• CE : Du mot vers la phrase (4)

    CE : Du mot vers la phrase (4)
    Merci à Phi, pour ce chien démonstratif qui sera utile, en fin de période, aux élèves de CE2

    Comme pour la Période 3, je mets dans le même article les documents de la Période 4 concernant les classes de CE1 et celles de CE1/CE2 ou CE2. Dans l'article, les précisions en vert sont pour le CE2.

    ♥ La grammaire

    Si nous regardons la progression annuelle, dans sa partie Grammaire, nous voyons que cette période 4 n'apporte qu'une nouvelle nature pour les CE1 : l'adverbe et deux pour les CE2 : l'adverbe et le déterminant démonstratif. Cette (ces) nouvelle(s) classe(s) de mots permet(tent) de :

    Compléter et préciser la notion de variabilité ou d'invariabilité des mots

    Ce qui offre à nouveau la possibilité de renforcer, implicitement pour les plus jeunes, la notion de groupe du nom et de travailler les accords, en rappelant qu'ils se font depuis le nom, chef du groupe, en direction de ses « compagnons », les déterminants et les adjectifs.

    CE2 : Nous ajouterons un petit focus sur l'adjectif :

    « Oh, vous avez vu ? Parfois l'adjectif est collé au nom et parfois il en est séparé par un verbe, très souvent le verbe être, celui qui dit dans quel état on se trouve :

    Ce petit lapin blanc est craintif.

    Intéressant non ? Et ce qui est encore plus intéressant, c'est de savoir que c'est toujours le nom qui fait obéir ces adjectifs, qu'ils soient tout près de lui, ça s'appelle alors un adjectif "épithète", ou qu'ils lui soient attribués par l'intermédiaire du verbe être, ça s'appelle "attribut".

    La preuve ? Eh bien, la voilà :

    Ces petites lapines blanches sont  craintives.

    Fastoche !

    En revanche, toujours en grammaire, les choses se précisent beaucoup au niveau de l'analyse de :

    La fonction des noms de la phrase.

    La relation sujet-verbe est encore revue (elle le sera jusqu'au CM2 et ce ne sera pas de trop), les compléments apparaissent ou se précisent pour les élèves de CE2.

    « Mais c'est une sortie de route caractérisée ! », allez-vous me répondre...

    Eh oui, je vous l'avais dit : si nous partons du mot pour aller vers la phrase, cela nous permettra d'aller beaucoup plus loin dans la réflexion que ce que l'imposent les programmes ! Mais pas pour le plaisir de dire aux collègues : « Ah mais allô, quoi ! T'as pas vu les compléments ? Trop la honte... Les miens, ils jonglent avec ça comme des pros ! »

    Non, pas du tout.

    C'est juste pour éviter que les enfants confondent la notion de nom avec celle de sujet !

    Comment voulez-vous avoir compris réellement ce qu'est la fonction de sujet du verbe si vous ne connaissez que cette fonction-là pour le nom ? C'est comme si vous ne connaissiez que le mot « rouge » pour désigner la couleur d'un objet. Dans ce cas, il y a de fortes chances que, pour certains, tous les objets soient de couleur rouge, n'est-ce pas, puisque « couleur » et « rouge » semblent synonymes ?

    Donc, on apprend, toujours par la réflexion orale et collective et donc par la compréhension de texte, que :

    Dans la phrase :

    Dans la prairie, à l'aube, à petits pas, Renart cherche une proie.

    il y a un verbe conjugué (cherche) et cinq noms (prairie, aube, pas, Renart, proie) avec leurs compagnons. 

    Un seul de ces noms est au cœur de l'action, c'est le sujet principal de notre intérêt. Celui dont nous suivons l'aventure. Celui qui cherche. À partir de là, tout devient simple pour peu qu'on comprenne le français : c'est Renart qui cherche (attention, je ne donne pas la formule magique « C'est ... qui » comme cœur de la leçon, vous savez, le fameux : « Pour trouver le sujet, on doit l'encadrer par C'est ... qui ». Je préfère travailler la compréhension, vous le savez). Le nom Renart est le sujet du verbe chercher.

    Oui mais alors, s'il n'y a qu'un nom qui est le sujet principal de notre intérêt, à quoi servent tous les autres ? Eh bien, c'est simple : à préciser un peu tout ça, à compléter le décor de l'action ! Les quatre fameuses questions qu'on se pose quand on écrit un texte au tableau, tous ensemble : « quand ? où ? comment ? quoi ? » (on laisse les « pourquoi ? » et « pour quoi ? » aux CM...)

    Ces noms qui complètent le décor de l'action sont appelés des compléments, tout simplement, puisqu'ils complètent.

    Nota bene : Et là, on arrive à la pierre d'achoppement qui perd à la fois les enfants et leurs enseignants depuis des temps presque immémoriaux désormais : les compléments essentiels et non-essentiels ! Le truc flou par excellence... Est-ce essentiel de savoir si c'est plutôt le matin ou plutôt le soir que Renart cherche, s'il cherche dans la prairie ou ailleurs, s'il cherche une proie, un camembert coulant ou sa cousine, s'il cherche avec ardeur ou plutôt mollement, à petits pas ?

    À mon avis, si l'auteur (moi) a choisi de dire qu'il cherchait à l'aube, dans la prairie, une proie, à petits pas, c'est qu'elle trouvait ces quatre renseignements tout aussi essentiels les uns que les autres, non ? Ou alors, elle est cinglée et écrit n'importe quoi pour le plaisir de rajouter des séries de lettres inutiles à l'essentiel de son propos : Renart cherche.

    Donc, pas de compléments essentiels et non-essentiels pour nos petits CE ! Juste de la grammaire pour bien comprendre ce que racontent les autres et pour se faire comprendre des autres quand on raconte quelque chose, à l'oral ou à l'écrit...

    Et là, tout devient clair :

    → J'aimerais (ais, s'il vous plaît : c'est une demande polie, pas un événement qui va se passer dans le futur) savoir le lieu où il cherche. 

    Dans la prairie ? Donc le nom prairie est complément de lieu

    → J'aimerais savoir le moment où il cherche, dans quel "temps". 

    À l'aube ? Donc le nom aube est complément de temps (je sais, ça, c'est un peu compliqué; ce serait mieux complément de moment, mais la conjugaison et ses « temps », qui arrivent justement pendant cette période, aide à mémoriser cette petite difficulté)

    → J'aimerais  savoir quelle sorte de chose, d'objet, il cherche.

    Une proie ? Donc le nom proie est complément d'objet.

    → J'aimerais  savoir comment, de quelle manière, il cherche.

    À petits pas ? Donc le nom pas est complément de manière.

    Et comme ce sera revu Période 5, pas la peine de s'affoler si Alphonse, Bételgeuse ou Carioca semblent ne rien retenir alors que lorsqu'on en parle ensemble, ils réagissent plutôt bien.

    D'ailleurs, même si en Période 5, ils ont encore tendance à oublier les termes complément, de temps, de manière, de lieu ou d'objet, il n'y aura pas de souci à se faire, l'important est que nous ayons planté la graine dans leur cerveau et qu'elle y commence doucement à gonfler et à développer quelques petites radicelles à peine perceptibles :

    « Bah, c'est fastoche, ils le disent que c'est dans la prairie, alors... c'est la prairie, le lieu où il cherche... ».

    ♥ La conjugaison

    Vous savez que, en grammaire comme en conjugaison, j'ai voulu suivre la progression d'OrthoGraph' (pour ceux qui ne le savaient pas, c'est ici : CE1 : Orthographe graphémique (1)  et ici : CE2 : Orthographe graphémique (1))

    Or, celle-ci n'introduit le futur, puis l'imparfait et enfin le passé composé, que très tard, histoire de bien fixer implicitement d'abord la notion de verbe, puis celle de personne, sans se préoccuper pour le moment de celle de temps.

    D'où le « tout au présent », parce que c'est au présent que l'accord sujet-verbe est le moins perceptible à l'oral et que cette particularité du présent correspond bien avec le travail, essentiel quand on se préoccupe d'enseigner l'orthographe française, sur les lettres muettes lexicales et grammaticales. Et comme c'est le temps que les enfants emploient le plus, c'était le plus raisonnable.

    Sauf que voilà, je suis bien d'accord avec certains d'entre vous, cela retarde d'autant la mémorisation des autres temps verbaux. D'autant que les programmes de 2008, corrigés 2015, ont chargé la barque des plus jeunes en ajoutant aux traditionnels « 1er groupe, être, avoir, aller » du CE1 en usage depuis 1945 au moins, des verbes dont le présent était jusqu'alors traditionnellement étudié au CE2 ou même au CM (faire, dire, venir) !

    Du coup, nous traînons sur ce présent jusqu'au milieu de l'année scolaire et même plus (je conseille à ceux que ça gêne trop, comme moi, d'aller voir la progression de ces deux fichiers : CE1 : Fichier d'Étude de la Langue (1)  et CE2 : Fichier d'Étude de la Langue (1) qui vont beaucoup plus vite. Cela peut être utile si on a des collègues qui ont déjà bien entamé le programme de grammaire-conjugaison au CP et au CE1)

    Et nous n'attaquons le futur que très tard...

    Mais cette fois, ça y est. Avec une petite avance pour les CE2 qui, normalement, ont déjà commencé au CP et au CE1 à apprendre à s'intéresser à la façon dont ils emploient les verbes à l'oral (Heureusement, « Moi prendre bottes en caoutchouc et sortir faire du sport dans la cour car ministre dire sport dedans être dangereux », ils ont passé l'âge depuis longtemps) !

    Ce sera toujours ça de pris pour les CE1 qui sont en double niveau : en laissant traîner un peu leur oreille du côté de leurs aînés, ils entendront les grands.

    Parler au futur simple, c'est fondamental !

    Observez-vous quelques instants en classe. Qui d'entre vous pense à dire « Nous sortirons en récréation quand vous serez rangés. » plutôt que « Vous allez vous ranger parce qu'on va sortir en récréation. » ? Allez, qui, honnêtement ?...

    Et comme tous nos collègues depuis la Petite Section ont fait la même chose (« On va lancer les balles dans le cerceau, tu vas venir sur le trampoline quand Pierre va en descendre, on va aller dans le vestiaire, vous allez ranger vos cahiers dans votre cartable, on va avoir musique avec Gilda ce matin, ... »), nos élèves qui, à la maison, n'ont pas maman, ou papa, ou grand-père, ou grand-mère pour employer des verbes au futur simple de l'indicatif tombent des nues quand, tout à coup, au CE1 (très, voire trop tard dans l'année), nous leur disons d'écrire des « j'aurai, tu seras, il chantera, nous chanterons, vous serez, elles auront » qu'ils ont l'impression d'entendre prononcer pour la première fois !

    Un projet « En route vers le futur ! »

    Alors, puisque la mode est aux « Projets », lancez donc dans votre classe, à la rentrée des vacances d'hiver un projet « En route vers le futur », grâce auquel, tous les jours, ils entendront, diront et liront des verbes au futur dans des textes littéraires, scientifiques et/ou géographiques !

    Et, quand arrivera la Semaine 3 de la Période 4, les élèves de CE1 trouveront (et non « vont trouver ») tout à fait normal de lire et dire :

    Je donnerai à manger au cochon d’Inde. – Elle jouera aux cartes avec moi. – Il sautera dans la flaque. – Vous aurez chaud. – Je nagerai jusqu’à la plage. – Tu écouteras les consignes avant de partir. »

     Il leur sera alors facile d'apprendre à écrire ce qu'ils savent déjà dire, surtout si vous continuez à vous contraindre à abandonner le plus souvent possible le futur proche et à le remplacer partout où c'est possible par le futur simple (et à les contraindre : « Non, non, pas « on va perdre si ça continue », il faut dire : « Nous perdrons. »).

    CE2 : Sur un rythme un peu plus soutenu, cet apprentissage du futur, qui débouche sur la constatation d'une règle transversale concernant les terminaisons, à laquelle s'ajoute des variations de radical déjà connues à l'oral.

    ♣ Petit a parte :

    À ce sujet, il faut absolument combattre avec vigueur le langage écrit utilisé dans ce pays qui s'appelle la « Conjugaisonnie » et qui consiste à monter un réflexe stupide chez les élèves, réflexe qui les conduira immanquablement à écrire : j'allerai, tu veniras, il êtrera, nous avoirons, etc.

    Et la seule manière de combattre cette tendance naturelle à « brancher le pilote automatique, le temps de faire une petite sieste », c'est d'imposer sans arrêt le « contrôle par l'oreille et par le cerveau (= la comprenette) » :

    1) Je dis la phrase au futur à voix haute ou à mi-voix

    2) J'écoute ce que je dis pour voir si je le comprends

    3) Si tout va bien, je peux l'écrire ! Sinon, c'est du « conjugaisonnien » et, en France et dans les pays francophones, personne ne me comprendra (ailleurs non plus, d'ailleurs) ! 

    Le passé : De l'observation orale à l'écriture des terminaisons de l'imparfait

    Cette avance prise dès le début de la Période 4 permet d'observer un peu avant les vacances de Printemps ce qui se passe au niveau des verbes au Passé, en France et dans les pays francophones.

    Nous commencerons par trier les verbes selon leur temps, grâce à notre capacité à comprendre la langue française et nos connaissances de la conjugaison orale et écrite des verbes aux temps présent et futur.

    Cela nous amènera à dégager quelques règles connues implicitement, puis, après une petite vérification orale, à mémoriser les terminaisons de l'imparfait, qui a la bonne idée d'être à ce niveau-là un temps très routinier et sans surprises.

    Cependant, comme le futur nous a mis en garde contre les facéties des verbes du 3e groupe, nous avancerons prudemment et ne nous occuperons dans un premier temps que des verbes réguliers, ceux du 1er et 2e groupes (d'où l'intérêt de continuer à parler du 2e groupe, Mmes et MM; les rédacteurs de programmes scolaires et autres collègues qui les suivent tête baissée sans réfléchir au pourquoi du comment, quoi que vous en pensiez du haut de votre chaire et de votre propre bagage de connaissances !).

    Et le reste ? En période 5 ! Avec le Passé Composé et quelques autres bricoles qui seront revues complètement l'année d'après, au CE2 pour les uns et au CM1 pour les autres !

    Et maintenant le matériel.

    Pour le CE1 :

    La méthode :

    Éditée le 07/02/2021 : Erreur de numérotation dans Exercices Grammaire 20 et mot en trop dans Conjugaison 20. Merci à Rémi A.

    Télécharger « Du mot vers la phrase P4.pdf »

    Le cahier de l'élève CE1 :

    À imprimer format Livret

    Édité le 07/02/2021 : Erreur de numérotation dans Exercices Grammaire 20 et mot en trop dans Conjugaison 20. Merci à Rémi A.

    Télécharger « GrammConj - Cahier 4.pdf »

    Pour le CE1/CE2 ou le CE2 :

    La méthode :

    Éditée le 07/02/2021 : Erreurs de numérotation dans Exercices Grammaire 20 et mot en trop dans Conjugaison 20. Merci à Rémi A.

    Télécharger « Du mot vers la phrase CE1CE2-CE2 P4.pdf »

    Le cahier de l'élève CE2:

    À imprimer format Livret

    Édité le 07/02/2021 : Erreur de numérotation dans Exercices Grammaire 20

    Télécharger « GrammConj2 Cahier 4.pdf »

    Pour télécharger les personnages grammaticaux

    C'est ici, Chez Phi  : Ce que je fabrique à l'école : grammaire

    Si vous avez le temps, regardez aussi la progression d'Arts Plastiques, elle est « clé en main » et vraiment intéressante, sans matériel de folie à collectionner (et payer de sa poche parfois).

    Dans la même série :

    CE1 : Du mot vers la phrase (0) ; CE1 : Du mot vers la phrase (1) ; CE1 : Du mot vers la phrase (2) ;  CE : Du mot vers la phrase (3) ; ... ; CE : Du mot vers la phrase (5)

    CE1-CE2 : Du mot vers la phrase CE1CE2 - CE2 (1)CE1-CE2 : Du mot vers la phrase (2) ;  CE : Du mot vers la phrase (3) ; ... ; CE : Du mot vers la phrase (5)

    Avertissement :

    Modifiée et/ou élaguée ou non, cette méthode n'a rien à faire sur internet ailleurs que sur mon blog. Merci d'avance !

    Une version en un seul document des Guides Pédagogiques (CE1 ou CE1/CE2, CE2) est disponible en .pdf. Pour l'obtenir, prière d'utiliser cet onglet : Contact

     

     


  • Commentaires

    1
    Instit’
    Dimanche 17 Janvier 2021 à 17:52

    Merci !

    Votre travail est si pertinent et riche pour nos élèves !! 

      • Lundi 18 Janvier 2021 à 10:20

        Merci Instit' ! J'espère que la vogue qu'il rencontre aujourd'hui ne sera pas qu'un feu de paille, vite éteint et remplacé "parce que ça nous ennuie de faire plusieurs années la même chose"...

    2
    Cléo
    Dimanche 7 Février 2021 à 17:15

    Merci!! Après avoir ramé un peu les premières périodes en scindant un peu les séances de grammaire, ils sont lancé maintenant et je rattrape peu à peu, car les méthodes ortho'graph et du mot à la phrase sont vraiment complémentaires.

    3
    Sandrine
    Mercredi 10 Février 2021 à 13:46

    Merci beaucoup pour tout ce travail titanesque que vous partagez avec nous. J'ai cette année des CP/CE1 pour la première fois et grâce à vous je vois mes élèves progresser et aimer notre langue. Je voulais vous témoigner de ma gratitude depuis longtemps. Voilà qui est fait ! 

    Je vous souhaite une excellente journée !

      • Jeudi 11 Février 2021 à 09:27

        Merci Sandrine et bonne journée à vous aussi !

    4
    isabelle
    Jeudi 18 Février 2021 à 19:23

    Encore une fois, merci infiniment pour ce travail riche et si efficace! j'ai bcp de plaisir à utiliser votre méthode avec mes petits CE1 de REP+ !

      • Vendredi 19 Février 2021 à 08:50

        Merci Isabelle et bonnes vacances !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :