• CE1-CE2 : Dictées Lecture et Expression
    Merci à Sophie Borgnet  pour cette illustration.

    Lecture et dictée

    Associer lecture et dictée permet, comme lors de l’association lecture et production d’écrit, de naviguer entre écriture et lecture, établissant ainsi une association constante entre la vue, l’ouïe et le toucher, garante d’une mémorisation plus simple et plus solide de l’orthographe des mots.

    Les dictées proposées ci-dessous accompagnent le manuel Lecture et Expression au CE dont chacun des modules comporte 10 textes de travail.

    Ce manuel est ainsi adapté aux écoles qui ont gardé la semaine de 4,5 jours et qui programment une séance de lecture quotidienne.

    Pour les autres écoles, on se cantonnera généralement aux 8 premiers textes dans une classe de CE1, à moins qu’on choisisse d’étudier les 2 derniers pendant la séance de QLM ; dans tous les cas, on ne programmera que 8 dictées.

    Si on utilise ce manuel dans une classe de CE2, on pourra passer rapidement sur les 2 textes les plus faciles et ne garder pour les dictées que celles correspondant aux 8 autres textes.

    Enfin, dans une classe de CE1/CE2, on réservera la lecture des textes les plus simples aux élèves de CE1, qui feront les dictées correspondantes, alors que les plus difficiles seront lus par les élèves de CE2 qui travailleront uniquement sur les dictées qui y sont associées. Les textes de difficulté moyenne seront lus par la classe entière et la dictée sera la même pour tous. On pourra cependant facilement ajouter une phrase supplémentaire pour que les enfants les plus âgés aient à se confronter à des difficultés à leur niveau.

    Dictée et étude de la langue

    Les liens entre la lecture et l’écriture seront d’autant plus solides qu’on y ajoutera toutes les passerelles possibles entre le travail d’écriture sous dictée et celui entrepris pendant les séances d’étude de la langue.

    La progression suivie et rappelée ici sera celle du Fichier d’étude de la langue CE1.

    Le principe de la dictée réussie

    Il existe deux types de dictées :

    → la dictée d’évaluation, celle qui sert à donner une image de l’orthographe d’un élève à l’instant T

    → et la dictée d’enseignement qui apprend aux élèves à adopter des attitudes qui leur permettront de mobiliser leurs connaissances lexicales et grammaticales pour écrire correctement le français.

    C’est ce deuxième type de dictée, que nous désignerons par l’expression « dictée réussie », qui nous intéressera ci-dessous. Les collègues souhaitant rajouter des dictées d’évaluation (mensuelles, trimestrielles) trouveront facilement matière à ceci sur d’autres blogs d’enseignants.

    Le principe de cette dictée réussie est simple et se résume en quelques points :

    1. Dans une dictée réussie, le but est que tous les élèves aient « tout juste », quitte à ce qu’il y ait une très forte guidance au début.

    2. Lors de la dictée, l’enseignant aide :

    → il enseigne l’épellation phonétique et fait repérer les mots transparents,

    →  il rappelle, écrit au tableau au besoin, et dans ce cas, vérifie que tous copient intelligemment le mot ou la portion de mot,

    → il intègre peu à peu les règles lexicales et grammaticales enseignées lors des activités d’étude de la langue et rappelle ces apprentissages très souvent pour aider à l’automatisation.

    a) Il apprend aux enfants à articuler à mi-voix, puis mentalement, chacun des phonèmes qu’ils vont transcrire : c’est le principe de l’épellation grapho-phonétique.

    Exemple : « Llllleeee ccchhhhaaaa(t) Mmmmiiiimmmiiii rrreeetttrrrouuuvvveee sssonnn dddooommm(ai)nnneeee. »

    b) Il fait repérer les mots transparents.

    Exemple : « Voici la phrase que je vais vous dicter. Dans cette phrase, il y a quatre mots qui s’écrivent comme ils se prononcent, sans lettres muettes, ni consonnes doubles, ni son qui peut s’écrire de différentes façons. Qui pourra me les citer ?... Écoutez bien : Le... chat... Mimi... retrouve... son... domaine. »

    c) Il rappelle en cours de dictée que certains mots comportent une difficulté.

    Exemple : « Ah, attention, vous souvenez-vous comment doit être la première lettre d’une phrase ?... Oui, c’est une lettre majuscule... Alors, comment écrirez-vous l’article « Le » ?... L majuscule, e minuscule... C’est cela. Allez-y ! Lllleee...

    Et maintenant, le nom « chat », vous l’aviez à relire et épeler hier soir. Qu’a-t-il de particulier ?... Il a une lettre muette, très bien. Laquelle ?... C’est un T, oui. Et pourquoi est-ce un T ?... Parce qu’au féminin, nous disons « une chatte » et que le petit du chat et de la chatte se nomme « le chaton »... C’est parfait. Écrivez « chhhhhaaaat », sans oublier le T muet... (on procédera de même pour la graphie « ai » dans le nom « domaine ».

    Passons au nom « Mimi ». C’est le nom propre du chat bleu de l’illustration. Par quel type de lettre commencent les noms propres de personnes, d’animaux ou de choses ?... Par une majuscule, c’est cela. Alors écrivez « MMMMiiiimmmiii » sans oublier la majuscule au début. 

    Le verbe maintenant : Le chat Mimi retrouve. Il n’y a rien de difficile dans ce mot : c’est un mot transparent. Dictez-vous le à mi-voix : rrrr....eeee...ttt...rrr...ouuu...vvv...eee. Attention, écoutez-vous bien et écrivez à mesure, comme ça (il écrit au tableau, tout en oralisant les sons) : rrr...eee...ttt...rrr...ouuu...vvv...eee. »

    c) Il écrit au tableau les mots ou portions de mots lorsqu’ils sont compliqués ou trop rares pour nécessiter d’être déjà mémorisés.

    Exemple : « Jeannot, c’est un nom propre. C’est le diminutif du prénom Jean, qui s’écrit ainsi : J majuscule...E...A...N[1]. On y ajoute le son [o] comme dans Pierrot ou Paulot, qu’on écrit O...T... après avoir doublé la consonne N... Regardez bien : Jeannot, J majuscule...E...A...2 N...O...T. Copiez-le sans faire de fautes : Jjjjeaaaaannnnoooot. »

    d) Il intègre peu à peu les règles lexicales et grammaticales enseignées et les rappelle pour aider à l’automatisation.

    Exemple : « Les voilà trois dans la cruche quand passe le renard. Pa...sse... Nous avons appris la règle qui nous permet d’écrire ce verbe sans faire de faute en écrivant le son [s]. Quelle est la lettre que nous avons écrite juste avant et quelle sera celle que nous écrirons juste après ? A est une voyelle ou une consonne ? Et E, voyelle ou consonne ? Alors, comment devons-nous écrire le son [s] ?... Oui, très bien, lorsque le son [s] est entouré par deux voyelles, il s’écrit presque toujours avec 2 S. Écrivez sans vous trompez : pa...sse... avec 2 S. »

    3. En cours d’année, au fur et à mesure des acquis, il réduira la guidance, signalant aux élèves que telle difficulté a été vue à de nombreuses reprises et que, désormais, il se contentera de rappeler que le mot comporte une difficulté mais qu’il ne demandera plus à un ou plusieurs enfants de la rappeler.

    Exemple : « La partie colorée de l'aiguille de la boussole indique toujours la direction du nord. (dictée n° 1 du Module 3) » Vous ne pouvez pas faire de faute au mot boussole car nous avons appris comment écrire le son [s] lorsque nous le prononçons juste après la lettre U et juste avant la lettre E... Vous ne pouvez pas faire de faute au mot indique car nous avons appris comme écrire le son [k] lorsque nous le prononçons juste avant la lettre E. »

    Attention, la dictée réussie n’est pas une dictée apprise par cœur :

    1. Seuls les mots comportant une difficulté sont présentés et étudiés la veille de la dictée.

    Exemple : « Voici les mots à apprendre pour demain : une souris – elle pousse – alors – le museau dans le jardin. Qui peut m’expliquer pourquoi il faut apprendre le nom souris ?... parce qu’il a une lettre muette, c’est cela. Quelle est cette lettre muette ?... C’est S... Tout le reste est transparent : sss...ouuu...rrr...iii... S muet.

    Qui peut m’expliquer ce qu’il faut apprendre dans le verbe pousser ?... il y a 2 S pour écrire le son [s]... Nous apprendrons bientôt pourquoi. Quelqu’un s’en souvient du CP ?... Oui, parce que le son [s] se trouve entre deux voyelles : U est une voyelle et E est aussi une voyelle... Sinon, tout le reste est transparent : ppp...ouuu...2 S...eee. »

    2. Les mots invariables sont présentés exprès avec un autre « accompagnement » que dans la dictée pour éviter le traitement « par cœur » sans chercher à comprendre le sens (enfant qui, parfois encouragé par sa famille, écrit D...A...N...S... plus loin L...A... plus loin C...R...U...C...H...E, sans chercher à comprendre le sens de ce que j’écris).

    Exemple : « Quand on dit dans la maison, on écrit [dã], D...A...N...S... Qui peut me dire une autre expression dans laquelle nous prononçons le mot dans comme dans l’expression dans la maison ?... dans le jardin, dans, D...A...N...S, dans ma poche, dans, D...A...N...S, dans la cour, dans, D...A...N...S. »

    La première période

    Avec quelques explications quant à la présentation de chaque module :

    Télécharger « Dictées - période 1 .pdf »

    → Mots à apprendre de la période 1 :

    Tableau à reproduire pour le découper et le coller (ou le placer dans un porte-vue) dans les cahiers d'orthographe des élèves.

    Les dictées spécifiques à l'un des deux niveaux seulement sont signalées, leurs mots ne seront pas appris par les élèves de l'autre niveau.

    Télécharger « Dictées - Mots à apprendre - élèves - P1.pdf »

    Dans la même série :

    ... ; CE1-CE2 : Dictées Lecture et Expression (2) ; CE1-CE2 : Dictées Lecture et Expression (3)

    Notes :

    [1] Lorsque les lettres sont écrites en majuscules, c’est que l’enseignant ou l’élève donne leur nom plutôt que leur son. Ici : ji... e... a...ène.

    Pour recevoir la méthode complète :

    En pdf imprimable, me contacter grâce à cet onglet : Contact en précisant la méthode souhaitée.


    2 commentaires
  • Cycle 2 : QLM - La glace

    Petit cadeau spécial « canicule » pour les collègues contraints à travailler malgré la très forte chaleur, une séance clé en main qui permettra aux enfants comme aux adultes de se rafraîchir à moindres frais et sans indisposer l'administration par des demandes aussi incroyables que des ventilateurs, des stores ou des bouteilles d'eau fraîche.

    Les « Recherches » sont conçues pour les CE2 mais peuvent aussi être entreprises avec des élèves de CE1.

    Je vous ai même ajouté le Guide Pédagogique de la séance, pas vraiment conforme avec la configuration actuelle, mais bon...

    Télécharger « QLM - La glace.pdf »

    Si ce document vous a intéressés, vous en trouverez 47 du même genre sur :

    Questionner le Monde :

    C2 : Questionner le Monde (1) ; C2 : Questionner le Monde (2) ; C2 : Questionner le Monde (3) ; C2 : Questionner le Monde (4) ; C2 : Questionner le Monde (5)

    et

    Pour le CE2/CM1/CM2 :

    • Sciences et Technologie :

    2. L'eau et la glace 

    Bon mercredi et tenez-vous au frais !

     


    votre commentaire
  • Écrire et Lire au CP : pré-livret.
    Merci à Sophie Borgnet pour cette illustration.

    Les légendes urbaines ayant la vie dure, lorsque j'ai conçu Écrire et Lire au CP, quelques personnes se sont affolées de ses vagues, mais alors très vagues ressemblances, avec ce qu'elles nommaient « la méthode globale[1] ».

    J'ai bien essayé de me défendre en leur expliquant que ce n'était pas quelques mots indéchiffrables qui gênaient les enfants de six ans dans leur apprentissage de la lecture mais le peu de soin qu'on mettait à leur apprendre à les distinguer les uns des autres puis à les décortiquer pour en faire des alliés de déchiffrage au lieu d'en faire des ennemis.

    Je leur ai montré que nombre d'entre elles avaient appris à lire en commençant par distinguer le mot rémi du mot colette et du mot maman, ou par se familiariser avec la phrase daniel joue avec valérie avant de savoir dire que cette suite de lettres se lisait « Daniel » pour finalement être capables de coder et décoder les phonèmes [d] [a] [n] [j] [ɛ] et [l]. Et qu'elles savaient toutes lire et bien lire, malgré les très mauvais augures qui accompagnent (selon elles) un tel départ.

    Bien sûr, Foucambert et Charmeux étant passés par là et la désinformation ayant fait le reste, je ne les ai pas convaincues. Alors, de guerre lasse, j'ai rédigé un petit manuel alphabétique que Sophie Borgnet a bien voulu illustrer.
    Et je l'ai mis à la fin du Guide Pédagogique de la méthode, la vraie, celle avec ses quelques pages qui osent contenir quelques mots à distinguer de leurs camarades de pages à quelques signes indiscutables (Marie, ce n'est pas comme Malo, qui n'est pas comme lo, qui n'est pas comme vu, qui ressemble à tu mais ne peut pas se confondre avec lui, etc.).

    Mais je n'avais pas fait de guide pédagogique parce que, tout d'abord, ce petit manuel ne me semblait pas utile, et puis, pour moi, il était évident à utiliser en classe (ou à la maison).
    Seulement, voilà, on m'en a réclamé un... Alors je l'ai fait et le voici. J'en profite pour vous redonner le livret qui était déjà accessible depuis ce blog mais qui, comme ça, sera plus simple à retrouver.

    Bonne lecture ! Et bonne utilisation !

    Le petit manuel

    Ici, il est dans sa version « paginée » : il faut le télécharger, l'imprimer en recto verso, plier la liasse en deux et constater le miracle : toutes les pages sont dans l'ordre.

    Si on veut voir la progression sans imprimer le manuel, il suffit de cliquer ici : Petit manuel alphabétique

    Télécharger « Manuel alphabétique paginé.pdf »

    Guide pédagogique :

    Télécharger « GP Manuel Alphabétique .pdf »

    Et pour ceux qui ne connaissent pas encore la méthode,

    c'est ici :

    Je l'envoie, au tarif que propose mon éditeur (6,50 € chacun des deux livrets), avec 5,28 € de frais de timbres, à tous ceux qui m'en font la demande grâce à l'onglet Contact.
    Et je déplore qu'il ne soit pas accessible via les librairies en ligne, les catalogues des mairies et autres moyens modernes de distribution, mais je n'y peux rien, c'est comme ça.

    Note :

    [1] En fait, c’était calculé, ces ressemblances, et ça avait une excellente raison. Je peux vous l’expliquer si vous voulez, vous verrez que ce n’est pas idiot du tout. Un peu trop en avance sur notre temps, mais pas idiot quand même.


    2 commentaires
  • CE1 : Progression Étude de la langue
    Merci à Sophie Borgnet pour ses personnages grammaticaux.

    Ce petit article juste pour réparer un oubli : la progression annuelle correspondant à la méthode d'Étude de la langue CE1.

    Vous trouverez aussi sous cette progression un récapitulatif de tous les éléments de la méthode.

    Progression annuelle :

    Télécharger « programmation étude de la langue ce1 c. huby 2016.pdf »

    Les fichiers de l'élève :

    CE1 : Fichier d'Étude de la Langue (1)  ; CE1 : Fichier d'Étude de la Langue (2) CE1 : Fichier d'Étude de la Langue (3) ; CE1 : Fichier d'Étude de la Langue (4) ; CE1 : Fichier d'Étude de la Langue (5).

    Le guide pédagogique :

    CE1-CE2 : Étude de la langue - LDM (1) ; CE1-CE2 : Étude de la langue - LDM (2)CE1-CE2 : Étude de la langue - LDM (3)CE1-CE2 : Étude de la langue - LDM (4)CE1-CE2 : Étude de la langue - LDM (5)

    Les leçons à imprimer :

    Périodes 1 et 2 :  CE1 : Leçons étude de la langue 1 ; Périodes 3 et 4 : CE1 : Leçons étude de la langue 2 ; Période 5 : CE1 : Leçons étude de la langue (3)

    Des révisions de fin d'année :

    CE1 : révisions grammaire et conjugaison


    4 commentaires
  • CE1 : Orthographe graphémique (5)
    Merci à Marine Baro pour ce texte libre écrit par un élève de CE1

    Nous en arrivons à la fin de ce projet « Orthographe graphémique au CE1 ». En une année scolaire il a permis aux élèves de côtoyer assez fréquemment plus de 380 mots présentant une difficulté orthographique.

    Comme ces difficultés orthographiques ont fait l'objet de séances réservées à leur étude, même s'ils ne retiennent pas l'orthographe exacte de tous ces mots, ils peuvent désormais s'appuyer sur ce faisceau de « particularités graphémiques » qui régissent l'écriture du français.

    Cette dernière partie leur en apprend de nouvelles, complétant ainsi l'équivalent du « code de la route », auquel chaque conducteur de véhicule est tenu de se référer pour savoir comment partager la route avec ses congénères : un véritable « code de l'écrit » sans lequel toute communication écrite est difficile à suivre. La partie « accords grammaticaux » de ce code s'étoffe aussi et permet d'effleurer les premières « exceptions » à la règle commune.

    Une petite remarque cependant :

    Nous abordons, en cette fin d'année, des règles qui, en raison de la rareté des graphies étudiées ou de la complexité de ces accords,  n'ont été qu'affleurées au CP. 

    C'est un peu comme si, que ce soit au point de vue lexical qu'au point de vue grammatical, nous n'avions posé dans l'esprit de nos élèves qu'un simple « apprêt ». De plus, cet « apprêt » est souvent déjà un peu écaillé car, faute de munitions ou trop pris par l'installation des règles de base, il n'a été que trop peu réinvesti depuis... Ce qui fait qu'en cette fin de CE1, nous pouvons considérer que nous posons la « première couche ».

    Nous ne devons donc pas nous attendre à un « rendu » parfait. La vie ne s'arrête pas à la fin du CE1 et les classes de CE2, CM1 et parfois CM2 seront nécessaires pour reprendre ces graphies difficiles à mémoriser, ces règles compliquées, ces temps moins courants, ces chaînes d'accord longues...

    C'est pourquoi, j'ai préféré souvent remplacer la sacro-sainte dictée par un exercice qui série les difficultés et n'en présente qu'une, afin qu'elle ait une occasion de plus d'être sous les feux de la rampe pour marquer l'esprit de nos élèves.

    Parlons à nouveau des dictées

    En « méthode des petits pas », on considère que la production d'écrit  ne doit pas être une « fausse piste » qui néglige le fait que le français écrit est une langue marquée par la grande quantité de graphies représentant un même phonème, un nombre de graphies à plusieurs lettres important et de nombreuses graphies grammaticales muettes. On ne laisse donc surtout pas l'enfant produire en « français approché », une langue qui ne s'écrit qu'à l'école et nous vaut les foudres, ou tout du moins l'incompréhension, de toute la société.

    La dictée y est donc un exercice intéressant, plus simple que la production d'écrit autonome car l'enfant est débarrassé de l'effort d'imagination et peut consacrer l'ensemble de ses facultés cognitives à l'analyse des phrases qu'on lui propose.

    C'est un exercice encore plus intéressant si l'enseignant accepte de jouer son rôle de passeur bienveillant, ce qui nécessite pour lui d'abandonner son costume d'évaluateur des compétences acquises.

    Une dictée au CE1 (au CP et au CE2 aussi), c'est ça :

    1) L'enseignant lit la première phrase. Les élèves l'écoutent et la répètent à voix haute, mot à mot. (durée : 10 secondes)

    2) L'enseignant lit le premier groupe de mots, en segmentant bien son élocution. Les élèves comptent le nombre de mots de ce groupe et l'énoncent. (durée : 5 secondes)

    3) L'enseignant dicte le premier mot de ce groupe et demande si tout le monde sait en écrire chacune des difficultés. (durée : 20 secondes)

    Exemple : Dans le jardin.... Dans... Ali, peux-tu nous dire par quoi commence le premier mot d'une phrase ?... Bérengère, peux-tu nous dire quelles sont les lettres qui se prononcent [ã] dans ce mot ?... Calvin, peux-tu nous dire si le mot « dans » a une lettre muette ?...

    4) L'enseignant fait épeler le mot par l'élève suivant, l'écrit au tableau et les élèves qui y auraient laissé une erreur le réécrivent en rouge, sous le mot qu'ils barrent. (durée : 10 secondes)

    5) Il continue ainsi, sachant cependant que, depuis le milieu du CE1, il dicte parfois deux ou trois mots ensemble. (durée : 10 à 45 secondes)

    Exemple : Dans le jardin... le... jardin... Combien de jardins, Dolorès ?... Y a-t-il une marque spéciale, Enzo ?...

    Exemple : les fleurs poussent... les... fleurs... poussent... Flora, sais-tu écrire le son [E] dans l'article « les » ?... Gaétan, peux-tu nous dire comment s'écrit le son [œr] de « fleurs » ?... Haroun, peux-tu nous rappeler s'il y a une seule fleur ou plusieurs fleurs ?... Quelle marque mettras-tu à la fin de ce mot, Ilias ?... les fleurs... poussent... Jamila, combien de s devons-nous écrire pour obtenir le son [s] dans « poussent » ?... Pourquoi ?... Karim, peux-tu nous dire qui est le sujet du verbe pousser ? Qui pousse ?... Combien y a-t-il de fleurs, Linette ?... Par quel pronom de conjugaison peux-tu remplacer le groupe de mots « les fleurs » : je, tu, il sans s, elle sans s, nous, vous, ils avec un s ou elles avec un s ?... Marcel, quelle terminaison devons-nous mettre au verbe pousser quand il est conjugué avec elles avec un s ?...

    6) La correction pourra, selon la vitesse d'écriture des élèves, continuer à être écrite mot à mot ou, plus efficace pour bien entraîner (nous en sommes à l'entraînement au CE1, pas à l'automatisation) les élèves à remarquer et gérer d'un bloc ces chaînes d'accord, avec rappel des règles, à la fin de l'écriture de la chaîne sur le cahier des élèves. (durée : 10 à 45 secondes)

    Exemple : Noémie, épelle-nous l'article « les »... L.E.S... Oscar, le nom « fleurs » quand nous disons « les fleurs »... F.L.E.U.R.S... Très bien, plusieurs fleurs, le nom « fleurs » est au pluriel... les... L.E.S. fleurs... F.L.E.U.R.S... poussent... Pauline, épelle-nous le verbe « poussent » quand ce sont plusieurs fleurs qui poussent... P.O.U.S.S.E.N.T... Très bien, quand plusieurs fleurs poussent, c'est comme avec elles avec un s, la terminaison, c'est E.N.T. Les fleurs poussent... P.O.U.SS.E.N.T.

    Nota bene : Les dictées étant longues et comportant plusieurs phrases, elles peuvent, tant que les élèves ont besoin de beaucoup d'aide pour écrire quasiment sans faute dès le premier jet, être pratiquées à plusieurs moments de la journée (une phrase à chaque fois) et sous différentes formes pour ne pas lasser :

    → dictée collective au tableau, chaque élève venant à son tour écrire un mot au tableau, dirigé par trois ou quatre élèves qui lui serviront de « mémoire externe »

    → dictée accompagnée sur l'ardoise, par groupe de deux

    → dictée accompagnée sur l'ardoise, individuelle

    → dictée sur cahier du jour

    → dictée à base d'étiquettes représentant chacune une graphie, en collectif, au tableau (sinon, la gestion du matériel risque d'être trop longue et prendre le pas sur le travail de réflexion orthographique)

    Progression :

    La progression annuelle (qui a été modifiée pour la dernière fois le 15/04/2019) se trouve ici : CE1 : Orthographe graphémique (1)

    Dans les fiches ci-dessous, vous trouverez (pour leur utilisation, se reporter aux articles précédents dont la liste se trouve en bas de page) :

    a) de l'orthographe lexicale

    ♥ Les graphies :

    → g, gu = [g]

    → g et j

    → s et z

    → f, ff et ph

    → ill, ail(l), ouil(l)

    → gn et ni

    → eil(l), euil(l)

    → ien et ienne

    → valeurs de y

    → valeurs de x

    ♥ Des règles orthographiques :

    → écrire g ou gu pour traduire le son [g]

    → écrire g ou ge pour traduire le son [ʒ] ;

    → écrire s ou ss pour traduire le son [s] ;

    b) de l'orthographe grammaticale

    ♥ Grammaire du groupe nominal :

    → accord de l'adjectif avec le nom

    ◊ marque du pluriel : s

    ◊ marque du pluriel : x

    ◊ marque du pluriel inexistante quand le mot se termine déjà par la lettre x

    → féminins particuliers : ;

    -ien, -ienne

    ◊  -eux, -euse

    ♥ Grammaire du verbe :

    → les verbes en -er au futur

    → les verbes être et avoir au futur

    → les verbes en -er, être et avoir à l'imparfait :

    terminaisons -ais

    terminaisons -ait et -aient

    → les verbes en -er au passé composé

    → les verbes en -er, terminaison de l'infinitif

    Les fiches et leur guide :

    Je rappelle que la progression (réactualisée) se trouve dans la partie CE1 : Orthographe graphémique (1).

    Semaine 25 :

     

    Télécharger « OrthoCE1-P5 - S25.pdf »

    Semaine 26 :

    Télécharger « OrthoCE1-P5 - S26.pdf »

    Semaine 27 :

    Télécharger « OrthoCE1-P5 - S27.pdf »

    Semaine 28 :

    Télécharger « OrthoCE1-P5 - S28.pdf »

    Semaine 29 :

    Télécharger « OrthoCE1-P5 - S29.pdf »

    Semaine 30 :

    Télécharger « OrthoCE1-P5 - S30.pdf »

    La liste des mots étudiés au cours de l'année :

    Attention, cette liste ne tient pas compte, le plus souvent, de ce que nous appelons les « mots transparents ».

    Par ailleurs, soyons raisonnables et considérons que, si un disque dur d'ordinateur n'oublie jamais une seule des données que nous y avons inscrite, un cerveau humain a toutes les chances d'oublier ce qu'il a appris si :

    ♠ sa mémoire est surchargée par des données nouvelles qui l'accaparent

    ♠ il est préoccupé par des événements extérieurs qui le perturbent

    ♠ on a oublié de réactiver ces « souvenirs » trop longtemps

    ♠ on a négligé l'aide active dès le début, pensant que « les parents » auraient dû faire leur travail à la maison

    ♠ on a négligé d'exiger cette orthographe correcte les trois quarts du temps et on l'a laissé se construire de mauvais repères[1].

    En conséquence, pensons, jusqu'à la fin de l'année, à réactiver les souvenirs de nos élèves, employons ces mots fréquemment à l'écrit, en orthographe comme dans les autres domaines et ne tolérons pas une « orthographe approchée » dans les écrits autonomes de nos élèves, pour ces mots tout comme pour ceux qui n'ont pas encore été étudiés.

    Télécharger « Répertoire mots étudiés.pdf »

    Dans la même série :

    CE1 : Orthographe graphémique (1) ; CE1 : Orthographe graphémique (1-bis) ; CE1 : Orthographe graphémique (AjoutP1) ; CE1 : Orthographe graphémique (2) ; CE1 : Orthographe graphémique (3) ; CE1 : Orthographe graphémique (4) ; ... ; CE1 : Orthographe graphémique (6)CE1 : Orthographe graphémique (6bis)

    Compléments pour le CE2 :

    CE2 : Orthographe graphémique (1) ; CE2 : Orthographe graphémique (1bis)  ; CE2 : Orthographe graphémique (2)CE2 : Orthographe graphémique (3) ; CE2 : Orthographe graphémique (4)CE2 : Orthographe graphémique (5)

    Note :

    [1] Pour cette dernière, une preuve incontestable : les enseignants des années 1965 à 2000 ont tous appris à leurs élèves qu'une tâche n'était pas une tache, qu'un souci s'écrivait sans au singulier, que le mot  tort n'appartenait pas à la famille du verbe tordre, mais ils ont toléré que ces règles soient oubliées lors des écrits autres que les dictées. Bilan de l’opération : nous voyons maintenant régulièrement des enseignants chargés de l’enseignement de l’orthographe ayant suffisamment oublié l’orthographe de ces mots pour les écrire sur les réseaux sociaux sans se rendre compte de leur erreur. Cela montre à quel point cette « relativité orthographique » est pernicieuse et doit être combattue avec la plus extrême vigilance.  

    Nota Bene :

    Pour ceux que la version « documents hebdomadaires » gêne, ils peuvent le télécharger en entier grâce au lien suivant : OrthoGraphCE1. Merci à Patricia qui a effectué ce travail. 

    N'hésitez pas à partager ce lien avec vos amis.

     


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique