• ABCD de l'égalité

        

    ABCD de l'égalité

    Le Ministère vient de lancer un grand projet médiatique intitulé ABCD de l'égalité filles-garçons.

    Cela me donne l'occasion de tester sur mes aimables lecteurs (nom commun, neutre, pluriel), le chapitre consacré à l'égalité en général, extrait de mon futur bouquin sur la maternelle . N'hésitez pas à me dire si vous me déconseillez de continuer dans la voie du texte long scindé en plusieurs chapitres consistants, un peu lourds à digérer.

    À la fin un petit additif, extrait d'un autre chapitre, concernant les jouets à l'école maternelle parce que, finalement, le chapitre V est consacré à l'égalité et à la mixité dans un sens plus large que celles liées au hasard chromosomique...

      V - Égalité

    L’école est mixte. - Les avantages de l’éducation en commun de tous. - Pourquoi   faut-il réaffirmer la nécessité de la culture commune ? - Le principe de défiance tue l’estime de soi de l’enfant. -    « L’enfant est une personne » ne signifie pas que c’est un adulte. - L’égalité sociale : un principe absolu pour les écoles.

    L’école maternelle est mixte depuis toujours. Cette mixité des sexes s’est accompagnée et s’accompagne toujours en de très nombreuses écoles par une mixité sociale.

    Cela a permis de dire, à raison, que l’école était un creuset égalisateur. Pauvres comme riches, filles comme garçons, étrangers comme autochtones, petits, faibles et réprouvés comme grands, forts et adulés y recevaient, tous ensemble, la même éducation.

    Encore plus qu’un creuset magique, dont les effets seraient apparus par enchantement, c’était un tremplin savamment équilibré. Son rôle fondamental était d’ouvrir à une culture commune, grâce à l’éducation, mère de l’instruction.

    Malheureusement, après de nombreuses années de creuset magique dans lequel il aurait suffi de plonger nos élèves pour les rendre égaux devant l’école, force est de constater que le grand melting pot égalisateur est bien malade. Quand Louis-Thaddée ou Marie-Sixtine quittent l’école maternelle en pleine possession de leurs moyens physiques, psychologiques et intellectuels, il n’en est pas forcément de même pour leurs petits camarades aux prénoms moins bien estampillés Réussite Scolaire Obligatoire.

    Pourtant on a raboté discrètement les pieds du tremplin pour le rendre moins difficile d’accès. On a détendu subrepticement la toile pour qu’elle permette moins les bonds trop impressionnants. On a modifié les figures obligatoires, interverti les priorités éducatives, inventé des critères d’évaluation censés s’adapter à d’improbables nouveaux publics. On a accusé de dopage intellectuel les enfants qui, malgré le changement, continuaient à avoir envie de réfléchir, de progresser, de diversifier leurs connaissances. On a donné à l’école de nouveaux rôles et de nouvelles missions pour essayer de réparer le gouffre qu’on avait soi-même creusé.

    Et maintenant, où en sommes-nous ? Quelle égalité peut-il y avoir, à l’aube de l’école élémentaire quand, dans certaines classes, on n’est toujours pas parvenu à cet équilibre entre droits et devoirs, garant de la liberté de tous ?

    Ici, depuis la TPS, on propose des albums adaptés où la langue utilisée ressemble au charabia que nos tout-petits emploient par défaut[1]. On se cache derrière cette ignorance commune à tous les petits pour leur refuser le temps et l’occasion d’accéder au vrai langage des livres, avec ses phrases riches, ses passés simples, son vocabulaire choisi.

    Ailleurs, le terme banlieue retrouve son sens étymologique. Alors, parce que l’école est située au bas des tours et des barres d’une cité, on élabore un projet pédagogique qui ne sort pas de l’image qu’on se fait du Jeune de Banlieue.

    Qu’espérer comme creuset égalisateur quand même l’égalité des sexes disparaît du paysage et qu’une maîtresse écrit en bleu ciel les prénoms des garçons et en rose ceux des filles ?

    Quand même l’égalité des enfants au sein d’une même classe est abandonnée, qu’on les trie selon leur niveau scolaire et qu’on leur distribue des brevets dans tous les domaines y compris celui de la pâte à modeler…   

    On peut bien ensuite, en élémentaire ou au collège, inventer des classes d’excellence, bilangues, européennes, CHAM ou sport-études et les installer dans ces zones défavorisées ! C’est méritoire d’essayer d’empêcher de partir, de faire revenir ou d’attirer tous ceux dont les parents attendaient que l’école apportât un petit peu plus à leurs enfants. Et on comprend que ceux-ci aient cherché autre chose que ce que leur progéniture connaissait déjà sans sortir de leur ghetto. On a beau jeu ensuite de déplorer leur perte.

    On peut aussi crier d’horreur en les voyant prêts à se laisser manipuler par des adultes sans scrupule, tout simplement parce que ceux-ci semblent leur offrir enfin un cadre sécurisant. Comment reprocher à ces enfants perdus de se laisser séduire par des valeurs hélas bien éloignées de celles que nous avons refusé de partager avec eux ?

    L’École Maternelle, elle, n’a pas besoin de classes d’excellence pour donner envie d’y inscrire ses enfants. Cela devrait l’obliger à n’avoir que cela. La culture commune, apportée par ses maîtres, doit être celle qu’ils donneraient à leurs propres enfants. Ses règles de vie doivent y être communes à tous sans distinction de sexe, de race ou de religion. Sa mission principale étant l’éducation, il est facile d’introduire, sans embrigadement ni prêchi-prêcha, les valeurs d’égalité et de fraternité essentielles à la survie d’une démocratie. Et il ne devrait pas être besoin de grands projets pour apprendre aux élèves les règles de l’égalité entre êtres humains.

    Notre Petite École a la chance de recevoir les enfants à un âge où, heureusement, tout se vaut encore. Même lorsqu’on s’adresse aux plus âgés d’entre eux, on peut encore leur montrer par le jeu, l’échange, le partage que les différences quelles qu’elles soient ne changent rien. Ils se laissent convaincre assez facilement que tous leurs camarades arrivent à jouer tous les rôles possibles. Ils admettent volontiers que chacun apporte les mêmes éléments à la discussion et qu’il reçoit et donne aussi bien qu’eux-mêmes. Il suffit pour cela que ce petit monde redevienne celui des enfants.

    Pour cela, il est préférable qu’on n’accueille plus les parents comme s’ils étaient un des éléments centraux de ces lieux. Même si nous continuons bien sûr à recevoir les familles de nos élèves avec courtoisie, à les informer avec précision et régularité, à les rassurer quand ils le demandent. Même si, malheureusement, nous devons parfois continuer à les signaler aux services compétents quand la situation l’exige.

    Pour accueillir leurs enfants dans l’égalité la plus parfaite, il est plus simple que les familles n’entrent pas avec nous dans nos classes. Cela évitera au moins que, devant leurs enfants, elles puissent contester nos décisions et pensent avoir le droit de décider de tout.

    Que peut faire un professeur des écoles seul face à une bande d’excités de quelque bord que ce soit ? Quel rôle peut-il jouer seul lorsqu’elles prônent des valeurs inconciliables avec celles qu’il doit transmettre à ses élèves ? Quel poids pourront avoir ses paroles si, pendant le temps de classe, des parents sont présents et défendent le contraire auprès de leurs enfants ?

    L’École est une Institution dont les lois sont définies par la Loi, intangible sur l’ensemble du territoire. Elle ne peut donc subir aucun aménagement dû à son implantation et, pour que cela soit respecté, elle doit redevenir un lieu protégé des turbulences du monde et de l’influence des adultes.

    Les seuls adultes habilités à y intervenir sont les professeurs des écoles et leur hiérarchie, les ATSEM sous la responsabilité des premiers, les médecins et infirmières scolaires ou de PMI[2]. Les autres personnes doivent recevoir un agrément délivré après contrôle par un représentant de l’Éducation Nationale ; elles n’interviennent que ponctuellement, dans le cadre d’un projet agréé par l’IEN[3] et sous la responsabilité du professeur des écoles titulaire de la classe. Depuis Jules Ferry, ces personnes sont enjointes d’agir en fonctionnaires éthiques et responsables, cela devrait suffire pour garantir aux enfants l’accès à une égalité de traitement et d’éducation en tous points du territoire.

    L’École Maternelle n’est pas une école comme les autres. On n’y délivre pas de cours magistral, déguisé ou non. C’est par le jeu, l’action, les récits, les conversations à bâtons rompus dirigées par l’enseignant garant des propos qui s’y tiennent que l’enfant acquiert progressivement et sans normes évaluatives strictes les valeurs de la démocratie qui régissent notre société.

    Doivent être considérés comme choquants tous propos discriminant quelque catégorie que ce soit, que cette discrimination soit négative ou positive. Il est inqualifiable que des professeurs des écoles, fonctionnaires de l’État, considèrent que tel enfant, de par son sexe, sa couleur de peau, son origine sociale ou culturelle, sa religion, doive recevoir un traitement particulier, une éducation différente.  On ne peut soupçonner, même avec les meilleures intentions du monde, que cette différence physique ou sociale implique quelque anomalie génétique, quelque tare le rendant incapable d’accéder à la culture commune.

    Il ne saurait être possible non plus qu’un professeur des écoles profitât de sa position de force pour s’immiscer dans la vie privée des familles et dénigrer auprès de ses élèves l’éducation qu’ils y reçoivent. S’il se doit de signaler aux services compétents tout acte de maltraitance, tout soupçon de carence éducative, il n’a en aucun cas à se préoccuper de ce que mangent, écoutent, regardent, revêtent, fréquentent, vivent en dehors de l’école les enfants qui lui sont confiés.  Il a encore moins le droit de déstabiliser ces tout jeunes enfants par des propos ou des leçons sur des sujets qui ne sont pas de leur âge.

    « L’enfant est une personne », a dit une psychanalyste célèbre, s’élevant contre l’abandon, la maltraitance ou les carences éducatives dont étaient victimes certains tout-petits. Cela ne sous-entendait en aucun cas qu’il soit un adulte. Le petit enfant a droit à notre sollicitude, notre protection et notre respect. Il a droit à un traitement particulier tel qu’en reçoivent tous les jeunes êtres vivants. Personne ne demande à un poulain de six mois de porter un cavalier, personne n’oblige un jeune pommier à donner des pommes. Personne ne devrait alors pouvoir proposer à un enfant de moins de sept ans de réfléchir sur la conduite à tenir face aux grands problèmes que se posent adolescents et adultes.

    La seule morale, la seule philosophie qu’on doit dispenser à l’École Maternelle, c’est celle que l’activité, la vie quotidienne, les jeux, les moments de conversations imposeront. Les valeurs d’égalité, de fraternité et de partage naîtront d’elles-mêmes et prospéreront si le professeur des écoles les valorise au quotidien. Il n’aura pour cela besoin ni de leçons interminables, ni de grands projets médiatiques, ni de cahiers d’évaluations et de progrès. Cet attirail-là, depuis trente ans que nous le voyons à l’œuvre, nous avons eu le temps d’en constater la portée plus que douteuse. Il suffit pour cela de nous promener dans nos cours d’écoles élémentaires et de collèges.

    Pourquoi solliciter un enfant sur la différence tant qu’il n’en voit aucune et pourquoi le laisser se justifier et se construire un système de défense lorsqu’il traduit cette découverte de la différence par une conduite répréhensible ? Pourquoi l’empêcher de pratiquer telle activité parce qu’elle est habituellement appréciée par les enfants de l’autre sexe et pourquoi la lui imposer, même si elle n’est pas indispensable à son développement, au prétexte qu’il doit absolument s’y adonner pour prouver qu’il ne méprise ni ne craint ses congénères ?  

    Vivons avec tous nos élèves en rejetant loin de nous les tabous éducatifs, les lieux communs venus d’un autre âge, les clichés issus des dernières rumeurs qui circulent. Offrons-leur une multitude de jeux, de jouets, d’activités, de récits, de contes, de chants et de comptines afin que tous y trouvent leur compte et construisent ensemble cette culture commune qui les préservera de l’ostracisme. N’associons pas à leurs prénoms, à leur sexe, à leurs origines, au niveau social de leurs famille quelque prédiction scolaire que ce soit.

    Rejetons même toute idée de les évaluer avant de leur avoir apporté le meilleur, celui que nous donnerions à nos propres enfants. Travaillons sans relâche aussi longtemps que nécessaire pour que les vingt-quatre heures[4] par semaine passées en notre compagnie prennent à leurs yeux toute l’importance souhaitée.

    Faisons en sorte que l’éducation que nous leur apportons, la richesse de ses contenus, l’ouverture culturelle de ses références garantissent que leur vie sociale future puisse se bâtir librement, loin des clichés que l’air du temps leur proposera alors.  

         Jouets

    Quelques coins bien aménagés, où un groupe de quatre enfants peut aisément s’installer, pour des jeux d’imitation, feront plus pour intégrer tous nos élèves que quelque projet citoyen ambitieux aux multiples ateliers imposés.

    Ces coins ont parfois disparu des classes maternelles. C’est bien dommage car c’était le lieu d’échanges spontanés de plus en plus riches et construits. On y trouvait souvent un appartement en miniature, à la taille des enfants, avec sa cuisine, sa chambre des poupées, sa coiffeuse, son atelier de bricolage. Les maîtresses y laissaient jouer filles comme garçons et faisaient ainsi plus pour promouvoir l’égalité des sexes que toutes les usines à gaz à base de paroles qui s’envolent. Et dans les modèles réduits de ville, ferme, école, hôpital, zoo, garage, cirque ou gare, personne ne se préoccupait de la couleur, de l’âge et du sexe des policiers, fermiers, soigneurs, conducteurs d’engins et apprentis-puériculteurs ou coiffeurs.

    Dans nos coins de jeu, la leçon de langage à l’efficacité éprouvée y naît quotidiennement des dialogues entre enfants. L’enfant d’origine étrangère y apprend bien mieux que dans n’importe quel atelier de remédiation pour petits parleurs, comment se nomment les ustensiles de cuisine, les vêtements, les outils, les véhicules, les actions, …

    Toute la classe s’y crée une première culture commune enrichie des apports que chacun y raconte librement, apprenant aux autres à découvrir des particularismes qui n’ont pas forcément cours dans leurs foyers. Plus besoin de leçons, ni de longs débats,  sur l’égalité des sexes, la théorie du genre, l’ouverture aux autres cultures ! C’est en vivant ensemble et en se racontant que les enfants apprennent tout cela !

    Pablo change la couche du poupon et Djamila répare la voiture cassée. Kilian montre comment chez lui on se sert des baguettes pour manger et Ousmane raconte comment on s’assoit en tailleur autour du tapis où se trouvent les plats dans lesquels chacun se sert. Vicky explique sa caravane et raconte comment on peut se débrouiller pour que tout le monde y ait sa petite place.

    L’enseignant est là pour interdire les moqueries, expliquer les différences, s’intéresser à la culture de l’autre, gérer un mini-débat qui naît, spontanément cette fois, et y apporter l’ouverture que lui donnent son âge et sa culture.  

    Au Vivre Ensemble s’ajoute la motricité. Déplacer les meubles, balayer, plier, ranger dans les placards, empiler… changer les poupées, les allonger, les asseoir… installer la dînette, la laver, l’essuyer… faire rouler les voitures sur les routes et les trains sur les rails… visser et dévisser… autant de gestes qui exercent tout aussi bien la main que la série de fiches d’exercices progressifs de découpage selon un trait de plus en plus alambiqué !


    [1] voir Les Oralbums, de Philippe Boisseau.

    [2] Protection Maternelle et Infantile.

    [3] Inspecteur de l’Éducation Nationale

    [4] Vingt-sept heures seraient les bienvenues et nous permettraient une vision moins bornée de nos capacités d’action.


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 30 Novembre 2013 à 19:33

     L'enfant est une personne, c'est de Dolto ? Si c'est le cas, remplace "psychologue" par médecin psychanalyste ou quelque chose du genre.

     En outre, écris poulain de six mois car les Pur Sang Anglais sont hélas soumis à un dressage et des évaluations trop précoces et je ne suis pas certaine qu'on ne leur plante pas un cavalier sur le dos guère après leur premier anniversaire, peut-être avant.

    2
    Rikki-tikki-tavi
    Samedi 30 Novembre 2013 à 19:36

    Ah, toi aussi, ça te donne des boutons, quand tu lis que des instits distribuent des images de princesses aux "petites nénettes" et des images de super-héros aux "petits mecs" ? Personnellement, ça me donne envie de hurler...

    Et après, on nous distribue du matériel totalement délirant où des ours asexués mais néanmoins nus se mêlent de faire le repassage ou de diriger une mairie, pour soi-disant "casser les ides reçues"... au cas où nos élèves aient des idées reçues sur les ours ou le sexe des anges...

      • coindeparadis
        Jeudi 28 Janvier 2016 à 20:41

        Dans la classe de mon fils c'est coloriage de superman , construction de château fort marron pour les garçons et coloriage de reine des neiges et construction de château de princesse rose pour les filles. Et ce n'est que la partie immergée de la bêtise de l'instit... 

    3
    Samedi 30 Novembre 2013 à 20:00

    Merci pour la relecture attentive et les judicieux conseils !

    J'avais oublié cette histoire d'ours asexués au comportement sexué par les adultes !

    Tu crois que c'est pour ça que mes élèves me regardent l'air interloqué quand je leur dis qu'on écrit un ours, O.U.R.S, et une ourse, O.U.R.S.E ?

    4
    Samedi 30 Novembre 2013 à 21:06

    L'autre jour à la radio j'ai entendu Debarbieux (je crois bien) délirer sur une histoire de dilemne philosophique qu'il fallait proposer à des élèves de CE2 pour combattre le harcèlement à l'école...

    C'est l'histoire de Paul et Rachid qui vont à la boulangerie, et "pour casser les stéréotypes" c'est Paul qui vole des bonbons...

    En plus, d'après ce que j'ai compris, le but est que les gamins ne sachent plus ce qu'il faut faire ou pas dans pareil cas (Laisser son copain voler, c'est mal, le dénoncer, c'est mal aussi ) afin qu'ils soient encore plus paumés qu'avant, sans doute.

     

    5
    Samedi 30 Novembre 2013 à 21:18

    Rachid le caïd, comme dans Gafi ? Les pompiers pyromanes sont fiers d'eux, tu crois ?

    6
    Dimanche 1er Décembre 2013 à 13:16

    Oui oui, ils ont passé des années à véhiculer des clichés et maintenant ils font des remédiations pour les "déconstruire". C'est comme ça qu'on en vient à proposer à des master des sujets de mémoire sur la "déconstruction des stéréotypes de genre" au CP, à un âge ou normalement les stéréotypes en question n'auraient jamais eu le temps de s'installer...

    7
    Lundi 2 Décembre 2013 à 13:21

    J'aime beaucoup les idées que tu développes, DC, mais me permets juste de rectifier une petite erreur que je lis de plus en plus souvent même sous la plume de mes collègues (c'est presque HS et mesquin, mais j'ose) : nous faisons 26 heures devant élèves, pas 24.

    8
    Rikki-tikki-tavi
    Lundi 2 Décembre 2013 à 17:21

    25, très exactement, puisqu'il y a 1 h d'APC. 

     

     

    9
    Lundi 2 Décembre 2013 à 19:16
    10
    Lundi 2 Décembre 2013 à 19:33

    Tu as raison, abcdefgh. Je rectifie, 24 heures hebdo, + 36 heures annualisées. Cela fait 25 h 30, en ce moment pour moi, depuis le début novembre et jusqu'au mois de mai environ.

    11
    Lundi 2 Décembre 2013 à 19:36

     On va pas chipoter, tout de même !

     Coupons la poire en deux à 25 heures hebdo mais il y a les récrés.

    12
    Lundi 2 Décembre 2013 à 19:46

    On ne va pas chipoter. Je voulais juste préciser pour d'éventuels lecteurs non PE (et non sœurs de PE).

    Comme ça, vous comprenez, ils auraient dit "Ah bon ? Vous avez une partie de votre temps annualisée ? Mais comment ce fait-ce, dites donc ? Narrez-nous cela par le menu, je vous en prie. "

    Remarque, t'as raison, je viens de me payer la réunion "vente de galettes" avec 5 parents d'élèves sur les 45 familles que compte l'école. Et le tout avec des amygdales qui évoluent lentement mais sûrement de la balle de golf au ballon de rugby et un fond de gorge qui donne l'impression qu'on le caresse avec un Scotch Brite !

    J'ai pas trop envie de narrer cela par le menu... C'est 25 heures, les gens !

    13
    Lundi 2 Décembre 2013 à 20:07

    Pascale, les récrés ne font pas partie de notre temps de travail ?

    Si oui, j'ajoute les 10 min d'accueil et les 15' à la sortie (par jour).

    14
    Lundi 2 Décembre 2013 à 20:08

     Tu vas mourir ! Deux ballons de rugby dans le gosier, ça va t'étouffer !

    15
    Lundi 2 Décembre 2013 à 20:44

    Si, si, pendant les récrés, on est là. Et on bosse. Le mieux, c'est d'avoir quatre paires d'yeux, d'ailleurs. C'est plus utile que deux ballons de rugby et un scotch brite dans la gorge !

    16
    Kokona
    Lundi 2 Décembre 2013 à 22:57

    "L’École Maternelle, elle, n’a pas besoin de classes d’excellence pour donner envie d’y inscrire ses enfants."

    Il s'agit bien évidemment d'un choix par défaut, en réalité. Dans les pays où l'on peut librement choisir la maternelle de son enfant, ce choix fait l'objet de nombreuses visites, est mûrement réfléchi, et on n'hésite pas à en changer en cas d'encadrement défaillant, d'activités insuffisantes etc. Les parents y sont évidemment accueillis les bras ouverts, il n'y a pas cette attitude bien francaise: les parents doivent rester derrière la grille. 

    La maternelle à la francaise, avec ses 20-25 enfants par classe qui change tous les ans en plus, l'obligation d'être propre comme examen d'entrée, le très faible taux d'encadrement, les récréations à heure fixe voire supprimées en cas de mauvais temps, les activités imposées, fait figure de parent pauvre du système éducatif francais.

    Sans compter l'absence de programmes détaillés qui creuse déjà les premières inégalités scolaires. Beaucoup d'enfants sortent de GS en sachant lire des syllabes, voire souvent plus, et on leur impose une méthode syllabique en CP qui va les dégoûter de la lecture. A l'inverse, d'autres en sortent sans connaître toutes les lettres et vont tomber sur une méthode globale qui va les couler.

    Demain arrivent les résultats de PISA qui devraient confirmer l'importance du rôle de la maternelle dans la réussite des systèmes éducatifs. Puissent nos dirigeants se pencher sur l'insuffisance de notre école maternelle.

    17
    françoise svel
    Lundi 2 Décembre 2013 à 23:13

    Quand je lis tes commentaires Phi, le 4 et le 6 particulièrement, je suis super heureuse!!! Tu as totalement raison!

    18
    Kokona
    Lundi 2 Décembre 2013 à 23:59

    Voici un article américain de 2001 qui décrit bien l'école maternelle francaise, par opposition à aux méthodes italiennes créatives et artistiques de Reggio Emilia.

    Laissons les enfants jouer librement, développer leur créativité et leur langage ce faisant!

    http://www.nytimes.com/2001/04/25/world/french-and-italian-preschools-models-for-us.html?pagewanted=all&src=pm

     

    . In a large, well-stocked modern preschool classroom at La Goutte d'Or, a primary school which serves a poor, mostly immigrant neighborhood of Paris, 3- and 4-year-olds were seated on tiny benches around Miss Guigou as she helped them to ''read'' the names of colors by identifying the first letter. Miss Guigou lifted a flashcard with the word ''vert'' (green) and Abdelaziz, 4, delightedly recognized the letter V, though it actually made him think of ''ventre'' (belly).

     

    19
    Mardi 3 Décembre 2013 à 07:59

    Au sujet des "maternelles" (euh, jardins d'enfants payants, non ?) américaines, il y a un texte hilarant de Woody Allen, avec une famille complètement tombée dans la débine suite à l'échec aux tests d'entrée dans LE jardin d'enfants super sélect qui ne reçoit que des gamins promis à un grand avenir...

    Si je le retrouve, je vous donnerai la référence.

    20
    Kokona
    Mardi 3 Décembre 2013 à 08:44

    Il y a beaucoup de pays où la maternelle est plus gratuite qu'en France. En France il faut payer le repas non? le centre de loisirs du mercredi? La crèche en France est-elle gratuite? Et au primaire en France, on paye les fournitures scolaires? dans beaucoup de pays, l'école est réellement gratuite, à partir de 1 an, même le transport scolaire.

    Enfin vous ne répondez pas sur le fond, vous m'opposez un exemple que je n'ai pas évoqué.

     

    21
    Mardi 3 Décembre 2013 à 18:48

    Suecia, nous allons admettre avec vous que la France est un pays déplorable et qu'il existe des pays merveilleux tels les USA et la Thaïlande.

    Vous non plus n'êtes pas restée dans le sujet qui est "Comment favoriser l'égalité et la mixité à l'école".

    Alors soyez gentille, ne cherchez pas systématiquement à critiquer les institutions françaises, ce n'est pas le but de ce blog. Lisez tant que vous voulez, posez des questions qui en sont vraiment, faites des réflexions qui apportent un éclairage au débat sans dénigrer les réflexions des autres et tout ira bien.

    Bien cordialement, Doublecasquette.

    22
    françoise svel
    Mardi 3 Décembre 2013 à 21:22

    "Plus gratuite que..." ??? Désolée, je ne comprends pas cette expression, elle existe en français, vous êtes certaine?

     

    23
    Mardi 3 Décembre 2013 à 21:50

     Oui ! C'est comme "quatre fois plus égaux " ou "quatre fois moins égaux ".

    24
    Rikki-tikki-tavi
    Mardi 3 Décembre 2013 à 21:55

    Moi, je sais ! "plus gratuite", c'est quand on paye les gosses pour aller à l'école ! 

    25
    Kokona
    Mardi 3 Décembre 2013 à 22:58

    J'ai employé l'expression abusive "plus gratuite" étant donné que la gratuité dont il est fait mention dans l'article n'existe pas de manière absolue.

    Par ailleurs je n'ai pas fait mention de pays asiatiques qui pourtant mériteraient qu'on aille voir du côté de leur maternelle au vu des résultats PISA. Je suis simplement consternée par l'incapacité de la corporation de se remettre en question et de persister à croire que la maternelle à la francaise est la meilleure du monde.

    Alors, continuez  à vous auto-congratuler, et à apprendre à vos petits élèves les noms des couleurs en globale.  Bonne route.

    26
    Mercredi 4 Décembre 2013 à 09:06

    Bonne route à vous aussi, si c'est votre souhait. Pour les noms des couleurs en globale, vous êtes juste un tout petit peu à côté de la plaque par rapport aux programmes nationaux que j'aimerais voir appliquer à l'école maternelle.

    Pour information : Programme d'écriture-lecture du GRIP pour l'école maternelle (consultable en entier sur www.instruire.fr) :

    f) Ecriture-lecture :

    En petite section, la motricité fine des enfants n'est pas suffisamment mûre pour l'écriture cursive. Le maître leur proposera d'abord de reproduire des graphismes spontanés, et les encouragera ensuite à automatiser les premiers gestes efficaces, en veillant à la posture du scripteur et à la bonne tenue de l’instrument de dessin ou d’écriture. Puis il introduira la copie de modèles simples et valorisera toute production graphique nouvelle, toute représentation du réel plus conforme à la réalité que les précédentes (bonhomme, animal, véhicule, objets, etc.). Chaque foisque l'occasion se présentera, l'instituteur montrera sa propre maîtrise de la lecture et de l'écriture.

    En moyenne section, l'agilité manuelle des enfants permettra de programmer les premiers exercices de graphisme préparatoires à l'écriture. On travaillera autant la précision des tracés que la fluidité du geste dans la perspective d'une écriture cursive rapide et soignée. L'essentiel de la préparation à la lecture consistera à affiner la conscience phonémique en mobilisant l'écoute, l'articulation et la prononciation dans des activités ludiques. Un travail préparatoire à la dictée consistera à demander aux enfants de retranscrire une production sonore par un graphique. Au cours de l'année, l'instituteur apportera des informations simples sur les lettres : une lettre a un nom, elle peut s'écrire de différentes manières (capitale d'imprimerie, script, cursive), on lui associe un son, une combinaison de lettres-sons peut former un mot. Ces éléments permettent de répondre aux questions légitimes des enfants sans pour autant entrer dans un enseignement systématique.

    Cet enseignement sera mis en place en grande section, dès que l'habileté manuelle et la
    discrimination auditive de l'élève le permettront. Il apprendra simultanément à écrire chaque lettre et à reconnaître le son qu'elle transcrit à l'intérieur d'un mot. Le maître choisira une progression rigoureuse, tenant compte des difficultés graphiques, visuelles et auditives. Cette progression devra permettre le plus rapidement possible l'écriture-lecture de mots normaux d'une ou deux syllabes (mots dont l'orthographe ne présente pas d'irrégularités dans la correspondance graphème/phonème).
    En fin d'année, l'enfant sera capable d'écrire sous la dictée une petite phrase de quelques mots normaux sur un cahier seyes agrandi ou à double interligne.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :