• CP : Écriture-lecture, début janvier (2)

    CP : Écriture-lecture, début janvier (2)

    Merci à Xavier Laroche, pour son illustration

    LUNDI APRÈS-MIDI

    13 h 20 - 13 h 30 / 13 h 30  - 13 h 40 : Accueil et Temps incompressible

    13 h 40 - 14 h 25 : Écriture-lecture 

    Relations aux programmes : Lire : Identifier des mots de manière de plus en plus aisée Écriture : Transcrire des mots avec les correspondances entre diverses écritures des lettres (scripte cursive) / Vérifier la conformité de la copie par comparaison avec le modèle / Acquérir quelques connaissances sur la langue : mémoire orthographique des mots / Connaître les correspondances graphophonologiques / Connaître la valeur sonore de certaines lettres (s) selon le contexte.

    Après avoir posé sur leur table leur cahier du jour ouvert à la bonne page et, par-dessus, leur livre de lecture, les enfants commencent par un moment de langage oral, exclusivement ciblé sur le contenu de la page 2 : le texte, les illustrations, la graphie du jour.

    Xénophon : C'est l'histoire d'un pirate qui s'appelle Rusé-Renard.

    Zéphyr : Il habite sur une île. C'est l'île de Rose. Mais pas Rose qu'on a dans la classe. Une autre Rose.

    Albert : Non, c'est la rose. La rose rouge. Une fleur, quoi.

    Zéphyr : Aaaaah ! Moi, je croyais que c'était une fille ou une dame qui s'appelait Rose ! Pfffff !

    Bilal : En fait, c'est pas son histoire. Enfin si. Mais pas vraiment. Paske, au début, ça nous parle de Malo.

    Coline : Oui, c'est une histoire que Malo nous lit.

    Dounia : De son préféré livre. Paske Malo, il aime que les histoires de pirates...

    Eddy : Et de trésors ! Des trésors avec des sous en or et des pierres précieuses qui coûtent très chères.

    Fatou : Dans Rose et dans trésor, on entend la lettre S qui fait [z].

    Gabrielle : C'est quand elle est entourée par des voyelles. Une voyelle avant et une voyelle après. Là, elle ne se prononce plus [s] mais [z].

    Hicham : Le trésor du pirate, il est bien planqué ! Personne y sait où il est. Que lui !

    Ilan : Le pirate, y fait peur sur le dessin. Il a l'air super méchant. Il a une épée en or et une grande barbe. Et des bottes. Et un chapeau. Et un truc rouge autour de sa tête.

    Joris : Ouais, un foulard. C'est comme dans Pirates des Caraïbes ! Ça fait peur ! Les pirates, y z'égorgent tout le monde, comme ça. Y mettent leur couteau entre les dents, y sautent sur les bateaux des autres, y font des gros yeux méchants et ziak ! ziak ! ziak ! Y leur passent leur poignard sur le cou en les tenant comme ça et y les égorgent, ça s'appelle. Y'a du sang partout, c'est dégueu... dég... dégoûtant. Voilà : c'est dégoûtant !

    Katia : On va pas lire ça, quand même, maîtresse ?Paske moi, ma mère, elle veut pas que je lise ça, hein...

    Enseignant : Qu'en pensez-vous ? Allons-nous lire les horreurs que nous raconte Joris ?

    Loan : Bah non. C'est un livre de CP, pas un film pour adultes. Moi, j'ai pas le droit de regarder des films violents ; mes parents, ils veulent pas.

    Maya : Moi non plus, j'ai pas le droit. Ni chez papa, ni chez maman. Que des dessins animés pour enfants chez papa et, chez maman, j'ai pas la télé...

    Joris : T'as pas la télé ? T'as pas de tablette, non plus ! Mais qu'est-ce que tu fais, alors ?

    Enseignant : Maya et Joris, vous continuerez cette conversation passionnante à la récréation. Pour le moment, nous revenons à la page de lecture. Nino ?

    Nino : Bah, je crois qu'on a presque tout dit, déjà. Sauf le trésor... Il y a des diamants, des é... d'argent, j'ai oublié le nom de ces pièces-là... Et puis... de l'or, des pierres précieuses rouges et d'autres jaunes mais pas des vertes.

    Enseignant : Très bien. Olympe ? Et puis après, nous lisons parce que là, nous pourrions continuer tout l'après-midi mais le temps nous est compté, vous le savez bien.

    Olympe : Les sous, c'est des écus. Les pierres rouges, des rubis, et les jaunes, des... topazes. C'est écrit là, en bas.

    Enseignant : Voilà. C'est parfait, Olympe. D'où l'importance d'apprendre à lire... Quand vous saurez bien lire, vos yeux iront tout seuls chercher les renseignements dans le texte... Vous ne pourrez même plus faire autrement. Alors, reprenons où nous en étions ce matin. Je l'ai noté pour ne pas oublier. Le premier lecteur sera Ulysse qui nous lira le titre et le premier paragraphe, puis Vanina nous lira le deuxième, Willy, le troisième, Xénophon, le quatrième et Albert, le cinquième. Les autres liront dans leur chuchoteur en essayant d'aller aussi vite que leurs camarades qui lisent à voix haute. Ensuite, nous ferons la dictée et l'exercice sur le cahier du jour.

    Peyo : Et après... le nouveau cahier d'exercices que la maîtresse va nous distribuer !

    Enseignant : Eh non... Je vous expliquerai tout à l'heure. Nous écoutons Ulysse qui va essayer de lire comme un papa ou un maître qui lit une histoire à des enfants.

    Ulysse : Le trésor... du pirate.... Le trésor du pirate... Malo adore... les livres qui parlent... de pirates et de... trésor... Malo adore les livres... qui parlent de pirates et de trésor.

    Vanina : À... la... b... i... bi... b...l... bl... bibl...i... bibliothèque ?... 

    Enseignant : Oui, c'est ça. Bravo Vanina. Continue. 

    Vanina : il... a.... p... non... t... r... tr... o... tro... u...

    Enseignant : O.U., quel son ?

    Vanina : ou ?... t... r... tr...o... non ou... t...rou... trou... trouvé ?...

    Enseignant : Oui. Ça avance, tu vas y arriver. Allez, je t'aide maintenant. Nous recommençons depuis le début : À... la... bi-bli-o-thè-que... il... a... trou-vé...

    Vanina (et l'enseignant) : un... li...vre... qu...il... lit... et... re... lit... tous... les... jou-rs...

    Enseignant : Très bien, Vanina ! Prenez votre micro, les autres, nous relisons tous la phrase avec Vanina : À la bibliothèque... il a trouvé... un livre... qu'il lit et relit... tous les jours. Tu continues, Willy ?

    Willy : Sur... l'î-le... de... la... Rose... Rou-ge... vit... le... p-lus... g-ra... non... g-rand... et... le... p-lus... mé-cha...chant... pi-rate... de... tous... les... te..temps... de tous les temps... Sur l'île... de la... Rose-Rouge... vit le... p-lus... plus gr... plus grand... et le p... plus... mé-chant pirate... de... tous... les temps ! Ouf !

    Enseignant : Bravo Willy ! Ce sont vraiment des progrès phénoménaux que tu nous montres là ! Tu vois, Vanina, toi aussi, bientôt, tu liras comme Willy !... Xénophon et Zéphyr, nous vous écoutons pour la fin... Ilan, ton chuchoteur et au travail. N'oublie pas que j'écoute tout... Je veux t'entendre. Allons-y !

    Xénophon : Son nom est Rusé-Renard ! Tout le monde s'écarte quand il passe !

    Zéphyr : Pour-tant... tout le monde... a en-vie de... sa-v... savoir où... Rusé-Renard a... ca-ché... son trésor ! Un trésor... é-norme... de l'or... des bi-joux... des é-cus d'ar... d'argent... des di-amants... des rubis... des to-pa-zes... topazes... Pourtant... tout le monde a envie... de sav... savoir où Rusé-Renard a caché son trésor ! Un trésor... énorme : de l'or, des bi...joux, des é...cus d'argent, des... di...diamants, des rubis, des to... topa... topazes...

    Enseignant : Très bien, fermez et rangez votre livre mais gardez  votre cahier du jour. Nous commencerons par la dictée.
    Aujourd'hui, ce sont des mots dans lesquels
    nous écrirons la lettre S quand nous prononcerons le son [z].
    Pour vous entraîner, nous allons d'abord relire les morceaux de mots que nous avons lus ce matin et nous les épellerons. Prenez votre micro. Prêts ? Allons-y ! 

    Toute la classe lit et épelle les logatomes qui sont restés affichés au tableau depuis le matin, puis chaque enfant prend son crayon à papier et s'apprête à écrire les mots dictés (la tisane ; une usine ; une église ; un vase ; le renard rusé ;
    une chemise grise ; des provisions ; une case ; le visage
    ).

    Pour chaque mot, l'enseignant fait rappeler par un élève différent comment il va écrire le son [z], puis il le dicte lentement, syllabe après syllabe : « la... plus loin... ti...sa...ne... la tisane... »

    Lorsque le mot comporte une difficulté lexicale (renard - visage) ou grammaticale (des provisions), il demande aux élèves s'ils connaissent la difficulté, les aide à exposer la règle (renard parce que renarde et renardeau ; visage parce que tous les mots qui se terminent par le son [ʒǝ] se terminent par -ge ; comme il y a plusieurs provisions, il faut terminer le nom par la marque du pluriel des noms s).

    Après chaque mot, un enfant différent l'épelle et l'enseignant écrit le mot correctement orthographié au tableau. Les élèves qui ont fait une erreur barre entièrement ce mot d'un trait horizontal tracé à la règle et recopie le mot juste au-dessous, en rouge, « pour que ça se voie bien et que leurs yeux puissent apprendre à leur cerveau l'écriture correcte de ce mot ».

    Une fois ce travail fini, le maître montre (ou projette au tableau) la page 3 qu'il commente.

    Enseignant : Désormais, vous n'aurez plus de cahier d'exercices photocopié car vous écrivez vite et bien. Tous les jours, avant ou après la dictée, vous ferez un ou deux des exercices qui se trouvent ici, après la lecture du jour et une dictée que nous lirons ensemble.
    Regardez : Exercices... C'est écrit là... En-dessous, vous voyez,
    en caractères gras, trois numéros et trois consignes. Ici, le numéro 1, là, le numéro 2 et là, le numéro 3.
    Aujourd'hui, nous allons faire le n° 2, c'est pourquoi j'ai écrit cela, en abrégé, c'est-à-dire avec des lettres, des chiffres et des signes qui permettent d'écrire plus vite. Je vous déchiffre ça : N et le petit rond, cela signifie numéro, nous allons donc faire l'exercice numéro 2, P signifie page, donc, c'est le numéro 2 de la page 3.

    Je vous ai écrit la consigne en rouge pour que nous la lisions tous ensemble, mais que vous compreniez qu'il en faut pas la recopier. Albert va nous la lire.

    Albert : Je ré-ta-blis... l'or-dre... de la... phrase... Je rétablis l'ordre de la phrase.

    Bilal : Il faut lire les étiquettes et chercher l'histoire que ça raconte.

    Coline : La phrase, elle commence par Rusé-Renard, parce que c'est le seul mot qui a une majuscule.

    Dounia : Et elle finit par... tré... sor, trésor parce que c'est le seul mot qui a un point après.

    Eddy : Après c'est fastoche... Y reste son et puis a caché.... Alors, c'est... chuuuut ! je le dis pas !

    Enseignant : Voilà, tu ne le dis pas. Tu as tout dit ou presque mais tu ne le dis pas... Vous commencez tous par Rusé-Renard et vous finirez par trésor après avoir placé son et a caché de manière à ce que votre phrase commence par une majuscule, finisse par un point et raconte une histoire que nous comprenons. Je vais aider ceux qui ont besoin de moi. Vous pourrez illustrer cette phrase après avoir tracé votre cadre à la règle comme nous l'avons appris.

    Les élèves terminent l'exercice chacun à son rythme puis illustrent la scène. Lorsqu'ils ont fini, ils apportent leur cahier à l'enseignant qui se tient près d'Ilan, Vanina et Willy qui, malgré sa nouvelle autonomie, a encore besoin d'aide pendant les exercices écrits.
    Ils vont ensuite s'installer aux coins-jeux (jeux de construction, modèles réduits de personnages, véhicules, objets divers...) ou prennent le matériel nécessaire à une activité ludique (feuilletage de livres, papier à dessin et feutres, colle, ciseaux et papiers de couleur, puzzles, pâte à modeler, jeux de société ou de mathématiques, ...) qu'ils pratiqueront à leur place, seuls ou avec un voisin de table.

    14 h 25 - 15 h 00 : Questionner le monde

    Relation aux programmes : Pratiquer, avec l’aide des professeurs, quelques moments d’une démarche d’investigation : questionnement, observation, expérience, description, raisonnement, conclusion / Quelques propriétés des solides / Observer et utiliser des outils et des objets techniques et identifier leur fonction / Identifier des activités de la vie quotidienne faisant appel à des outils et objets techniques / Interdisciplinarité : caractéristiques du développement de certains végétaux (Vivant)

    15 h 00 - 15 h 15 : Poésie

    Relation aux programmes : Écouter pour comprendre des textes lus par un adulte / Conserver une attention soutenue lors de situations d’écoute / Mémoriser des textes

    • L'enseignant annonce qu'il va interroger les élèves qui n'avaient pas encore récité la poésie apprise avant les vacances de Noël et que, pendant ce temps, leurs camarades pourront les écouter ou sortir leur cahier de rédaction dans lequel ils dessineront ce qu'ils raconteront par écrit après la récréation.
    • Pendant le quart d'heure suivant, les élèves à interroger se succèdent devant le tableau. Certains élèves les écoutent en les regardant, d'autres en dessinant.

    15 h 15 - 15 h 30 : Récréation

    15 h 30 - 15 h 45 : Temps incompressible

    15 h 45 - 16 h 20 : Production d'écrit

    Les élèves sont conviés à ouvrir leur cahier de brouillon et à écrire ce qu'ils veulent pour raconter une histoire qui leur est arrivée, une histoire qu'ils ont inventée ou une histoire qu'ils ont lue ou qu'on leur a lue.

    L'enseignant rappelle les consignes de base de cet exercice de production d'écrit :

    Enseignant : Vous vous souvenez que vous devez toujours essayer d'écrire les mots comme ils s'écrivent dans les livres et dans les dictionnaires et que vous pouvez regarder dans votre livre ou vos cahiers, si vous ne vous souvenez plus d'un mot. Vous pouvez aussi attendre que je vous appelle et je vous l'épellerai. Vous devez aussi vous rappeler que vous devez les mettre d'accord entre eux. Qui peut me donner un exemple de mots d'accord entre eux ?

    Fatou : Les provisions. On met un S à provisions parce qu'il y en a plusieurs. On le sait parce qu'on a dit les provisions : ça veut dire qu'il y en a plusieurs.

    Gabrielle : Des écus d'argent. Il y a plusieurs écus alors le nom écu est au pluriel, c'est pour ça qu'il faut mettre l'article des. Ils sont d'accord : « Je suis au pluriel, dit le nom, alors toi, l'article, tu te mets au pluriel pour que tout le monde comprenne. »

    Enseignant : Très bien. Les noms et les articles sont les seuls mots qui se mettent d'accord entre eux ? Hicham, qu'est-ce que tu en penses ?

    Hicham : Oui, je crois. Euh, peut-être pas... Je sais plus trop...

    Ilan : Moi, c'est comme Hicham. Je sais pas.

    Enseignant : Je vous aide... Des mots qui expliquent ce que nous faisons ou ce qui nous arrive.

    Hicham : Ah oui ! Les verbes !

    Ilan : Ah oui ! Les... verbres !

    Joris : Pfff ! Y le savait même pas ! Y  copie juste son copain adoré à lui...

    Enseignant : Et qu'est-ce que cela peut bien te faire, à toi ? Au moins, maintenant, il le sait un petit peu mieux. N'est-ce pas, Ilan ?... Les mots qui expliquent ce que nous faisons ou ce qui nous arrive, ce sont des... ? Ver...bes... des verbes. Alors, que font-ils, ces verbes ? Avec qui doivent-ils se mettre d'accord 

    Joris ; Avec les preunoms... Je... suis un horrible méchant pirate... Tu... es un horrible méchant pirate... Rusé-Renard est un horrible méchant pirate !...

    Enseignant : Des prOnoms, Joris... Mais, dis-moi, Rusé-Renard, c'est un prOnom ?

    Katia : C'est un nom, pas un preunom... euh, prOnom...

    Joris : Ouais, les noms ou les preunoms, c'est pareil. Ils font obéir le verbe. Je suis moi, alors tu t'écris comme ça... On a tous les modèles là, sur les feuilles, d'abord. Alors on ferait mieux d'écrire maintenant, non ? Paske sinon on va oublier ce qu'on voulait raconter. Moi, je veux raconter mes cadeaux de ...

    Enseignant : Stop, stop, stop ! Tu as raison, il faut s'y mettre maintenant, sinon, ce ne sera plus la peine de commencer. Je vous appellerai par deux à ma place, comme d'habitude, en commençant par Fatou et Gabrielle puisque c'est leur tour. Je vous rappelle que vous devez laisser une ligne vide entre deux lignes écrites pour que nous puissions corriger. N'oubliez pas, sinon je serai obligé d'effacer. Mettez-vous des points en début de ligne. Je mets le minuteur en route et dans 3 minutes, j'appelle Fatou et Gabrielle. Si vous avez fini, avant que ce ne soit votre tour, vous prendrez comme d'habitude votre cahier de rédaction et vous commencerez à illustrer votre phrase sur la page de dessin. Nous sommes d'accord ? Alors, allons-y !

    L'enseignant s'installe à côté de Vanina, Ilan et Willy et, comme prévu, met son minuteur en route. Pendant ces trois minutes, il va aider ses trois élèves à démarrer un projet à la mesure de leurs capacités d'écrivains : quelques mots qu'ils recopieront dans leur livre de lecture, une phrase très simple composée de mots vus et revus, etc. Lorsque le minuteur sonne, il fait venir Fatou et Gabrielle qui s'assoient l'une à sa droite et l'autre à sa gauche à la table commune où sont déjà installés leurs trois camarades.

    Il commence par le cahier de Fatou. Celle-ci a écrit :

    CP : Écriture-lecture, début janvier (1)

    Enseignant : Je lis... défoi... le... S... il... fé... z... q... qu'est-ce que c'est que cette lettre, là, Fatou ?

    Fatou : C'est... A ? Quand, ça s'écrit bien Q.U.A.N.D, non ?

    Enseignant : Je veux bien te croire, mais ce n'est pas comme ça que je t'ai appris à l'écrire... Je t'entoure ce mot, tu le gommeras et tu me feras un joli A à la place de cette lettre qui ne ressemble pas à grand-chose. Continuons... défoi... Première chose, tu as oublié un détail : par quoi devons-nous commencer les phrases ?

    Fatou : Oups ! Une majuscule ! J'ai oublié... Attends, je vais le faire tout de suite...

    Enseignant : Non, pas tout de suite, il y a un autre souci. Ça ne s'écrit pas comme ça du tout. Enfin, si... pour les lettres D, F et OI... Alors, d'abord, ce sont deux mots : des... l'article que tu connais et qui s'écrit... ?

    Fatou : D.E.S.

    Enseignant : C'est ça... Sans oublier la majuscule... Et puis le nom fois que tu as bien écrit, bravo, parce que nous n'avions pas encore vu l'écriture du son [wa], mais qui finit par la lettre muette S. Je t'indique tout ça sur la ligne en-dessous... Regarde : 2 patates pour tes 2 mots ; un petit trait au début du premier pour que tu penses à la majuscule et S à la fin du deuxième pour que tu n'oublies pas cette lettre muette. Et tu gommes quand pour le réécrire avec un joli A !
    Ah ! Et puis que j'ai oublié. C'est le verbe faire avec une écriture du son [ɛ] que nous ne connaissons pas encore : F.A.I.T. Je te l'écris, c'est plus simple.

    CP : Écriture-lecture, début janvier (1)

    Tu peux retourner à ta place. Hicham, tu viens t'installer à la place de Fatou, s'il te plaît. Pendant ce temps, je regarde le texte de Gabrielle.

    CP : Écriture-lecture, début janvier (1)

    Ah mais, c'est déjà très bien tout ça... Alors.. Avec... c'est bon, mon... c'est bon, frère... aussi... et parfait... pui... ah, un petit oubli : il y a une lettre muette... Puis s'écrit P.U.I... ?

    Gabrielle : S ! P.U.I.S ! J'avais oublié. Tu me le marques ?

    Enseignant : Je t'entoure la ligne d'écriture, tu comprendras... mes... c'est ça... parents... ah, là, il y a un petit problème pour l'écriture du son [ã]... Si ce n'est pas l'un, c'est l'autre...

    Gabrielle : E.N ?

    Enseignant : Oui, et une lettre muette pour le féminin : un parent et une ... ?

    Gabrielle : parente ! E.N.T... C'est comme hurlement, alors ?

    Enseignant : Comme hurlement, c'est ça. Nous continuons, tes camarades attendent... je suis... parfait. allée... ah, là, en revanche, deux erreurs... Tu ne l'as encore jamais écrit ? Regardons un peu en arrière... Ah ! Voilà ! Tu peux m'épeler cela, s'il te plaît ?

    Gabrielle : A.2L... ah oui ! É. .. et puis E parce que je suis une fille !

    Enseignant : Très bien. Je t'ajoute deux petits traits pour que tu penses à ce que tu as oublié. Au ski... alors, au... nous ne l'avons pas encore appris, c'est A.U., nous allons le voir bientôt. Et ski, ce n'est pas la bonne lettre pour le son [k]. Tu te souviens, nous en avions parlé, les noms qui nous viennent des pays froids du nord de l'Europe... 

    Gabrielle : Ah oui, K ! Tu me l'entoures ? Je le gommerai.

    Enseignant : Oui, voilà, c'est tout prêt.

    CP : Écriture-lecture, début janvier (1)

    Joris, tu viens ? Ça va bientôt être ton tour. Hicham, fais-moi voir ton œuvre.

    CP : Écriture-lecture, début janvier (1)

    Rusé-Renard, c'est parfait... Et ? Rusé-Renard et puis qui donc ? Regardons la suite : et le plus méchant pirate qui existe. Tu es sûr que tu parles de deux personnes ?... Il y a Rusé-Renard, et puis il y a le plus méchant pirate qui existe ?... Du calme, les autres. Ceux qui ont fini leur phrase prennent leur cahier et dessinent, nous l'avons dit tout à l'heure : il n'y a donc aucune raison qu'il y ait ce brouhaha... Alors, Hicham ? Deux personnes ou une seule personne ?

    Hicham : Bah non. C'est lui, le plus méchant pirate. C'est Rusé-Renard. On l'a lu tout à l'heure.

    Enseignant : Alors ? C'est le mot et qui s'écrit E.T. ?

    Hicham : Haaaa ! Non, c'est E.S.T. Il peut être méchant.

    Enseignant : Bon. Ensuite : plus... tu as oublié une lettre, tu chercheras dans ton livre... méchant... même chose, tu mettras au féminin... pirate... c'est parfait... qui... ça ne s'écrit pas comme ça... tu as oublié ?... C'est Q.U.I... tu l'écriras tout seul. Répète : Q.U.I. Et enfin, existe, tu ne t'es pas mal débrouillé mais ce n'est pas comme ça qu'on l'écrit.
    Regarde, je t'écris le début : ex, E.X., i, I... et tu continueras sans rien oublier : exiSte... D'accord ? Allez, au boulot !

    CP : Écriture-lecture, début janvier (1)

    Katia, tu nous rejoins et je regarde l’œuvre de Joris...

    Joris : Tu vas être contente, maîtresse, j'ai déjà fini, y'a pu qu'à recopier dans le cahier ! Et comme j'ai déjà fait le dessin tout à l'heure pendant « Noël, Noël », c'est moi le premier, plus vite que Gabrielle !

    CP : Écriture-lecture, début janvier (1)

    Enseignant : Et tu as bien suivi toutes les recommandations, n'est-ce pas ?

    Joris : Bah oui. Je les ai sautées, les lignes ! Regarde : là et là, tu peux écrire si tu veux.

    Enseignant : Si je veux ou si je dois ? Parce que mon métier, ce n'est pas de faire comme j'ai envie, c'est de faire comme il faut que je fasse pour que le jeune Joris Maleau apprenne à écrire comme un véritable élève de CP...

    Joris : Ouais, c'est pareil. J'ai tout fait, t'as vu ? Regarde... Attends, donne-moi le cahier, je vois pas bien... zé... non... j'ai eu... u... ouais, j'ai eu... des...cadeaux super à Noël ! C'est ma mère, elle... t'as vu, je dis plus il... elle me les a a... attends, je voix pas bien... Ah ! ach'tés ! Voilà, c'est achetés, celui-là !

    Enseignant : Ce que je remarque surtout, c'est que même toi, tu te relis avec difficulté. Qu'est-ce que comprendraient les autres, à ton avis ?... Bon, qu'allons-nous faire de ça qui te ferait un peu progresser ?... Ah, je sais ! Tu vas aller chercher ton crayon à papier et ta gomme et tu viendras t'asseoir à la place de Willy qui est en train de dessiner puisqu'il a fini sa phrase.

    Joris : Oh non ! Tu vas me faire encore tout recommencer ? C'est pas juste, j'avais fini !

    Enseignant : Et moi, je considère que tu n'avais pas commencé puisque tu n'as respecté qu'une seule consigne, celle des lignes sautées. Donc, tu arrêtes tes simagrées de bébé jaloux et tu obtempères. Crayon à papier et gomme et tu reviens ! Hop là ! Pendant ce temps-là, je vais regarder le travail de Katia. Fais-nous voir ça, ma grande...  

    Katia apporte le texte suivant, parfaitement calligraphié en belle cursive appliquée :

    Malo adore les livres qui parlent de pirates et de trésor !

    L'enseignant s'étonne :

    Enseignant : Dis-donc, Katia, c'est une une histoire qui t'est arrivée, une histoire que tu as inventée, une histoire que tu as lue ou une histoire que quelqu'un t'a lue ?

    Katia : Bah, c'est une histoire que j'ai lue, tu le sais...

    Enseignant : Et tu l'as recopiée ?

    Katia : Bah oui. C'était dans mon livre. Tu as dit qu'on pouvait s'aider avec le livre.

    Enseignant : Oui... en effet... euh... mais ce n'est pas vraiment ce que j'attendais de toi. Tu m'as fait de la copie, là. Juste de la copie. Tu n'as pas appris à réfléchir toute seule à une phrase que tu saurais écrire et à l'écrire seule mot après mot, comme si tu te faisais une dictée à toi-même. Tu comprends la différence ?

    Katia : Euh... Un peu... Mais pas trop...

    Enseignant : Bon. Ce n'est pas très grave. Je te réexpliquerai ça une autre fois. Pour le moment, tu vas retourner à ta place et essayer d'inventer, sans ouvrir ton livre, une deuxième phrase qui expliquera la suite de l'histoire. Sans ouvrir le livre du tout, même pour savoir l'orthographe d'un mot. Si tu ne sais pas en écrire un, tu en cherches un autre que tu saurais écrire. Tu as compris ? Dis-moi quelle phrase tu pourrais écrire.

    Katia : Bah... euh... je sais pas... attends... ah oui ! Son livre préféré, c'est le trésor de Rusé-Renard ! C'est bien, ça ?

    Enseignant : Oui, c'est très bien. Eh bien vas-y. Et n'oublie pas, n'ouvre pas ton livre ! Je t'écris c'est sur ton cahier parce que c'est une expression dont l'orthographe est très difficile, tu pourras la recopier. Le reste est simple, tu devrais y arriver. Allez, au travail. Et Joris et moi, nous nous y remettons !
    Alors, mon cher Joris, comment allons-nous procéder ?... Ah oui, commençons par écrire J'ai eu. C'est le verbe avoir au passé composé... C'est un temps dont nous n'avons pas encore parlé. Je vais donc te l'épeler lettre par lettre. Écris j'ai : J.apostrophe.A.I ... et plus loin eu : E.U. Voilà, j'ai... eu... Des, en revanche, tu sais l'écrire. C'est le pluriel des articles un et une. Nous l'avons écrit des dizaines de fois. Alors ?

    Joris : Ah ouais ! J'avais pas fait attention que c'était lui. Je sais, c'est D.E.S.

    Enseignant : Eh bien voilà, écris. Dans les lignes, s'il te plaît... Très bien. Ensuite, cadeaux... Tu n'as pas choisi la lettre que nous prononçons [k] qui convient. Rappelle-toi : quand nous ne savons pas écrire un son, nous choisissons la lettre que nous avons apprise en premier car, généralement, c'est celle qui est la plus utilisée. Alors, le [k] que nous avons appris en premier, quelle lettre ?

    Joris : Le C ! Comme dans coucou et comme ! Alors, j'écris cadeau, C.A.D.O !

    Enseignant : Ah non, pas O. Ici, ma règle ne fonctionne pas. C'est un groupe de lettre que nous allons apprendre très bientôt : E.A.U. Le groupe de lettres EAU se prononce [o] et nous le trouverons très souvent en fin de nom : bateau, ciseau, couteau, râteau... tout ça, ça se termine par EAU. Et ici, cadeau : C.A.D.E.A.U. Écris. Toujours dans les lignes. Merci. Ah, combien de cadeaux ?

    Joris : Bah... euh, je sais plus... Attends, je compte...

    Enseignant : Non, non, ce n'est pas la peine. Je veux juste savoir s'il y en avait un ou plusieurs.

    Joris : Ben plusieurs ! Je te l'ai dit. Des cadeaux super, c'est bien qu'y en a plusieurs, alors ?

    Enseignant : Oui, alors ?... Nous n'avons rien appris à ce sujet ? Quand il y a plusieurs objets, plusieurs personnes, plusieurs animaux...

    Joris : Aaaaaaah ! On met un S ! Mer... mince, j'ai encore oublié !

    Enseignant : Tu as raison, habituellement, nous mettons S mais nous allons bientôt apprendre que lorsque le nom se termine par ce fameux EAU qui se prononce [o], c'est X qui marque le pluriel. Alors, écris cadeau : C.A.D.EAU.X. Parfait. La suite ? Ah oui, super... Tu l'as déjà vu écrit dans notre livre, ce mot ?...

    Joris : Non.

    Enseignant : Et dans les histoires que je vous lis ?

    Joris : Euh... non.

    Enseignant : Et tu sais pourquoi ?

    Joris : Euh... nnn... Ah si ! Paske c'est pas français. C'est un gros mot.

    Enseignant : Non, ce n'est pas un gros mot. Tu peux le dire, même à l'école. Tu peux même l'écrire dans une lettre à un copain ou à ta famille. Mais, c'est plutôt familier. Si tu veux écrire un beau texte pour l'école, tu dois chercher un autre mot... Tu as une idée ?

    Joris : Euh... Attends, je vais te dire ça... Tu vas voir... Tu vas être étonnée... Paske c'est super beau ce que je vais te dire... Comme dans les livres que tu nous lis... Même mieux !...

    Enseignant : Je suis tout ouïe... Dépêche-toi, tes camarades attendent mon aide... 

    Joris : Des cadeaux... attention, le voilà ! Tu vas voir comme c'est bien... Extraordinairement magnifiques ! 

    Enseignant : Ah oui, en effet, c'est presque trop recherché, cette fois... Les deux, ça fait beaucoup, tu sais. Si nous simplifiions un petit peu ? Que dis-tu de magnifiques ou de extraordinaires ?

    Joris : Pfff ! Chaque fois que j'ai une idée, elle est pas bonne, alors...

    Enseignant : Ce n'est pas qu'elle n'est pas bonne. C'est que c'est trop. Il y a deux très bonnes idées, mais, les deux ensemble, cela fait trop. C'est tout. Tu vas apprendre petit à petit, ne t'inquiète pas. Tu as déjà fait de gros progrès, tu sais. Alors ? Extraordinaires ou magnifiques ?

    OK. C'est moi qui choisis ?

    Enseignant : C'est toi qui choisi... ras... Regarde le minuteur, il va sonner d'une seconde à l'autre. Comme ça, tu auras une journée entière pour choisir. Tiens, qu'est-ce que je te disais ? Le voilà qui sonne.
    Tu vas donner ton cahier de brouillon aux ramasseurs. Vous avez entendu, les autres ? Tout le monde laisse son cahier de brouillon ouvert à la bonne page sur son bureau et les trois ramasseurs les relèvent et les posent sur mon bureau. Comme ça, je préparerai la correction des cahiers de ceux que je n'ai pas eu le temps de voir. Je note que nous en sommes à Loan, c'est par lui que je commencerai demain.
    Il nous reste tout juste 5 minutes pour finir de ranger et nous préparer à sortir. Rappelez-vous, il ne doit rien rester sur vos bureaux.

    La demi-journée se finit par quelques minutes d'agitation autour du rangement, des cartables et des vêtements à récupérer et de la séparation entre élèves qui restent à la garderie municipale et élèves qui rentrent chez eux. 

    Dans la même série :

    Rentrée des classes :

    CP : Les débuts en écriture-lecture (1)CP : Les débuts en écriture-lecture (2) ; CP : Les débuts en écriture-lecture (3) ; CP : Les débuts en écriture-lecture (4)

    Un mois plus tard :

    CP : Écriture-lecture, 1 mois plus tard... (1) ; CP : Écriture-lecture, 1 mois plus tard... (2)

    Deux mois plus tard :

     CP : Écriture-lecture, 2 mois plus tard... (1) ; CP : Écriture-lecture, 2 mois plus tard... (2)

    Début janvier :

    CP : Écriture-lecture, début janvier (1) ; ... 


  • Commentaires

    1
    Sophie
    Dimanche 10 Février à 20:57

    Tout à fait le genre de séances que je n'arrive pas à faire cry

      • Lundi 11 Février à 10:21

        Peut-être tout simplement parce que tes élèves ne sont pas prêts ? Continue encore un peu les textes collectifs et réserve la production d'écrits à des mots à encoder. Il vaut mieux ne commencer ce type de séance que lorsque une partie conséquente des élèves se met à écrire spontanément sur ses dessins, son ardoise, des petits bouts de papiers, etc.

    2
    Sophie
    Lundi 11 Février à 12:49

    J'avoue surtout que ce genre de séances me terrifie. C'est le bazar assuré dans ma classe. Je n'ai pas le courage winktongue

    Je n'ai jamais su faire, et surtout jamais eu très envie. La dictée à l'adulte non plus d'ailleurs... J'avoue que, dans ma classe, l'expression écrite est vraiment le maillon faible...

      • Mardi 12 Février à 10:24

        Dans ces cas-là, il vaut mieux laisser tomber en effet, peut-être en cherchant d'autres manières de faire de l'expression écrite. Quelque chose de plus carré ou de plus guidé peut-être ?

      • Sophie
        Mardi 12 Février à 19:21

        Ça y est, je suis passé à Bricomarché et j'ai acheté de quoi faire 12 chuchoteurs ! Je vais pouvoir tester à la rentrée smile

      • Mercredi 13 Février à 10:44

        Tu nous raconteras ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :