• CP : Cahier de Mathématiques (GP1)
    Les chaises musicales
    Comprendre et utiliser à bon escient les expressions : égal, plus, moins, de plus, de moins …

    Comme promis, ci-dessous, la première des cinq parties du Guide Pédagogique associé au Cahier de mathématiques (1) destiné aux élèves de CP.

    C'est une méthode qui part de l'usage quotidien des mathématiques dans la vie courante d'un enfant de cinq à sept ans, inséré dans un groupe d'enfants de son âge – parce qu'à plusieurs, on est plus forts – et aboutit à la maîtrise en autonomie des attendus de fin de CP dans tous les domaines des mathématiques (Nombres et Calculs ; Grandeurs et Mesures ; Espace et Géométrie).

    Comme c'est un âge où les enfants ont encore énormément besoin de se mouvoir pour se sentir agir, et qu'ils savent désormais agir à plusieurs, cette base trouve toujours naissance dans le Jeu sportif, pratiqué dans un lieu quelconque, cour, préau, ou même salle de classe, une fois les tables poussées contre les murs... C'est au cours de ce jeu que le vocabulaire mathématiques prendra sa réalité, que les situations de recherche seront les plus fécondes, que les enfants s'engageront tous dans une démarche de conscientisation de leurs connaissances intuitives.

    Comme c'est aussi un âge où on commence à pouvoir analyser ce qu'on fait, grâce au langage partagé, cette base est reprise en classe, en Collectif, avec ou sans matériel, pour interagir à nouveau, mais sur un mode plus abstrait. Les idées se confrontent, les notions émergent, les concepts prennent corps, la mémoire implicite permet l'automatisation.

    [Cette interaction pourra déboucher, si on le souhaite, sur une synthèse écrite, sous forme d'Affichage, mais toujours après un temps d'entraînement collectif, destiné à stabiliser les découvertes réalisées lors de ces deux étapes.]

    Et comme enfin c'est un âge où l'on doit commencer, surtout si ça n'a pas été fait en maternelle, à réfléchir et agir seul (ou presque) et à garder une trace chronologique de son action et de sa réflexion pour continuer à stabiliser ces découvertes devenues connaissances, chaque séance de mathématiques débouche sur une page du Cahier de mathématiques, conçu comme un outil d'apprentissage à égalité avec le jeu sportif et le moment collectif de manipulations. 
    Pendant son utilisation quotidienne, l'enseignant joue son rôle de guide, d'aide, de facilitateur et ne laisse jamais un enfant quitter la classe en n'ayant pas « tout juste » dans son cahier de mathématiques.

    Bonne lecture à tous ! 

    Imprimer format livret.

    Télécharger « CP Mathématiques GP1.pdf »

    Dans la même série :

    A. Cahiers de l'élève :

    CP : Cahier de mathématiques (1) ; CP : Cahiers de mathématiques (2-3) ; CP : Cahiers de Mathématiques (4 - 5)

    B. Guides pédagogiques :

    (En cours de rédaction)

    ... ; CP : Guide Pédagogique Maths (2 - 3) ;


    4 commentaires
  • CP : Méthode de lecture "Nino et Ana"
    Merci à Hugo l'escargot pour cette illustration

    Il y a trois ou quatre ans, une amie me proposait régulièrement de participer à la rédaction d'une nouvelle méthode de lecture graphémique. Sur le coup, j'ai décliné l'offre : j'avais déjà écrit un projet que je trouvais très abouti, ce projet était édité, par un petit éditeur certes, mais édité néanmoins. Par ailleurs, l'offre de ce que j'appelle les livrets "ba be bi bo bu" était déjà importante et je ne voyais pas ce qu'un manuel de plus de ce type apporterait à nos collègues. 

    Et puis, finalement, je m'intéressai au projet et je pris parti d'y participer... Alors a commencé l'attente... De notre côté, tout était prêt ou presque. Nous n'attendions plus qu'un feu vert de l'éditeur pour commencer. C'était long. L'éditeur était partant, il allait le mettre en route, il n'avait plus qu'à, c'était imminent.

    Jusqu'au jour où il nous expliqua que deux personnes, c'était vraiment trop peu pour rédiger une méthode d'apprentissage de la lecture et qu'il nous fallait trouver encore au moins trois personnes. Trois personnes pour quoi faire ?... Va savoir ! Apparemment, ces gens-là savent mieux que deux institutrices de CP ce que c'est qu'apprendre à écrire et à lire à des cohortes de 25 petits bonshommes et bonnes femmes chaque année pendant toute une carrière.

    Alors, là, la colère m'a prise (vous avez sans doute remarqué qu'il en reste encore quelques traces) et, après avoir rendu mon tablier encore dans sa boîte à l'éditeur, je me suis mise en route...

    « C'est compliqué d'écrire une méthode de lecture ? Non mais je rêve ou quoi ? Je me parie à moi-même que dans les six mois à venir, sans rien changer à mes habitudes, j'en ai écrit une nouvelle, avec sa partie Lecture et sa partie Écriture ! »

    Et c'est ainsi que de juillet 2018 à février 2019, soit , je l'avoue, un petit plus de six mois, j'avais mis en ligne les 5 parties du Rituel d'imprégnation graphémique  et leur pendant concernant l'apprentissage de l'écriture, les 5 parties de l'Écriture graphémique !

    Cette méthode est utilisée par certains collègues, en complément de leur méthode habituelle, ou même seule, grâce à l'ajout de la méthode d'écriture. L'une d'entre elle m'a même envoyé des photos pour me montrer comme elle était contente des résultats, dans son école de REP.

    CP : Méthode de lecture "Nino et Ana"

    Cette année, je me suis dit qu'après tout, cette méthode, qui était toute prête à l'emploi, si je la mettais en page différemment, elle serait peut-être choisie par d'autres collègues et particulièrement ceux qui n'ont pas les moyens financiers de doter leurs élèves de méthodes du commerce, même aussi peu onéreuses que Écrire et Lire au CP.

    Je m'y suis donc mise et voilà le résultat :

    Nino et Ana, lire et comprendre au CP 

    Cette méthode est composée de cinq outils, un pour la classe, deux pour l'enseignant,  deux pour l'élève (facultatifs).

    A. Pour la classe :

    ◊ Un recueil des affichages

    Vous y trouverez, pour chaque jour de classe, le matériel collectif à imprimer pour:

    ⇒ présenter aux élèves la ou les graphies à étudier

    ⇒ utiliser ce matériel pour permettre :

    ♥  la compréhension du mécanisme de fusion graphémique

    ♥  la mémorisation des différentes graphies déjà étudiées

    Télécharger « Nino et Ana - Affichages.pdf »

    B. Pour l'enseignant :

    ◊ Un recueil des contenus à écrire au tableau chaque demi-journée

    Contrairement à ce que croyait notre éditeur, apprendre à lire à des enfants, c'est enfantin.

    La preuve, c'est qu'autrefois, lorsque l'école publique n'existait pas encore, dans les villages, les fabriques, les collectivités d'enfants ou d'adultes, un lettré en contaminait facilement dix tous les ans, s'il le souhaitait. Et avec un matériel rudimentaire, en plus : une planche de bois, un morceau de charbon ou de craie et, en trois à six mois, l'élève avait rattrapé le maître et pouvait à son tour enseigner la lecture autour de lui.

    Ici, nous renouvellerons cette expérience. Grâce à une suite de propositions de lettres, syllabes, mots et textes progressifs, de demi-journée en demi-journée, nous accompagnons sur le chemin de la lecture nos élèves, tous nos élèves (ou presque... nous ne sommes pas magiciens non plus... il y a des cas d'inclusion scolaire pour lesquels, ne nous leurrons pas, nous ne pourrons rien, sinon faire de la maltraitance en nous acharnant).

    Par exemple, le lundi de la rentrée des classes, le matin :

    → nous sortons de notre poche Madame i et Monsieur o que nous faisons « chanter » devant nos élèves :

    « Hi hi hi ! », rit Madame i, longue et mince comme une friiiite ! « Ooooh ! Ooooh ! Ooooh ! » s'extasie Monsieur o en regardant vooooler les bulles de savon.

    → nos élèves nous imitent :

    « Hi hi hiiiii !... Ooooh ! Ooooh ! Ooooh ! »

    →  nous les écrivons « avec des vraies lettres » au tableau, une par une, en expliquant :

    « Voilà la petite Madame i, en script, comme on la voit dans les livres. Et là, c'est la grande Madame i, en majuscule scripte, comme au début du prénom d'Iiiiiliès et d'Iiiiiilona. Maintenant, la madame i, en cursive, c'est l'écriture des cahiers, celle qui nous apprendrons à écrire tout à l'heure. Et sa grande sœur, Madame i cursive majuscule, qu'Iiiiiliès et Iiiiilona ont sur l'étiquette de leur cahier d'écriture.

    Et puis les quatre déguisements de Monsieur O maintenant : le script minuscule... le script majuscule pour Ooooscar et Oooocéane... la cursive minuscule, pour notre cahier d'écriture... et la cursive majuscule de l'étiquette d'Oooooscar et Ooooocéane. »

    →  nous montrons chacune des lettres en signant avec nos doigts les gestes Borel Maisonny qui leur correspondent :

    « Je vous les relis, vous pouvez m'aider si vous voulez. Regardez bien ma main, je fais un petit geste pour vous aider : iiiiii.... IIIII.... iiiii.... IIIII.... oooo.... OOOO.... oooo... OOOO...

    Encore une fois tous ensemble, cette fois ? »

    → nos élèves nous imitent

    →  nous affichons les photos des deux enfants qui vont se charger de les rappeler à nos élèves tant qu'ils ne les reconnaîtront pas tout seuls, sans aide.

    →  enfin nous « jouons » quelques courts instants avec ce que nous avons écrit au tableau : jeu du micro, jeu de la cascade, jeu du geste, jeu de l'alpha caché...

    « Prenez votre micro magique (un stylo ou un crayon, cela fera très bien l'affaire) et nous allons tous chanter les lettres que j'ai écrites. Attention, je commence à gauche et je finis à droite, l'une après l'autre, pas trop vite !

    Et maintenant, poser le micro, nous allons jouer à la cascade... La cascade commence ici, chez Amine, elle continue là, chez Bérénice, puis ici, chez Corentin, et là, chez Daoud, et là chez Eléa, et là, chez Francesca, puis chez Gabriel, et chez Hélène, et chez ... etc. Vous avez bien compris ? Je vous montre : avec ma règle, je montre la première lettre et c'est Amine qui la chante, nous, nous l'écoutons et nous l'aidons s'il a oublié... Vas-y Amine.

    – iiiiii

    – Bérénice continue.

    – IIIII

    – Et puis Corentin.

    – iiiii

    – Et puis Daoud.

    – IIIII

    – Et puis Eléa.

    – ... oooo

    – Et Fatma... (etc. jusqu'à ce que les 8 lettres soient lues)

    Maintenant, nous changeons. Je montre une lettre et vous faites le geste. D'accord. Attention, regardez bien, celle-ci ! Parfait ! Celle-là ?... Celle-là ?... Et maintenant, nous regardons Iliès, regarde bien Iliès... Et Ilona ?.... Et Jade ?... Et Killian ?... Et Lougalann ?... Et Marcel ?... Et Noam ?...

    Encore un autre jeu. Je vais prendre un Alpha dans ma poche, sans vous le montrer, et je vais le faire chanter et vous, vous me direz son nom. Écoutez bien, je choisis mon personnage... Coucou, petit Alpha dans ma poche, chante-nous ta chanson... Ooooh ! Oooooh ! Oui ! Bravo, c'est bien Monsieur o, regardez... Et maintenant : Hi hi hiiiii ?... Oui, merciiii, c'est bien Madame i... Au tour de Oscar de trouver tout seul... Ecoute bien Oscar... Ooooh ! Ooooh ! Oui, très bien, c'est le o de ton prénom... Et toi Océane, cherche quel personnage, j'ai caché dans ma poche.... » (on continue ainsi pour que tous les enfants aient lu seuls une lettre, une fois)

    Tout au long de l'année, à chaque début de demi-journée, le tableau se couvrira de « matériau de lecture », que les élèves décoderont très vite seuls, ne fournissant chaque jour que deux tout petits efforts : 

    →  ajouter (tous les jours au début, puis tous les deux jours) une graphie supplémentaire à la collection qu'ils possèdent déjà, dans leur esprit ou sur les murs de leur classe, 

    →  chercher à comprendre ce que leur transmettent ces lettres écrites noir sur blanc ou blanc sur noir.

    Si bien qu'après 108 jours, soit 216 séances de lecture (et 216 d'écriture), c'est le texte suivant qu'ils découvriront phrase par phrase et liront en le comprenant :

    CP : Méthode de lecture "Nino et Ana"

    Pour les conseils de mise en œuvre (vous verrez, c'est très simple), vous pouvez vous reporter aux textes de présentation des cinq parties du Rituel d'Imprégnation Graphémique auxquelles vous pouvez accéder grâce à ces liens :

    CP : Rituel d'imprégnation graphémique (1) ; CP : Rituel d'imprégnation graphémique (2) ; CP : Rituel d'imprégnation graphémique (3) ; CP : Rituel d'imprégnation graphémique (4) ; CP : Rituel d'imprégnation graphémique (5)

    Télécharger « Nino et Ana - Au tableau.pdf »

    ◊ Un guide précis de ce que doivent contenir les leçons d'écriture de chaque demi-journée

    Là, c'est encore plus simple : tout est écrit. On lit le contenu de la séance à tête reposée, à la maison. On s'entraîne à savoir l'expliquer aux élèves et on prépare les cahiers et les affichages si on compte travailler sans fichier.

    Le lendemain, on le met en œuvre en classe. On cherche à aider ceux qui en ont besoin en les assistant de plus près que les autres (on les repère très très vite, pas besoin d'évaluation pour cela).

    Et on recommence ainsi, demi-journée après demi-journée.

    On peut se servir de cahiers sur lesquels on fera les modèles et du tableau et d'ardoises pour les exercices de fixation de l'écrit (pages de droite du guide) ou encore du cahier qu'on trouvera ci-dessous (le seul avantage d'un vrai éditeur, c'est qu'il aurait fait quelque chose de plus joli que mon bidule machin truc artisanal).

    Pour plus d'explications, vous pouvez aller lire les textes de présentation des cinq parties de la méthode en suivant ces liens :

    CP : Écriture graphémique (1)CP : Écriture graphémique (2)CP : Écriture graphémique (3)CP : Écriture graphémique (4) ; CP : Écriture graphémique (5)

    Télécharger « Nino et Ana - Guide écriture.pdf »

    C. Pour l'élève :

    ◊ Un carnet des lectures du soir

    C'est un petit carnet, facultatif, qui permet aux élèves de montrer à leurs familles ce qu'ils savent lire seuls.

    Si on choisit de l'utiliser, chaque fin de journée, on le fait sortir par les élèves, ils l'ouvrent à la séance qu'on leur désigne (j'aurais rêvé qu'il fasse juste 100 leçons, pour que la dernière lecture ait lieu le jour de votre fête des 100 jours, mais non, il en contient 8 de trop, tant pis) et, si on le souhaite, on le fait lire rapidement une seule fois par quelques élèves en cascade, en signalant à tous qu'ils devront le relire seuls à la maison à « quelqu'un qui sait lire ». Si on sait que ce sera fait à la maison, on peut se dispenser de ce travail et juste montrer le numéro de la leçon à lire.

    Télécharger « Je lis seul avec Nino et Ana.pdf »

    ◊ Un cahier d'écriture

    Ce cahier reprend exactement les modèles et exercices proposés dans le Guide d'écriture ci-dessus. Il peut éviter à certains collègues d'avoir à préparer chaque jour des modèles et à imprimer jour après jour les fiches d'entraînement à l'écrit qu'ils choisissent de donner toutes prêtes aux élèves (je pense aux collègues qui ont un multi-niveaux, avec peu de CP, qui très vite deviennent autonomes et libèrent ainsi leur enseignant d'un suivi pas à pas).

    Pour l'instant, je n'ai eu le temps de mettre en page que le premier cahier, celui qui sera débuté dès le premier jour de classe et fini à la veille des vacances d'automne. Les autres suivront et seront annoncés sur ce blog au moment opportun.

    Excusez la qualité du travail, j'ai fait ce que j'ai pu avec le concours de la police Belle Allure que met gracieusement à disposition Jean Boyault que je remercie.
    Si un utilisateur de la méthode arrive à produire un cahier mieux fini que celui-ci et qu'il veuille bien le partager, je serai ravie de faire disparaître mon travail maladroit et de le remplacer par le sien, plus abouti.

    Télécharger « Nino et Ana - Cahier d'écriture 1.pdf »

    Et la compréhension de textes dans tout ça ?

    Parce que je sais que le sujet va forcément venir sur le tapis, et que les tenants des méthodes d'acculturation à la littérature de jeunesse ne comprendront pas comment des enfants pourraient apprendre à lire vraiment en n'ayant à se mettre sous la dent que quelques semaines de "Nino - Noa - Noé - Ana - Le chat a vu le rat - Le bébé a abîmé la bulle" et autres phrases du même tonneau, je préfère dès cette présentation tordre le cou à cette représentation mentale erronée.

    Tout d'abord, il est très important de faire expliquer tous les tenants et les aboutissants d'une phrase aussi simple que "Le bébé a abîmé la bulle", parce que c'est grâce à celle-ci que le petit élève qui est assis dans le coin, là-bas, tout recroquevillé sur lui-même, le regard fuyant et les mains agitées massacrant un crayon, une gomme, le coin de sa feuille, sera capable lui aussi d'émettre des hypothèses, expliquer du vocabulaire, rendre explicite tout un implicite.

    Ensuite, lorsqu'on débarrasse les séances de lecture de tout l'apparat qui les fait durer entre 45 et 60 minutes, pendant un trimestre ou presque, il reste énormément de temps de français pendant lequel on peut tout faire, même utiliser des méthodes aussi chronophages que Narramus pour apprendre aux élèves non-lecteurs à écouter et comprendre de l'oral.
    Je dis Narramus, mais cela peut très bien être autre chose... Les titres ne me reviennent plus mais je sais qu'il y en a d'autres.
    On peut aussi se faire confiance et leur lire chaque jour un conte ou extrait de conte, comme ceux qu'on trouve ici-même dans la rubrique Contes à lire, Contes à dire ou se dire qu'il serait peut-être intéressant de leur lire au premier trimestre, dans une version différente, les contes qu'ils liront en version adaptée dès la Période 3 (Le Lièvre et la Tortue ; la légende de Tarzan ; le roi Pot marie sa fille ; La Grenouille qui voulait être aussi grosse que le Bœuf ; La drôle de maison ; Le Loup et l'Agneau ; Le vaisseau fantôme ; Les boîtes de peinture ; La chèvre et les sept chevreaux ; Le vilain petit canard ; Le vaillant petit tailleur ; Le petit sapin orgueilleux ; Les musiciens de Brême ; Histoire de Babar, le petit éléphant ; Les trois petits cochons).

    Enfin parce que, lorsqu'on emploie ce type de méthode, les enfants se mettent très vite à « savoir lire » seuls, et en cherchant toujours à comprendre puisque, dès les premiers jours de classe, la consigne était : « Lis-moi ça et explique-moi ce que ça raconte ».
    Ainsi, dans cette méthode, le premier texte lu en autonomie par les élèves, sans que l'adulte le leur ait décodé au préalable, arrive dès le premier jour de la Période 2.
    Et le premier texte littéraire (une adaptation du Lièvre et de la Tortue) arrive en Période 3, semaine 5, date à laquelle les enfants auront déjà lu de très nombreuses histoires complètes pas plus stupides que la trousse de Justine ou les mamans qui chougnent parce que Monchérimoncœur rentre à l'école.

    Je crois que c'est tout pour une première présentation. Sachez que j'accueillerai avec plaisir les questions, les remarques, les corrections, les propositions de matériel et les témoignages, que ce soit ici ou sur les réseaux sociaux.


    19 commentaires
  • Contes à dire, contes à lire (12)

    Cinq contes supplémentaires pour cette série et toujours la nouvelle présentation :

    ♥ je ne répète pas les conseils de mise en œuvre donnés dans les 10 premières séries  que je vous invite à consulter si vous êtes à la recherche de recommandations (voir liens en bas d'article)

    ♥ J'indique dès le titre la « fourchette d'âges » au cours de laquelle cette histoire risque d'intéresser les enfants

    ♥ J'ai ajouté une petite phrase de description pour se donner une idée de ce qu'on va lire sans toutefois dévoiler les péripéties de l'histoire

    Les dits des Perdrix :

    À raconter aux enfants de : 8 à 12 ans. À faire lire aux enfants de CM1 CM2 en 2 à 3 épisodes. Durée optimale d’exploitation : de 2 à 3 jours.

    Un paysan avait attrapé deux perdrix grises. Il voulait en profiter pour inviter le Curé à un bon repas, mais... Un conte du Moyen Âge.

    À imprimer format « livret ».

    Télécharger « 48. Le dit des Perdrix.pdf »

    L'enfant et le chien :

    À raconter aux enfants de : 5 à 8 ans. À faire lire aux enfants de fin CP à CE2 en 1 à 2 épisodes. Durée optimale d’exploitation : de 1 à 2 jours.

    Une histoire à répétitions qui entraîne un enfant de trouvaille en trouvaille jusqu'à ce qu'il découvre l'amitié...

    À imprimer format « livret ».

    Télécharger « 49. L'enfant et le chien.pdf »

    Le gros tigre :

    À raconter aux enfants de : 5 à 8 ans. À faire lire aux enfants de CE1 à CE2 en 1 à 2 épisodes. Durée optimale d’exploitation : de 1 à 2 jours.

    L'histoire d'un tigre qui fait régner la terreur dans la jungle et d'un couple de petits chacals très malins.

    À imprimer format « livret ».

    Télécharger « 50. Le gros tigre.pdf »

    Les douze mois :

    À raconter aux enfants de : 7 à 11 ans. À faire lire aux enfants de CE2 à CM2 en 4 à 5 épisodes. Durée optimale d’exploitation : de 4 à 5 jours.

    Conte traditionnel russe. Deux filles, une mère marâtre qui martyrise l'une et gâte l'autre, le tout sur le thème du cycle des saisons...

    À imprimer format « livret ».

    Télécharger « 51. Les douze mois.pdf »

    Renart et les jambons :

    À raconter aux enfants de : 7 à 12 ans. À faire lire aux enfants de CE2 à CM2 en 2 à 3 épisodes. Durée optimale d’exploitation : de 2 à 3 jours.

    Ysengrin, Hersent, leurs louveteaux, Renart, Hermeline et leurs petits goupils dans un conte adapté du Roman de Renart dans lequel, comme d'habitude, Renart berne son oncle le loup... 

    À raconter en situant l'histoire dans le temps. Un conte qui peut servir à illustrer une leçon sur la vie à la campagne au Moyen Âge.

    À imprimer format « livret ».

    Télécharger « 52. Renart et les jambons.pdf »

    Dans la même série :

    ♥ Racontamus, écoutatis, comprenunt :

    Racontamus, écoutatis, comprenunt - 1 ; Racontamus, écoutatis, comprenunt - 2Racontamus, écoutatis, comprenunt - 3Racontamus, écoutatis, comprenunt - 4Racontamus, écoutatis, comprenunt -5Racontamus, écoutatis, comprenunt - 6Racontamus, écoutatis, comprenunt - 7 ;  Racontamus, écoutatis, comprenunt - 8Racontamus, écoutatis, comprenunt - 9

    ♥ Contes à dire, contes à lire :

    Contes à lire, Contes à dire (0) (Sommaire) ; Contes à dire, contes à lire - 1 ; Contes à dire, contes à lire - 2 ; Contes à dire, contes à lire - 3 ; Contes à dire, contes à lire - 4Contes à dire, contes à lire - 5 ;  Contes à dire, contes à lire - 6Contes à dire, contes à lire - 7Contes à dire, contes à lire - 8Contes à dire, contes à lire - 9 Contes à dire, contes à lire (10)Contes à dire, contes à lire (11) ; ... ;

    Bientôt l'époque des commandes :

    N'oubliez pas :

    Pour une maternelle du XXIe siècle

    Se repérer, compter, calculer en Grande Section

    Écrire et Lire au CP

    CP : Rituel d'imprégnation graphémique

    CP : Écriture graphémique

    CP : Cahier de mathématiques

    Lecture et expression au CE

    Questionner le monde au Cycle 2

    Fichiers et manuels de Mathématiques en élémentaire

    Fichiers et manuels d'Étude de la langue en élémentaire

    Orthographe graphémique au CE1

    Orthographe graphémique au CE2


    votre commentaire
  • CM : Fractions

    Avancer pas à pas dans le domaine des fractions, à l'école ou à la maison, avec du matériel concret varié qui aide à visualiser la situation, puis de manière plus abstraite par la réflexion et le calcul, telle est l'ambition de ce cahier, en deux parties de niveaux différents.

    La mise en œuvre en est simple, à l'école comme à la maison : on lit, on observe, on décrit, on répond oralement aux questions, on compte, on calcule, on s'imagine, on réfléchit et, finalement, grâce à tout cela, on retient.

    Pas plus compliqué que ça !...

    Nota bene :

    Attention, ce document n'est pas une compilation d'exercices d'évaluation mais un recueil d'exercices d'apprentissage, il n'est donc pas « trop difficile » pour telle classe ou tel enfant, il nécessite seulement une aide plus appuyée, l'utilisation de matériel, en n'utilisant pas toujours le même pour que le passage à l'abstraction puisse s'opérer, de schémas dessinés à main levée, de comparaison avec une situation de la vie courante, etc.

    Prenez votre temps, manipulez beaucoup, pour raisonner et non pour le plaisir de déplacer des cubes, des jetons ou des bouts de papier, n'oubliez pas de proposer de nombreux entraînements, en rappelant que le but est de se libérer des contraintes, donc du matériel qui ralentit, prend de la place, empêche d'utiliser les grands nombres, et...

    Positivez !

    Rome ne s'est pas faite en un jour et l'étude des fractions continuera au collège (euh... continuera... pas commencera...) !

    Télécharger « Les fractions - découverte et calculs .pdf »

    Dans la même série :

    CM : Les aires ; ... ;


    6 commentaires
  • CM : Les aires

    Comment avancer pas à pas dans le domaine des aires de la fin du CE2 ou du CM1 à la fin du CM2.

    Ces quelques fiches, progressives, de deux niveaux différents, sont là pour tenter de relever le challenge.

    La mise en œuvre en est simple, à l'école comme à la maison : on lit, on observe, on décrit, on répond oralement aux questions, on compte, on calcule, on s'imagine, on réfléchit et, finalement, grâce à tout cela, on retient.

    Pas plus compliqué que ça !...

    Nota bene :

    Attention, ce document n'est pas une compilation d'exercices d'évaluation mais un recueil d'exercices d'apprentissage, il n'est donc pas « trop difficile » pour telle classe ou tel enfant, il nécessite seulement une aide plus appuyée.

    Un exemple, le problème 1 de la première fiche peut être résolu par la division après que les longueurs auront été converties en millimètres.

    → Si un élève ne sait pas convertir en millimètres, l'adulte doit le faire à la place de l'élève en lui montrant sur une règle graduée de 30 cm de préférence.

    → S'il ne sait pas non plus diviser par 8, il peut, avec l'aide de l'adulte procéder par tâtonnements successifs :

    « 8 + 8, c'est 16 ; + 8, 24 ; + 8, 32 ; ... ; + 8 = 72 ! Il y a 9 fois 8, donc c'est 9 carreaux !

    72 mm, c'est 9 carreaux ; + 8, c'est 80 ; + 8, c'est 88 ; + 8, c'est 96 ; ... ; + 8 = 112 ! il y avait déjà 9 carreaux, plus encore 5, c'est 14 carreaux !

    Dans 208, il y a déjà deux fois 80, donc deux fois 10 carreaux, ce qui fait déjà 20 carreaux pour 160 mm. Nous continuons 168, 176, 184, 192, 200, 208... 20 carreaux, et encore 1, 2, 3, 4, 5, 6, cela fait 26 carreaux !

    Et puis, quand ça devient trop dur et qu'on sent que l'enfant n'ira pas plus loin, on arrête et on reprend un peu plus tard, un peu en amont de là où il avait calé.

    Bon travail !

    Télécharger « Les aires - découverte et calculs.pdf »

    Dans la même série :

    ... ; CM : Fractions ;


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique