• J'ai mal à ma maternelle !

    J'ai mal à ma maternelle !

    Brevets, carnets de réussite, évaluations, validations, contrôle, ceintures, échelles de progrès et même pommes plus ou moins grignotées me poursuivent de blogs en forums et de forums en réseaux sociaux.
    Cela ne serait rien si ces procédures de contrôles visaient de futurs bacheliers, des lycéens, des collégiens ou même des élèves d'élémentaire à condition que les plus petits, ceux du CP, ne soient pas ainsi examinés sur toutes les coutures comme de dangereux je-m'en-foutistes prêts à tout pour couper au dur effort scolaire dont il conviendrait de noter le plus petit progrès comme le moindre faux-pas !

    Mais non, eux, on leur fiche la paix ! Il est même question de ne plus les noter, de ne pas tenir compte de leur niveau pour leur passage dans la classe supérieure, de valider de manière quasi automatique un fond de socle du moment où ils tendent vers une maîtrise approximative des compétences qu'il recense comme indispensables à la survie en milieu économique estampillé OCDE-compatible !

    Non, ceux qu'on évalue sur toutes les coutures et qui passent leurs journées de classe à s'entraîner à cet effet, à poser des marrons dans des cases, attraper des boules de coton à la pince à sucre, ranger des petites voitures en ligne ou découper des franges le long de bandes de papier, ce sont nos tout-petits, nos bébés, ceux qui devraient vivre à l'écart de toute sur-stimulation, de toute comparaison avec leurs congénères, de tout rangement dans des cases, même provisoires.
    Dans leurs classes, on a tout étiqueté et, même si les plus chanceux choisissent librement la boîte ou le plateau dont ils vont avoir la possibilité d'explorer le contenu, on note vite vite tout cela et on les prend en photo pour témoigner de leur réussite, fortuite ou pas ! On va même jusqu'à leur demander dans quel but, pour valider quel apprentissage, quelle compétence, ils ont choisi cette activité. Parce que, du haut de leurs deux, trois, quatre, cinq années de vie sur terre, il est urgent pour chacun d'eux de :

    J'ai mal à ma maternelle !

    Comme ils sont heureux, leurs grands cousins de lycée que j'ai entendus l'autre soir quand ils énonçaient des horreurs devant 3,5 millions de téléspectateurs ! Eux, apparemment, dans leurs lycées, on ne leur demande pas de construire en commun des codages qui leur prouveraient que leurs professeurs ont encore beaucoup de choses à leur apprendre jusqu'à ce qu'ils réussissent à passer outre des représentations mentales d'un autre âge, sévèrement réprimées par la Loi qui plus est !

    Chez les moins de sept ans, c'est du sérieux... C'est bienveillant, nous dit-on, mais c'est du sérieux ! Depuis que j'en parle autour de moi, je m'enfonce de plus en plus dans la morosité...

    • Dans certaines écoles, la hiérarchie demande aux professeurs des écoles de supprimer la sieste qui nuirait à une bonne gestion des apprentissages ! Ils suppriment deux heures de classe par semaine et d'un autre côté, ils empêchent des bébés de dormir ! Nous sommes donc chez les fous ?
    • Ailleurs, la question porte sur le bac à sable : quels apprentissages vise-t-on en laissant les élèves y jouer, quels domaines privilégie-t-on, quelles compétences compte-t-on développer, selon quel protocole et avec quelle évaluation terminale va-t-on valider les réussites ?
    • Lors d'une animation pédagogique, on fournit des documents montrant comment rationaliser les acquis des élèves, en introduisant des « leçons » très mal déguisées en jeux, tels que n'en inventerait jamais un enfant, lors de leur fréquentation dite « libre » des coins dînette, déguisements, garage, chambre des poupées, etc.  !
    • Sur le net fleurissent les vidéos où les élèves, individuellement, répètent,  aussi longtemps qu'ils s'y intéressent, des exercices présentés dans des boîtes ou sur des plateaux, souvent d'inspiration Montessori, isolant un geste, une qualité, un concept.  C'est mignon comme tout, les enfants sont calmes, ils pressent inlassablement leur petite éponge dans leur petit bol, étendent sur un faux séchoir à linge de faux vêtements de feutrine, s'activent en silence sur des exercices de type plus « scolaire » de toutes sortes.
      Si cela nous change agréablement du « bouffe-fiches » sans âme ou des sempiternels ateliers tournants, la pression administrative associe à cette conquête très « montessorienne » de l'autonomie et de la conquête d'une liberté sensorielle bien comprise, une auto-mise en cases des petits enfants par le biais de ceintures de compétences, bien contraire à l'esprit de la grande dame, née pourtant au XIXe siècle !
       
    • Des collègues, bien décidées à faire autrement, n'arrivent pas à se rassurer. Puisqu'ils n'évaluent pas à longueur de journée, qu'ils n'ont pas conçu de brevets et que les épingles à linge, c'est dans le coin « chambre des poupées » que les enfants les utilisent pour suspendre de vrais vêtements miniatures sur un vrai séchoir, on va croire qu'ils font de la garderie ! Ils peinent à trouver seuls les réponses à des questions aussi simples que :
      - Comment fait-on pour savoir où ils en sont et qui fait quoi ?
      - Comment fait-on pour qu'un élève ne fasse pas dix fois le même atelier?
      - Comment fait-on des progressions ? Comment se débrouille-t-on pour que les élèves les suivent ?
      - Et l'instit, il s'assoit à son bureau et ne fait rien?

    Alors, je sais que je me répète, mais moi, j'ai mal à ma maternelle. Quand on pense que nous nous enfonçons de plus en plus, à chaque réforme, dans la méconnaissance totale de la psychologie de base de l'enfant de moins de sept ans, c'est à pleurer !
    Pourtant, il suffit de les regarder, de les écouter pour se rendre compte très vite qu'à cet âge-là, à peine sortis du ventre de leurs mères :

    • Ils ont des besoins physiologiques qui priment sur tout le reste. Lorsque c'est l'heure de dormir, ils doivent dormir parce que c'est pendant ce temps-là que le corps et le cerveau se régénèrent, qu'ils grandissent sous l'effet de l'hormone de croissance sécrétée uniquement pendant le sommeil, en position allongée. Priver un être humain de sommeil, ça a été utilisé dans toutes les dictatures mais, depuis, c'est interdit par la convention internationale des droits de l'homme, que je sache.
    • Ils ont tout à apprendre, partout, tout le temps. Parce qu'en moins de cinq ans, sauf milieu horriblement carencé et gravement violent ou pathologie lourde, tout nouveau-né passe de l'état de ravissant petit être incapable de mouvements volontaires et d'échanges, totalement à la merci des autres, à celui de superbe, grand et bel enfant, à l'aise physiquement et verbalement, capable d'interactions avec son environnement tel qu'il est. C'est de la richesse de cet environnement et de la pertinence de son action que naîtront les multiples stimulations qui permettront que cette transformation soit la plus complète possible.
      Aujourd'hui, dans le bac à sable, Jules est peut-être en train d'apprendre que lorsqu'on détruit quatre pâtés de sable sur les cinq qu'on avait construits, il n'en reste plus qu'un, alors qu'Emma découvre qu'en parlant gentiment à sa camarade Louanne, cette dernière est bien mieux disposée à prêter le râteau dont elle se sert ; Louanne apprend sans doute alors que tout flatteur vit aux dépens de celui qui l'écoute et, si elle a la chance d'avoir des professeurs des écoles attentifs, elle réalise qu'en cas de spoliation caractérisée, il existe un recours juste et bienveillant en la personne de l'adulte, garant de la loi.
      Et parce que je sais que, contrairement à ce que nous montrent les vidéos, dans les classes, il y a plus souvent 30 élèves que 3, je peux répertorier une soixantaine d'apprentissages variés, appartenant à tous les domaines, que les élèves de cette classe fictive découvrent, consolident, parfont en ce moment, dans ce bac à sable. Les cinq sens en alerte, comme toujours chez les petits enfants, ils écoutent, manipulent, observent, sentent, goûtent hélas parfois ; dans le brouhaha ambiant de la cour de récréation ou du coin-sable de la classe, ils échangent, en mimiques et en paroles, partagent leurs connaissances lexicales, pas toujours académiques hélas ; enfin, grâce à la vie en collectivité, ils enrichissent leurs apprentissages sociaux, sous la houlette de leur enseignant, j'espère... Mais nous y reviendrons.
    • Ils ne sont pas de même nature que l'adulte ; et plus ils sont jeunes, plus le jeu à règles reste pour eux une conquête lointaine sans intérêt immédiat. Célestin Freinet, Maria Montessori, Pauline Kergomard, ces grands noms-là, mais sans doute bien d'autres, ne connaissaient pas les jeux de la téléréalité, ni ceux qu'on achète sous blister dans les magasins de jouets. En revanche, ils savaient que le petit enfant est « comme un locataire qui découvre son appartement et s'emploie à le meubler, l'agencer, l'organiser chaque jour un peu plus et un peu mieux ». L'enfant tâtonne et s'installe peu à peu dans son habit d'être humain.
      Les premiers jeux d'un enfant sont ceux qu'il découvre lui-même et qu'il répète inlassablement. Ils n'ont de règles que celles que l'enfant se crée ou que l'objet commande de lui-même.
      Chez Montessori, ce jeu est dans une petite boîte et on le place devant soi, sur une table ou un tapis individuels, on s'entraîne à maîtriser l'objet, le geste, le concept selon des règles très précises, théoriquement.
      Chez Freinet, c'est un objet, un outil, placé dans la classe ou dans la cour, dont l'enfant se sert librement parce qu'il lui plaît ou qu'il l'a vu dans les mains d'enfants plus grands ou d'adultes et dont il découvre petit à petit les trésors jusqu'à en faire son outil et l'utiliser à des fins précises, en interaction avec ses camarades, lors de projets de plus en plus construits.
      Chez Kergomard, c'est un moyen terme entre les deux : moins cloisonné que chez Montessori et moins "sans filet" que chez Freinet.
    • Ils raisonnent sur un mode binaire.
      C'est sans doute pourquoi ces petits exercices, bien rangés dans leurs boîtes colorées ou sur leurs jolis plateaux, leur plaisent et les rassurent. Il est sûr que ces enfants-là, « calmes et sereins, faisant preuve d'un grand contrôle d'eux-mêmes, engagés dans leurs propres apprentissages1 » se sentent plus « acteurs de leur vie » que leurs voisins des autres classes, en train de chercher désespérément comment trouver de l'intérêt aux rituels du calendrier et des présents/absents, aux exploitations d'albums ou aux ateliers obligatoires de phonologie, métacognition, philosophie, reconstitution de titres d'albums, de prénoms, de tours en légo, de colombins de pâte à modeler, de copie de lignes de lettres majuscules et de chiffres.
      Mais c'est aussi pour cela que pour eux, si "maîtresse, elle a validé celle-là" parce que c'était très bien, c'est que "maîtresse, elle a pas validé celle-ci" parce que c'était très mal. Le cahier de réussite souligne aussi les ratages, toutes ces pages qui ne sont pas encore finies. La pédagogie qui donne un statut à la réussite institutionnalise forcément  l'échec dans l'esprit d'un bambin qui raisonne en blanc et noir.
    • Ils sont programmés pour essayer, essayer et essayer encore dans le but de réussir. Qui n'a pas vu un bébé de quatre mois, allongé dans son berceau, se concentrer à grands gestes maladroits pour toucher l'objet qui pend au-dessus de lui, qui ne s'est pas passionné sur ses stratégies, son froncement de sourcils, ses mimiques sérieuses, ses petits cris déjà vaguement articulés, peut croire qu'un enfant a besoin de carottes, si ce n'est de bâton, pour avancer.
      Sans doute, ces étoiles, ces ceintures, ces colliers, ces pommes à moitié rongées sont-elles nécessaires pour appâter ces enfants démotivés qui s'ennuient à cent sous de l'heure à chercher des mots, et encore des mots, et toujours des mots, qu'ils finissent par PIN, qu'ils commencent par SA, qu'ils aient trois syllabes ou qu'ils aient les mêmes lettres que STÉGOSAURE ou que PTÉRODACTYLE. Sans doute est-il nécessaire de répéter à ceux-ci qu'ils doivent essayer et se tromper pour enfin réussir.
      Mais pas les autres, pas ceux qui vivent dans une classe que j'appelle « normale », ceux-là savent bien qu'un jour viendra, couleur d'orange où ils sauront enfin ; et ils s'emploient à grandir, à cultiver leur autonomie, sous les encouragements de leurs enseignants parce qu'ils veulent savoir.

    Ces collègues qui se posent des questions, qui essaient, qui aimeraient bien, qui leur répond ? Personne au sein de l'Institution. Bien au contraire.
    Céline Alvarez, une pionnière parmi d'autres, qui cherche comme eux à révolutionner explique, dans le Télérama de cette semaine, comment l'expérience qu'elle a pu conduire à Gennevilliers, de 2011 à 2014, s'est arrêtée, comment elle peine, même en ayant pignon sur formation continue, à se faire comprendre des inspecteurs généraux les mieux en cour qui gardent la coquille en oubliant la chair. 
    Dans le Nouvel Éducateur de ce mois-ci, l'éditorialiste, Martine Boncourt, se plaint elle aussi que, malgré les mauvais résultats de l'École, tous ceux qui proposent une révolution pédagogique se heurtent au silence radio ou, au mieux, à une assimilation mal comprise d'éléments plus ou moins pertinents plaqués sur d'autres venus d'ailleurs.
    Lorsque des collègues ou moi-même proposons à nos IEN respectifs de faire profiter nos collègues de nos savoirs, on nous dit poliment oui, oui, puis on nous oublie, sans même chercher à lire ce que nous écrivons. Nos livres restent confidentiels et seul le bouche à oreille leur tient lieu de canal de diffusion.

    Pendant ce temps, nos collègues continuent à ne pas oser se lancer, faute de réponses à leurs questions alors que les réponses existent et qu'il suffirait de les laisser faire leurs preuves, sans cahiers de réussites qui figent un présent qui n'existe déjà plus au moment où on referme leurs pages, sans prêt-à-porter made in Pedagogia, fabriqué en chaire et jamais validé par des études sérieuses et dénuées de parti-pris, dont les patrons ne correspondent aux mensurations d'aucun « élève de maternelle » réel !

    Et la Maternelle en crève... à feu de plus en plus vif. Tant et si bien que, si je n'avais pas bien écouté mon ex-ministre hier, je parlerais bêtement de volonté délibérée, de complot, même, pourquoi pas... Ce qui serait stupide, j'en conviens.
    Je préfère parler d'ignorance, d'oubli, de repli sur soi, ce qui permet, malgré la douleur, d'espérer une rémission et même pourquoi pas une guérison rapide. Et je leur offre une pomme toute grignotée pour qu'ils se rendent compte comme c'est désagréable de voir son ego rongé jusqu'au trognon, tiens...

    J'ai mal à ma maternelle !

    En bonus, pour ceux qui, en fouinant tout seuls sur la Toile, auraient découvert ce blog tellement subversif qu'on ne peut pas le conseiller, quelques réponses aux questions posées ci-dessus.

    - Comment fait-on pour savoir où ils en sont et qui fait quoi ? 
    On connaît les contenus des programmes sur le bout des doigts ; on est présent au milieu de ses élèves, tous les sens en alerte, vigilant à tout ce qui se dit, se fait, émerge plus ou moins intuitivement. Et on se fait confiance : on saura très vite remarquer les progrès, les stagnations, les régressions, les moments de latence entre deux paliers.

     - Comment fait-on pour qu'un élève ne fasse pas dix fois le même atelier?
    Dans un premier temps, on ne fait rien. Certains enfants ont besoin d'être très sûrs d'eux pour oser se lancer. Si cela dure de manière vraiment pathologique, on tente de proposer autre chose pour voir. La plupart du temps cela suffira.
    Si cela ne suffit pas, on attend encore un peu... Puis on recommence... Lorsque le refus devient inquiétant, un soir, discrètement, alors que les élèves sont partis (ou un matin, avant qu'ils arrivent), on enlève l'atelier en question. Il disparaît... dans une réserve, un grenier ou le coffre de notre voiture. Et on voit...

    - Comment fait-on des progressions ? Comment se débrouille-t-on pour que les élèves les suivent ?
    On prend le BOEN, on le débarrasse de toute la parlotte (attention, il y en a énormément), on garde uniquement les contenus. On recopie ça bien joli, bien propre pour l'IEN. En regard, on écrit tous les moments de la journée où on travaille ces savoirs, ces compétences, ces  capacités2 (en gros, c'est tout le temps pour le langage, presque tout le temps pour le sensoriel, et la plupart du temps pour ce qui est moteur).
    Les élèves les suivent nécessairement parce qu'un enfant est programmé pour progresser.
    Les seuls cas délicats sont les très rares enfants qui souffrent d'un trouble suffisamment grave pour être déjà handicapant à deux, trois, quatre, cinq ou six ans. Ceux-là avanceront aussi mais moins vite. Dans votre nouvelle organisation, ils auront la chance de n'être ni stigmatisés, ni confrontés sans arrêt à l'échec (et à la comparaison aux autres si celle-ci leur est intellectuellement accessible et que vous avez poussé l'innocence assez loin pour afficher des tableaux de réussite sur les murs de la classe pour que tout le monde puisse remarquer comme ils sont à la traîne, loin derrière les autres).


     
    - Et l'instit, il s'assoit à son bureau et ne fait rien?
    Surtout pas ! Il n'en a pas le temps ! Il est au contraire hyper vigilant à tout ce qui bouillonne dans sa marmite.
    Il joue son rôle de régulateur de l'ambiance, protège le faible et le soutient, retient les jeunes bulldozers mâles et femelles qui renversent tout sur leur passage, surveille les pestouillous qui ont la critique plus aisée que l'action, aide la pâte à lever quand il voit que les bulles commencent à pétiller au-dessus de la tête des Géo Trouvetou, rassemble les morceaux des gamins en vrac que j'appelle des pantins sans ficelle, etc.
    Il note mentalement que tout le monde semble passionné par les fleurs et qu'il serait judicieux d'apporter un petit bouquet et une ou deux fleurs en pot rapidement, plus une reproduction de tableau, et deux ou trois petites chansons.
    Il remarque que la boîte où on doit mettre des perles dans les cases d'un bac à glaçons n'intéresse plus personne mais qu'en revanche, il y en a trois là-bas qui comptent et recomptent les légos de leur construction... Il prend donc la décision de ranger les perles du bac à glaçons et de les remplacer par des perles à compter, enfilées sur des tiges métalliques...
    Il voit que la petite Macha qui d'habitude ne dit pas un mot regarde sa poupée droit dans les yeux et lui dit : "Non, non ! Tais-toi !" et se demande s'il ne faudrait pas la solliciter plus souvent, en relation duelle, pendant qu'elle joue dans les coins-jeux et que personne ne l'observe...
    Il est très, très occupé à faire son métier, celui pour lequel il devrait être payé : faire lever et prospérer, autour de tous les enfants, un terreau fertile dans lequel ils puiseront les ressources dont ils ont besoin pour grandir, progresser et s'épanouir.
     

     

    Notes :

    1 Céline Alvarez citée dans Télérama n° 3448 du 13 au 19 février 2016
    2 Il y a un exemple de ce type de fiches, mais aussi beaucoup d'autres choses, dans Pour une maternelle du XXIe siècle, pages 51 à 53,.


  • Commentaires

    1
    Mercredi 10 Février 2016 à 19:18

    Tu as écrit, beaucoup mieux que je ne l'aurais fait, l'article que j'ai envie d'écrire depuis quelques temps. Laisse-moi le temps de le relire, de le digérer, et je vais essayer de faire quelque chose de mon côté pour le citer et y renvoyer.

     

    Merci.

     

    2
    Mercredi 10 Février 2016 à 20:21

    Merci! cool

    3
    elena
    Mercredi 10 Février 2016 à 22:06

    Merci... J'avais le coeur lourd et la maternelle douloureuse... Cet article(fort bien écrit) m'a émue, réconfortée, encouragée, fait sourire. 

    4
    Mercredi 10 Février 2016 à 22:18

    Merci à vous trois de m'encourager.

    5
    karine
    Mercredi 10 Février 2016 à 22:23

    Moi aussi j ai mal à ma maternelle... Merci 

      • Mercredi 10 Février 2016 à 22:53

        Merci à vous. J'aurais mieux aimé ne pas avoir à écrire cet article. Quand j'ai vu les nouveaux programmes, j'ai espéré, un peu. Et puis, on change les intitulés mais on garde le fond... et rien ne change.

    6
    katina
    Mercredi 10 Février 2016 à 23:06

    merci pour cet article. 

    J'espère arriver un jour à ce résultat mais en tant que débutante c'est très difficile avec la pression administrative. 

    7
    Gelsomina
    Jeudi 11 Février 2016 à 09:08

    Merci pour ce bel article! :)

    8
    Jeudi 11 Février 2016 à 09:35

    Merci à vous deux. Katina, les choses avancent, doucement certes, mais elles avancent. Allez-y à petits pas, sans chercher à tout bouleverser du jour au lendemain.

    9
    Sylvie P.
    Jeudi 11 Février 2016 à 10:19

    MERCI pour ce texte lucide qui décrit une bien triste réalité! (PE,35 ans d'ancienneté)

      • Jeudi 11 Février 2016 à 11:37

        Merci Sylvie.

        Catherine, PE, 40 ans d'ancienneté.

    10
    Jeudi 11 Février 2016 à 14:18

    J'adore ! Bravo pour ce bel article ! 

     

    11
    Lilas
    Jeudi 11 Février 2016 à 16:14
    Merci Comme cela est bien dit bien penser Je suis reeducatrice et j ai " mal à la maternelle depuis des années Bravo
    12
    elodie
    Jeudi 11 Février 2016 à 18:08

    enfin! merci

    13
    Jeudi 11 Février 2016 à 18:33

    Rhooo Je suis tout à fait d'accord avec vous et cet article me fait du bien ....et reflète aussi la réalité .Pour ma part , je m'éloigne de toute cela et enfin je me fais confiance ( PE de 28 ans d'ancienneté )  .Je les regarde apprendre, je les encourage en essayant de nourrir leur curiosité ..et je les connais .

    Je ne cloisonne pas les compétences et l'évaluation est positive et joyeuse à l'aide du cahier de réussites de Danièle Adad

    Merci pour cet article

    14
    Valérie Lerval
    Jeudi 11 Février 2016 à 19:14

    Merci beaucoup pour ce riche article !!!

    Je m'y retrouve tellement. Cela fait 25 ans que je suis en maternelle et j'avais l'impression en ce début d'année scolaire de ne plus savoir faire mon métier.

    Ouf je suis rassurée !!!!!!!!!!!!!!!!!

      • Jeudi 11 Février 2016 à 20:08

        Merci à vous pour vos encouragements !

    15
    cerise
    Jeudi 11 Février 2016 à 20:12
    je suis d'accord avec toi,je suis profondement ecoeurée de ce qui se passe à l'heure actuelle,maintenant les petites sections vont être evalués deux fois laissons les enfants grandir en sereinite
      • Lune
        Samedi 13 Février 2016 à 23:27

        Nou sortez vous cette ineptie?

    16
    Christine
    Jeudi 11 Février 2016 à 21:05

    Bonjour,

    Je prendrai le temps de lire cet article dans le we (trop de choses à faire ce soir)  mais juste une petite demande: merci de retirer la photo de cet élève qui a été prise sur mon blog. J'ai l'autorisation des parents, mais les photos ne doivent pas être utilisés par ailleurs.

    Merci de votre compréhension.

    Christine (objectifmaternelle.fr)

      • Jeudi 11 Février 2016 à 21:42

        Je l'enlève immédiatement. Elle était sur Google Images

      • Jeudi 11 Février 2016 à 21:49

        Voilà, c'est fait. Avec toutes mes excuses.

      • Christine
        Jeudi 11 Février 2016 à 22:02

        Pas de problème. Merci bien!

    17
    Severine
    Jeudi 11 Février 2016 à 22:25

    Bonsoir,

     

    Votre référence à ma vidéo sur les étoiles de compétences me dérange fortement, mais encore moins que vos propos aigris et incorrects. 

    Il est facile de tirer à boulets rouges lorsqu'on ne connaît pas ce qui se passe dans une classe. Contrairement à votre discours, mes élèves ne repassent pas dans des "tracés préparés à l'avance", ni de "cochent des lettres sur des tablettes numériques" à longueur de journée... Que savez-vous de ce qui se passe en amont de ces activités ??? Rien ! Alors merci de ne pas juger sans savoir. Vous êtes dans les raccourcis et énoncez de fausses vérités sur mon fonctionnement. 

    Et si mon travail vous intéresse (ou du moins vous interpelle), je suis à votre entière disposition...

    S. Haudebourg

     

      • Vendredi 12 Février 2016 à 09:57

        Bonjour Séverine,

        J'ai beaucoup réfléchi avant de vous répondre. Ayant eu moi aussi à subir les critiques de mes détracteurs et sachant que j'ai encore plus mal pris leurs justifications, je me contente de vous présenter mes excuses pour avoir donné vos travaux pour exemple d'un système pédagogique que je refuse. Votre vidéo a eu le malheur de se trouver au mauvais moment au mauvais endroit.

        Veuillez bien croire que ces excuses sont sincères et que je comprends parfaitement votre colère.

        Si mon travail vous intéresse, ou du moins vous interpelle, je me ferai un plaisir de vous offrir Pour une Maternelle du XXIe siècle.
        Cordialement,

        C. Huby

      • Haudebourg Séverine
        Vendredi 12 Février 2016 à 10:49

        Sur la base de quelques images, vous avez établi des conclusions trop rapides et bien incorrectes. Vous parlez de la tablette alors que les enfants travaillent sur un jeu que j'ai moi-même élaboré de A à Z, et non sur une application toute faite vide de sens ou de contexte. Il s'agit d'un travail en phonologie et non une activité où il faudrait "cocher une lettre"...

        Vous ne parlez pas de tout le travail mené en préparation à l'écriture dans ma classe (sable, farine, motricité des doigts....). 

        Je ne vois pas à quoi vous faites référence quand vous parlez de répétitions de gestes "vides" non plus....

        Bref, en effet, cela m'a mise en colère. Parce que les visions étriquées peuvent être dangereuses. Je pense justement essayer de donner le temps aux enfants dont j'ai la charge et vous dégommez tout en quelques mots....

        Cependant j’apprécie et accepte ces excuses. Même si, pour le coup, je souhaiterais voir une modification de votre texte initial. Vous avez parfaitement le droit de dire que vous n'êtes pas d'accord avec moi, mais prenez au moins le temps d'en discuter au préalable, pour comprendre ce qu'il y a vraiment derrière tout ça, avant de décrier publiquement ce dispositif.

        Le pire (ou le mieux !) étant que votre propos est tout à fait légitime sur le fond... Seule la forme me dérange. Vous y allez un peu fort avec des enseignants qui cherchent, essaient, tentent des choses pour ces enfants. Visez plutôt ceux qui leur font "bouffer des fiches à longueur de journée" et qui ne se posent aucune question...

        Je vous accorde que j'aurais dû mieux choisir mes images dans cette vidéo.... Il nous faut réfléchir en effet au contenu que nous mettons en ligne et bien sûr, à ce que nous voulons faire dans nos classes avec ces enfants.

        Si vous souhaitez m'envoyer votre ouvrage, contactez-moi. Vous avez mon mail...

        Merci tout de même pour le fond de l'article.

        S. Haudebourg

         

      • Vendredi 12 Février 2016 à 11:13

        Je vais voir comment arranger cela, Séverine.

      • Severine
        Vendredi 12 Février 2016 à 15:41

        Je vous remercie d'avoir remanié votre article.

        Sachez juste que je n'ai jamais eu la prétention d'être une classe "Montessori". Je suis d'ailleurs assez heureuse de ne pas enseigner ou éduquer comme en 1900, cela n'aurait aucun sens.

        Bonne continuation dans votre retraite.

         

        S. Haudebourg 

    18
    Jeudi 11 Février 2016 à 22:38

    " vos propos aigris et incorrects. "  Je n'en ai pas vus, moi ...

    19
    Jeudi 11 Février 2016 à 23:02

    D'accord sur de nombreux points ... mais au premier passage de CPC, à la première inspection, on se fait lyncher ! Et d'un autre côté on nous parle de travailler au plus près des besoins, des rythmes, du bien de l'enfant ...

    20
    vero
    Vendredi 12 Février 2016 à 08:32

    merci...je vais lire et relire , écrire et partager, relire et réfléchir

    21
    Zaber
    Vendredi 12 Février 2016 à 09:28

    Très bel article, qui sent bon le regret du temps jadis...
    Vous dites avoir été instit "pendant longtemps", vous oubliez de dire que c'était "il y a très longtemps".
    Comme tant d'autres, une fois à la retraite vous savez tout ce qu'il faut faire, tant mieux pour vous. Votre vision de la maternelle d’aujourd’hui est ahurissante de mauvaise foi.

    Je serais curieux de rencontrer vos anciens élèves pour voir ce qu'ils ont fait  du" terreau fertile" de votre éducation... 

    Continuez à écrire des livres, ça vous permettra de vous décharger de vos regrets, c'est bénéfique pour votre tension. 

    Et si vous vous ennuyez, venez faire un tour dans les classes d'aujourd'hui, tous ces pauvres enfants ont besoin de votre sagesse omnisciente ! 

    22
    Zaber
    Vendredi 12 Février 2016 à 09:41

    Erratum : vous n'êtes pas retraitée, c'est votre style 19ième siècle qui m'a trompé :)

      • Vendredi 12 Février 2016 à 09:50

        Si, si, je suis retraitée, depuis le 1er septembre 2015. Et je suis ravie d'apprendre que j'ai le style des auteurs du XIXe siècle.

        Mes anciens élèves vont bien, merci pour eux !

    23
    Vendredi 12 Février 2016 à 10:21

    Comme j'aime ton billet, comme il me peine, me touche et me donne un fol espoir, celui de suivre une maîtresse totalement impliquée dans le bien-être des petits...

    Supprimer la sieste des enfants qui en ont besoin, une aberration tout comme il est inutile de l'imposer à ceux qui n'en ont pas besoin.

    Ajouter encore des heures, courir à l'excellence, à la performance au risque de se réveiller dans quelques années en songeant que les enfants ou adolescents sont en plein Burn out ! qu'ils n'en peuvent plus de cette évaluation-pression constante, faudra-t-il attendre des vagues de suicide pour réaliser que ça ne sert à rien ?

    Le petit enfant ne demande qu'à apprendre tant qu'on l'écoute, le respecte et le respect ce n'est pas l'évaluation...

    En instruction en famille je me suis bien peu souciée de ces horaires et en étudiant moins qu'à l'école les résultats ont suivi parce qu'il faut croire en l'enfant bien plus qu'en l'évaluation destructrice...

    Merci pour ce billet !

      • Vendredi 12 Février 2016 à 10:34

        Merci Isa LISE. En instruction à la maison, on peut sans doute sans peine raccourcir les horaires de "classe" parce que tout ce qui est du domaine du sensible a lieu à longueur de journée.
        À l'école, en revanche, c'est de la réduction du nombre d'heures de classe, une première fois en 1990 environ, puis une deuxième fois en 2008, qu'est née cette course à l'évaluation et aux apprentissages fondamentaux savants (lire, écrire, compter, se repérer sur le calendrier) que nos petits enfants subissent actuellement.

        Pour grandir et progresser, il faut du temps passé dans un milieu riche et aidant où l'on peut se permettre de ne pas mettre le savoir en boîtes et cases... Ce temps compressé nuit aux moins chanceux de nos élèves, ceux dont les conditions familiales ne permettent pas l'épanouissement sensoriel et langagier qu'auraient permis des heures, de classe, pas de garderie, en plus.

    24
    limonade54
    Vendredi 12 Février 2016 à 11:46
    J'ai mal à ma maternelle et j'ai mal pour mon fils: il est en grande section et tous les matins depuis son entrée à l'école, il répète inlassablement: "c'est nul l'école".mais ça n'émeut que ses parents....
      • Vendredi 12 Février 2016 à 12:05

        Je profite de ce commentaire, reflétant hélas la situation de classes réelles, pour dégager de toute responsabilité de fond mes collègues. Comme l'a dit plus haut UnkleDark, la faute en revient à la hiérarchie qui  parfois « lynche » ceux qui voudraient faire autrement sans même leur accorder le bénéfice du doute. 

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    25
    Laëtitia
    Samedi 13 Février 2016 à 09:33

    Entre temps, votre article a été remanié mais je tenais à vous faire part du fait que j'ai été choquée par vos propos dans leur première version. Descendre des collègues à ce point, en dénigrant une vidéo qui ne représente qu’une partie du travail effectué avec les élèves, j’ai trouvé cela très simpliste. Pour qu’elle reste constructive, une critique ne doit pas être uniquement à charge, et s’il est facile pour vous de refuser le système pédagogique dont on s'inspire, ce n’est évidemment pas notre cas. Bien sûr, on peut penser ce que l’on veut, mais on peut aussi l’exprimer avec un sens de la mesure. Les évaluations font partie des consignes de l’EN, et il appartient à chaque enseignant de les mener sans obsession du résultat, en tenant compte du rythme de chaque enfant. Nous nous efforçons de travailler chaque jour en suivant le programme qui nous est imposé, et en réfléchissant aux meilleurs moyens de l’adapter aux différents élèves afin que chacun progresse le mieux possible dans son apprentissage.

    Bonne continuation pour votre Blog et bonne journée.

     

      • Samedi 13 Février 2016 à 10:09

        Merci Laëtitia pour votre intervention constructive. Oui, cette évaluation vous est imposée et vous n'en êtes en rien responsable. Elle vous a été transmise comme la seule manière de différencier l'école de la garderie ou du centre aéré. C'est bien pour cela que j'ai remanié la partie de l'article qui visait plus une collègue que l'Institution elle-même dans ce qu'elle a de contraire à la liberté pédagogique.

        Cependant, je continue à penser que ce qui différencie l'école de la garderie ou du centre aéré, c'est bien autre chose que l'évaluation. En plus de l'éducation qu'elle partage avec les familles, les nourrices et les animateurs, l'école instruit tout en préparant l'enfant, que dis-je l'enfant, LES enfants, à encore plus d'instruction.

        Là où, à la maison ou au centre aéré, l'enfant empile librement des Kaplas pour le plaisir d'empiler des Kaplas, le professeur des écoles sera à l'affût de LA découverte, non pas pour évaluer mais pour préparer, amener un petit pas plus loin, aider l'enfant à construire les réseaux qui l'amèneront doucement, de la Petite Section au CM2, du pavage de l'espace aux mesures d'aire, des essais de réalisations de figures en reliant deux barres posées en croix à la définition d'une figure grâce aux propriétés de ses diagonales, etc. 

        Tout cela se construit doucement, à petits pas, l'enfant n'en est pas conscient et ne peut pas l'être. En revanche,s'il n'est plus obnubilé par la réussite ponctuelle, par la case à cocher, là, en MS ou en GS, le professeur des écoles peut voir s’échafauder les connaissances et mener discrètement sa classe dans la bonne direction.

        PS : J'ai pris l'exemple des Kaplas, mais on peut étendre cela à tous les jeux, jouets, matériels et matériaux présents dans une classe maternelle, auxquels on rajoutera bien entendu tous les échanges langagiers qui tissent peu à peu un réseau de connaissances, de relations, d'observations de plus en plus serré. Le talent de l'enseignant, ce n'est pas savoir quel jour Zorglub ou Allyre a su décomposer les nombres de 2 à 5 mais de faire en sorte qu'Allyre et Zorglub soient persuadés qu'ils ont toujours su le faire.

      • Samedi 13 Février 2016 à 10:46

        «il appartient à chaque enseignant de les mener sans obsession du résultat, en tenant compte du rythme de chaque enfant.»

        Je ne vois pas en quoi évaluer en permanence absolument tout ce que l'enfant fait  et en affichant en classe les résultats de tous les enfants va dans ce sens. Compiler ainsi des centaines d'items dans un cahier que l'on doit remplir quotidiennement est pour moi justement la preuve d'une terrible obsession de l'évaluation.  Et le fait d'afficher les résultats de chacun conduit à la compétition et aux moqueries. (Moi qui pensait qu'on en avait fini avec les tableaux d'honneur et autres classements.)

        Oui l'EN nous impose d'évaluer, mais pourquoi le faire sur absolument tout ce que font les élèves en classe (même de savoir essorer une éponge ou mettre son manteau est évalué) et ce en permanence. 
        J'ai une classe maternelle, j'utilise les même genre d'activité que la classe de la vidéo, mais je n'ai pas besoin de remplir de cahier d'évaluation permanente pour savoir que je fais mon boulot. J'observe et selon les besoins et les intérêts j'installe ou désinstalle du matériel, matériel auquel j'ai réfléchi, que j'ai choisi, en fonction d'un but d'apprentissage. Je guide aussi les élèves vers telle ou telle activité selon leur évolution. Bien évidemment je rempli périodiquement les livrets (car c'est en fait ça que nous demande l'EN, remplir des livrets), mais en gros, pas plus de deux fois l'an. Entre-temps, mes élèves ont le droit d'apprendre et de grandir.

      • Samedi 13 Février 2016 à 10:48

        Oups, il reste des coquilles dans mon message, je suis désolée. ouch

    26
    Samedi 13 Février 2016 à 10:44

    "à la maison ou au centre aéré, l'enfant empile librement des Kaplas pour le plaisir d'empiler des Kaplas"

    C'est là qu'il faut aussi être informé: dans bien des centres de loisir on demande d'établir un projet éducatif voire pédagogique ! Donc si on propose des jeux il faut qu'il y ait derrière un apprentissage visé. On n'est plus au centre aéré d'il y a 50 ans où on jouait et point. Déjà il y a 20 ans quand j'étais animateur on nous demandait de tels projets.

    27
    Samedi 13 Février 2016 à 11:02

    Mais alors, pour qu'un enfant (encore bien petit...) ait simplement le droit de jouer, sans "projet", sans "évaluation", il faut le garder à la maison? Toute rencontre avec les autres doit-elle être ainsi orchestrée? Tout apprentissage doit-il être prévu, structuré, encadré, surveillé à ce point?

      • Samedi 13 Février 2016 à 11:16

        Quand on voit que tous les échanges à l'école, tous les temps devraient être régis par des "préps" qu'on ne doit pas laisser de place à l'imprévu ... Ca fait peur !

      • Samedi 13 Février 2016 à 12:12

        Oui, ça fait peur! Et quand on les récupère au collège on se plaint de leur manque d'imagination, de leur manque d'autonomie...

    28
    Sophie
    Samedi 13 Février 2016 à 18:45

    Oui oui oui, tout cela est tellement vrai ! Il faudrait pour vraiment "boucler la boucle" parler du rôle des parents parce que sans eux, nous ne sommes rien et incroyable ce sont pourtant eux qui frappent à la porte pour s'affoler pour l'entrée au cp, par ce qu'en maternelle "on ne fait rien" c'est bien connu ! Ce sont ceux-là même qui arrivaient toujours en retard, qui laissaient leur enfant à l'école, garderie comprise de 730 le matin à 18h30...qui s'exclamaient vous ne pourriez pas fermer la garderie à 18h30 ça fait juste ! Pauvres enfants ! Ils vivent des journées de ministre ! Etre parent d'un écolier, cela peut s'apprendre encore faut-il être entendu. Je vous renvoie au JT de 13h ce jour, précisément au chapitre "discipline positive" Il faut expliquer aux parents si désireux de tout acheter que ces charmants bambins ont besoin choses simples, de moments ritualisés à partager autour d'un livre, d'une musique, d'un jeu de société...et d'une fréquentation régulière à l'école. Devenir écolier mérite un accompagnement de chaque instant, l'école ne doit pas représenter un mode de garde simplifié et peu coûteux ! Les parents sont notre relais et malheureusement ils sont trop peu sont impliqués et conscients de leur rôle. Avez-vous déjà compté combien de parents partagent avec leur enfant le cahier de vie ? Je me suis amusée il y a 2 ans à demander aux parents un "cahier de maison", dans lequel je me proposais d'inscrire nos activités, projets...pour partager les bons moments de la maison et de l'école. Je voulais juste motiver les troupes ! Sur 30 élèves, 5 familles ont joué le jeu ! Par contre les portables à la sortie des écoles, dans les salles d'attente des spécialistes...prouvent que nos petits se trouvent bien seuls à la sortie de l'école ! Aidons les parents à redevenir des êtres humains porteurs de bon sens, d'enthousiasme et d'amour pour ces petits qui le méritent bien! Et nous pourrons alors nous consacrer au cœur de notre métier cool

      • Samedi 13 Février 2016 à 19:00

        Oui, comme pour nos collègues ou nos IEN, il est difficile de généraliser.

        Dans les teps très anciens où j'ai commencé, les parents étaient beaucoup moins affolés par le programme en maternelle. Ils voyaient que leur enfant y venait volontiers, qu'il réclamait l'école le mercredi et le week-end, ils remarquaient qu'il leur chantait des chansons, leur racontait des histoires, prononçait de mieux en mieux les mots et disaient de façon unanime : "L'école maternelle, c'est formidable. Je ne sais pas ce que vous lui faites mais il adore sa classe et fait des progrès presque à vue d'œil !"

        Les premiers cahiers d'évaluation, en Petite Section, ont fait naître une grande angoisse dans les familles qui, d'un autre côté, ont parfois de la peine à suivre une ligne de conduite et à fixer une place "logique" à leurs enfants dans la vie de tous les jours.
        Maintenant, c'est "passé dans les mœurs", tout en générant une énorme angoisse et une demande complètement déconnectée des vrais besoins "d'instruction" des moins de 5 ans, bien loin des savoirs fondamentaux savants des plus grands (lecture, écriture, comptage, repérage social du temps).

        Ce serait à notre hiérarchie de nous aider que ce soit au niveau de la demande évaluationniste ou à celui de la communication aux familles.
        Si on disait à celles-ci que l'école maternelle n'est pas l'école où l'on apprend à lire, à écrire et à compter mais celle où on se prépare à tout ça en apprenant à parler, à se mouvoir, à utiliser ses sens de manière efficiente, à ôter ses gants de boxe, à découvrir les relations humaines extra-familiales, à cultiver sa curiosité, son attention, sa concentration, son sens de l'effort et j'en oublie très certainement, les parents comprendraient bien qu'on n'est pas dans le ponctuel d'un "Le mardi 43 octembre, Escartefigue a compté jusqu'à quarante-douze" mais bien dans une continuité menant du nouveau-né à l'enfant de sept ans non seulement prêt mais aussi désireux de s'instruire.

         

    29
    dol
    Samedi 13 Février 2016 à 18:49

    depuis la Belgique, je vous félicite pour cet article criant de vérité

    30
    Francois
    Samedi 13 Février 2016 à 19:46
    J'aime bien cet article. Sauf la partie de la vidéo. C'est juste moche de casser du collègue. Tu fais des reproches a ta hiérarchie mais n'agit pas mieux qu'elle. De manière générale je trouve que les gens prompts à juger leurs pairs feraient mieux d'aller faire un tour dans leur classe avant de cracher sur leur boulot. N'importe qui pourrait, sans aucun fondement en faire de même pour toi.
      • Samedi 13 Février 2016 à 20:14

        Bonjour François,
        J'ai corrigé cette partie et la collègue qui avait mis la vidéo en ligne a accepté mes excuses.

        Cordialement,
        Catherine Huby

    31
    Severine
    Samedi 13 Février 2016 à 20:24

    C'est déprimant de mauvaise foi.... Qui a dit (à part vous) que les élèves remplissaient ce livret en permanence ? Certainement pas moi et c'est certainement pas ce qui se passe dans la réalité de ma classe. Il est dit (mais pour cela il faut écouter ce qui est dit dans la vidéo sans sur-interpréter) que les élèves qui se sentent prêt viennent me voir pour une co-évaluation....Mais bon , c'est en effet plus simple de prendre des raccourcis. (cf. maîtresse patate).

    De toute façon, il faut que j'arrête de me justifier car, d'une part, je sais ce que je fais et je ne pense pas traumatiser mes élèves et d'autre part, vous continuerez de taper gratuitement sur moi quoiqu'il en soit. Alors à quoi bon ! (Tiens ça me rappelle le pseudo Twitter de quelqu'un...). Maintenant que j'ai bien compris cela, je vous laisse entre vous. Défoulez-vous, vous en avez besoin apparemment.

    Séverine Haudebourg

    32
    Severine
    Samedi 13 Février 2016 à 20:26

    J'ai accepté vos excuses, mais je continue d'en prendre pour mon grade en raison de votre lien et de vos associations fallacieuses..... alors vous restez malgré tout, responsable de cela. Ne vous dédouanez pas.

      • Samedi 13 Février 2016 à 20:32

        Sauf que je suis juste commentatrice ici, pas la personne qui tient le blog, j'ai mon avis à moi qui ne l'implique en rien. Elle vous a présenté ses excuses, vous les avez acceptées, mais moi je ne suis pas elle et  je suis libre de penser et de m'exprimer comme bon me semble. Pour moi, votre système c'est de l'évaluation permanente, point. et j'ai bien écouté votre vidéo et observé ses images, merci. Je ne suis juste pas d'accord avec vos pratiques de classe.  Visiblement vous n'aimez pas les personnes qui ne pensent pas comme vous. 

        Bonne continuation à vous. 

         

      • Samedi 13 Février 2016 à 21:38

        " vos associations fallacieuses" . Vous pourriez traduire?

        Sincèrement, quelle tristesse... Et on voudrait que les parents comprennent???

    33
    Samedi 13 Février 2016 à 21:22

    J'ai enlevé le lien. Ce sera plus simple, je pense. Les personnes qui souhaitent que j'enlève leurs contributions et mes réponses de la liste des commentaires peuvent me contacter.

    Je tiens sincèrement à ce que nous puissions nous exprimer en toute sérénité et échanger nos idées dans le calme et la bonne intelligence.

      • Samedi 13 Février 2016 à 21:30

        Enlève mes commentaires, je ne veux pas créer d'ennui avec mes avis personnels. 

      • Samedi 13 Février 2016 à 21:34

        Pourquoi? Vous avez le droit de vous exprimer, non?

      • Samedi 13 Février 2016 à 21:37

        Pas envie de créer de polémique stérile. Je ne pensais pas que l'auteur de la vidéo était si hermétique. 

      • Samedi 13 Février 2016 à 21:41

        Hélas, ni vous ni moi n'y pouvons rien...Le dialogue, il faut le vouloir, on ne peut l'imposer...mais ce n'est pas une raison pour se taire! wink2

    34
    Gelsomina
    Samedi 13 Février 2016 à 21:32

    Quelle tristesse de ne pouvoir échanger sur nos pratiques sans en venir aux cries d'orfraies...

    Pourquoi enlever les liens et commentaires qui permettent de comprendre la conversation?? Sommes nous à ce point fragile  que nous ne puissions pas discuter malgré les caractères et les opinions différentes?

    35
    Samedi 13 Février 2016 à 21:32

    "que les élèves qui se sentent prêt viennent me voir pour une co-évaluation..."

    Mais de quoi on parle? Je ne comprends plus rien! S'agit-il d'enfants de quatre à six ans? Il faudrait arrêter ce délire... si vos élèves sont capables de se "sentir prêts"( à quoi?) pour une "co-évaluation" ( savent-ils vraiment de quoi il s'agit?), ils n'ont plus besoin de vous, ni de moi... Ils savent tout!!!

     

      • Claire
        Dimanche 14 Février 2016 à 21:27
        Ah oui mais c'est sûr il faut accepter qu'un enfant de 4 ans soit suffisamment autonome et intelligent pour cela. Je peux concevoir que ce soit déstabilisant mais c'est un fait. Sandrine Haudebourg fait un travail formidable dans lequel elle respecte absolument chaque élève dans ses différences. Les élèves de sa classe sont heureux, ils apprennent beaucoup et dans le plaisir. Et oui en effet elle intervient peu car sa préparation est d'une telle intelligence que ses élèves arrivent à apprendre avec un minimum de sa présence. Elle fait confiance à ses élèves, et c'est pour ça qu'ils réussissent tous aussi brillamment, elle et eux.
      • Dimanche 14 Février 2016 à 22:00

        @ Claire

        Waow, quelle déclaration d'amour!

        Je n'ai jamais dit que c'était une mauvaise maîtresse, juste que je ne suis pas d'accord avec ses choix d'évaluer absolument tout ce que font ces élèves en classe, et ce en permanence, et que je suis contre le fait d'afficher les résultats de tous les élèves publiquement.

    36
    Lucie
    Samedi 13 Février 2016 à 22:13

    Je vous lis en sous-marin depuis quelques jours.  Et je n'en reviens pas... sur le fond, je vous rejoins. Mais sur la forme.... Il est dommage que votre argumentation se base sur "voilà une liste des choses qu'il ne faut pas faire-veuillez trouver les liens ci-joints-, sinon, achetez mon livre!". Je me mets à la place de la collègue qui trouve ici en lien la vidéo qu'elle a montée, après un boulot de réflexion de titan (j'en sais quelque chose), et qui, au fil des commentaires, voit son travail démonté. Vous vous sentez visiblement investie d'une mission: sauver nos élèves de nos griffes destructrices. Ne vous inquiétez, ils vont bien. Merci.

      • Samedi 13 Février 2016 à 22:19

        Et parce qu'elle a bossé comme une malade, on n'a pas le droit de donner son avis et de ne pas être d'accord? 

    37
    Lucie
    Samedi 13 Février 2016 à 22:31

    HA HA. Donner son avis, aucun problème, bien au contraire! Peser ses mots,considérer le travail de l'autre malgré les désaccords. Voilà tout!

    Dévaloriser le travail de l'autre, pour passer un message, n'est (me semble-t-il), pas très constructif... 

      • Samedi 13 Février 2016 à 22:41

        Donc quand je dis que son cahier aux centaines d'items allant jusqu'à évaluer l'essorage d'éponge (item visible sur le cahier au temps 4:28 sur la vidéo, et visiblement c'est ce que fait l'élève sur l'image), c'est de l'obsession de l'évaluation, et que d'afficher publiquement les résultats de chaque élève provoque de la compétition, je ne suis pas respectueuse car elle a passé des centaines d'heure à créer son livret? 
        Donc on se fiche du contenu, ce qui prévaut c'est la forme et le temps passer à le fabriquer ?

         

    38
    Lucie
    Samedi 13 Février 2016 à 22:48

    maîtressepatate, mes messages ne te sont pas directement adressés. Je pointe du doigt certains propos blessant et empreints de jugements, lus dans les commentaires.

     

      • Laëtitia
        Dimanche 14 Février 2016 à 09:36

        Fais gaffe Lucie ! Tu vas les mettre en GRIP ! Un peu d'humour dans ce

        monde qui a mal. :)

      • Lucie
        Dimanche 14 Février 2016 à 10:06

        j'avoue avoir pris la première mouture de cet article en GRIP oui Laëticia!!!! ;)

    39
    Lune
    Samedi 13 Février 2016 à 23:31

    Visionnez donc la conférence de Mme Bouysse sur l'évaluation!

    40
    Vudici
    Samedi 13 Février 2016 à 23:49

    J'avoue que j'ai particulièrement tiqué à la vue de ce tableau comparatif des enfants, constellé de couleurs...

     Moi qui ai passé mon temps à dire à mes enfants de ne pas se comparer, qu'on était riche de sa différence...

      • Lucie
        Dimanche 14 Février 2016 à 10:19

        Je comprends votre point vue oui. Mais il me semble qu'ici, le dispositif s'appuie sur les compétences et habiletés des élèves (et qu'elles soient notées dans un cahier, ou dans votre tête, ces compétences et habiletés existent et il serait dommage de ne pas s'en saisir). Peut-être cet outil n'est-il pas simplement une liste de "qui en est où", mais une liste de "qui peut aider qui?"

    41
    Severine
    Dimanche 14 Février 2016 à 10:27

    Je remercie Catherine Huby, l'auteure, d'avoir retiré la vidéo. Désolée de voir que cela n'a pas suffit à pacifier les propos. 

    Ce qui suit s'adresse à diverses personnes :

    Je lis dans divers commentaires être "fermée à la discussion", "hermétique", etc. Ce message est tout de même le 6e que je laisse ici....J'ai également eu un échange par mail avec l'auteure de l'article, échange tout à fait serein et courtois, elle pourra en attester. Je suis donc "fermée", si vous voulez.

    Je suis parfaitement ouverte à la discussion, dès lors qu'elle est respectueuse des gens et du travail de chacun. Dans ce cadre, être en désaccord avec quelqu'un ne me pose aucun problème. 

    Ici, je ne fais que me défendre par rapport aux nombreuses contre-vérités énoncées. Il est formidable de voir que des personnes qui ne me connaissent pas et qui n'ont jamais vu ma classe se permettent de savoir, apparemment mieux que moi, ce qui s'y passe... Vous feriez exactement pareil à ma place ! Aimeriez-vous que l'on dise n'importe quoi sur votre travail ?

    Pour celles qui pensent que c'est du "délire" de parler co-évaluation, je suis ravie de les décevoir. Lucie l'a dit, nos élèves vont très bien et sont tout-à-fait épanouis !

    Un dernière rectification que j'aimerai faire est sur le tableau récapitulatif des étoiles... Ce dernier est dans un coin non visible à première vue dans la classe. Il sert aux enfants à venir à marquer leur progression et à venir chercher un camarade pour venir les aider... Oui, parce que les enfants travaillent aussi ensemble contrairement à ce que j'ai pu lire aussi. Je n'ai JAMAIS eu à traiter d'éventuelles mises en concurrence.JAMAIS. Mes élèves considèrent ce tableau comme un outil, et non comme un classement. Je suis comme eux. Le tout fonctionne très bien, il faut juste savoir le présenter et l'utiliser.

    En fait, sur ces deux derniers points ("délire de co évaluation" et "mise en concurrence"), je suis heureuse de voir que les enfants ne réfléchissent pas du tout comme vous. Cela me rassure au combien quand je vois le contenu de vos commentaires.

    Au final, je crois que je fais bien plus que vous confiance aux enfants.... Et j'ai raison de le faire.

    42
    Severine
    Dimanche 14 Février 2016 à 10:27

    J'ai laissé des coquilles, désolée. 

    43
    Dimanche 14 Février 2016 à 10:49

    Oui, vous êtes hermétiques à la discussion et vous nous rabâchez qu'on a rien a dire vu qu'on est pas dans votre classe. Mais je ne critique que ce que l'on voit dans votre vidéo, pas le reste.

    Quel est l'intérêt d'évaluer l'essorage d'éponge en une dizaine de nuances d'étoile? sérieusement? 

    Et que ça ne vous plaise ou pas, l'affichage public des résultats de chacun conduit les élèves à se comparer et fatalement à la moquerie (ne vous inquiétez pas, ils éviteront de la faire devant vous, ils ne sont pas bête) Pour obtenir l'entraide pas besoin de tableau d'honneur ni de classement, mes élèves s'entraident sans avoir besoin qu'on leur dise qui est fort et qui est nul. 

     

     

     

      • Lucie
        Dimanche 14 Février 2016 à 10:54

        si je puis me permettre, un peu plus d'humilité et de tact nous permettraient de poursuivre cette conversation dans la joie et la bonne humeur. 

        Alors comme ça dans votre classe, il y a des forts et il y a des nuls? Joli raccourci!

         

      • Lucie
        Dimanche 14 Février 2016 à 10:55

        Pardonnez mes propos, l'ambiance générale ici a déteint sur moi!

    44
    Severine
    Dimanche 14 Février 2016 à 11:00

    Je n'évalue pas l'essorage d'une éponge en une dizaine de nuances.... non. Il s'agit de gestes moteurs préparatoires à la tenue d'instruments scripteurs, à l'écriture, à la concentration... Ces activités sont inspirées de la pédagogie Montessori. 

    Pour le reste, continuez de penser que je suis hermétique et que mes élèves se comparent en se raillant. Mais heu non, toujours pas !

     

      • Dimanche 14 Février 2016 à 11:12

        Pourtant l'items "essorer une éponge" apparaît belle et bien dans votre livret, avec une case pour mettre une gommette de couleur évaluative. Donc vous evaluez l'essorage d'éponge. 

        Par ailleurs, l'essorage est un atelier de vie pratique, pas de préparation au graphisme. 

    45
    Dimanche 14 Février 2016 à 11:09

    Oh, une attaque de bisounourserie-bienpensante ! sarcastic 
    C'est le mot "nul" qui vous chagrine? On va dire faible, très-très-très faible, en très très grande difficulté scolaire,  si vous préférez.  Dans une classe on a de tout, des très fort et des en très grande difficulté. A autant les évaluer vous devenez bien le savoir, non?    

    Et si pour vous ils n'y a ni fort ni faible : pourquoi autant les évaluer s'ils sont tous pareil? Pourquoi leur demander d'aider les autres alors qu'il n'y a pas d'élève plus fort et d'autre plus faible? 

     

    Oui, je ne suis pas politiquement correcte, je suis juste réaliste et crue.

     

      • LucieBisounours
        Dimanche 14 Février 2016 à 11:29

        Le postulat de départ est que les élèves vont tous à des rythmes différents et ce dans tous les domaines. Ai-je à un moment dit qu'ils étaient tous pareils? Allez, arrêtons là, nous n'avons pas la même vision (ce que j'accepte!) mais n'arrivons pas à échanger sereinement. Vous pouvez être réaliste et crue mais considérez également votre interlocuteur. Je ne détiens pas la vérité en matière de pédagogie, loin de là. Et je pars du principe que personne ne la détiens. Je cherche, j'expérimente, je tâtonne... Je me plante.Je partage, beaucoup, avec des gens ouverts d'esprits qui me font avancer.

    46
    Severine
    Dimanche 14 Février 2016 à 11:16

    C'est une une des activités oui, mais il y en a d'autres avant et après. 

    Ces activités sont bien mises en "Vie pratique", vous auriez dû les voir sur les onglets du livret pourtant....

    47
    Dimanche 14 Février 2016 à 11:26

    mais vous venez de me dire que c'était de la préparation à l'écriture. 

    et je ne vois toujours pas l'intérêt de l'évaluer. 

     

    Sur ce, c'est dimanche et je vais vous laisser. 

    Bon travail à vous (avec une telle usine à case, vous ne devez pas avoir beaucoup de dimanche libre.)

     

    48
    Severine
    Dimanche 14 Février 2016 à 11:31

    D'autres activités menées préparent à l'écriture oui !

    Bon dimanche. Quant aux miens, je risque encore de vous décevoir ! ;)

    49
    Dimanche 14 Février 2016 à 11:33

    Merci d'être revenus à une discussion animée mais courtoise. Ni les uns ni les autres n'empêcheront les différences de sensibilité, de compréhension de ce que doit être une pédagogie qui leur semble « bien pensée ».

    Je ne cherche pas à donner de leçon, contrairement à ce que certains pensent, mais à développer une autre formule pédagogique, basée sur une autre manière d'aborder l'enfance et l'apprentissage.
    Je vais obligatoirement contraster ma vision des choses et chercher à démontrer pourquoi la thèse que je défends me convient mieux que l'autre. Les arguments que je donnerai iront forcément en ma faveur puisque je suis en train d'essayer de prouver l'adaptation du modèle que j'ai choisi à la psychologie du jeune enfant. Enfin, ne reconnaissant pas cette adaptation aux modèles donnés en exemple, je montre en quoi ils me déplaisent.

    Je n'interdis pas aux tenants des modèles décriés de présenter à leur tour leurs arguments. Je constate d'ailleurs avec joie que ceux qui réveillent les petits à la sieste, transforment les coins de jeux libres en ateliers d'apprentissages fondamentaux savants obligatoires ou cherchent des objectifs notionnels partout, même dans le bac à sable ne sont pas venus défendre leur modèle pédagogique, ce qui tendrait à prouver qu'ils ne sont pas si convaincus que cela.

    En revanche, je demande à chacun d'accepter les critiques des autres, du moment où celles-ci ne s'attaquent pas à la personne mais uniquement à des courants de pensée différents des leurs.

    Je vous remercie.

    50
    Juliette
    Dimanche 14 Février 2016 à 23:03
    Juliette

    Alors.... Je me demande si je vais réussir à traduire ma simple pensée de parent... Je précise que je n'ai pas vu la vidéo évoquée dans les commentaires précédents, que je ne suis pas ce blog pour "casser de l'instit", mais bien, parce que l'on y retrouve le temps ... De nos jours, le grand ennemi c'est le temps ! ouch

    Que l'on soit parent ou enseignant...

    Combien de fois je me suis trouvée dans la position de dire à mes enfants "Dépêche-toi", "dépêchez vous"... j'en suis malade... les petits ont toujours besoin "de temps", c'est logique ! 

    Parfois, à l'école, on s'imagine bêtement, qu'ils auront le temps... le temps de comprendre l'univers qui les entourent, de poser des questions et d'obtenir des réponses, de chercher parfois eux-mêmes ces réponses... malheureusement plus les réformes passent, et plus on leur "grignote" ce temps si précieux ! Tout cela pourquoi ? Remplir des fiches, des cahiers, des lignes... Les contraindre à tellement de rituels qu'ils n'ont plus le temps de rêvasser.... de s'ennuyer !

    Quand une activité est en cours, il vaut mieux ne pas leur laisser la possibilité de s'ennuyer (et donc de s'agiter, j'en conviens) ... mais justement, pourquoi un enfant ne serait-il pas libre de choisir l'atelier qu'il souhaite faire en classe ? Pourquoi un enfant n'aurait-il pas le droit de dormir, s'il en a besoin ? 

    J'étais contre la réforme des rythmes (et je le reste), car on a volé aux enfants le temps de faire des siestes, le temps d'évoluer à leur rythme justement ... tout cela dans le but de se plier à des "programmes" ... mais enfin, c'est dans chacun de ses gestes qu'un enfant apprend ! 

    J'ai une petite fille qui est privée de sieste en MS et j'en vois les méfaits, c'est une enfant libre, qui n'aime guère les rituels, qui n'aime guère les cases, qui est capable de passer 3h à faire quelque chose... car elle veut finir ! Est-ce donc un mal de vouloir finir ce que l'on a commencé ? Tout cela par la faute "du temps qui manque" ? Son truc, l'expérimentation... 

    L'autre jour elle m'a dit en toute innocence : "Il n'y a pas de règles à la maison, car elles ne sont pas affichées au mur..." et bien, je ne sais toujours pas quoi en penser.... Je pense qu'un tableau de compétences, même bien caché la mettrait en colère ... car il mettrait le doigt sur ce qu'elle ne "sait pas faire" ... et à cet âge il y en a forcément... !

    Pardonnez mon roman de simple parent.... mais j'ai mal aussi à ma maternelle .... et j'ai tout simplement mal à mon cœur d'enfant quand je vois que la société balance en permanence des tonnes d'injonctions sur ce qu'il "faut faire" ou "ne pas faire"... et ce dès le berceau.. Je crois qu'il faudrait aussi expliquer aux parents que féliciter son enfant, c'est une bonne chose, mais que le bercer à coup de "Tu es le plus beau." "Tu es le plus fort." "Tu es le meilleur." risque fort de finir par le blesser et le faire entrer dans la compétitivité dès la naissance..... bref, je me désespère beaucoup, pour l'avenir.

    Merci Catherine pour ton blog qui me mets toujours du baume au cœur. Et dans lequel je retrouve toujours beaucoup d'une douceur qui semble désuète et pourtant si moderne ! 

      • Lundi 15 Février 2016 à 11:04

        Merci Juliette pour ton commentaire sincère qui nous remue. Ces rythmes scolaires contraints, rétrécis, qui contraignent à évaluer au lieu d'apprendre, le plus vite possible, des attitudes plutôt que des savoirs qu'on n'a plus le temps de laisser germer, ça a été la fausse bonne idée de ce début de siècle...
        On a remplacé du temps scolaire par du temps de garderie, contraint lui aussi du fait des projets éducatifs obligatoires partout et nos enfants, parqués à longueur de semaine, n'ont plus le temps ni de s'ennuyer, ni d'apprendre vraiment, sur du temps long, pas à pas...

      • Lundi 15 Février 2016 à 12:08

        Oui, merci Juliette pour ce témoignage qui remet les choses à leur juste place!

        "L'autre jour elle m'a dit en toute innocence : "Il n'y a pas de règles à la maison, car elles ne sont pas affichées au mur..." et bien, je ne sais toujours pas quoi en penser.."

        C'est terrible d'inculquer à des enfants si jeunes ce besoin d'afficher! Sans accuser personne, bien sûr, je me pose la question, tant sur le plan pédagogique que culturel, moral ou même philosophique. Suis-je la seule?

    51
    Juliette
    Dimanche 14 Février 2016 à 23:11
    Juliette

    Je souhaite juste ajouter qu'une évaluation, si bienveillante soit-elle, reste une évaluation ...

    Pardonnez moi, car je sais qu'il n'est pas facile d'être enseignant de nos jours, mais ne vous imaginez pas qu'il est plus simple d'être parents.... et je vous en prie, ne jugez pas les parents qui déposent leurs enfants à 7h30 le matin, et les récupèrent à 18h30 le soir..... le nombre de raisons qui mènent à ça est infini. 

    De même, si les parents ne remplissent JAMAIS le cahier de vie, c'est peut-être parce qu'ils parlent et échangent avec l'enseignant autrement wink2 ou parce qu'ils ont six enfants, et beaucoup de combats à mener (ça c'est pour me justifier ! hihi)

    52
    Marieprofécole
    Lundi 15 Février 2016 à 16:20

    Finalement , le plus important n'est-il pas ,et ce, quelle que soit la façon de faire, la méthode ...que l'enfant vienne avec plaisir à l'école ;qu'il s'y sente heureux ,accueilli ,qu'il ai le sentiment de progresser, prenne et / ou garde confiance en lui  ???

      • Lundi 15 Février 2016 à 17:34

        Oui, sans aucun doute, Marieprofécole.

    53
    Lundi 15 Février 2016 à 17:02

    On parle des MS privés de sieste. Il y aussi l'inverse : sieste obligatoire pour les MS et PS, sans possibilité de faire un temps calme ou de lire un livre, pour préserver le si précieux temps de phonologie des GS dans une classe multi-niveaux...

    Une heure et demi à regarder le plafond... Et, ensuite, deux jours par semaine : TAP bricolage, où l'on regarde l'intervenante bricoler, ou bien où l'on colorie à l'arrache un dessin de Cars trouvé sur internet...

      • Lundi 15 Février 2016 à 17:32

        Ça sent le vécu, là, non ? J'espère que tout le monde prendra ce témoignage avec sérénité et détachement.

      • Lundi 15 Février 2016 à 19:20

        Oui, c'est en plein dans mon actualité.

    54
    Marieprofécole
    Mardi 16 Février 2016 à 09:50

    Pour en revenir à ces "évaluations" que l'on est sensé mettre en place , j'ai décidé d'utiliser cette année le terme "j'ai appris" au lieu de "je sais" afin de limiter cet esprit de compétition si présent pour beaucoup d'enfants ...mais pas tous .Car l'école reste un lieu d'apprentissage avant tout. 

      • Mardi 16 Février 2016 à 14:26

        J'ai une collègue (qui est en PS) qui donne aux familles une page en fin de période sur laquelle elle fait le compte-rendu de la période en disant : "Pendant cette période, nous avons lu ceci, fabriqué cela, appris ça, ça et ça, etc."

    55
    Normandyx
    Samedi 20 Février 2016 à 13:53

    J'ai lu cet article alors qu'il venait d'être écrit et désirant y répondre en pesant bien mes mots et en évitant les formules efficaces qui peuvent être excessives et blesser inutilement, j'avais commencé une réponse très mesurée sur les avantages des uns et des autres, et je suis parti en vacances.

    Voilà que nous sommes à 102 commentaires, que certains semblent avoir été supprimés ou censurés et qu'il semble bien que cela ait été un peu crêpage de chignon...

    Je retrouve là ce que j'ai connu en tant que directeur quand j'ai dû assumer la direction de l'école devenue "primaire" plus personne ne voulant diriger la maternelle et qui me valut également le plaisir de prendre un CP/CE1 en plus de la direction car les collègues de maternelle et de CP se bouffaient le nez lors de réunion d'harmonisation y compris en présence de l'inspecteur...

    Je vois qu'on peut faire confiance au personnel,  l'éducation nationale sait garder ses fondamentaux, je suis encore plus heureux à l'idée de ne plus avoir que 140 jours avant de rendre mon cartable (c'est terrible les agendas sur tablette, ça décompte tout), pas étonnant que je précise toujours aux amis qui me reçoivent dans leur gîte d'étape de ne pas mentionner mon métier, entre le SAV pour les parents d'élèves et les collègues, autant de raison de fuir l'étiquette "instit".

    Sur ce, bonne reprise à ceux qui comme moi reprenne, et bonnes vacances à ceux qui en ont encore.

     

    PS j'ai envoyé ma réponse initiale à la corbeille.

      • Samedi 20 Février 2016 à 16:13

        Rien n'a été supprimé dans les commentaires, Normandyx. J'ai juste enlevé quelques phrases et un lien qui heurtaient une collègue et ses amies.
        Les "crêpages de chignon" sont intactes.

        J'ai souvent pensé qu'il devrait y avoir plus d'hommes dans les équipes enseignantes en maternelle, cela éviterait sans doute pas mal de ces bouffages de nez que nous avons toutes et tous connus.

        Plus que 140 jours ? C'est formidable ! Bonne fin de carrière !

    56
    pat41
    Dimanche 21 Février 2016 à 16:59

    cela fait 20 ans que je suis instit en maternelle et plus ça va et plus je doute de mes compétences quand je sors d'une conférence"pédagogique".J'ai la sensation que je suis passée de maîtresse à employée de laboratoire opérant des dissections sur les enfants en les observant sous toutes les coutures en permanence et devant surtout en RENDRE COMPTE en multiples exemplaires. Ca m'a fait du bien de vous lire et de m'apercevoir que je ne suis pas une attardée récalcitrante aux changements éducatifs mais qu'il y a bien quelque chose qui ne va pas dans nos écoles.

      • Dimanche 21 Février 2016 à 19:14

        C'est moi qui vous remercie, pat41. Vous confirmez l'impression que j'ai : on peut bel et bien aider à grandir sans passer son temps la balance d'une main et la toise de l'autre.

    57
    carole
    Mardi 26 Avril 2016 à 19:41

    merci pour cet article , c'est tellement mon ressenti de maîtresse de maternelle !

     

      • Mardi 26 Avril 2016 à 19:59

        Merci Carole de prendre la peine de me le dire.

    58
    Wendyb
    Lundi 22 Août 2016 à 08:55

    Bonjour à toutes!

    Très intéressant tous ces commentaires!

    Je voudrais juste ajouter ici un point de vue , il vaut ce qu'il vaut ....juste le résultat de presque 30 ans de maternelle.

    Les gouvernements,les programmes et les IEN changent.....Nous on reste dans nos classes avec nos petits génies , nos petites "crèpes"  ou nos bagarreurs .

    Qu'est ce qui est important au fond?

    Pour moi, que les enfants viennent en classe avec le sourire, qu'ils soient heureux de retrouver copains et adultes de la classe et de l'école, qu'on ait dans la classes de nombreux moments de rigolade, que chaque enfant soit entouré d'un regard et de mots bienveillants afin d'acquérir la confiance en lui nécessaire pour apprendre , non seulement ce que l 'école lui proposera mais ce que la vie lui imposera.

    Il me semble que l'inspection qui arrive au mieux tous les 3 ans au pire tous les 6 ans n'a pas grande importance...........

    Collègues, je vois des gens plein de réflexion pédagogique et plein d'une volonté débordante à fabriquer des outils visant à aider nos petits à grandir, vous êtes formidables, ne vous laissez pas démolir par un IEN qui ne s'est jamais frotté à 27 ou 30 affreux jojos de 4/5 ans sans ATSEM dans des locaux pourris avec des moyens matériels "d'Afrique sub saharienne ". ( et je passerai sous silence les TAP, APC et autres inepties qu'on nous impose SUR LE PAPIER!!!!!!! à bon entendeur....)

     

    Sur ce, Bonne rentrée à tous et à toutes!

    Wendy

     

     

      • Lundi 22 Août 2016 à 09:19

        Merci WendyB pour ce commentaire plein de sagesse et de bon sens ! Bonne rentrée à toi aussi !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :