• La production d'écrits en PS

    La production d'écrits en PS

    Illustration de Sophie Wiktor

    Selon la bonne vieille théorie selon laquelle ce qui est bon pour un adulte, pour un adolescent, pour un enfant d'élémentaire ou de GS est forcément bon pour un élève de PS, mes collègues s'évertuent parfois à faire entrer leurs tout petits élèves dans la production d'écrits.

    Afin de rendre cela vivant et convivial (si... si... ), ils raccrochent cela à une histoire qu'ils leur ont lue, à un événement concret et festif qui va se dérouler un jour, plus tard, dans le futur néantesque qui recouvre d'une brume épaisse tout ce qui aura lieu dans plus de cinq à dix minutes.

    Or, un jour, une maîtresse eut l'idée de lire Roule Galette à sa classe de Petits. Excellente idée s'il en est ! Histoire répétitive, très simple, au déroulement linéaire, tout ce qu'il faut ! Personnages sympathiques, illustrations faciles à décrypter, rapport avec une activité généralement appréciée des jeunes enfants, ça ne pouvait que plaire.

    Oui mais voilà... Il faut rendre cela productif, on est à l'école que diable ! Très bien. Les élèves vont patouiller dans la farine, manipuler cuillers, fouets et fourchettes, casser des œufs et étaler la pâte au rouleau ! Ils vont faire rouler anneaux, cerceaux et pneus sur des sentiers sinueux, se poursuivre en criant de joie et balayer le plancher pour récolter des grains de blé imaginaires... Ils vont colorier, peindre et recouvrir de morceaux de papier jaune des formes circulaires... Ils vont même peut-être pour les plus âgés d'entre eux, ceux qui ont déjà bientôt quatre ans, les jalonner de lignes parallèles représentant les traces de couteau dont la vieille a eu la précaution de décorer sa pâte avant de la dorer à l'œuf et de la mettre au four... Peut-être... c'est encore difficile et bien abstrait pour les plus jeunes, ceux qui pour le moment se servent encore des crayons comme d'objets magiques animés d'une volonté propre dont ils contemplent les tracés avec un étonnement sans cesse renouvelé.

    Mais que nenni, voyons ! A-t-on vu un adulte courir sur le sentier à la poursuite d'un cerceau qui s'échappe ? A-t-on vu un adolescent patouiller dans la farine pendant ses heures de cours ? A-t-on vu un enfant de CE2 avoir besoin de se concentrer pour balayer des grains de blé ? Vos activités sont bien jolies, m'âme Doublecasquette, mais vous avez oublié la plus fondamentale d'entre toutes ! Quelle médiatrice déplorable vous faites, enfin. Et l'entrée dans l'écrit, alors ? Où est l'entrée dans l'écrit ?

    Bah, je leur ai lu l'histoire, non ? Et je la leur relis... Pour faire plaisir à mon IEN et aux parents réunis, j'ai même photocopié la couverture et l'ATSEM l'a collée dans leurs cahiers de vie. Et puis, je leur ai appris la chanson de la galette et j'ai affiché la partition sur le tableau ; nous avons même collé des gommettes rondes et jaunes tout autour. J'en ai même qui font semblant de suivre du doigt les paroles quand ils chantent... C'est adorable !

    Pardon ? J'ai oublié quoi ? La pro-duc-tion d'é-crits ? Mais ils sont tout petits ! Ils ont le temps, non ? Pour quel avantage, à part celui de les tenir assis quelques longues minutes sur un truc auquel ils ne peuvent rien comprendre ?

    Alors après que cette "production" repose sur les mots VIEUX et VIEILLE qu'ils doivent recomposer et coller lettre à lettre, de gauche à droite, des petits carrés de papier portant chacun un caractère d'imprimerie ne me choque pas plus que si l'exercice portait sur les mots FARINE, BLÉ ou RENARD supposés plus "faciles" parce qu'immédiatement déchiffrables par un enfant de CP.

    Ce sont des enfants de trois ans ! La plupart d'entre eux n'ont encore même pas remarqué que c'était grâce aux petits caractères noirs présents sur la page que la maîtresse leur racontait Roule Galette. Il y en a même certains qui ne "lisent" pas encore les images et d'autres qui n'ont pas accédé au langage articulé. Aucun d'entre eux n'est capable de dessiner l'une des scènes du livret et rares sont ceux qui sont capables de raconter l'histoire dans l'ordre du début à la fin.

    Alors que les mots qu'on leur donne à recomposer soient indéchiffrables par un lecteur débutant, on s'en fiche complètement. Ils sont bien loin de l'analyse de l'écrit, de toute façon. On peut même leur donner à recomposer CHRYSANTHÈME et MONSIEUR si on veut. Ou même EICHHÖRNCHEN ou SCHMETTERLING pendant qu'on y est.

    Le scandale est ailleurs et mettre en avant cette petite hérésie supplémentaire cache la forêt des hérésies fondamentales qui régissent la vie scolaire des tout-petits qui vivent leur école maternelle à l'époque où y règnent des programmes scolaires qui nient l'existence de la Petite Enfance et qui font des apprentissages fondamentaux savants le fond du travail qu'on doit y mener.

    Grosse colère et grosse fatigue.


  • Commentaires

    1
    gelsomina31
    Samedi 28 Décembre 2013 à 12:12

    < smiley qui offre des fleurs>

     

    Merci d'être là et d'avoir créer ce blog, DC!  ;)

     

    2
    Samedi 28 Décembre 2013 à 12:45

    C'est gentil, Gelsie. J'aimerais tellement que l'oriflamme de la querelle des méthodes brandi à tout bout de champ (ou de chant ?) arrête de cacher la forêt d'autres dysfonctionnements autrement plus subtils et destructeurs.

    3
    Samedi 28 Décembre 2013 à 18:45

     Tu devrais décompresser un petit peu ! Te concentrer sur d'autres sujets ! Je sais pas moi ... Le gavage des oies, le saumon nourri au maïs OGM, la prolifération de sangliers.

    4
    Samedi 28 Décembre 2013 à 18:48

    Chiche ! Tu m'écris un article sur la prolifération des sangliers et je le publie.

    5
    Elisabeth
    Samedi 28 Décembre 2013 à 18:53

    D'accord sur tout. Et cela prouve combien il est ridicule d'exiger que ce soit un instituteur qui s'occupe des PS quand n'importe quel professionnel de la petite enfance ferait beaucoup mieux l'affaire. 


    Dommage que les jardins d'éveil aient été abandonnés si vite. Un petit de trois ans a besoin de jouer librement, d'accéder au langage oral, de se socialiser et de dormir. 

    6
    Samedi 28 Décembre 2013 à 18:58

    Fausse bonne idée, chère Elisabeth. C'est justement ce qu'on s'acharne à nous faire croire par tous les moyens en haut lieu.

    La réforme des rythmes va d'ailleurs relancer la polémique très vite.

    Nos petits de deux à quatre ans ont autant le droit que leurs camarades plus âgés d'avoir des maîtres formés à bac + 5 plutôt que des nounous recrutées sur la base d'un CAP Petite Enfance.

    Et ces professeurs d'école peuvent exercer avec talent une profession qui est capable de faire progresser aussi bien un enfant de Petite Section qu'un pré-pré-ado de CM2. Il suffit qu'on la leur apprenne.

    7
    Samedi 28 Décembre 2013 à 21:02

     Eh ben voilà ! Quand je te dis que tu te fais du mal !

    8
    Samedi 28 Décembre 2013 à 21:22

    On n'a qu'à parler d'autre chose, si tu veux... Tu choisis ! Je crois que je vais réussir à refourguer mon bouquin de Ponti, tiens ! C'est une bonne nouvelle, non ?

    9
    Samedi 28 Décembre 2013 à 21:28

     Sujet: les bouquins de Ponti sont-ils de la bonne littérature jeunesse ?

    10
    Samedi 28 Décembre 2013 à 21:31
    11
    Dimanche 29 Décembre 2013 à 10:17

     J'en reviens à la proposition d'Elisabeth qui m'a un peu taraudée en début de nuit.

     Il est indiscutablement admis que les enfants qui ont la chance de naître et évoluer dans un bain linguistique et culturel riche durant leur petite enfance sont statistiquement plus à même de réussir leur scolarité obligatoire et iront plus loin dans leur scolarité ultérieure.

     Alors, pourquoi creuser encore les inégalités de départ en baissant le niveau culturel et de maîtrise du langage de ceux qui les encadrent entre deux et cinq ans ? Pourquoi donc, Elisabeth ?

     Recruter le personnel d'encadrement à bac+5 me semble le minima requis pour tenter d'offrir entre deux et cinq ans, 36 semaines par an et 25 heures par semaine, aux enfants des faubourgs, banlieues et campagnes, ce que d'autres reçoivent à la naissance et conservent en permanence 365 jours par an.

     Je ne dis pas qu'il n'existe pas, par ci par là, quelques CAP petite enfance qui ont choisi ce métier par vocation alors qu'ils disposent d'un solide bagage culturel mais ça reste anecdotique.

     Je déplore la baisse de niveau culturel du bac+5 moyen. Certains sont atterrants  de pauvreté mais, pris globalement, les bacs+5 ont un meilleur niveau de culture et un langage de base plus riche que les CAP.

     Si on ajoute à ces bacs+5 une année de solide formation théorique et une année de stage en situation, ça le ferait très bien, appuyé sur de bons et solides programmes non délirants.

    12
    Dimanche 29 Décembre 2013 à 10:37

    Elle est vraiment bien, ma petite sœur, non ?  

    Ce n'est pas elle qui irait proposer l'élevage en batterie pour le "poulet du pauvre" pendant que seules certaines volailles seraient élevées en poulaillers d'acajou par du personnel hautement qualifié afin de fournir en chapons goûteux ceux qui ont les moyens de s'en procurer.

    13
    Dimanche 29 Décembre 2013 à 11:26

     En fait, c'est plus compliqué que ça: si la population a vraiment faim, mieux vaut du poulet du pauvre que des cailloux à l'eau polluée. Mais si on peut faire mieux, je ne vois pas pourquoi on choisirait la voie de la régression.

     Mettre en place des jardins d'éveil avec des CAP petite enfance pour le gosse des favellas dont la seule occupation à deux ans et demi est de sniffer de la colle, c'est un mieux-disant. Supprimer l'école maternelle française en la remplaçant par de la garderie parce que les agences de notation en ont donné l'ordre et masquer ça sous les oripeaux de l'intérêt de l'enfant, c'est ignoble. Le jardin d'éveil pour celui-là, c'est OK : http://www.francetvinfo.fr/monde/asie/video-a-2-ans-et-demi-il-fumait-deux-paquets-de-cigarettes-par-jour_315229.html

    14
    Dimanche 29 Décembre 2013 à 12:01

    Oui. Je parlais du poulet européen, celui pour lequel les normes se sont durcies depuis les années 60.

    Le jardin d'éveil, c'est mieux que la rue. L'école maternelle d'aujourd'hui, c'est déjà mieux que le jardin d'éveil. L'école maternelle telle que je la rêve, c'est encore mieux. Bien plus écologique, comme éducation.

    15
    Noémie
    Dimanche 29 Décembre 2013 à 14:54

    À quoi ça sert de leur faire voir un modèle plutôt que de leur faire mettre des petites images ? Les modèles, ça sert à rien parce qu'ils savent pas les lire. Il faut savoir lire pour les modèles.


    Vous n'avez qu'à leur donner des petites images et ils doivent dire ce qu'ils voient. Ce sera mieux pour eux.


    Noémie, 6 ans et demi, CP

    16
    Elisabeth
    Dimanche 29 Décembre 2013 à 20:36

    Bonjour Pascale, 

    Bien d'accord sur le fait que le développement du langage doive être la priorité absolue de la TPS/PS. Alors, si un CAP petite enfance ne suffit pas à cette ambition, il faudrait peut-être créer un nouveau métier de pédagogue spécialisé pour l'école maternelle. Car entre un CAP et un Bac+5, l'éventail est large ! Beaucoup d'instituteurs ne sont pas du tout formés aux besoins très spécifiques des enfants très jeunes, vous êtes les premières à le dire.

    J'ai l'impression quand même, à vous lire, d'un certain mépris pour le travail pédagogique effectué en crèche. Avez-vous mis les pieds dans une crèche? On y trouve, aussi, du personnel remarquable qui ne passe pas son temps, justement, à se demander si l'enfant sait bien lancer une balle dans la bonne direction, s'il sait reconnaître les prénoms des copains etc.

    Sincèrement, en considérant un adulte, bien malin qui pourrait distinguer celui qui a été à la créche jusqu'à 4 ans de celui qui a commencé en TPS à 2 ans de celui qui a commencé l'école en CP.... 

    Un peu d'humilité donc dans notre métier serait bienvenue. En ce qui me concerne, je n'ai aucune connaissance particulière ni aucun intérêt pour la petite enfance, je préfère largement explorer les règles de grammaire avec mes CM2 et je considère que mon métier n'a strictement rien à voir avec l'éveil (l'enseignement, si vous y tenez) des 2-3 ans. 

    Doublecasquette, vous parlez très souvent d'une école qui n'existe juste pas. L'école maternelle telle que vous la rêvez n'existe pas, ou plus (je n'en sais rien, je n'étais pas née).

    17
    Dimanche 29 Décembre 2013 à 21:15

    Elle peut très bien exister très vite, partout. Il suffit qu'on le veuille. Et s'il existe des collègues PE qui n'ont pas envie d'enseigner chez les tout-petits, comme il en existe qui ne veulent surtout pas enseigner en élémentaire, c'est aussi parce que, depuis une vingtaine d'années, les idées que vous développez, Elisabeth, ont été développées au cours de la formation des PE.

    Sans doute qu'en crèche, on fait de l'excellent travail avec les tout-petits, mais, pour avoir travaillé plusieurs années dans une classe maternelle dans laquelle se côtoyaient des enfants restés chez eux jusqu'à leurs trois ans, d'autres scolarisés depuis leurs deux ans et d'autres enfin qui avaient fait une année de crèche, je peux vous assurer qu'il n'y avait aucune mesure entre la moyenne des enfants des trois groupes et que ceux qui avaient fait une année de TPS étaient, souvent de loin, les plus dégourdis dans tous les domaines.

    Et les jeunes élèves de BEP en stage dans notre école après avoir effectué un stage en crèche font toutes le même constat : à âge égal, les écoliers ont acquis la propreté, parlent à l'adulte, participent à un jeu, commencent à s'habiller seuls alors que les enfants de la crèche vivent leur vie les uns à côté des autres, ne parlent pas toujours et semblent ne pas forcément entendre ce qu'on leur dit.

    Je dirais qu'à chaque âge sa structure d'accueil et que la crèche est celle réservée aux enfants n'ayant pas acquis l'autonomie au niveau de la maîtrise des sphincters. Une fois qu'un enfant est "propre", il n'a plus rien à faire avec les bébés et est plus à sa place avec les petits enfants.

    18
    Elisabeth
    Dimanche 29 Décembre 2013 à 21:29

    Bonjour Doublecasquette,

    Je vous crois volontiers quand vous écrivez " pour avoir travaillé en maternelle" etc. Mon propos est de dire que les différences se rattrapent, la vie est un chemin non-linéaire. A l'âge adulte, le fait d'avoir été en crèche ou en TPS/PS n'a aucune importance.

    Quant aux sphincters, alors là, pas du tout d'accord. Pour le coup, pourquoi un enfant pas propre n'aurait pas le droit, lui, à l'accès au langage par des Bac+5? Pas du tout logique... Les garcons sont en général mûrs moins vite sur ce plan, faudrait-il les retarder sur le plan du langage en plus des sphincters ? Hm...

    Soyons un peu lucides également. La maternelle représente pour nombre de parents une garderie, rien de plus. Si la crèche était gratuite, les parents préfèreraient en large majorité la crèche à cause de l'encadrement plus soutenu, de l'hygiène (comparez les toilettes des écoles maternelles souvent douteuses avec les crèches où on n'entre même pas avec ses chaussures), du niveau sonore bien moins élevé (plus d'espace, division en petites sections dans la plupart des crèches), de la continuité de la journée (personnel assurant le repas de manière pédagogiqe), et ... de l'absence des petites cases d'évaluations, bien ridicules, nous sommes d'accord.

    Amicalement.

    19
    Dimanche 29 Décembre 2013 à 21:30

     Pourquoi un nouveau métier alors qu'il y en a un tout prêt, avec plein de volontaires garçons et filles pour la maternelle ?

     Ce sont les mêmes qui enseignent les mathématiques aux sixièmes et aux terminales, voire aux BTS scientifiques. Chacun y trouve sa place et l'un ne veut surtout pas quitter ses BTS alors que l'autre fait des pieds et des mains pour n'enseigner qu'aux sixièmes et cinquièmes. Tout ça avec le même CAPES. Ça permet théoriquement une grande mobilité en cours de carrière.

     Je ne pense pas qu'il soit nécessaire de créer un corps particulier d'encadrants de maternelle vu qu'on a sous la main un bon vivier. Toujours multiplier les diplômes et spécialiser les gens à outrance, alors même qu'on parle des sanglots dans la voix de mobilité de flexibilité et de formation tout au long de la vie me semble vraiment paradoxal.

    20
    Dimanche 29 Décembre 2013 à 21:52

    L'École Maternelle est ouverte aux enfants ayant deux ans révolus ayant acquis la propreté diurne.
    Son programme est suffisamment souple pour que l'enfant dont la fréquentation est plus tardive ou irrégulière bénéficie du même environnement propice aux expériences encadrées par un professeur des écoles recruté actuellement à Bac + 5.

    Évidemment, on peut tout changer. Mais comme dit Pascale, dans l'intérêt de qui ?

    Maintenant, Elisabeth, personne ne vous oblige à être d'accord avec nous. Je vous ai donné mes arguments, vous nous avez donné les vôtres.
    Nous ne vous convaincrons pas et vous ne nous convaincrez pas.

    Nos lecteurs ont en revanche tous les éléments en main pour se faire leur propre opinion. Il n'est donc pas la peine de continuer indéfiniment à chercher à surenchérir. 

    21
    Vudici
    Lundi 30 Décembre 2013 à 03:16

    Qu'en est-il pour ceux qui n'ont pas acquis cette "propreté" diurne? Parce que je constate qu'ici, à côté de la frontière, on a des enfants qui s'inscrivent dans nos villages parce qu'en France, on les refuse.  Je sais que j'y suis hypersensible, mais avec un critère pareil, mon fils n'aurait pu aller à l'école qu'à 9-10 ans. Bien sûr, c'est pathologique, mais sans examen douloureux et invasif, pas de diagnostic possible avant 6 ans. Ces enfants-là n'ont donc pas droit à l'école maternelle?

    22
    Lundi 30 Décembre 2013 à 09:40

    Si, après avis médical, et PAI. Ça peut aller très vite si la raison médicale a été clairement définie.

    Ce qu'il faudrait déjà obtenir, ce sont des classes maternelles à moins de 25 élèves et bénéficiant toutes d'une ATSEM à plein temps. Si en plus ces classes étaient multi-âges, il n'y aurait que quelques tout-petits par classe et leur encadrement au niveau de la propreté pourrait être facilité.

    23
    Lundi 30 Décembre 2013 à 14:33

    Ben quoi alors ? On discutait gentiment, à mille lieues du point Godwin ! C'était un débat d'idées, pas une empoignade ...

    24
    Lundi 30 Décembre 2013 à 15:03

    Excusez-moi alors. Je dois être un peu anxieuse en ce moment. On lit tellement d'attaques contre cette pauvre École Maternelle...

    C'est un peu comme lorsqu'on parle des soins à l'Hôpital Public ou des fonctionnaires. On a toujours peur que la conversation dérape et que les solutions proposées soient celles qui ne conviendraient qu'à ceux qui peuvent se payer des soins médicaux ou qui vivent sur une planète où il n'y a ni routes, ni enfants, ni vieillards, ni maladies humaines ou animales, ni délinquance, ni justice, ni finances, juste eux, tranquilles peinards, qui n'ont jamais besoin des autres.

    25
    françoise svel
    Lundi 30 Décembre 2013 à 21:17

    Ne t'excuse pas, DC, tu as raison! On en revient toujours là, comme s'il fallait choisir entre le "pour tous" et le "pour nous les gens comme il faut"! J'apprécie ton exigence, surtout ne change pas !

    26
    Elisabeth
    Lundi 30 Décembre 2013 à 21:34

    Euh.... ! Merci de ne pas déformer mon propos !! Il me semble que Doublecasquette est extrêmement critique envers l'école maternelle elle-même (telle qu'elle est en réalité et non en rêve), et entre autres d'ailleurs, sans avoir besoin de détracteurs additionnels! J'ai exprimé mon accord total sur le ridicule des évaluations à items, des mots-étiquettes, de l'écriture du prénom etc.. Et c'est ca la maternelle ! 

    Ensuite, sur ce qu'il faut faire, nous ne sommes pas d'accord, et ce n'est pas un problème ! On peut débattre tout de même. Je maintiens qu'un accueil de type crèche, jardin d'éveil serait bien suffisant jusqu'à 4 ans. Le déficit éventuel en dégourderie et en langage qui reste à prouver se compensera bien assez vite par la suite ! 

    En tout cas, dans mon CM2, j'ignore totalement qui a été en TPS ou en PS ! J'ai quand même le droit de l'exprimer ! Ou alors, il faut fermer la section Commentaires s'il faut être d'accord à 100% sur le billet !

    27
    Lundi 30 Décembre 2013 à 21:45

     De toute façon, ce n'est pas à son âge qu'on va la changer. Pas de risques !

     Et moi, je trouve que c'est un peu trop de stricte obédience.

     En même temps, c'est un amusant exercice de style qu'écrire exactement ce qu'il faut écrire pour réussir à se faire bien voir.

     

     Mais j'ai une âme de bourgeoise salonarde à la Verdurin ...

    28
    Lundi 30 Décembre 2013 à 21:48

     Ou alors, il y a beau temps que j'ai choisi la courtisanerie qui permet de se faire pincer l'oreille.

    29
    françoise svel
    Lundi 30 Décembre 2013 à 22:37

    Triste à dire, Elisabeth, mais vous savez, j'ai bon nombre de collègues qui pensent que , quel qu'ait pu être le CM2, on ne voit guère la différence en classe de première...

    30
    Elisabeth
    Lundi 30 Décembre 2013 à 23:54

    Je le crois volontiers. Pour une fois, acceptons de relativiser et mettons un peu de distance. La personnalité, l'intelligence, le savoir-faire se construisent sur un entremêlage de rencontres complexes, fortuites qui ne se passent pas toutes à l'école...

    Avons-nous eu réellement tous des maîtres excellents chaque année? Probablement non.  En avons-nous subi des dommages cérébraux irrémédiables? Bien sûr que non.

    Alors prétendre que ce qu'un enfant fait à 2-3 ans est déterminant pour la suite de la scolarité, non! Et heureusement! D'ailleurs, un enfant de cet âge a surtout besoin de sa maman selon moi. Bien sûr qu'il peut apprendre à s'en séparer, mais est-ce vraiment mieux pour lui à ce petit âge ? Bon. J'ai dit que justement, je n'étais pas spécialiste de la petite enfance, alors ce n'est pas à moi de donner la réponse. Juste une intuition. 

    Doublecasquette est aussi une institutrice hors pair qui gère ses classes selon ses principes, que je ne remets pas en cause, puisque je suis d'accord. Et donc, évidemment que sa maternelle ne ressemble pas aux 99% autres. Son expérience est donc extrêmement enrichissante mais malheureusement théorique pour nous autres qui n'avons que des maternelles-étiquettes-évaluations à offrir aux petits dans nos écoles.  Mais nous arrivons à les récupérer tant bien que mal!

    Souvent malheureusement, même les parents sont convaincus de l'utilité de l'évaluation précoce... le bourrage de crâne a été si efficace qu'ils sera difficile de retourner en arrière.

    Sur ce, j'arrête de débattre. En effet, tout a été dit. Bonne nuit.

    31
    Vudici
    Mardi 31 Décembre 2013 à 01:51

    Oui, maternelle de qualité pour tous. Sauf pour ceux qui n'ont pas acquis la "propreté" si j'ai bien compris (un PAI, c'est je pense un machin qui demande un diagnostic or comme je l'ai dit, avant 6 ans...). C'est hors sujet? Pas vraiment parce qu'on retombe sur le même problème de manque de personnel: une classe de maternelle de 30 enfants, c'est tout simplement impensable. C'est la raison pour laquelle un bambin de milieu peu cultivé ne rattrapera pas son retard de langage, un gamin qui n'est pas propre sera prié de rester à la maison jusque ... bah 6 ans, il pourra entrer au CP ou au CE1...

    Après, que la formation des PE soit un bac+5 comme en France ou un bac +3 comme en Belgique ... ça me semble moins important quand-même... mais des classes de 25 ou 30?!

    32
    Mardi 31 Décembre 2013 à 09:50

    Non PAI, c'est un projet d'accueil individualisé. On en fait pour l'asthme, le diabète, les allergies, ...

    La procédure est rapide et peu contraignante. Juste un certificat délivré par le médecin de famille pour attester que ce n'est pas une raison de confort qui pousse les parents à retarder l'âge de la maîtrise des sphincters (ça existe, je t'assure, et plus souvent qu'on ne croit) et cela permet d'obtenir que l'enfant soit justement dans une classe moins chargée, avec une ATSEM qui est partie prenante du projet et ne va pas lui sortir des horreurs pendant qu'elle le change (ça existe aussi, hélas).

    Je ne crois pas que, sauf cas exceptionnel, cela soit admis avant trois ans parce qu'à cet âge, en effet, c'est encore difficile de faire la part entre les enfants simplement un peu plus lents et ceux qui ont un véritable problème d'énurésie. En revanche, après trois ans, ce doit être possible partout.
    Le drame, c'est qu'on ne corrèle pas cela avec une obligation d'ouverture de classe supplémentaire lorsque l'effectif ne dépasse, ne serait-ce que d'un enfant, la moyenne de 24 ou 25 enfants pas classe.

    Quant à la formation à Bac + 5, je ne la trouve pas plus pertinente que celle à Bac+3 et je préférerais nettement un vrai niveau général élevé complété d'une formation professionnelle large et complète. Ce serait plus efficace et cela permettrait sans doute que les classes maternelles à étiquettes-mots et file numérique disparaissent beaucoup plus vite.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :