• CP : Les débuts en écriture-lecture (2)

    CP : Les débuts en écriture-lecture (2)

    L'école où se trouve cette classe est repassée à la semaine de quatre jours. Pour une école en semaine de quatre jours et demi, on reportera les temps d'activités en autonomie des mardi et jeudi, ainsi qu'une partie du temps d'EPS et de dessin sur le mercredi matin.
    En écriture-lecture, au cours de ce mercredi matin :

    • on relira la page de la veille,
    • on jouera à entendre et écrire sous la dictée (premières « productions d'écrits autonomes ») les sons [a] et [ʃ], ainsi que la syllabe [ʃa] dans des mots,
    • on s'entraînera aux gestes de l'écriture cursive.

    JEUDI

    8 h 50 / 9 h : Accueil

    • Accueil dans la cour. Penser à rappeler aux élèves qu'ils doivent aller boire et passer aux toilettes avant que la cloche sonne.
    • Mise en rang, exercices respiratoires de retour au calme, retour en classe, arrêt au vestiaire au besoin, entrée en classe sur la pointe des pieds en chuchotant.

    9 h / 9 h 15 : Temps incompressible

    • La cloche sonne. Le rang se forme. Les étourdis sont invités à aller récupérer leurs cartables et les énervés à se poser un peu. Petit rituel de respiration lente si l'ambiance est encore trop agitée.
    • Montée en classe, dépôt des vêtements au vestiaire, reconstitution du rang, nouveau rituel de respiration, entrée sur la pointe des pieds. L'enseignant donne les consignes en chuchotant.
    • Dépôt des cartables sur les chaises pour ouverture et sortie du matériel qu'ils contiennent.
    • Rangement des cartables en fond de classe ou au vestiaire, déplacements par deux ou trois.
    • Dépôt des carnets, cahiers de texte ou agendas sur le bureau de l'enseignant ; même chose pour les papiers qui circulent entre la maison et l'école.

    9 h 15 - 9 h 35 : Langage oral

    Relations aux programmes : Comprendre et s’exprimer à l’oral : Écouter pour comprendre des messages oraux / Dire pour être entendu et compris / Participer à des échanges dans des situations diverses / Adopter une distance critique par rapport au langage produit – Arts Plastiques : Prendre la parole devant un groupe pour partager les trouvailles découvertes dans des œuvres d’art / Effectuer des choix parmi les images rencontrées, établir un premier lien entre son univers visuel et la culture artistique / Exprimer ses émotions lors de la rencontre avec des œuvres d’art / S’approprier quelques œuvres de domaines et d’époques variées appartenant au patrimoine national et mondial / S’ouvrir à la diversité des pratiques et des cultures artistiques .

    • Dialogue : les élèves sont invités à s'exprimer sur l'image.
    Dounia : C'est un autre chat qui chasse.

    Eddy : Oui mais lui, il l'a attrapé, l'oiseau. 

    Fatou : Il est pas beau. Y fait peur ! 

    Gabrielle : Je le connais, ce tableau. C'est un monsieur qui s'appelle Pica... Pica... Je ne sais plus. Mais c'est Pica au début.

    Hicham : Gabrielle, elle sait tout, elle. À la maternelle, elle faisait pareil : « Gna gna gna, je connais déjà... Gna... gna... gna... »

    Ilan : Ah ouais ! Ça, c'est vrai. Et moi je sais, et moi je sais, et moi je sais... N'empêche que Picaquoi, ça existe pas ! 

    Joris : Ça existe pas ! Picaca ! Pipi-caca ! Trop naze !

    Enseignant : La bande des trois, ça commence à bien faire. On ne peut pas vous réunir sans que ça tourne à la moquerie et aux grossièretés. Attention à vous. Hicham, tu vas nous expliquer en quoi cela te gêne que Gabrielle nous aide ; quant à Ilan et Joris, si vous ne voulez pas vous retrouver à votre place à vous ennuyer à ne rien faire, vous arrêtez vos stupidités ! 

    Hicham : Non, ça ne m'embête pas, mais j'expliquais juste que Gabrielle, elle sait tout. Enfin, presque tout... Mais elle, elle dit qu'elle sait tout et des fois, ça m'énerve un peu. D'abord, je m'en souviens aussi, de ce bonhomme qui peint des drôles de zyeux pas droits. C'est Picaro, ou un truc comme ça. 

    Ilan et Joris (pouffant) : Pique, carreau ! C'est un jeu de cartes ! Trop nul !... (avisant les yeux froncés de l'enseignant et son doigt pointé vers les bureaux) Euh non, non ! C'est bon, j'arrête, j'arrête.

    Enseignant : Attention, c'est vraiment la dernière fois. Encore une incartade, oui, une incartade, vous ne vous moquez pas des mots que vous ne connaissez pas, vous les écoutez et vous cherchez à les comprendre. Encore une incartade, donc, et c'est tout seuls à votre place pendant 5 minutes, à réfléchir à vos impolitesses... Quant au peintre, ni Gabrielle, ni Hicham n'étaient loin de son nom. Il s'appelle Pablo Picasso.

    Katia : Pablo, c'est comme le petit frère de Théo qui est à la maternelle.

    Enseignant : D'accord, Katia. Le peintre Pablo Picasso et le petit frère de Théo ont le même prénom. Si nous revenions à ce tableau, maintenant. 

    Loan : C'est parce qu'il est moderne, le tableau, qu'il fait peur. C'est comme la musique. Le hard rock et le rap, c'est moderne, eh ben, les chanteurs, ils font peur.

    Maya : Y font pas tous peur, les chanteurs modernes, d'abord.

    Nino : Y'en a qui sont très beaux et qui chantent très bien.

    Olympe : Oui, mais Picasso, c'est vrai que son chat fait peur. Mais pas tous ses tableaux. L'année dernière, à la maternelle, c'était un petit Arlequin qu'on avait vu, il était très mignon. Et puis une maman avec son bébé, c'était beau aussi. Là, c'est beau, mais ça fait un peu peur, quand même.

    Peyo : Ouais, c'est vrai, ça qu'elle dit, Olympe. L'oiseau, il a du sang et il est ouvert à son ventre. Et il a des griffes énormes !

    Quentin : Alors, maîtresse, tu nous dis pourquoi il l'a mal dessiné, son chat ? Il est quand même pas obligé puisqu'il sait faire des Arlequin et des bébés avec leur maman...

    Enseignant : Je vous expliquerai ça un peu plus tard... Mais avant, nous allons écouter ceux qui n'ont encore rien dit. À toi, Rose.

    Rose : Le chat a attrapé un oiseau. L'oiseau saigne.

    Salima : A chat. Chasse.

    Théo : Les pattes, il les a faites avec sa règle. C'est tout droit, comme ça. Chtak, chtak, chtak, chtak !

    Ulysse : Et le bec de l'oiseau aussi, chtak, chtak !

    Vanina : À côté du nez aussi, c'est tout droit. Là, à gauche, à côté du gros trou de nez. Tak et tak ! Comme un carré, le bord... le truc... on l'avait dit à la maternelle. Le carré, ça fait comme ça, un bord et un bord, tout droit. Comme un cube aussi.

    Willy : Un angle, ça s'appelle. Un angle de carré. Tak et tak ! Tout droit. 

    Xénophon : Les cubes, ça en a plein des angles. Des angles droits.

    Ysolde : C'est vrai, ce qu'ils disent. Il y a beaucoup de traits droits comme dans les carrés et les cubes. J'en ai vu d'autres, des tableaux de Picasso avec des angles droits. Mais pas le Arlequin, ni la maman et son bébé. Mais d'autres, oui. Même que c'est ça qui est bizarre. 

    Zéphyr : Ouais, c'est pour faire moderne. Quand on veut faire moderne, on dessine comme ça, tout droit. Avec des formes. L'autre aussi, là, qui ne faisait que des ronds, et des ronds et des ronds. 

    Albert : Et celui qui faisait des petits trucs. Un petit truc là, et un autre là... Mirotruc... Non, Miró, c'est bien Miró.

    Bilal : Et celui des carrés en couleurs, bleu, jaune, rouge, noir... Vous vous rappelez ?... 

    Coline : Y'a le chat, il a les dents comme un piano. Noir blanc noir blanc noir blanc. Comme un piano. Les rectangles... ah oui, les touches ! Des rectangles noirs et des rectangles blancs, comme les touches d'un piano.

     Enseignant : Vous savez que, tous ensemble, vous êtes très, très fort. Le peintre Pablo Picasso, qui savait très bien représenter la réalité comme nous la voyons, avait décidé de changer de point de vue et de représenter le monde, les personnes, les animaux et les choses à partir de formes géométriques, le carré, le rectangle, le cube, etc. Lui et un ami avaient décidé d'appeler cette manière de peindre le « cubisme ». Et vous, en vous écoutant les uns les autres et en observant très attentivement ce tableau, vous avez presque retrouvé ce nom. Bravo !
    Nous allons voir maintenant si vous êtes aussi fort pour observer les lettres et les mots.

    9 h 35 - 9 h 45 :

    Relations aux programmes : Comprendre le fonctionnement de la langue : Se repérer dans la phrase simple. – Lire : Identifier des mots de manière de plus en plus aisée / Savoir discriminer de manière visuelle et connaître le nom des lettres ainsi que le son qu’elles produisent

    •  L'enseignant affiche au tableau, dans le désordre, les étiquettes suivantes :

    Tu - il - chat - chasse - le - vu - as - . - ?

    • Il laisse les élèves s'exprimer quelques secondes :

    Eddy : C'est l'histoire du chat. C'est écrit là : chat.

    Fatou : On voit a dans chat. C'est là.

    Gabrielle : Et à côté, ici, c'est chasse. Ça commence pareil parce qu'on entend pareil : ccchhhaaaat... ccchhhhaaaasse : ch..a...cha... ch..a...cha... c'est pareil. 

    Hicham : Lui, c'est le point d'interrogation. C'est pour dire (en exagérant l'intonation) : Tu as vu le chat ?

    Ilan : Et là, le point normal. Il chasse, point. Voilà, c'est normal. Un chat, ça chasse.

    Joris : Le point d'incronation et le point normal. Voilà, c'est normal.

    Katia : Pas incronation ! In-ter-ro-ga-tion ! C'est facile, quand même. Interroger, interrogation.

    Joris : Eh ben ! C'est ça que j'ai dit, d'abord ! Elle me traite, maîtresse et moi, j'ai rien fait. Qu'est-ce j'ai fait, hein ? Qu'est-ce j'ai fait ?

    Enseignant : Joris, tu te calmes. Katia t'explique pour que tu prononces mieux, elle fait son travail. Et toi, ton travail, c'est de l'écouter et de répéter. À un autre moment, c'est toi qui sauras, et Katia devra t'écouter et répéter. Donc, tu te calmes et tu répètes : In.. ter... ro... ga... tion, comme in... ter... ro... ger, d'accord ?

    Joris : In... ter.. je sais plus. Chuis nul, d'abord...

    Enseignant : Non, tu n'es pas nul. Tu apprends... et tu oublies parfois... C'est normal... Nous allons t'aider. Répète avec nous (avec toute la classe)  : In... ter... ro... ga... tion... Bien, et maintenant la suite.

    • L'enseignant ramasse toutes les étiquettes du tableau et en confie une à chacun des enfants suivants (Loan, Maya, Nino, Olympe, Peyo, Quentin, Rose et Salima).
    • Les enfants doivent s'organiser pour reconstituer au tableau le petit texte de la veille (qui n'est pas visible dans la classe). Au besoin, ils reçoivent l'aide de leurs camarades, assis devant le tableau :

    Théo : Tu, ça commence comme Théo. On dit « Tttttu ! Tttttthéo », alors on écrit pareil, c'est le T (prononcé "té") de Thé-o. 

    Ulysse : as, ça commence par a. C'est facile. « Tu... as, on dit a alors on écrit a... » et après le S, y dit rien. A... c'est tout.

    Vanina : Et vu, c'est comme Vanina. Vvvvu, Vvvvanina. C'est le V (prononcé "vé") de Va...nina.

    Willy : le, on l'avait appris à la maternelle. Le loup, le moulin, le tyrannosaure... Le, le, le...

    Xénophon : Chat, on sait déjà. Et point d'incronation, comme y dit Joris, on sait aussi.

    Enseignant : Xénophon, tu n'en rajoutes pas, s'il te plaît. Joris est sage, il écoute et il fait attention, tu le laisses tranquille. Merci. 

    Ysolde : Il, ce sont les deux barres. Hier, je l'avais oublié ce mot et Grand-maman m'a dit : « Regarde, c'est simple : quand tu vois deux barres, c'est "il".»

    Enseignant : Oui, Ysolde, c'est ce que nous voyons. Mais, pour être plus précis, ce ne sont pas des barres mais des lettres. Ici, le I majuscule, une longue barre verticale entre deux très courtes barres horizontales, et là, le L minuscule, une barre verticale. Iiiii...lllll, quand nous les prononçons l'une après l'autre, nous disons : iiilll, vous entendez ?...

    Zéphyr : chasse, comme chat. Cé, Hach, A au début pour dire "cha" ! Le point normal, et hop, c'est fini !

    • Une fois la phrase reconstituée, l'enseignant la fait relire mot à mot par neuf autres élèves (Albert, Bilal, Coline, Dounia, Eddy, Fatou, Gabrielle, Hicham et Ilan). 
    • Puis neuf nouveaux élèves sont à nouveau conviés à remettre les mots en ordre et neuf autres à relire, dans l'ordre les mots des deux phrases inscrites au tableau.

    9 h 45 - 10 h : Utiliser la règle pour dessiner

    Relations aux programmes : Arts plastiques : Utiliser le dessin dans toute sa diversité comme moyen d’expression / Observer les effets produits par ses gestes, par les outils utilisés

    •  L'enseignant distribue des feuilles A5 sur lesquelles les élèves doivent dessiner à la règle pour produire, avec leurs crayons de couleur, une « œuvre d'inspiration cubiste ». Il précise que le thème est libre et que certains éléments du dessin peuvent être dessinés à main levée, sans la règle.
    • Il distribue une reproduction du tableau de Picasso que les élèves rangeront dans leur porte-vues.

    10 h - 10 h 15 : Chant  / Musique

    Relations aux programmes : Chanter : Chanter une mélodie simple avec une intonation juste, chanter une comptine ou un chant par imitation / Interpréter un chant avec expressivité / Expérimenter sa voix parlée, explorer ses paramètres, la mobiliser au bénéfice d’une reproduction expressive

    • L'enseignant réunit ses élèves autour de lui pour :

    - un exercice de respiration
    - l'écoute de la chanson présentée la veille.
    - la suite de l'apprentissage du chant commencé la veille (Voir Mardi)
    - un jeu rythmique rappelant le texte de lecture : frapper dans ses mains en articulant nettement et en exagérant l'intonation : « Tu... as... vu... le... chat ?... Il... chasse. » en variant le tempo à plusieurs reprises, puis en taisant certains mots (partitions produites en retournant certaines étiquettes au tableau) : les enfants remplacent le mot retourné par un bruit de bouche (Hmm !)

    Exemple : Tu as ... le chat ? ... chasse.

    ou             Tu ... vu ... chat ? Il ... .

    ou encore ... as ... le ... ? ... chasse.

    10 h 15 - 10 h 30 : Lecture

    Relations aux programmes : Lire : Identifier des mots de manière de plus en plus aisée / Savoir discriminer de manière visuelle et connaître le nom des lettres ainsi que le son qu’elles produisent.

    • L'enseignant appelle neuf élèves au tableau :

    Enseignant : Albert, pourrais-tu récupérer l'étiquette qui porte le mot Tu et la donner à Bilal qui vérifiera ?
    Coline, pourrais-tu récupérer l'étiquette qui porte le mot as et la donner à Dounia qui vérifiera ?
    Eddy, même chose avec l'étiquette du mot vu que tu donneras à Fatou.
    Gabrielle, donne l'étiquette du mot chat à Hicham.
    Et Ilan, tu donneras l'étiquette du point « normal» à Joris.

    Enseignant : Maintenant, Bilal va venir fixer son étiquette au tableau sans rien dire. Puis Dounia. Puis Fatou. Puis Hicham. Et enfin Joris.
    Joris, peux-tu nous relire ces mots ?

    Joris : Tu... as... vu... le... chat... point d'interr... oh non ! point normal. Tu as vu le chat. Comme ça, normal. Pas pour demander.

    Enseignant : Très bien. Nous allons relire avec Joris, s'il vous plaît.

    • L'enseignant fait relire la phrase et explique : « Avec les mots que nous avons appris à reconnaître, nous pouvons écrire d'autres phrases, d'autres histoires. Je vais donner trois mots et un point à quatre enfants ; ils nous les montreront et nous chercherons à trouver l'histoire, la phrase que l'on peut écrire. »
      Il distribue : Le (avec la majuscule) - chat - chasse et le point.
    • S'il reste du temps, il recommence avec : Il a (sans s) vu le chat.

    10 h 30 - 10 h 45 : Écriture

    Relations aux programmes : Écriture : Maîtriser des gestes de l’écriture cursive exécutés avec une vitesse et une sûreté croissantes

    Trois cas possible :

    • Élèves non-scripteurs : Séances 1 et 2 du cahier Mes cahiers d'écriture, de chez MDI ; essais lettre a, sur l'ardoise, après démonstration par l'enseignant et essais élèves au tableau, puis dictée d'étiquettes (ou d'Alphas) :

    Enseignant : « Fixez l'étiquette de la lettre qui dit « Aaaa » sur votre ardoise. Levez pour que je voie ! Non, l'ardoise tournée vers moi, Loan et Maya !... Très bien... Posez doucement l'ardoise sur votre table et enlevez l'étiquette et mettez maintenant, l'étiquette des lettres qui chantent « Chhhh ». Attendez que je le dise pour lever votre ardoise. Tout le monde est prêt ?... Levez, avec l'ardoise tournée vers moi pour que je puisse lire... Très bien... Posez doucement, enlevez l'étiquette... Maintenant « cccchhhhaaaaa »... Attendez que tout le monde ait fini... Levez ! »

    L'enseignant continue encore quelques secondes, en demandant dans le désordre ch, a ou cha, à plusieurs reprises. Il aide les élèves maladroits.

    • Élèves dégrossis : Séances 1 et 2 du cahier Mes cahiers d'écriture, de chez MDI, puis essais en cursive sur l'ardoise : lettre a et graphie ch, après démonstration au tableau par l'enseignant puis essais d'élèves. Si les élèves y arrivent bien, au moins ligne de a en cursive sur le cahier du jour (→ présentation préparée par l'enseignant) et éventuellement une ligne de ch

    La séance finit par la même dictée que pour les élèves non-scripteurs.

    • S'il sait que ses élèves ont appris à écrire en cursive l'année précédente : il a préparé une page de cahier seyes 3 mm sur laquelle on trouve, en cursive : la date, le titre, une ligne présentant alternativement les graphies suivantes : ch a cha - ch a cha - ... et une ligne sur laquelle est écrite la phrase : Tu chasses le chat. que les élèves recopieront puis illustreront en-dessous (cadre tracé au crayon à papier par l'enseignant).

    La séance finit par la même dictée que pour les élèves non-scripteurs mais les enfants travaillent à la craie ou au feutre effaçable, directement sur leur ardoise. 

    10 h 45 - 11 h : Récréation

    • Dans la cour, penser à rappeler aux élèves d'aller boire et de passer aux toilettes.

    11 h - 11 h 15 : EPS / Mathématiques

    Relations aux programmes : Compter : Comprendre et utiliser des nombres entiers pour dénombrer – Éducation physique et sportive : Prendre conscience des différentes ressources à mobiliser pour agir avec son corps /  connaitre le but du jeu / reconnaitre ses partenaires

    11 h 15 - 11 h 25 : Temps incompressible

    • Mise en rang, retour au calme, entrée en classe sur la pointe des pieds en chuchotant.

    11 h 25 - 12 h : Mathématiques

    Relations aux programmes : Compter : Comprendre et utiliser des nombres entiers pour dénombrer / Nommer, lire, écrire, représenter les nombres

    12 h - 13 h 30 : Interclasse

    • Pendant l'interclasse, l'enseignant colle la fiche de leçons sur les cahiers, carnets ou agendas des élèves (relire p 2 et 3) et prépare l'un sous l'autre les cahiers d'exercices et les livrets ouverts à la page 3 sur les bureaux ; il vérifie que chaque élève a un crayon taillé. 
    • Pour les classes dont les élèves sont non-scripteurs, il a préparé des étiquettes autocollantes portant chacune un mot du texte en cursive.
    • Il prépare le tableau de l'après-midi en recopiant intégralement la page 3 au tableau et le matériel nécessaire à l'expérimentation de l'après-midi (voir C2 : Questionner le Monde - 1)

    13 h 20 - 13 h 30 / 13 h 30  - 13 h 40 : Accueil et Temps incompressible

    • Accueil dans la cour. Penser à rappeler aux élèves qu'ils doivent aller boire et passer aux toilettes avant que la cloche sonne.
    • Mise en rang, exercices respiratoires de retour au calme, retour en classe, arrêt au vestiaire au besoin, entrée en classe sur la pointe des pieds en chuchotant.

    13 h 40 - 14 h : Écriture-lecture 

    Relations aux programmes : Lire : Identifier des mots de manière de plus en plus aiséeÉcriture : Maîtriser des gestes de l’écriture cursive exécutés avec une vitesse et une sûreté croissantes

    • Les élèves découvrent leur livret de lecture ouvert à la page 3 sur leurs bureaux. L'enseignant annonce le travail :

    Enseignant : Nous allons lire toute la page parce que, vous me l'avez montré ce matin, vous êtes très forts. En plus, c'est simple parce qu'elle ne contient que des mots que vous savez reconnaître.
    Mettez votre double décimètre sous la première ligne, comme ça. Posez votre index sous le premier mot, comme ça.
    Katia, lis-nous le premier mot...
    Déplacez votre index sous le deuxième mot, comme ça... Lis-nous ce mot, Loan...
    Très bien. Déplacez votre index sous le mot suivant. À toi, Maya....  

    • Etc. jusqu'à la fin de la première ligne.
    • Même travail avec 9 autres élèves pour la deuxième ligne, puis 7 élèves pour la troisième et enfin 7 élèves pour la suivante. L'enseignant passe entre les tables d'élèves pour replacer un index, un double décimètre au bon endroit. Le rythme doit être très rapide pour que chacun se sente encouragé.
    • Il continue le travail, soit mot par mot, soit phrase après phrase (tout dépend de la réactivité des élèves, de leur attention lorsque ce n'est pas leur tour de lire, de leur facilité à reconnaître les mots) pour les phrases 1 à 6.
    • Dans tous les cas, à la fin de chaque phrase, il relit lui-même la phrase lentement mais sans interruption trop marquée après chaque mot et pose quelques rapides questions de compréhension, y compris des questions qui réclament de s'intéresser à un implicite :

    Exemple pour la phrase 1 : Tu as vu le chat.

    - Quel est ce chat que nous devrions avoir vu, à votre avis ?
    - Est-ce que ça peut être le chat du livre ?
    - Est-ce que ça peut être le chat de Pablo Picasso ?
    - Est-ce que ça peut être un autre chat, qui passerait là, tout près de nous ?

    Exemple pour la phrase 2 : Le chat chasse.

    - De quel chat cette phrase peut-elle parler ?
    - Quel animal le chat dont elle nous parle peut-il être en train de chasser ?
    - Est-ce qu'il pourrait chasser autre chose qu'un animal ?

    • Une fois les 6 phrases lues et comprises, les élèves ferment leur livre et découvrent leur cahier d'exercices.
    • L'enseignant donne la première consigne  en montrant l'exercice concerné : « Vous allez lire cette phrase tout seul, en chuchotant, comme ça (exemple de chuchotis incompréhensible par l'extérieur), puis vous la recopierez. Quand vous l'aurez recopiée, vous dessinerez ce qu'elle raconte dans le cadre que vous voyez en-dessous.
    • Il laisse quelques secondes aux enfants et encourage les rêveurs et les agités à observer attentivement ces trois mots. S'il remarque quelques élèves perdus, il va les voir et les fait lire, en chuchotant, en se référant au besoin à la première phrase de la page 3, dont les mots sont encadrés un à un.
    • Lorsqu'un enfant a fini son dessin, l'enseignant lui explique la consigne du deuxième exercice et lui propose de s'aider de son livre pour commenter le dessin qu'il voit.
    • L'enseignant apprend à deux élèves à ramasser les cahiers ouverts et à les pose sur son bureau.

    14 h - 14 h 45 : Questionner le monde

    Relation aux programmes : Pratiquer, avec l’aide des professeurs, quelques moments d’une démarche d’investigation : questionnement, observation, expérience, description, raisonnement, conclusion / Observer des objets simples et des situations d’activités de la vie quotidienne /  Existence, effet et quelques propriétés de l’air (matérialité et compressibilité)

    14 h 45 - 15 h 15 : Éducation physique et sportive

    Relation aux programmes : Éducation physique et sportive : Prendre conscience des différentes ressources à mobiliser pour agir avec son corps /  connaitre le but du jeu / reconnaitre ses partenaires

    15 h 15 - 15 h 30 : Récréation

    • Dans la cour, penser à rappeler aux élèves d'aller boire et de passer aux toilettes.

    15 h 30 - 15 h 50 : Poésie

    Relation aux programmes : Écouter pour comprendre des textes lus par un adulte / Conserver une attention soutenue lors de situations d’écoute ou d’échanges et manifester, si besoin et à bon escient, son incompréhension.

    • L'enseignant lit lentement la poésie, strophe après strophe, après en avoir donné le titre et le nom de l'auteur. Il s'accompagne de gestes et de matériel (un tout petit chat, une souris, un rat, du nougat, du chocolat, une vieille dame) pour que les enfants s'intéressent et qu'ils comprennent, même ceux en insécurité linguistique. 
    • Une fois la poésie lue en entier, il demande ce que les enfants ont compris. Chacun est convié à dire quelque chose :

     Peyo : Ça parle d'un petit chat.

    Quentin : Même, un tout petit chat.

    Rose : Il a une tatie, le chat.

    Salima : A chat. Chasse.

    Théo : Non, Salima, y chasse pas, celui-là. Il mange.

    Salima : A chat. Pas chasse.

    Ulysse : Y chasse pas parce qu'il ne mange pas d'animaux. Pas de souris, pas de rat. Jamais. Il aime pas ça.

    Vanina : Lui, ce qu'il aime, c'est le chocolat. Et le... Je ne sais plus le nom mais j'en ai déjà mangé.

    Willy : Du nougat ! On en mange à Noël. Il y a des trucs dedans. C'est des fruits mais durs. On en mange à l'apéro.

    Xénophon : Des fruits secs. Des pistaches.

    Ysolde : La tante du chat, elle s'appelle Solange, comme ma cousine. Il n'y a pas beaucoup de chats qui s'appellent Solange, quand même. C'est drôle.

    Zéphyr : Mais non, c'est pas la tante du chat qui s'appelle Solange, c'est la tante à Maurice ! Maurice qu'elle a dit la maîtresse. Celui qui écrit des récitations.

    Albert : Des poésies, on dit. Maurice, c'était un poète. Et il avait un chat et une tante.

    Bilal : Il était orange et tout petit, le chat de Maurice.

    Coline : Et sa tante à Maurice, elle disait que le chat, il grandissait mal parce qu'il mangeait trop gras, trop sucré, trop salé au lieu de manger comme les vrais chats.

    Dounia : Maurice, même lui, il le trouve étrange, son chat. Parce que les chats, normalement, y z'aiment pas les trucs trop sucrés. Mon chat, moi, à ma maison, y mange que des croquettes pour chat. Pas des rats, pas des souris, pas du chocolat, pas du truc d'apéritif, juste des croquettes.

    Enseignant : Bon, je pense que nous avons fait le tour de cette histoire. Il est temps que je vous fasse voir le nougat, et que je vous le fasse goûter. Ce n'est pas du tout pour l'apéritif, vous verrez.

    Eddy : Ah, c'est ça ! J'en ai déjà mangé ! C'est des amandes, dedans. Pas des pistaches. Et c'est sucré, c'est fait au miel.

    Fatou, Hicham, Ilan, Joris, Katia et les autres : Moi aussi... moi non... moi je sais plus... moi j'aime pas ça, je veux pas goûter... moi ma maman elle veut pas... Moi... moi... moi...

    Enseignant : Je crois que nous allons finir là-dessus. Je voulais vous relire le poème de Maurice Carême, mais nous le relirons plutôt demain. Nous ne sommes pas pressés, de toute façon. Je vous donne à chacun un morceau de... ?... nougat, puis nous sortirons ensuite en récréation. Ceux qui ne veulent pas goûter le nougat n'ont qu'à me le dire, je ne leur en donnerai pas... Mais ils ne savent pas ce qu'ils manquent. Orange, le petit chat étrange de Maurice Carême, lui, il aime ça !  

    15 h 50 - 16 h 05 : Temps incompressible

    • Préparation des cartables (voir Mardi )

    16 h 05 - 16 h 30 : Anglais ou Ateliers autonomes

    Relation aux programmes : Imaginer et réaliser des objets simples et de petits montages / S’approprier par les sens les éléments du langage plastique : matière, support, couleur... / Respecter l’espace, les outils et les matériaux partagés / ...

    Personnellement, je confie l'enseignement de l'anglais à ma collègue qui a quelques lueurs dans cette langue.
    S'il ne tenait qu'à moi, je passerai cette demi-heure avec les ateliers autonomes de la veille.

    • L'enseignant regroupe ses élèves autour de lui et commence la première séance d'anglais de sa méthode (nous utilisons l'ancienne édition de Initiation à l'anglais, chez Retz, mais peut-être y a-t-il bien mieux).
    • Sinon, voir Mardi
    • Vers 16 h 25, le matériel est rangé et l'enseignant rappelle aux enfants qu'ils doivent emporter leur cartable et les vêtements qu'ils ont suspendus au vestiaire.

    Dans la même série :

    CP : Les débuts en écriture-lecture (1) ; ... ; CP : Les débuts en écriture-lecture (3) ; CP : Les débuts en écriture-lecture (4)

    CP : Écriture-lecture, 1 mois plus tard... (1) ;


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :