, comme elle se fait dans les milieux plus favorisés culturellement, et l'école aura rempli son rôle égalisateur par le haut, en donnant le meilleur à ceux qui ne l'ont pas dans leur milieu extérieur.

    Les élèves voyant les mots écrits ajouteront l'imprégnation visuelle à l'imprégnation auditive assurée par la lecture à haute voix.

    Dans ce conte, la présence de mots à consonance allemande peut gêner les élèves, on les prononcera du mieux qu'on peut, quitte à les « franciser » un peu, si on n'a pas trouver de germanophone pour nous donner la prononciation adéquate.

    Les quelques allusions religieuses seront expliquées brièvement par le contexte dans lequel vivaient les Européens au XIXe siècle. Le Tyrol et la Bavière pourront être situés sur une carte, un globe ou un planisphère.

    6. La Rivière d'Or.

    Ce conte fait partie des contes merveilleux où le héros passe par de nombreuses épreuves avant de réussir sa quête. La structure qui présente l'échec de plusieurs héros négatifs avant de montrer la réussite du dernier est bien connue des enfants.

    Les enfants, qu'ils soient auditeurs ou lecteurs, retrouveront aussi les ingrédients d'un bon jeu vidéo de quête, ce qui, très certainement, ne sera pas pour leur déplaire...

    Les quelques allusions religieuses seront expliquées brièvement par le contexte dans lequel vivaient les Européens au XIXe siècle.

    ♥ Sous forme de conte raconté ou lu :

    La description assez crue des épreuves doit faire réserver ce conte aux plus âgés (8 à 11 ans).

    Pour la technique, se reporter à celle décrite ci-dessus pour 5. Le Poêle de Nuremberg.

    ♥ Sous forme de lecture oralisée à plusieurs voix :

    Même type de démarche que pour 5. Le Poêle de Nuremberg.

    Les contes :

    Télécharger « La maison que Pierre a bâtie.pdf »

    Télécharger « Les trois Ours.pdf »

    Télécharger « La vieille femme et le cochon récalcitrant.pdf »

    Télécharger « Le poêle de Nuremberg.pdf »

    Télécharger « la rivière d'or.pdf »

    Dans la même série :

    ♥ Racontamus, écoutatis, comprenunt :

    Un résumé du livre « Comment raconter des histoires à nos enfants » (Miss Sara Cone Bryant) :

    Racontamus, écoutatis, comprenunt - 1Racontamus, écoutatis, comprenunt 2 ; Racontamus, écoutatis, comprenunt - 3Racontamus, écoutatis, comprenunt - 4Racontamus, écoutatis, comprenunt - 5Racontamus, écoutatis, comprenunt - 6 ; Racontamus, écoutatis, comprenunt - 7Racontamus, écoutatis, comprenunt - 8 ; Racontamus, écoutatis, comprenunt - 9

    ♥ Contes à dire, contes à lire :

    Contes à dire, contes à lire - 1 ; ... ; Contes à dire, contes à lire - 3 ;Contes à dire, contes à lire - 4Contes à dire, contes à lire - 5 ;  Contes à dire, contes à lire - 6Contes à dire, contes à lire - 7 ; Contes à dire, contes à lire - 8Contes à dire, contes à lire - 9 ;

    À l'époque des commandes :

    N'oubliez pas :

    Pour une maternelle du XXIe siècle

    Se repérer, compter, calculer en Grande Section

    Écrire et Lire au CP

    Lecture et expression au CE

    Questionner le monde au Cycle 2

    Fichiers et manuels de Mathématiques en élémentaire

    Fichiers et manuels d'Étude de la langue en élémentaire


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :