• CP : Écriture graphémique (4)

    CP : Écriture graphémique (4)

    « Méthode » d'écriture-lecture :

    Vous trouverez ci-dessous  la troisième partie de la méthode d'écriture-lecture qui peut soutenir le travail mené au CP lors du CP : Rituel d'imprégnation graphémique (4).

    Je rappelle que le « Rituel d'imprégnation graphémique » peut fonctionner seul, sans cette partie réservée à l'écriture. Il accompagnera alors simplement une méthode du commerce trop peu axée sur la découverte et l'utilisation du code graphémique, autrement appelé code alphabétique.

    Mais ce Rituel peut aussi, si on le souhaite, s'éloigner encore un peu plus de la méthode proposée en classe (et parfois imposée par le projet d'école et les collègues ou par l'équipe de circonscription).
    On choisira alors de ne se servir que de la partie orale de la méthode trop peu graphémique et on basera l'écrit sur les fiches proposées ci-dessous (voir Dans la même série).

    Nota Bene : Cette méthode d'écriture-lecture forme un tout et ne peut être utilisée pour accompagner une méthode graphémique (ou syllabique) du commerce.
    Pour celles-ci (Taoki, Je lis, j'écris, Écrire et Lire au CP, etc.), ne cherchez pas à adapter le travail proposé ci-dessous ! Vous trouverez dans leurs guides pédagogiques tous les conseils qui vous permettront de faire les va-et-vient entre ce que les enfants apprennent à lire et ce qu'ils apprennent à écrire.
    Cependant, pour des méthodes trop axées sur les syllabes, jusqu'à négliger le sens, les exercices de lecture de contes et récits, ainsi que ceux visant à la compréhension lexicale et grammaticale de la langue pourront éventuellement rendre service.

    RAPPEL :

    Les fiches ci-dessous constituent un guide pédagogique :

    Si vous choisissez l'option complète que nous baptiserons Écriture-lecture avec Nino et Ana, vous conduirez, chaque jour 4 séances d'écriture-lecture, 2 le matin et 2 l'après-midi (ou 3 le matin et 1 l'après-midi).

    ♥ Les séances à conduire en lecture sont décrites précisément sur ce blog  dans les fichiers CP : Rituels d'imprégnation graphémique (pour l'instant de 1 à 4).
    Ces séances traitent le décodage (ou déchiffrage) et la compréhension.
    Elles commencent à traiter de la fluidité de lecture car la plupart des élèves ont désormais automatisé leur décodage et sont capables d'accélérer le rythme de lecture à voix haute parfois dès la première lecture mais, plus souvent, lorsqu'on leur demande de relire la phrase qu'ils viennent de décoder.

    ♥ Celles à conduire en écriture sont décrites précisément sur ce blog dans les fichiers CP : Écriture graphémique (pour l'instant de 1 à 4).

    Dans cette quatrième partie, ces séances d'écriture traitent en parallèle :

    • les gestes de l'écriture cursive dans leur période d'automatisation
    • l'encodage et donc la rédaction autonome d'écrits signifiants (mots, phrases, paragraphes)
    • des séances d'observation de la correspondance entre le langage oral et le code écrit, débouchant sur une véritable progression :

    en grammaire, en conjugaison : l'enfant sait parler, il distingue intuitivement le genre, le nombre, la nature, la fonction, le temps, la personne et il apprend à observer et mémoriser des régularités ce qui lui permet d'assurer ses capacités de rédaction guidée (dictée, exercices d'entraînement) ou autonome (rédaction) d'écrits signifiants.
     

    en orthographe lexicale 

    ♦ encore et toujours les régularités graphémiques de la langue française

    ♦ l'automatisation de l'orthographe de quelques « mots-outils » entièrement décodables qui peuvent désormais être mémorisés.

    Des dictées pour apprendre :

    Chaque jour, les enfants, seuls ou collectivement, seront invités à écrire sous la dictée. Ces dictées, qui n'ont jamais été préparées au préalable, sont toujours conçues comme des moments d'apprentissage pour lesquels l'enseignant doit impérativement s'évaluer lui-même (pour les procédures d'auto-évaluation, voir CP : Écriture graphémique (2) et CP : Écriture graphémique (3)).

    Le but de ces dictées est réellement de permettre à tous les élèves (sauf cas lourds d'inclusion scolaire) d'acquérir en douceur des réflexes orthographiques.

    Cela nécessite du temps, beaucoup de patience, de nombreuses répétitions (même pour les premiers « mots outils » dont l'automatisation a désormais démarré) mais aussi une confiance sans faille dans les capacités de compréhension des enfants.

    Si on se met à leur portée et qu'on ne les ennuie pas avec des contenus trop lourds à digérer et des leçons à apprendre par cœur avant de les avoir réellement intégrées, ils y arriveront tous, au moins pour les données les plus simples et les plus courantes. L'aide du groupe-classe, menée par l'enseignant qui encourage à la coopération, trop souvent négligée en notre ère de « différenciation » systématisée jouera un grand rôle dans cette mémorisation ; je vous encourage à en user et en abuser.

    Ces dictées sont des moments d'apprentissage pendant lesquelles les régularités s'installent à bas bruit et à petits pas. En les pratiquant souvent matin et après-midi, sur le cahier, sur l'ardoise ou même à l'oral (épellation phonétique), on fabrique des enfants scripteurs vrais, c'est-à-dire codant et orthographiant en même temps.

    Exemple pour la dictée de Période 4 - Semaine 1 - Jour 1

    Dictée : Nino et ses parents emportent le bateau jaune et ils le gonflent avec une pompe.

    Enseignant : Je vous lis la dictée en entier. [Lire lentement en s'interrompant brièvement entre chaque mot]. Attention, je commence. Écrivez Nino... Attention, c'est un nom propre, il faut penser à ... ?

    Un élève : La majuscule.

    Enseignant : Très bien... Ni...no... Avec sa majuscule...
    Nous continuons : Nino et ses parents. Vous allez écrire : et. Dans Nino et ses parents, quel est ce et ? Que signifie-t-il ?

    Un élève : C'est et puis. Nino et puis ses parents.

    Enseignant : Oui, c'est ça. Tout le monde se souvient de l'écriture de et, quand il signifie et puis ?

    Les élèves : E.T.

    Enseignant : C'est ça. Nous continuons Nino et... ses... parents... ses, vous vous souvenez ? Non, personne ? Alors, regardez !
    [Écrire au tableau et faire lire et épeler en même temps : le la les - un une des - mon ma mes - ton ta tes - son sa .... . Laisser les élèves compléter et épeler le déterminant possessif ses.]
    Parfait. Alors, écrivez ses, S.E.S...

    Nous continuons : parents... ses... parents. Quelles lettres pour le son [ã] ?...

    Un élève : C'est le [ã] qui s'écrit E. N.

    Un autre élève : Et il y a un T muet pour dire une parenTE.

    Enseignant : Bravo. Tout le monde a entendu ?... Pa...rent... Avec le son [ã] qui s'écrit E.N et la lettre T muette pour dire paren...te. Il manque encore quelque chose pourtant... Nino et SES parents...

    Un élève : Un S ! Il a deux parents ! Ils sont plusieurs, on met un S !

    Enseignant : Oui... parents, au pluriel, avec la marque du pluriel S.
    Continuons : Nino et ses parents... emportent... Quel est ce mot ?

    Un élève : C'est le verbe emporter. Ils sont plusieurs qui emportent. Alors c'est S à la fin.

    Enseignant : Tu es sûr ? La marque du pluriel d'un verbe, c'est S ?... Regarde le tableau ici : ils [dire ils avec un S] chantent... C'est S ?

    Un élève : Ah non, c'est N.T ! J'oublie toujours.

    Enseignant : Tu vas y arriver, ne t'inquiète pas. Il suffit de se mettre un petit feu rouge dans la tête qui dit « Attention, c'est un verbe ! Danger ! ».
    Donc, ici, la terminaison sera N.T. Mais avant, il faut écrire le radical : em...por...te... Ah, nous connaissons plusieurs écritures du son [ã]... Écoutez bien : emppporte...  [il exagère le mouvement qui ferme les lèvres pour la consonne occlusive P]. Quelqu'un sait ?

    Un élève : Il y a un M parce que c'est juste avant le P qui nous ferme la bouche alors c'est le M qui passe par la bouche, par le N qui passe par le nez... Mais je ne sais pas si c'est A.M. ou E.M.

    Enseignant : C'est normal, c'est un mot que nous n'avons lu qu'une fois ou deux... C'est E.M. emportent... E.M...por...te... Et n'oubliez pas qu'ils sont plusieurs qui emportent et que nous devons mettre la terminaison du pluriel des verbes N.T. Attention, n'oubliez rien. E.M... por...te...N.T.
    Continuons : le, facile... ba...teau... vous l'avez écrit ce matin. Quel [o] ?

    Un élève : E. A. U !

    Enseignant : Très bien. le... bateau... jau... ne... Ah, nous l'avons aussi écrit ce matin. Qui s'en souvient ?... Il est sur l'affiche... Et dans votre cahier d'écriture.

    Un élève : A.U !

    Enseignant : C'est ça. Écrivez : jau... avec le [o] qui s'écrit A.U... ne... Nous continuons : et ils le gonflent... et... Lequel ?

    Un élève : Comme tout à l'heure : E.T. parce qu'on peut dire et puis, ils le gonflent...

    Enseignant : C'est ça. La suite : et... ils... le gonflent... Quel [il] ?

    Un élève : Celui avec S parce qu'il y a Nino, son père et sa mère. Ils sont plusieurs.

    Enseignant : Parfait. et ils... avec S... le... très simple... gonflent... Quel est ce mot ?...

    Un élève : Le verbe gonfler... On peut gonfler, c'est un verbe...

    Enseignant : Oui, c'est ça... Faites attention... Qui gonfle ce bateau ?

    Les élèves : C'est eux, Nino et ses parents. Ils sont plusieurs... Alors on met un S !

    Enseignant : Au verbe ?... Nous n'en avons pas parlé il y a deux minutes du pluriel des verbes ? Il me semble même que nous avons parlé d'un certain feu rouge qui nous dit « Attention, danger, c'est un verbe ! » et que nous avons regardé une certaine affiche qui se trouverait peut-être par ici...

    Un élève : Mais non ! S, c'est pour tu. Pour ils avec S, c'est N.T !

    Enseignant : Ah, quand même !... Merci... Alors allons-y : ils, avec S, le... gon...flent... Quel [õ] et pourquoi.

    Un élève : O.N. parce qu'on ne ferme pas la bouche... gon...fle... alors le [õ] passe par le nez...

    Enseignant : Parfait. Écrivez : gon, O.N... fle... sans oublier N.T. muets à la fin.
    Et nous continuons : avec... Épelez avec avant de l'écrire, s'il vous plaît.

    Les élèves : A. V. E. C. Il est écrit là, sur la feuille.

    Enseignant : Très bien... Nous continuons facile : avec... une... Écrivez une... Et maintenant, attention écoutez bien : pompppe [il exagère le mouvement qui ferme les lèvres pour la consonne occlusive P].

    Les élèves : C'est le [õ] qui s'écrit O.M ! On ferme la bouche, il passe par la bouche, pas par le nez !

    Enseignant : Bravo... Écrivez pom...O.M... pe... Et le point qui finit la phrase. Nous allons relire, un mot chacun, et nous épellerons pendant que j'écrirai au tableau. Tu commences Gustave.

    Gustave : Nino... N, majuscule, I.N.O.

    Hélène : et... E.T...

    Ilias : ses... S.E.S...

    Jamila : parents... P.A.R.E.N.T... S !

    Killian : em... por...tent... E.M... P.O... T... Non...R... T... E...

    Enseignant : Tu as fini ?... Tu n'aurais pas oublier quelque chose. Regarde ce tableau, ici. Ils... chantent... Qu'y a-t-il à la fin du verbe chanter ?...

    Killian : N. T.

    Enseignant : Alors ? Et pour le verbe emporter, que dois-tu mettre ?

    Killian : N. T.

    Enseignant : Voilà, très bien. Nous continuons.

    Léana : le... L.E. Je peux aussi faire bateau ?...

    Enseignant : Oui, vas-y... Épelle aussi bateau

    Léana : B.A.T.E.A.U

    Mohamed : jaune... J.A.U.N.E

    Noah : et... E.T.

    Ostiane : ils... I.L.S...

    Paul : le... L.E. gonflent... G.O.N.F.L.E.N.T...

    Quitterie : avec. A.V.E.C.

    Rosy : une...U.N.E... pompe... P.O.N... non...M... P.E... P.O.M.P.E. Point !

    Des fiches d'exercices pour s'entraîner :

    Pour les aider à parfaire ce processus, quoi de mieux qu'un travail de répétition, en autonomie pour les élèves plus à l'aise, et en petit groupe, aussi longtemps que nécessaire, avec ceux qui, trop jeunes, trop peu confiants en leurs capacités, trop peu attentifs, trop facilement déstabilisés, ont encore besoin de l'adulte pour se rendre compte qu'ils savent faire parce que c'est toujours pareil ! 

    Ce fichier approfondit le travail pratiqué antérieurement (exercices d'entraînement à l'usage des morphèmes grammaticaux et des exercices de compréhension fine de la langue).
    On remarquera qu'il ne propose plus d'encodage complet de mots par épellation phonétique car nous nous trouvons désormais dans le monde de l'orthographe lexicale dans lequel les pièges sont trop nombreux pour se baser sur une règle et une seule. Ces exercices ont donc été remplacés par d'autres qui explorent ces régularités et permettent d'en automatiser l'usage.

    Il propose pour cette période, toujours en lien avec les acquisitions graphémiques du jour :

    ♦ des exercices visant à mémoriser les régularités orthographiques de la langue

    → mots courants
    → mots « outils »
    → « règles » (voir plus bas)

    ♦ des exercices de compréhension :

    → phrases à compléter par un mot choisi dans une liste fournie 
    → phrases à lire pour agir
    → mots à ranger dans l'ordre de la phrase
    → classement de mots selon leur sens
    →  ranger des phrases dans l'ordre pour reconstituer une histoire

    ♦ des exercices d'entraînement à l'usage des morphèmes grammaticaux, toujours répétés à de multiples reprises :

    →  marques du pluriel (-aux ; -eaux)
    → marques du féminin (e ; -euse)
    → terminaisons des verbes du 1er groupe / du verbe avoir :  au futur / au présent / à l'imparfait / à l'infinitif

    ♦ des exercices d'entraînement aux régularités graphémiques de la langue française :

    →  règle d'accentuation de la lettre e pour obtenir le son [ɛ]  
    →  valeurs de c
    →  la finale -ant (notion intuitive de participe présent)
    →  la finale [aj] et [ɛj] selon le genre du nom ou de l'adjectif  

    Nota bene : Ces exercices pourront être copiés au tableau et donnés à recopier sur le cahier. Ils sont toutefois nombreux et nécessitent de longs temps d'écriture.
    Cependant, désormais, ils sont capables d'un effort plus long et ont exercé leur habileté manuelle aux gestes de l'écriture. Leur nombre est à moduler selon les capacités des élèves (attention, concentration, agilité manuelle).

    SECOND RAPPEL

    Comment réussir un tel challenge :

    ♥ En opérant un changement complet de rôle :

    Notre rôle n'est pas d'évaluer
    des candidats à l'embauche,
    il est de faire avancer
    du mieux que nous pouvons
    tous les enfants dont nous avons la charge.

    ... alors on aide, on tire, on pousse, on rappelle, on donne la main... et on avance !

    ♥ En se persuadant que

    Patience, régularité et longueur de temps
    font mieux que projets ébouriffants,
    ambitions philosophiques démesurées
    et matériels sophistiqués : 

    → on consacre à heures fixes, un temps toujours le même à ces exercices,

    → on montre aux élèves qu'on croit en eux et qu'on est derrière eux quoi qu'il arrive,

    → on les encourage le reste de la journée à réaliser leurs progrès,

    →  on leur apprend à remarquer des faits de langue déjà étudiés et à s'en resservir lors d'écrits collectifs aux familles, à des correspondants, à une personne qu'ils souhaitent rencontrer,

    → on s'assure de la participation de tous, de leur engagement, de leur confiance en eux

    ... et les élèves passent tout naturellement du statut d'auditeur-compreneur à celui de lecteur-scripteur.

    Les guides hebdomadaires d'activités d'écriture :

    A) Période 4 - Semaine 1 :

    Télécharger « Écriture P4 - S1.pdf »

    B) Période 4 - Semaine 2 :

    Télécharger « Écriture P4 - S2.pdf »

    C) Période 4 - Semaine 3 :

    Télécharger « Écriture P4 - S3.pdf »

    D) Période 4 - Semaine 4 :

     

    Télécharger « Écriture P4 - S4.pdf »

    E) Période 4 - Semaine 5 :

    Télécharger « Écriture P4 - S5.pdf »

    F) Période 4 - Semaine 6 :

    Télécharger « Écriture P4 - S6.pdf »

    Dans la même série :

    A) Lecture :

    CP : Rituel d'imprégnation graphémique (1) ; CP : Rituel d'imprégnation graphémique (2) ; CP : Rituel d'imprégnation graphémique (3) ; CP : Rituel d'imprégnation graphémique (4)  ;

    B) Écriture :

    CP : Écriture graphémique (1) ; CP : Écriture graphémique (2) ; CP : Écriture graphémique (3) ; ... ;

    Et pour vos cadeaux de Noël ou de Nouvel An :

    N'oubliez pas :

    Y aura-t-il de la pédagogie pour Noël ?

    CP : Mon enfant ne déchiffre pas

    CP : Ateliers Mathématiques (4)


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Sophie
    Mardi 1er Janvier à 18:34

    Petite erreur sur le fichier de la semaine 6 Akwabon wink2 (il s'agit du document de lecture). Sinon, c'est toujours top, même si j'ai l'impression de manquer cruellement d'ambition à côté de toi... 

      • Mercredi 2 Janvier à 09:40

        Merci Sophie, c'est corrigé. Ce problème d'ambition est récurrent dans l'Éducation Nationale actuelle : c'est ce qui fait croire à des collègues de maternelle qu'ils vont pouvoir faire un « grand projet » historique, géographique ou scientifique avec leurs bambins à peine sortis du berceau (puisqu'on n'attend rien ou presque comme connaissances, pourquoi se priver de stimulations intellectuelles et plastiques personnelles ?) et qui rogne les ailes de ceux de Primaire qui réduisent les ambitions, réduisent les ambitions et les réduisent encore, croyant ainsi favoriser les plus faibles.

        Et comme toute la hiérarchie, de l'IEN au Ministre et à ses conseillers, adhèrent à cette théorie, selon laquelle un enfant quittant le CP peut, après deux mois de vacances, tirer du sens d'un texte scientifique s'adressant à l'origine à des enfants de 8 à 12 ans et que, parallèlement à cela, il ne peut pas aller plus loin que la « collecte des formes verbales régulières », même au troisième trimestre de cette même année scolaire, comment veux-tu que nous ne manquions pas tous cruellement d'une ambition réelle et motivée ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :