• Nul... à refaire !

    Nul... à refaire !

    Nota bene : Suite à la parution d'une nouvelle enquête, concernant les mathématiques et les sciences cette fois, vous pouvez, si le cœur vous en dit, lire cet article en remplaçant « orthographe », « grammaire », « vocabulaire », « conjugaison », « rédiger » par « mathématiques », « numération », « calcul », « géométrie », « résoudre ». En rajoutant à la liste des « solutions éditoriales », les méthodes mathématiques et scientifiques, carrément citées dans les instructions officielles, vous aurez la réponse à la question : « La baisse du niveau, pourquoi, comment ? »

    Et encore une enquête pour confirmer ce que tout le monde sait : les enfants qui ont effectué leur CM2 en 2015 sont bien moins bons en orthographe que leurs parents au même âge, lorsqu'ils ont effectué le même test, en 1987 !

    Tout le monde le sait. Toute famille le remarque à longueur de cartes postales ou de petits mots laissés sur la table. Tout parent le constate au quotidien dans les écrits rédigés en classe, truffés de fautes et validés par l'enseignant.

    « Et pourtant, ricanent certains, les écoliers et collégiens qui sont aujourd'hui à l'école n'ont connu QUE les programmes « Darcos », publiés en 2008... Programmes qui avaient promis qu'on allait enfin apprendre correctement la grammaire et l'orthographe, car on revenait aux « fondamentaux » !  Alors, camembert, les malades de la de la vraie-bonne-grammaire-des-familles : avec les nouveaux programmes, qui sont excellents, vous allez voir ce que vous allez voir... »

    Là, ça va le faire, c'est sûr, nous disent-ils. Grâce aux effets conjugués du prédicat, de l'orthographe rénovée 1990 et du LSUN[1], qui suivra nos chérubins de l'aube de l'école élémentaire à la fin du collège, ces progrès seront personnalisés à l'extrême, bienveillants et positifs pour tous. Dans vingt ans, l'homme et la femme nouveaux se lèveront, vivants parmi les décombres du vieux monde, et rayonneront tels des phares  qui nous ouvriront la porte et nous guideront sur les chemins de l'innovation, nous pauvres ilotes, gavés aux programmes antérieurs à 1986 !

    Je n'y crois pas une seconde, encore moins qu'en 2008. Nous repartons  de plus belle dans la mauvaise direction, après avoir très vaguement atermoyé pendant moins d'un an, de septembre 2008 à mai 2009[2].

    Et pourquoi je n'y croyais pas, même en 2008, alors que les programmes étaient clairs, progressifs et exigeants, tout comme j’aime[3] ?... Eh bien parce que le problème était beaucoup plus profond : rappeler ou apprendre aux enseignants que pour qu'un élève sache quelque chose, il faudrait déjà qu'il ait eu l'occasion de s'y confronter, c'était bien ; mais encore aurait-il fallu qu'on donnât à ses maîtres la possibilité de l'y exercer. Et là, le bât a blessé, méchamment blessé ! 

    Deux heures de moins pour beaucoup en plus !

    Faire passer cette réforme, comme ça, sans ménagements, du « fait du prince », dans une profession à qui l'on faisait croire depuis des années que c'était elle qui rédigeait les programmes et que c'était elle qui avait appelé de ses vœux les plus ardents toutes les innovations, tous les changements de désignation, tous les grands projets nationaux, départementaux ou de circonscription, c'était délicat. Il fallait donc une contre-partie.

    « Et si on leur refilait leur samedi matin ? Hein ? Voilà une idée qu'elle est bonne ! Ils n'iront plus bosser que 4 jours par semaine. En échange, pour que ça ne fasse pas trop désordre, on va leur refiler de la concertation, tiens... La plupart des syndicats enseignants adorent la concertation. Ils la feront le soir après l'école, s'ils veulent couper aux trajets superflus. Quatre journées de 10 heures, surtout quand le grand public n'en voit que 6, ce sera parfait pour notre image auprès du grand public !

    Et puis, pour calmer les familles et faire plus « à l'écoute des besoins de l'Enfant », avec sa majuscule, comme il se doit, on va dire que les plus faibles auront droit à 2 heures de soutien personnalisé, seuls avec leur enseignant... Et on leur refilera des stages de remise à niveau, au milieu du CM2 et juste avant l'entrée en 6e. »

    Et ça a marché ! Tout le monde a applaudi, ou presque.

    Les élèves ne sont plus venus à l'école que 4 jours, 6 heures par jour, et ils étaient censés ingurgiter ces contenus rénovés, plus consistants, plus étoffés, en 24 heures chrono, 2 fois plus vite qu'à La Redoute... sans tenir compte des variations saisonnières, bien sûr.
    Parce qu'en hiver, ôter une paire de gants, une écharpe, un bonnet, un blouson et parfois même une combinaison et des bottes de neige, ça prend du temps. Ramasser les tickets de cantine, comptabiliser les enfants qui restent à la garderie et vérifier si les mots aux familles informant des événements à venir, aussi. Ils étaient donc loin d'avoir 24 heures de travail scolaire, ces enfants-là. 

    Dans certaines écoles, aux publics difficiles – nous reviendrons certainement sur ce concept plus tard – les deux heures de soutien se transformaient en saupoudrage tant les besoins étaient criants alors que dans d'autres, nos collègues peinaient à recruter des clients qui avaient besoin de cours particuliers. Ce qui fait qu'en 2012, au changement de majorité, ce soutien fut en partie remplacé par... de la concertation, bien sûr ! La plupart des syndicats enseignants adorent la concertation...

    Conclusion n° 1 : Deux heures de moins pour beaucoup plus, ça ne fonctionne pas et, après huit années d'application – nous y reviendrons – les progrès qui auraient dû avoir lieu ne sont pas au rendez-vous.

    D'où l'intérêt qu'il y aurait eu à consulter une base large et non deux ou trois personnes rameutées par les copains... et à prendre son temps plutôt qu'à balancer un Bulletin Officiel de 39 pages, pas toujours très clair même pour des « professionnels de l'Éducation », plus ou moins formés, du bas en haut de l'échelle.

    Pas de documents d'accompagnement, c'est inutile !

    Il est vrai que dans l'esprit d'un agrégé de lettres, ou même dans celui d'un instituteur qui a fréquenté l'école, le collège et le lycée avant 1975, enseigner le vocabulaire, l'orthographe, la grammaire et la conjugaison de base, c'est sans doute l'enfance de l'art et il n'est pas besoin d'accompagnement.

    Il est vrai aussi que, dans certaines circonscriptions et avec certains IEN, les documents d'accompagnement aux programmes de 2002, destinés théoriquement à apporter des pistes de recherche à exploiter ou non, s'étaient vite transformés en diktats à respecter au pied du pied du pied de la lettre sous peine de harcèlements divers et variés visant à retarder l'avancement des dangereux contrevenants.
    Vouloir faire cesser cela et rendre la liberté pédagogique aux professeurs des écoles, cela partait d'un excellent sentiment.

    Et puis, il y avait des sensibilités à ménager. Être choisi, c'est bien, mais durer, c'est mieux. Pour ne pas se mettre à dos les « désobéisseurs » de tout poil, ceux qui hurlaient à l'assassinat du dernier chanteur de slam à la mode – celui qui s'était fait tout seul et n'avait pas eu besoin de leçons pour acquérir cette aisance verbale, cette créativité poétique, cette pertinence intellectuelle – il fallait laisser faire chacun à sa sauce, sans cadres trop précis ou trop rigides.

    À l'État de présenter des contenus, une bonne fois pour toutes et au « terrain » de les transmettre aux élèves comme bon lui semble et de s'interroger objectivement sur la pertinence des méthodes qu'il aura choisies pour ce faire...

    Conclusion n° 2 : Faute de formation, de conseils et d'exemples, de nombreux collègues se sont noyés dans des programmes qui ne correspondaient à rien pour eux, d'autant que le désespoir, la fatigue, les contraintes pesant de plus en plus fortement sur un métier décrié par le chef de l'État lui-même, ne les inclinaient pas à faire des efforts d'auto-formation !

    Des priorités fondamentales très vite oubliées !

    Quant à l'État, il a très vite eu autre chose à faire. Une fois fournis aux foules ô combien en délire, ces programmes n'intéressèrent plus personne. Et on embaucha un coiffeur pour passer à la mise en coupe réglée de l'espèce à abattre : le fonctionnaire !

    Disparition des RASED, exécution programmée de l'École Maternelle[4], suppression des IUFM, diminution des ouvertures de classes alors que la population enfantine augmentait, même chose pour le remplacement, intégration à moyens constants des enfants handicapés dans les classes non-spécialisées, vague recrutement placebo de personnels sous contrat privé sans formation, baisse des subventions aux communes, la liste est longue et douloureuse à lire...

    Toutes choses qui, non contentes de faire disparaître du paysage scolaire les ambitions orthographiques promises, rendirent encore plus difficile l'exercice serein du métier, gage d'un bon suivi pédagogique des enfants réels, dont le caractère est très éloigné de celui de l'enfant des statistiques !

    Les programmes 2008, eux, continuaient seuls un petit mais alors tout petit bonhomme de chemin, revu et corrigé chaque année à la baisse à la fois dans les Évaluations Nationales fournies par l'État[5], mais aussi par une profession qui se sentait de moins en moins soutenue et par un secteur éditorial qui comprenait bien que personne ne tenait à ce qu'il en fasse trop en terme de contenus.

    Conclusion n° 3 : Si personne n'a de réelle volonté de faire monter le niveau d'orthographe d'une génération, il ne montera pas tout seul, surtout si l'on n'aide absolument pas ceux qui sont chargés de le faire monter et qu'on met tous les bâtons qu'on trouve sur leur chemin. 

    Le partage du gruyère.

    Il y a bien eu quelques aménagements aux manuels scolaires 2002 afin de les adapter aux nouvelles exigences. Des aménagements a minima tant les éditeurs sentaient qu'aucun IEN, aucun professeur-chercheur en Sciences de l'Éducation n'iraient conseiller des méthodes trop différentes de celles qu'ils avaient contribué à inventer et diffuser !

    Sont nées pour les CP, les méthodes chambres à part, avec des vrais morceaux de syllabique dedans et, pour les plus grands, des méthodes complètes garantissant une entrée en grammaire réussie ou une maîtrise sûre de l'orthographe, toutes basées sur le découpage de petites étiquettes et la promenade entre les îlots constitués par 4 bureaux d'élèves mis face à face. On y a ajouté des méthodes de remédiation qui, après avoir conduit les plus jeunes sur des fausses pistes, passent un temps fou, et complètement déconnecté du reste du temps de classe, à redresser ce qui a été bâti de travers. Une vraie manne financière à laquelle s'est ajoutée celle issue du parascolaire... parce que quand l'école faut (verbe faillir, 3e groupe, présent de l'indicatif, 3e personne du singulier), la demande de soutien augmente !
    Rien de bien nouveau...

    L'essentiel de l'effort de formation continue a porté sur les à-côtés de la réforme : l'intégration des enfants à profils particuliers, la gestion de l'Aide Personnalisée, les Paliers du Socle, le Livret Numérique qui n'en finissait pas d'être annoncé puis retoqué par la CNIL.

    Perdre du temps de formation continue pour apprendre à lire au CP afin que tout élève en sorte au moins « petit lecteur » ? Trop trivial ! Montrer comment concevoir une progression de grammaire ou d'orthographe moins chronophage et plus progressive ? Quelle tristesse ! Revoir l'enseignement des gestes de l'écriture liée en Grande Section pour travailler conjointement écriture et lecture et passer insensiblement et naturellement de l'écoute des sons à la lecture ? Quelques semaines après avoir affirmé qu'il existait deux voies pour lire : la directe, seule garante du sens, et l'indirecte, qui fabrique des petits perroquets qui ne comprennent rien, c'est délicat...

    Conclusion n° 4 : Il n'y a donc eu, sauf peut-être à la marge, aucune formation des professeurs des écoles à l'usage raisonné et raisonnable des programmes 2008 de la part du corps institutionnel, dont la plupart des membres d'ailleurs n'avaient aucune idée de la manière dont on pourrait s'y prendre pour que ces contenus soient transmis de façon sûre et néanmoins conviviale aux jeunes enfants.

    Restait l'auto-formation. Internet étant en plein boum, de nombreux collègues ont fabriqué eux-mêmes leur matériel avant de le diffuser autour d'eux. Du matériel SGDG, bien entendu. De l'excellent, du bon, du moyen, du passable... D'autres collègues l'ont utilisé. Comme ils ont pu. Très bien, moyennement bien, mal même parfois. Quand on n'a aucun repère, comment savoir si ce qu'on fait est bon ? Et quand l'inspecteur qui passe nous voir n'a pas l'air d'en savoir plus, rien ne va plus !...

    Alors allons-y pour suivre tel collègue qui a l'air de savoir de quoi il parle et instaurons la dictée-flash quotidienne, les tableaux de sons, le cahier de mots-outils, le rituel de grammaire avec des bulles dedans, la ceinture de conjugaison, le mot du jour, le cahier de l'écrivain, un vrai inventaire à la Prévert...
    Ça marche, au moins un peu ? On garde toute l'année puis on abandonne parce qu'on a trouvé plus ludique ailleurs ! Ça ne marche pas tout de suite ? On abandonne et on repart sur une autre piste, pour trois semaines, histoire de voir si cette fois, ça fonctionnera mieux.

    Conclusion n° 5 : Et pendant ce temps-là, le niveau d'orthographe ne monte pas ou du moins pas partout.

    Vague espoir, vite oublié.

    Il existe cependant de toutes petites niches, minuscules, pas toujours situées là où on les attendrait, dans lesquelles les élèves, ceux d'aujourd'hui, nés en 2002 et après, pas forcément issus de milieux si reluisants que cela, apprennent à écrire et lire, en GS et au CP, comprennent ce qu'ils lisent, écrivent plutôt bien et ont, lorsqu'ils arrivent au CM2, un niveau en orthographe presque comparable à celui de leurs grands aînés (ne serait-ce qu'à l'école élémentaire, ils ont bénéficié de 540 heures de classe en moins qu'eux, quand même, et ça se sent).
    On en trouve dans l'enseignement public, dans le privé sous-contrat et dans le privé hors-contrat. Peu. Très peu.

    Pourquoi ? Allez savoir. De grosses difficultés de communication, sans aucun doute. Une réputation détestable entretenue entre autres par des officines qui construisent un projet politique en se délectant de l'effondrement du projet social et démocratique, certainement. Un dénigrement systématique des possesseurs du gruyère peu enclins à se laisser piquer leur fromage, un peu beaucoup aussi.

    Pourtant, elles fonctionnent, ces classes. Elles fonctionnent sans blouses grises, sans salut au drapeau, sans porte-plumes, sans passéisme ni ringardise,  sans mise au ban des éléments indésirables, sans dénigrement de ceux qui ont choisi d'autres méthodes, sans agressivité envers ceux qui ne pensent pas exactement comme elles, sans enfermement. Elles arrivent même, pour certaines, à fonctionner sans vieux bouquins, tristes et moches, mais ça, c'est plus difficile. Ce sont elles, les vraies innovantes mais elles n'ont pas su ou pu le dire. 

    Conclusion n° 6 : Elles ont juste loupé leur comm' et c'est reparti pour un tour, sans elles, parce qu'elles n'ont pas su prendre le train en marche. 

    Conclusion générale

    En 2022, une nouvelle enquête prouvera que le niveau d'orthographe a encore tellement baissé qu'on a décidé de ne plus jamais, jamais l'évaluer. Cela évitera d'avoir à manger son chapeau, comme ça, bêtement, tous les sept à dix ans.

    Et pourtant, ce serait si simple, comme le disait un internaute que j'ai lu ce matin : « Puisque le niveau des élèves testés en 1987 était satisfaisant, reprenons les programmes (et horaires) de l'époque et mettons-nous au travail ! »

    C'est ce que j'ai essayé de faire dans les fichiers et manuels que j'ai concoctés, j'ai eu à de nombreuses reprises la preuve que cela fonctionne toujours. Il ne manque que la volonté.

    Notes :

    [1]  Livret Scolaire Unique Numérique 

    [2]  En mai 2009, Luc Chatel remplaça Xavier Darcos et le souci ne fut plus le niveau d’orthographe des enfants, hélas ! Les efforts portaient plutôt sur le régime de famine à imposer au mammouth pour qu’il perdît ses dernières bribes de graisse et continuât néanmoins à faire comme s’il était encore vivant.

    [3]  À quelques bémols près, quand même... Le programme de conjugaison CE1 était beaucoup trop chargé et très mal équilibré pour accoucher d’une souris au cycle 3 avec à peu près autant de modes, de temps et de terminaisons verbales à connaître à l’issue du CM2 qu’au milieu d’un CM1 antérieur à 1995 ! Et puis, tout un tas de broutilles de ce genre dues à des programmes faits trop vite, sans consulter un panel assez large d’enseignants de terrain.

    [4]  http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/05/12/01016-20090512ARTFIG00310-morano-lance-les-jardins-d-eveil-pour-les-2-3-ans-.php

    [5]  Quand il faut prouver que le niveau monte, sans faire les efforts pour le faire monter, on est bien obligé de négocier cette hausse d’une autre manière.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 29 Novembre 2016 à 19:54

    Ah que oui!!! Trois fois oui!!! Les nouveaux programmes sont une jungle informe pour celui qui n'a pas de repères, même sils ont la qualité d'insister sur l'enseignement de démarches. Nous n'avons plus de stage, plus de formation continue ou alors si peu que c'en est à pleurer. Ah que oui ces deux heures en moins nous font perdre l'équivalent d'un an sur la scolarité primaire et même en courant nous ne les rattraperons jamais. Les questions sont souvent mal posées et les réponses tombent toujours à côté.

    2
    Rikki
    Mardi 29 Novembre 2016 à 22:55

    Dans ta conclusion numéro 3, tu as inversé je crois :

    c'est la voie DIRECTE qui est le Bien, la Compréhension, la Littérature et la voie INDIRECTE qui est le Mal, le déchiffrage, l'ânonnement, tout ça.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Loys
    Mercredi 30 Novembre 2016 à 00:00

    Magistrale Doublecasquette. ;-)

      • Mercredi 30 Novembre 2016 à 00:03

        Peut-être un brin trop frontale ? wink2

    4
    Mercredi 30 Novembre 2016 à 15:00

    J'apprécie vraiment ton analyse. 

    J'ai relayé cet article ici : http://www.neoprofs.org/t107322p150-resultats-timss-timss-advanced-2015#3904708

    5
    Celadon
    Mercredi 30 Novembre 2016 à 15:39

    Hallucinant. Merci de remettre les pendules à l'heure pour NVB qui veut encore et toujours faire porter le chapeau aux enseignants. Et accessoirement à Fillon. Mieux vaut entendre ça qu'être sourd, encore que je me demande...

      • Mercredi 30 Novembre 2016 à 17:01

        Tout le plaisir était pour moi : tout ce que j'ai toujours voulu dire sur les programmes et les moyens mis en œuvre (ou pas) afin qu'ils soient mis en application dans les classes.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :