• II.1. Deux niveaux dans la même classe

    II. Deux niveaux dans la même classe (1)
    Merci à Hellokids pour cette BD parfaitement adaptée à la situation.

    1. Rentrée des classes

    C’est la rentrée des classes. Après l’accueil des parents, les langues vont bon train…

    « C’est catastrophique ! Comme il y a trop d’enfants de Petite Section mais pas assez pour en faire deux classes, certains enfants de trois ans iront en classe dans la même salle et avec la même maîtresse que ceux de Moyenne Section ! Ils parlent même d’y mettre des tout-petits qui ont à peine deux ans…

    – Oh ! Mais c’est terrible ! Cela veut dire que les petits n’iront pas à la sieste ? Et puis, ils ne vont jamais arriver à suivre.

    – Mais enfin, ils ne vont pas retarder les moyens pour s’occuper des petits, quand même ! Sinon, le mien qui est déjà très en avance va s’ennuyer.

    – Moi, en tout cas, je demande un rendez-vous à la directrice. Je ne veux pas que ma fille vienne à l’école pour faire la sieste.

    – Non, mais ne vous inquiétez pas. Je pense que la maîtresse s’occupera des plus âgés et qu’elle laissera les petits à l’ATSEM. De toute façon, pour ce qu’ils font à cet âge-là !

    – Dans ces cas-là, j’enlève le mien. Il retourne chez la nounou dès demain. Au moins, là, il aura une adulte presque pour lui tout seul… ».

    Deux ou trois années plus tôt, à la rentrée de septembre 2015, pendant le conseil des maîtres de l’école voisine, une oreille indiscrète entendait : 

    « Non mais c’est impossible !

    – En tout cas, moi, je ne la prendrai pas !

    – Même si on la charge moins ? On pourrait…

    – Non ! Pédagogiquement, c’est infaisable.

    – En plus, elle sera à cheval sur deux cycles !

    – Oui, c’est vrai, ça… Le CE1, c’est cycle 2, et le CE2, c’est cycle 3. On n’a pas du tout les mêmes objectifs[1].

    – À moins qu’alors, on mette une partie des 2010 avec les 2009 ?

    – Quoi ? Des CP avec des CE1 ?

    – Ah non, c’est infaisable ! L’enjeu de la lecture est bien trop important. Ils seront noyés… »

    La conversation dura des heures et des heures sans que jamais personne n’arrivât à se mettre d’accord. Et ce n’est qu’à la toute fin de l’année scolaire qu’on décida qu’on mettrait le collègue fraîchement nommé devant le fait accompli et qu’il hériterait d’une classe de 8 élèves de CE1 et 17 de CE2…

    Deux à trois semaines après la rentrée, le temps que tout le monde ait pris ses marques, si ces deux classes ont été prises en charge par des collègues sûrs de leurs méthodes et conscients des enjeux de chacun de ses deux niveaux, les discours auront radicalement changé.

    Du côté des parents de maternelle, on se réjouira de la bonne intégration des enfants, de leur envie d’aller à l’école, des premiers progrès accomplis, de l’ambiance chaleureuse qui règne dans leur classe. 

    Du côté des enseignants d’élémentaire, les réactions seront plus mitigées. Il n’est pas facile d’admettre qu’on a eu tort et que, finalement, la catastrophe annoncée de façon certaine n’a pas l’air de se profiler à l’horizon.
    Et il sera encore plus dur de reconnaître en fin d’année scolaire que, finalement, à exigences et contenus égaux, les élèves de la classe à double niveau auront peut-être même un petit avantage dans le domaine de l’autonomie et de la prise de responsabilités.

    Dans la même série :

    I. Idées reçues

    ...

     II. 2. Mise en route - PS/MS (1)

    II. 2. Mise en route - PS/MS (2)

    Notes :

    [1] Eh oui, les cycles, c’est un peu comme la chronobiologie ! Ça va, ça vient au gré des lubies des adultes… Il fut un temps où, après avoir fait partie pendant plus d’un siècle du même Cours Élémentaire, les classes de CE1 et CE2 appartenaient pour la première au Cycle des Apprentissages Fondamentaux et pour la seconde à celui des Approfondissements… Les voici à nouveau tous deux rassemblés… jusqu’à la prochaine fois !


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 6 Mars à 18:10

    Rha la la, ça sent le vécu! 

    le pire, quand les parents se plaignent de cette façon alors que l'école de toute façon ne compte que deux classes : un quintuple et un quadruple niveaux... 

    2
    Lundi 6 Mars à 18:14
    C'est plus rare. Ou alors,c'est le fait de ceux que j'appelle des "importés",venus goûter l'air de la campagne.
      • Lundi 6 Mars à 18:18

        en effet, ce sont souvent les "retour à la terre" qui se plaignent que ce serait tellement mieux en niveau pur...

    3
    DodoE
    Mercredi 8 Mars à 13:45
    C'est intéressant cette façon de percevoir le double niveau je suppose qu'il s'agit d'une école de ville...à la campagne les classes à plusieurs niveaux sont majoritaires et donc perçues comme tout à fait "normales". Mes parents, mes frères et soeurs et moi-même venons de classes à minimum triple niveaux. Idem pour mon mari et ma belle-famille.
    Depuis que je travaille je n'ai eu qu'une fois en jour de décharge une classe à un niveau!
      • Mercredi 8 Mars à 14:08

        Oui, c'est en ville que le double niveau inquiète. Au point que, dans certaines écoles, on s'affole à l'idée que les enfants aient deux années de suite le même enseignant ou qu'on fasse en sorte que si un élève a été une année dans un double niveau, il n'y soit plus les autres années de sa scolarité.

        À la campagne, ce serait plutôt l'année "tranquille", celle où, exceptionnellement, on n'a que deux niveaux.

      • DodoE
        Mercredi 8 Mars à 14:20
        Oui c'est ça. Et hier quelqu'un m'a dit à propos de mon fils qui bien qu'il soit en double niveau change d'enseignants tous les ans que c'était quand même beaucoup et un peu perturbant pour un enfant autant de changements!
      • Mercredi 8 Mars à 14:24
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :