• TPS/PS : Lecture d'album

    TPS/PS : Lecture d'album

    Vous avez un album, vous avez des enfants dans une salle de classe, comment faire pour faire apprécier aux seconds le contenu du premier ?

    Quelques petits trucs simples à mettre en œuvre dès demain avec vos Tout-petits et Petits mélangés, regroupés en face de vous.

    Petite précision : quelques petits objets collectés dans les boîtes de jeux de la classe aideront à éclairer l'attention des élèves lors de mises en scène très simple.

    La couverture, le titre :

    1) Se mettre face aux élèves pour que tous puissent voir les images.

    2) Présenter la couverture sans rien dire et laisser les élèves s'exprimer (pour l'expression libre des élèves, voir l'excellente conférence de Pierre Péroz dont je vous ai déjà parlé souvent).

    3) Synthétiser les propos des enfants et lire le titre, sans plus de commentaires.

    4) Laisser à nouveau les enfants s'exprimer puis synthétiser leurs propos, relire le titre et aller directement à la première page de l'histoire.

    L'histoire proprement dite :

    On la lira page par page, après avoir donné à voir chaque fois l'illustration.

    ◊ La première page

    1) Pour commencer, on montre la page

    2) on laisse commenter comme pour la couverture

    3) on lit en mimant avec des objets

    4) on laisse à nouveau commenter

    5) on lit en montrant sur l'image et on tourne

    ◊ Chaque page suivante :

    1) On recommence pareil pour chaque page suivante jusqu'à ce qu'ils donnent les premiers signes de désintérêt.

    2) On relit alors tout ce qu'on a déjà lu, couverture et page de titre comprise, en montrant sur les images

    ◊ Et entre deux séances de lecture :

    ♣ On laisse le livre à disposition au coin bibliothèque pour qu'ils le feuillettent s'ils le souhaitent. On peut aussi laisser à disposition la boîte d'accessoires.

    ♣ Dans le cas de contes traditionnels, dont il existe plusieurs versions illustrées différemment, dans d'autres formats de livres, essayer de se les procurer, au moins temporairement, pour que les enfants puissent d'eux-mêmes jouer au jeu des comparaisons.

    ◊ Comment débuter la séance suivante :

    1) À la séance suivante, le lendemain ou le prochain jour de classe, on lit tout ce qu'on a déjà lu et on s'arrête à la première "nouvelle page" pour reprendre le schéma habituel.

    2) Au fur et à mesure des séances, les enfants « aideront » de plus en plus l'enseignant à lire l'histoire en récitant en même temps qu'il lit le texte des pages déjà lues deux ou trois fois.

    ◊ Nombre de séances sur le même album

    ♣ Les séances doivent être suffisamment rapprochées pour que les enfants puissent garder en mémoire la partie déjà lue et conserver un intérêt pour la suite. Tous les jours de classe, c'est incontestablement le meilleur rythme.

    ♣ La lecture de l'album s'étalera tout au plus sur une semaine. On pourra aller jusqu'à deux semaines, très exceptionnellement, quand l'album est long et compliqué.Sinon, c'est « l'assiette de soupe froide » ressortie chaque jour du réfrigérateur pour que l'enfant la finisse, quitte à lui boucher le nez pour qu'il ouvre la bouche et avale pour ne pas s'étouffer !

    ♣ On pourra, à l'occasion, relire un peu plus tard le même album ou quelques pages de celui-ci lorsque la lecture d'un autre album ou un événement de la classe nous rappellera l'histoire lue autrefois.

    On laisse en accès libre tous les albums déjà lus pour que les enfants puissent les « relire » entre eux pendant les temps d'ateliers libres ou de bibliothèque.

    Questions et réponses :

    ◊ Est-ce pertinent de noter au tableau et/ou sur une affiche les hypothèses des enfants ?

    ♥ Si ça peut faire plaisir à la personne qui vient vous visiter, ce n'est pas dangereux pour les enfants, en tout cas.

    ♥ Sinon, ce n'est vraiment pas la peine, quelques mots sur une feuille volante avec les initiales de l'enfant suffisent pour pouvoir dire : « Vous vous souvenez que, hier, Maël nous avait dit que, peut-être, la petite poule allait tuer le renard. Alors, finalement, a-t-elle pu le faire ? A-t-elle tué le renard, cette petite poule ? »

    ◊ Pierre Péroz ne part pas des illustrations mais lit directement l'histoire et laisse parler les élèves sur ce qu'ils en ont compris. Pourquoi faire autrement ?

    Par expérience, le fait de montrer les illustrations aide beaucoup, surtout les enfants très éloignés du monde de la lecture et cela permet de travailler plus de compétences en même temps (Pratiquer divers usages du langage oral : raconter, décrire, évoquer, expliquer, questionner, proposer des solutions, discuter un point de vue).

    ♥ On peut même lire en leur montrant que l'on suit la ligne du doigt pour lire, ça fait une compétence de plus du même coup (Manifester de la curiosité par rapport à l’écrit. Pouvoir redire les mots d’une phrase écrite après sa lecture par l’adulte, les mots du titre connu d’un livre ou d’un texte).

    ◊ Les séances se font en collectif ou bien en ateliers dirigés?

    ♥ Si vous travaillez en groupe-classe, vous y ajoutez les compétences sociales (Apprendre ensemble et vivre ensemble ; Comprendre la fonction de l’école ; Découvrir le rôle du groupe dans ses propres cheminements, participer à la réalisation de projets communs, apprendre à coopérer) et "neuropsy" (attention, concentration, autodiscipline, ...).


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :