• Apprendre à conjuguer de deux à onze ans (6)

    Apprendre à conjuguer de deux à onze ans (6)
    Publicité gratuite aux éditions JOCATOP...

    3. Au CE2

    A. La parole au quotidien ; l'écoute active :

    • Se reporter aux conseils donnés pour le CP et le CE1.

    B. La structuration de l'écrit :

    1. Découvrir, comprendre, retenir

    • Les conseils donnés pour le CE1 restent valables. L'enseignant partira d'un texte souvent déjà connu pour éviter de perdre du temps à en expliquer le sens global, amènera les élèves à s'intéresser aux verbes de ce texte, à les analyser pour dégager la nouvelle notion qu'ils expliciteront avec son aide avant de s'entraîner, ensemble puis seuls, afin de la retenir efficacement.
    • En début d'année, l'enseignant insistera lourdement et fréquemment sur ce qui est déjà connu1. Il installera rapidement les affichages récupérés de l'année précédente et rappellera à ses élèves comment on y prend ses repères. Il leur signalera que ces affichages seront nécessairement temporaires puisque les murs de la classe ne sont pas extensibles et qu'il devra libérer la place pour les affichages suivants. Il leur apprendra à emmagasiner intelligemment les connaissances afin de libérer la mémoire de travail et de prendre confiance en leurs capacités mnésiques.
    • Pour les classes, dans lesquelles l'imprégnation orale et écrite aura été plus ou moins négligée l'année précédente et où, au mieux, seuls des tableaux de conjugaison auront été travaillés de manière mécanique2, il sera prudent de multiplier les travaux collectifs où le sens prime sur le mécanisme : phrases et textes à lire dont on repérera les verbes pour les analyser de plus en plus finement, apprentissage du vocabulaire grammatical qui permet de désigner clairement ce qui jusqu'alors n'était qu'intuitif et flou, phrases et paragraphes à compléter de façon à pouvoir s'appuyer sur le sens avant de passer à l'analyse de verbes sortis du contexte et, enfin, aux verbes à écrire seuls en fonction d'un « cahier des charges » précis3 ! 
    • En cours d'année, l'enseignant se référera le plus souvent possible aux acquis antérieurs pour construire les nouvelles notions. Ainsi, c'est en soulignant « l'opposition » au premier groupe, déjà connu, qu'il permettra à ses élèves de prendre conscience puis mémoriser l'existence d'un deuxième groupe, régulier lui aussi, mais régi par d'autres règles que le premier. Plus tard, c'est en se référant à ces deux groupes qu'il les dirigera vers les différentes « familles » de verbes qui composent le troisième groupe.
    • L'enseignant se contraindra à avancer pas à pas, sans jamais négliger de « poser » les connaissances et d'aider les élèves à prendre conscience des liens qui existent entre les différentes facettes de la langue : lorsqu'ils étudient la conjugaison, ils doivent continuer à tenir compte de ce qu'ils ont appris en vocabulaire (verbes de la même famille, préfixes, utilisation du dictionnaire, ...), en grammaire et orthographe grammaticale (relation sujet-verbe, accords en genre et en nombre pour les participes passés employés avec le verbe être, ...), en orthographe lexicale (valeurs des lettres c et g, lettre s produisant le son [s] entre deux voyelles, …).

    2. S'exercer, garder en mémoire

    • Comme au CE1, les exercices seront toujours pratiqués en commun aussi longtemps que cela sera nécessaire aux élèves qui ont tendance à travailler mécaniquement, de façon à graver en lettres d'or dans leur cerveau les maximes suivantes : « Ce que j'écris doit toujours signifier quelque chose. » et « Ce que j'ai appris me servira toute ma vie, je dois absolument le garder en mémoire. ».
    • Les exercices individuels seront généralement recopiés et écrits dans un cahier. L'enseignant montrera son attachement à l'orthographe lexicale et grammaticale en s'efforçant de ne jamais laisser une seule erreur non corrigée dans les cahiers de ses élèves.
    • Si toutefois, un ou plusieurs élèves sont trop lents pour fournir le travail de copie nécessaire à la réalisation autonome de ces exercices, l'enseignant verra à leur fournir éventuellement une aide (photocopie, exercice à trous ou dictée à l'adulte dans les cas les plus difficiles). Cependant, il signalera bien à l'enfant lui-même et à sa famille qu'il ne s'agit en aucun cas du travail que l'on devrait demander à un élève de 8 à 9 ans et il proposera à la famille d'aider leur enfant à combler rapidement ses lacunes en écriture4. Il valorisera tous les efforts de cet enfant et tentera, autant que faire se peut, de ne pas lui affecter à jamais un statut d'élève en échec pour lequel une assistance sera toujours nécessaire.
    • Ces exercices d'entraînement ne négligeront jamais le sens et viseront un apprentissage intelligent visant à soulager la mémoire plutôt qu'à l'encombrer de suites de lettres indépendantes les unes des autres. Ils seront gradués et emmèneront pas à pas les élèves de l'emploi intuitif de la langue à sa connaissance explicite.
    • Leur but ne sera jamais d'évaluer les connaissances de chaque élève à l'instant T mais bien de faire assimiler les notions de manière sûre et durable à l'ensemble de la classe.
    • Lorsqu'un nouveau temps sera étudié, les élèves participeront à la création d'affiches destinées à aider à la mémorisation. Ces affiches remplaceront progressivement les plus anciennes qui seront enlevées, solennellement, et rangées dans un classeur accessible à tous. L'enseignant expliquera aux élèves que le meilleur et le plus économique des pense-bêtes se trouve à l'intérieur d'eux-mêmes et qu'il convient de le faire travailler pour le rendre efficace.
    • Comme au CE1, il sera toujours préférable de donner un ou deux exercices supplémentaires plutôt que de perdre du temps à faire copier une leçon dans un cahier spécial qu'aucun élève, à ma connaissance, n'utilisera spontanément par la suite. Si l'enseignant n'a pas les moyens matériels pour doter ses élèves de manuels de français ou de dictionnaires dotés de tableaux de conjugaison, il photocopiera des leçons qu'il reliera et confiera à ses élèves pour l'année scolaire.

    3. Restituer

    • Comme au CE1, dans tous les exercices d'écriture quotidiens5 de tous les domaines d'enseignement, l’orthographe sera corrigée par l'enfant lui-même ou par l'adulte, si possible devant l'enfant. Ce dernier sera encouragé constamment à surveiller ce qu'il écrit, l'enseignant lui apprendra à mémoriser ou rechercher l'orthographe lexicale des mots qu'il emploie et à les analyser de façon à les accorder convenablement le cas échéant.
    • Les dictées, quotidiennes en début d'année, puis sans doute plus longues mais hebdomadaires au moins au troisième trimestre, seront choisies en fonction des acquis grammaticaux et lexicaux. Ainsi, dans le domaine de la conjugaison, l'enseignant s'efforcera d'alterner les textes écrits au temps actuellement à l'étude dans sa classe et ceux qui reprennent les temps déjà connus. Il aidera autant qu'il sera besoin ses élèves pour qu'ils apprennent à réussir l'exercice en s'aidant de leurs facultés d'analyse, de leur mémoire et, le cas échéant, pour les temps ou verbes en cours d'apprentissage, des affichages de la classe.
    • À plusieurs reprises au cours de l'année scolaire, la progression de conjugaison sera ponctuée par des leçons de révision au cours desquelles l'enseignant fera revoir tous les temps connus. Cette leçon pourra être l'occasion d'une évaluation normative, après qu'il se sera assuré d'avoir bien réactivé les connaissances de ses élèves. L'école primaire n'est pas là pour sanctionner les échecs et trier les élèves selon leurs compétences actuelles ; elle doit au contraire dispenser, à tous, tous les savoirs incontournables à la poursuite de leur scolarité : la mémorisation du système de conjugaison, orale et écrite, du français en fait partie.
    • Lors des contrôles de fin de trimestre, de période de mois ou de semaine, en plus des « épreuves » de conjugaison, l'enseignant rappellera aux élèves qu'il tiendra compte de la correction orthographique dans tous les domaines et qu'il convient que les élèves se contraignent à restituer spontanément l'orthographe des verbes déjà étudiés.

    C. Leçon type

    • NOTA BENE : Sur l'affiche, on laissera un espace pour ajouter la mention « 2e groupe » lors de la leçon P2-S2.
    • Tous les élèves de la classe participent tour à tour selon un ordre établi à l'avance ou choisi par l'enseignant sans en avertir la classe. Veiller à ce que le rythme soit très enlevé et à ce que les élèves les plus faibles n'aient pas la possibilité de s'extraire du travail collectif, au besoin en restant près d'eux et en multipliant les réponses sur l'ardoise.
    • Expliquer ou faire expliquer le vocabulaire au fur et à mesure.

    Notion

    Les verbes en -ir, -issons

    P1-S3

    Lire

     

    Athlétisme

    Les participants à la course de relais se réunissent près de la piste. Un coup de sifflet retentit. Je franchis la barrière, saisis le bâton de relais que me tend l'organisateur puis je rejoins mon couloir de départ où je m'accroupis et installe mes pieds dans les starting-blocks : un genou à terre, les mains posées au sol derrière la ligne de départ, j'arrondis le dos et je me prépare à bondir.

    À peine le signal de départ est-il donné que mes camarades de course et moi jaillissons tels des diables hors de leur boîte ! Je cours sans me laisser distraire, c'est à peine si j'entends les spectateurs qui hurlent et applaudissent nos efforts. Un dernier mètre et je passe le relais à mon coéquipier auquel je crie : « Vite ! Si tu réussis à les doubler avant le virage, tu affaiblis leurs chances de te rattraper. » Alors, il s'élance ; peu à peu l'écart entre les participants raccourcit, les plus courageux accélèrent encore. L'un d'eux se détache nettement, ses joues rougissent sous l'effort et, brandissant son bâton droit au-dessus de sa tête, il franchit en vainqueur la ligne d'arrivée, dépassant de quelques secondes ses deux concurrents les plus sérieux.

    Tous trois gravissent le podium et reçoivent une médaille des mains du président du club : « Chers amis, vous réjouissez vos camarades et vos entraîneurs sur lesquels votre victoire rejaillit ! Encore bravo pour votre exploit ! »

    5 min.

    Tableau

    Collectif

    Analyser

    1. Faire repérer les verbes, donner leur infinitif et leur temps.

    2. Faire trier les verbes selon la terminaison de l'infinitif.

    3. Ne faire garder alors que les « verbes en -ir » (ce qui élimine le verbe crier) ; faire trier ceux dont les terminaisons du présent gardent la lettre i du radical (cela supprime le verbe courir). Éventuellement, expliquer le sens de certains de ces verbes.

    4. Faire donner leur personne et leur terminaison ; faire répertorier ces terminaisons personne par personne et voir si les autres verbes en -ir répertoriés se prononcent de la même manière.

    5. Écrire ensemble les verbes franchir, se réunir, applaudir à toutes les personnes, au présent (chaque élève à son tour épelle une forme verbale).

    6. Faire remarquer la terminaison -issons de la 1re personne du pluriel. Dire que ces verbes sont les amis des hérissons auxquels ils ont emprunté leur terminaison. Faire rappeler la règle de la lettre s placée entre deux voyelles.

    7. Faire écrire sur l'ardoise le verbe retentir à toutes les personnes, au présent.

    8. Faire trouver la 1re personne du pluriel des verbes grandir, rougir, obéir, courir, sortir, alourdir, gémir, franchir, finir, mentir, dormir, verdir, bleuir, jaunir, vieillir, rajeunir, venir, tenir, partir, verdir, fraîchir, grossir, désobéir, obéir, agir, crier, trier, suffire, dire, rire, vernir, s'évanouir, s'épanouir. En faire déduire s'ils sont « des verbes amis des hérissons » ou pas.
    Expliquer le sens des verbes inconnus, donner alors la 1PP pour éviter que les élèves procèdent au hasard.  

    15 min.

    Tableau collectif

    Synthèse

    • Préparer avec les élèves une affiche résumant les notions découvertes ensemble de manière à les rendre explicites pour tous :

    5 min.

    Tableau

     

    Présent des verbes en -ir, -issons

    Tous les verbes qui se terminent par -ir à l'infinitif et par -issons à la 1re personne du pluriel se conjuguent comme le verbe finir.

    Présent du verbe finir

    Je finis                 Nous finissons

    Tu finis                   Vous finissez

    Il finit                     Ils finissent

    Elle finit                Elles finissent

    5 min.

    Affiche

    Automatisation

    • Prononcer puis écrire ces verbes au présent à la personne demandée : Je bât... une cabane  ; tu chois... les planches ; vous agrand... la salle de spectacle ; ils blanch... les murs  ; nous nourr... les volailles ; elles gross… vite.
    • Prononcer puis écrire les verbes du texte au présent :

    Le jeune poulain

    Le jeune poulain (bondir) dans le pré. Il (franchir) la haie et (entrer) dans la cour de la ferme. Là, il (ralentir) sa course. Il se (rafraîchir) à l'abreuvoir. Il (hennir) pour appeler sa mère. Le fermier le (saisir) par la crinière.

    • Sur l'ardoise, écrire les verbes à la personne demandée, au présent : grandir, 1PS ; finir, 3PS ; choisir, 2PP ; réussir, 1PP ; grossir, 2PS ; obéir, 1PP ; réfléchir, 3PP ; ralentir, 3PP.

    15 min.

    Tableau, Ardoise

    Entraînement

    Sur deux ou trois jours consécutifs, selon les capacités des élèves.

    • Écrire la terminaison qui convient :

    Chaque jour, je nourr… les animaux de la ferme. Je garn… de foin la mangeoire des vaches. Elles mug… dans l'étable. Les chevaux henn… dans l'écurie. Pour eux, avec mon ami, nous rempl… l'abreuvoir de la cour.

    • Supprimer les parenthèses et écrire les verbes au présent :

    La ferme au printemps. Le ciel (s'éclaircir) et les prés (reverdir). La première tulipe (fleurir). Les bois (retentir) de chants d'oiseaux. Le berger (réunir) son troupeau et part vers la colline.

    • Supprimer les parenthèses et écrire les verbes au présent :

    Les petits poussins. Les petits poussins (franchir) la porte du poulailler. Ils (réussir) à grimper sur le tas de fumier. Comme ils (manger) sans cesse, ils (grossir) vite. Au moindre danger, leur mère la poule (glousser) et ils (se réunir) autour d'elle. Gare au chat qui (bondir) ! Vite, ils (se blottir) sous ses ailes !

    • Recopier les phrases en mettant le sujet au pluriel :

    Exemple : Le pré ne verdit plus. … Les prés ne verdissent plus.

    Je rougis facilement. … L'herbe jaunit. … Tu grandis beaucoup. … La fleur se flétrit. … La plante ne se nourrit plus et périt. … Le ruisseau tarit et la terre durcit. … L'animal maigrit. …

    20

    à

    30 min.

    Livre + cahier

    ou

    Fiche photocopiée

     

    D. Progression

    Semaine

    Leçon

    Semaine

    Leçon

    1

    Révision : le verbe, infinitif, temps ; Présent (-er, être, avoir, aller)

    16

    Verbe venir : passé composé, participe passé

    2

    Présent : Verbes en -cer et -ger

    17

    Analyser un verbe : 1er, 2e et 3e groupe ; dérivés du verbe venir

    3

    Présent : les verbes en -ir, -issons

    18

    Présent de l'impératif : 1er groupe

    4

    Révision : Futur (-er, être, avoir)

    19

    Présent de l'impératif : 2e groupe

    5

    Futur : le verbe finir

    20

    Présent de l'impératif : être, avoir

    6

    Futur : le verbe aller

    21

    Présent de l'impératif : aller, venir et ses dérivés

    7

    Présent et futur : verbes en -uer, -ier, -ouer

    Analyser un verbe, 1er et 2e groupes

    22

    Verbe faire et ses dérivés: temps simples

    8

    Révision : Imparfait (-er, -cer, -ger ; être, avoir)

    23

    Verbe dire et ses dérivés : temps simples

    9

    Imparfait : 2e groupe

    24

    Faire et dire et leurs dérivés : passé composé, participe passé

    10

    Révision : Passé composé 1er groupe (aux. avoir)

    25

    Faire et dire et leurs dérivés : présent de l'impératif

    11

    Passé composé : 2e groupe

    26

    Le participe présent : verbes connus

    12

    Le participe passé des verbes 1er et 2e groupes

    27

    Verbe voir et ses dérivés : tableaux de conjugaison

    13

    Passé composé : le verbe aller

    28

    Analyser un verbe 

    14

    Passé composé : auxiliaire être + participe passé (1er groupe)

    29

    Verbe prendre et ses dérivés : tableaux de conjugaison

    15

    Verbe venir : temps simples

    30

    Analyser un verbe

    Autres articles de la série :

    Apprendre à conjuguer de deux à onze ans (1)

    Apprendre à conjuguer de deux à onze ans (2)

    Apprendre à conjuguer de deux à onze ans (3)

    Apprendre à conjuguer de deux à onze ans (4)

    Apprendre à conjuguer de deux à onze ans (5)

    Apprendre à conjuguer de deux à onze ans (7)

    Notes :

    1 Même si ce n'est pas tout à fait vrai. L'effet Pygmalion jouera même si les élèves, au début, ne semblent pas garder de souvenirs de « leçons » de conjugaison au CE1.

    2 Fiches à trous sur lesquelles on ne trouve que des exercices du type : relier radicaux et terminaisons, radicaux à compléter dans l'ordre des personnes et, au mieux, verbes donnés à l'infinitif pour lequel les élèves doivent débiter dans l'ordre les six personnes (exercice favori des élèves qui débitent sans regrets ni remords : j'alle, tu alles, il alle, nous allons, vous allez, ils allent)…

    3 Exercices du type « En s'aidant de l'infinitif du verbe, compléter les radicaux des verbes suivants par la bonne terminaison du présent de l'indicatif : je fini…, tu cri…, il rougi…, nous reli…, vous envahi…, ils sci… . » ou «  Écrire à l'imparfait, à la troisième personne du singulier, les verbes suivants : finir, franchir, lacer, jaunir, placer, renoncer, glacer, ébahir, glisser, ruser. »

    4 Voir par exemple les conseils donnés ici : http://www.ecritureparis.fr/

    5 En français (dictée, rédaction, copie) mais aussi en mathématiques (rédaction de phrases réponses), activités d'ouverture culturelle (copie, rédaction en histoire, géographie, sciences, arts)…


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    frère André Libert
    Samedi 16 Avril 2016 à 21:55

    Je vous félicite pour ce travail. Pour ma part, ayant enseigné pendant 40 années dans l'enseignement primaire (6 à 11 ans) en Belgique, il me semble que

    1° il faut tout d'abord privilégier le langage oral avant tout apprentissage en langue écrite.

    2° il faut être conscient que l'enseignement de la conjugaison n'est pas "une fin en soi" ni un enseignement qui se termine une fois l'enseignement primaire terminé.

    3° il faut consacrer beaucoup de temps aux fondamentaux en conjugaison et prendre surtout en compte les modes et temps qui sont les plus utilisés dans le langage écrit (rédaction, lettre, exposé...)

    Merci de m'avoir lu.

    frère André Libert Tamines Belgique.

    andrelibert@skynet.be

     

     

     

      • Samedi 16 Avril 2016 à 22:22

        Merci à vous pour votre commentaire. Je suis d'accord avec vos trois priorités.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :