• III. 2. E. Mise en route - Élém. sans CP (3)

    III. 2. E. Mise en route - Élém. sans CP (3)

    2. Mise en route

    D)  Classe élémentaire : trois niveaux sans CP

    (3e partie)

    Premier jour de classe 

    Après-midi :

    1) Lecture documentaire.

    Le maître a prévu ce temps de lecture collectif pour permettre à chacun de ses élèves d’avoir lu au moins une fois par jour à haute voix. Seule la quantité variera, selon l’âge des enfants. Par ailleurs, ce temps de lecture s’ajoutant au temps de Culture Humaniste, Scientifique ou Technique qui lui succède, lui permettra de l’étoffer tout en conduisant un apprentissage le rattachant directement à l’étude du Français écrit.

    Selon le domaine travaillé ensuite, il fera lire à ses élèves, en instaurant un débat portant sur le sens de ce qu’ils lisent. Ainsi, le lundi, la lecture portera sur un chapitre de roman ou des extraits d’articles ou de documentaires ayant trait à la Préhistoire ; le mardi et le vendredi, ce seront des documentaires scientifiques, des protocoles expérimentaux à préparer ou des comptes-rendus d’expériences ; et le jeudi, les élèves liront des romans d’aventure, des comptes-rendus de voyages et d’exploration, des documentaires ayant trait à l’espace et à sa représentation...

    L’extrait que chacun lira correspondra à ses capacités de lecteur : une courte phrase pour les plus faibles et de quelques lignes à un paragraphe entier pour ceux qui sont les plus rapides. Éventuellement, s’il constate que l’intérêt se dilue du fait des hésitations des uns et des autres, après que chacun en aura lu une part, il finira lui-même la lecture oralisée du passage prévu.

    Après celle du matin, plus directement adaptée au niveau de chaque groupe, cette lecture collective constitue le deuxième temps permettant de travailler toutes les compétences de lecture en même temps. Le maître veillera donc tant à la fluidité de la lecture qu’à la compréhension du lexique, des inférences, de l’enchaînement des idées, de l’implicite. Le côté documentaire lui permettra par ailleurs d’amener au plaisir de lire ceux de ses élèves dont le tempérament ne les conduit pas vers l’imaginaire et l’introspection psychologique que proposent les lectures romanesques ou les contes... 

    2) Culture humaniste, scientifique ou technologique

    De cette lecture, largement expliquée, commentée et enrichie de matériel concret et de documents, découleront les activités mises en place pour la « leçon » du jour. Celle-ci pourra se borner à réaliser l’expérience dont on aura lu le protocole et à en vérifier les effets, ou, encore plus simplement, à rédiger ensemble et copier phrase après phrase la trace écrite qui conclura la séance déjà largement expliquée (et comprise) par les élèves eux-mêmes grâce à la lecture commentée et au débat auxquels ils viennent de participer[1].

    S’il reste du temps, chaque élève illustrera la trace écrite qu’il vient de copier. Sinon, il sait qu’il pourra le faire pendant ses temps libres, à moins que cette illustration ne tienne lieu de travail écrit lors de la prochaine séance de Culture humaniste, scientifique ou technologique.

    Un dernier coup d’œil à l’agenda et au cartable et le matériel scolaire est fini d’être rangé pour la journée.

    3) LVE ; Arts Visuels ou Musique

    Une fois le matériel rangé, le maître présente à tous le matériel qu’il utilisera en LVE, à moins qu’il n’ait choisi de débuter l’année scolaire en musique ou en expression plastique. La séance est courte mais, puisque la récréation sera suivie par une séance d’EPS, elle peut éventuellement être écourtée de manière à laisser plus de temps à l’expression orale et la créativité.

    Du fait de la structure de sa classe, le maître a choisi une méthode de LVE de type « spiralaire », basée sur l’oral pour les plus jeunes et débouchant sur l’écrit pour les plus âgés. En cette première séance, il répertorie avec la classe entière le matériel de l’écolier et en profite pour réviser avec les aînés les couleurs et la conjugaison du verbe avoir aux différentes personnes du présent. C’est tout naturellement que les plus jeunes s’imprègnent des structures et commencent à les mémoriser rendant ainsi plus faciles leurs prochains apprentissages.

    En Arts visuels ou en Musique, il s’appuie aussi sur les compétences et connaissances des aînés pour entraîner les cadets dans leur sillage. Comme au sein d’une grande famille, les échanges enrichissent tout le monde et permettent à chacun de se réaliser.

    4) Récréation et EPS

    Après quelques minutes de repos, boisson et passage aux toilettes, la journée se termine par une séance de sport. Avant de commencer des apprentissages sportifs plus pointus, tels qu’ils sont référencés dans le BOEN spécial du 26 novembre 2015, le maître a choisi de mener une séance visant à la cohésion du groupe et à l’organisation de l’espace et du temps par l’intermédiaire de Jeux de colo ou de patronage, simples et ludiques. Désireux de participer ainsi à l’acquisition des valeurs de partage, de solidarité, d’échange, de camaraderie, pas toujours perceptibles dans le sport associatif encouragé de toute part à produire des champions, il cherche à faire revivre la marque de fabrique de l’école républicaine et des grands mouvements d’éducation populaire. Cette « signature » donnait l’occasion aux élèves à l’intelligence plus pratique de briller face à leurs camarades plus à l’aise dans les domaines intellectuels et permettait cette première compréhension concrète de l’espace et du temps, vécue corporellement et intégrée sans même s’en rendre compte.

    Un petit échauffement tout simple qui servira aussi à fixer la latéralisation de certains, à enrichir le vocabulaire d’autres, à en calmer et concentrer quelques-uns[2]. Un jeu collectif, avec ou sans ballon[3], héritier des fameux jeux de colo ou de patronage. Un exercice plus dirigé qui permettra, lorsque son apprentissage sera intégré par tous, de progresser dans le grand jeu. Enfin, un retour au calme, assis en rond, pour un dernier jeu d’attention visuelle[4] ou auditive et le tour est joué.

    Les enfants sont ravis de leur journée, le maître est satisfait de sa classe, l’année scolaire a commencé sur un bon pied et est prête à se dérouler, pas à pas, sans grandes fioritures sans doute, mais sans risques ni angoisses.

    Premières semaines

    Les jours suivants, le maître continue à donner forme à sa classe, de manière à ce que les enfants sachent qu’ils sont là pour apprendre et réfléchir ensemble, aidés par un adulte bienveillant qui leur consacrera tout son temps.  

    Lecture et littérature, intimement entremêlées, sont le point de départ de la journée de classe. Les élèves savent que l’aisance qu’ils acquerront dans ce domaine sera le garant de leur réussite scolaire, au moins pendant toutes leurs années d’école élémentaire. Le vocabulaire, la syntaxe, l’orthographe, travaillés pendant les deux tiers de chaque matinée, leur assurent une compréhension de plus en plus fine de la langue et de son code écrit qui leur servira toute la journée, au cours de chaque activité : compter, calculer, réfléchir et raisonner, découvrir des mondes, des cultures, des phénomènes naturels, des constructions de l’homme, se réjouir au contact d’une œuvre d’art, s’exprimer, affiner ses gestes, exercer ses jeunes forces, tout cela devient plus simple lorsqu’on a les mots pour le dire et le comprendre !

    Les élèves, confortés dans leurs capacités, prennent leur autonomie. La cohésion du groupe installe l’envie d’apprendre. Les enfants prennent plaisir aux activités que le maître organise et où chacun a sa place, au milieu de tous ses camarades. Ils savent que les activités collectives sont toutes chargées d’une dimension instructive.
    Chaque jour, chaque élève sait qu’au cours des moments institutionnalisés il s’exercera avec ses camarades de classe à prendre des repères de plus en plus fins dans le monde des savoirs savants.

    Chacun sait où il va, confiant dans ses capacités car épaulé par son maître et ses camarades de classe qui avancent avec lui, sur le même chemin.

    Dans la même série :

     Tous les chapitres déjà mis en ligne sont répertoriés dans la Table des matières   évolutive que vous trouverez dans la partie Sommaires.

    Pour la partie présente 

    I. Idées reçues  ; III.1. Trois niveaux dans la même classe ; III. 2. E. Mise en route - Élém. sans CP (1) ; III. 2. E. Mise en route - Élém. sans CP (2) ; III. 2. E. Mise en route - Élém. sans CP (3)

    Notes : 

    [1] Pour ceux qui ne connaîtraient pas, je ne saurai trop conseiller d’aller écouter la conférence de Pierre Péroz au sujet du langage oral et de l’écoute à l’école. Il explique, pour la maternelle, mais c’est très largement généralisable à l’école élémentaire en y ajoutant le langage écrit, comment sortir du jeu des « questions-réponses » pour aller vers la compréhension collective grâce aux échanges et interactions entre enfants et adulte sans questionnaire préétabli.

    [2] « Touchez du ... », « Jacques a dit », « Il est minuit dans la bergerie », ...

    [3] « Béret », « Gendarmes et voleurs », « Sorciers », « Queue du diable », « Chandelle », « Épervier », ...

    [4] « Chef d’orchestre », « Furet », « Kim vue », ...


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dalila
    Mercredi 1er Novembre à 14:04
    Bonjour Catherine
    J'aimerais encore, s'il te plaît, des éclaircissements.
    Qu'appelles-tu exactement la régulation ? C'est un moment où tu reprends en petit groupe ?
    La littérature se fait donc le matin et tu pars du texte lu pour l'étude de la langue?
    Si des phrases sont sorties du texte comme base, tu en prends dans chacun des textes lus par les 3 niveaux ?
    Pour les lectures servant de bases au travail en sciences et histoire géographie, as-tu des références ?
    Je travaille avec ceux de la librairie des écoles et pour l'histoire j'ai trouvé un vieux manuel (je n'ai plus la référence il est à l'école)
    En sciences j'ai trouvé des choses intéressantes dans un vieux manuel de leçons de choses.

    Je te remercie beaucoup pour toutes les choses que tu partagés. Ton blog devrait être estampillé d'utilité publique. Aucune formation depuis presque 6 ans ne m'a autant aidée!
      • Samedi 4 Novembre à 09:42

        Bonjour Dalila,

        Il me semble avoir expliquer ce que peut être une "régulation" dans le cours du chapitre. À moins que ce ne soit dans un chapitre précédent, mais il ne me semble pas... À vérifier.

        Oui, après être partie pendant plusieurs années des phrases tirées du manuel Écrire Analyser que j'utilisais, j'ai trouvé que c'était parfois lourd pour les élèves qui, ne connaissant pas le contexte, "accrochaient" moins facilement à la situation-problème grammaticale proposée.
        Dans les classes à plusieurs niveaux, généralement, les élèves ont au moins une  oreille qui traîne et connaissent plus ou moins le contexte de l'histoire lue  par leurs camarades. Je choisis donc le texte qui est le plus facile à adapter en fonction de la notion à aborder et au besoin, je le "trafique" un peu pour l'enrichir en "données pertinentes"...

        Pour les lectures scientifiques, techniques et humanistes, en attendant qu'il y ait un manuel proposant ce type de lectures, je pense qu'il faut fouiller dans les "Je lis des histoires vraies" et autres romans historiques pour enfants ainsi que dans les revues documentaires pour enfants (Arkéo junior, Images Doc, Wapiti, Un jour, une actu, Tout comprendre juniors, etc.).

        Je te remercie pour tes encouragements qui me confortent dans l'idée qu'il faut que je continue à proposer des solutions toutes faites malgré les critiques acerbes de deux ou trois râleuses patentées qui voient en moi une "vendeuse de soupe" imbue d'elle-même.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :