• II. 2. A. Mise en route - PS/MS (2)

    II. 2. Mise en route - PS/MS (2) 

     En Petite Classe (2e partie)

    Premier jour de classe 

    Matinée

    1) Accueil des familles

    Le jour de la rentrée, dès l’accueil qui aura lieu exceptionnellement[1] dans la classe, le maître présente aux parents le lieu où évolueront leurs enfants. Cette organisation spatiale lui permet d’expliquer brièvement le rôle central du groupe dans la pédagogie qu’il compte adopter. Le matériel prêt à l’emploi l’aide à mettre en avant l’autonomie qu’il se propose de leur faire acquérir. L’exposé rapide de l’emploi du temps les rassure quant à la nécessaire différenciation qu’il établira entre les enfants, non seulement en fonction de leur âge mais aussi en fonction de leurs besoins personnels.

    Enfin, il leur explique qu’il sera toujours prêt à les recevoir mais que, le temps étant compté, il préfère que ces relations aient lieu en dehors du temps scolaire qu’il compte réserver en entier à leurs enfants. S’il a pu obtenir l’accord de ses collègues, il leur explique que, dès l’après-midi, l’accueil de chaque demi-journée aura lieu dans la cour, le préau ou la salle polyvalente où les enfants seront occupés à jouer librement, ce qui lui permettra de rester libre de communiquer avec les familles qui le souhaitent, tout en surveillant du coin de l’œil que tout ce petit monde évolue dans le calme et la convivialité. Il conclut son propos en distribuant une courte notice qui rappelle ces quelques informations et propose la date de la réunion de rentrée[1bis].

    2) Premières habitudes 

    Dans la classe, pour le moment, très peu de matériel est accessible. Les coins de jeux sont équipés sommairement, de façon à ce que la place de chaque objet soit facilement mémorisable. Le tableau d’affichage du coin de regroupement est vide. Sur la table d’exposition, on ne voit qu’un appareil photographique et la pile d’étiquettes plastifiées portant chacune les symboles prévus par le maître pour chacun. Le coin « patouille » ne propose que quatre feuilles blanches affichées sur les chevalets, un seul pot de peinture[2] pour chacune, des ciseaux et du papier de couleur[3], des boules de pâte à modeler bien souple, des pelotons de fil à tricoter et des morceaux de carton rectangulaire. Le coin de jeux sensoriels n’expose pour le moment que quelques encastrements, quelques puzzles très simples, des tableaux de piquage[4], des abaques sur lesquels enfiler des anneaux ou de grosses perles.   

    3) Déplacements, vestiaire et salle de propreté

    Une fois les familles sorties de l’espace scolaire, c’est à l’accueil des enfants que le maître peut enfin penser ! Il commence par organiser les déplacements puisque, dès l’après-midi, c’est par cette activité motrice compliquée que débutera la demi-journée.

    Cela tombe bien puisque, coéducation oblige, la séance de langage au coin de regroupement doit être écourtée et qu’elle ne consistera qu’à distribuer à chaque enfant son étiquette[5] pour que, accompagné de ses camarades, du maître et de l’ATSEM, il aille l’afficher près du porte-manteau qu’il aura choisi dans le vestiaire.

    L’enseignant profite de ce moment pour installer quelques habitudes : une mise en rang à peu près droit grâce à la prise en charge d’un petit par un grand, un déplacement du rang débuté par le maître et clos par l’ATSEM[6], l’observation attentive de la consigne exécutée par le maître qui verbalise ce qu’il fait : « Je pose mon étiquette au-dessus du porte-manteau. Je la tiens bien droite d’une seule main. Je prends la punaise que me tend …[7] et je la pique dans l’étiquette. J’appuie bien fort sur la punaise avec mon index et je lâche. »

    Aidé de l’ATSEM, il aide ensuite tout ce petit monde à se consacrer, dans le calme, à cette première tâche scolaire. Lorsque les Moyens, plus rapides et plus autonomes, ont fini, ils aident les Petits dont ils ont pris la charge dans le rang à exécuter cet exercice difficile pour eux.

    Dans la salle de propreté, où le groupe se rend ensuite, toujours en « petit train », les premières habitudes s’installent aussi tout de suite. S’il a la chance d’avoir un espace dans lequel les élèves peuvent s’asseoir en attendant leur tour, il les y installe. Les plus jeunes sont pris en charge les premiers par l’ATSEM qui les aide à se déshabiller, à s’installer, à se rhabiller et à se laver et essuyer les mains avant de les asseoir à leur tour pendant le temps d’attente. Plus les enfants sont grands et autonomes et moins le temps d’attente sera long, il est donc nécessaire d’autonomiser le plus rapidement possible les plus âgés dont les apprentissages fondamentaux sont déjà ailleurs que dans la gestion des besoins naturels.

    Le temps d’attente peut devenir actif pour les aînés s’il est consacré à une causerie à bâtons rompus, sous forme de « quoi de neuf » personnalisé. Comme il doit nécessairement avoir lieu dans le calme, les enfants apprennent du maître à moduler l’intensité de leur voix, à s’écouter, à vivre près les uns des autres sans éprouver le besoin de se bousculer, de se couper la parole, d’attirer l’attention des autres par des pitreries.

    4) Premiers apprentissages :

    - Dessin

    De retour en classe, c’est l’heure du dessin libre. Toutes les tables sont mobilisées pour cet exercice. Chaque élève s’assoit à la table de son choix et reçoit une feuille sur laquelle sont inscrits son signe et son prénom en script (majuscule pour l’initiale, puis minuscules). Les crayons[8] sont étalés au milieu de la table et le pot de rangement mis de côté. Pendant quelques minutes, chacun crayonne. Le maître et l’ATSEM circulent entre les tables. Ils retirent un capuchon de feutre serré convulsivement dans une main et place celle-ci à plat sur la feuille pour la maintenir. Ils replacent un crayon correctement entre la pulpe du pouce et le côté de la dernière phalange du majeur d’un enfant de plus de quatre ans et lui montrent comment le corps du crayon repose sur le pli entre le pouce et l’index qui, lui, doit pouvoir rester libre. Ils rebouchent un feutre abandonné sur la table et font écouter le petit bruit qui confirme que le capuchon est bien placé. Enfin, ils écoutent les commentaires des enfants, les notent brièvement avant que l’enfant n’ait fini. Chaque élève est accompagné à son casier où, avec l’aide d’un adulte, il range son œuvre, à l’envers, pour que la pile soit dans l’ordre chronologique lorsqu’en fin de mois ou de période, on collectera ses travaux pour les communiquer aux familles.

     Les plus petits ont très vite fini. Les élèves plus âgés étant encore très occupés, il est facile de les encourager dans leur prise d’autonomie. Les deux adultes ont le temps de les accompagner un à un à leur casier puis vers un coin de jeux d’imitation que les enfants choisiront si possible eux-mêmes. Leur temps de concentration est déjà bien largement entamé par toutes ces nouveautés et ils doivent maintenant se détendre dans un univers qui leur rappelle la maison et leurs habitudes.

    Pendant ce temps, les plus grands finissent l’un après l’autre leurs dessins, ils racontent au maître ce qu’ils ont représenté puis écoutent attentivement les consignes de rangement concernant leurs dessins et le matériel. Pour eux, pas de coins de jeux pour le moment, les pots à crayons sont contrôlés, chaque tablée s’affaire à reboucher soigneusement les feutres avant de les ranger et passe un coup d’éponge humide sur les tables. Puis, ils vont chercher « leurs » petits et viennent constituer le rang qui les conduira dans la salle de motricité.

    - Motricité

    La séance de motricité, très simple, dans une salle la plus dégagée possible, consistera, elle aussi, à faire acquérir les premières habitudes de cohésion et d’autonomie. Quelques petits rituels permettront de structurer l’activité du groupe dans cet univers différent, forcément déstabilisant pour les enfants. L’installation se fera après qu’une ronde[9] constituée avec l’aide de l’ATSEM se sera assise au sol. Alors le maître présentera un matériel et un seul. Pour ce premier jour, ce seront des balles de différents diamètres et matières.

    Chaque élève en recevra une qu’il pourra aller manipuler librement. Enseignant et ATSEM circuleront à nouveau dans la pièce, rappelant à l’ordre un enfant trop remuant, encourageant au contraire à agir un enfant plus renfermé. Après quelques minutes, le maître rappelle tout le monde près de lui par un signal qui restera le même toute l’année scolaire. Les récalcitrants sont ramenés vers le groupe individuellement, avec douceur et fermeté. La ronde est reconstituée et le matériel rangé dans les caisses prévues à cet effet.

    Une autre activité sera mise en place, portant par exemple sur les modes de déplacements. Son but sera sans doute de commencer à observer pour les perfectionner quelques apprentissages moteurs. Mais le plus important restera, encore pour quelques semaines, d’installer l’idée que chacun fait partie d’un groupe d’enfants qu’il doit connaître car c’est au sein de celui-ci qu’il va apprendre. La deuxième idée qui, elle, découle intuitivement des apprentissages moteurs engagés grâce au matériel et aux actions proposées, c’est que chacun doit acquérir ces mouvements fluides, précis, organisés desquels naîtront leur autonomie et leur exercice de la liberté.

    C’est pourquoi le maître n’a pas prévu pour ces premiers jours d’exercices précis dans un univers compliqué[10]. Au cours de ces activités très simples visant à s’approprier le matériel et les lieux, chaque enfant, qu’il ait deux ans ou quatre ans et demi bien tassés, y trouve son compte.

    Si les plus jeunes couvent leur balle serrée contre leur cœur, s’ils peinent à marcher sur la pointe des pieds même si le maître leur donne la main, les plus grands commencent à adapter leurs gestes en vue de rendre efficace leur projet encore ponctuel :

    « Je lance ma balle et hop ! je la rattrape… Je lance, je rattrape, je lance, je rattrape… Tu as vu, maîtresse ?

    ― Et moi, je marche comme les Indiens sur le sentier de la guerre… Comme ça, je pose juste la pointe du pied… Il faut mettre les bras comme ça pour ne pas tomber… Ah là là, c’est dur ! Je me baisse un peu et je regarde si je ne vois pas de bisons, peut-être… Tu viens, Kalian ? Suis-moi, on va dire qu’on va attaquer les bisons, là-bas ! Oh mais voilà d’autre Indiens ! Vous venez ? Allez, on fait une grande file comme ça… Chchchuuuuut ! Faut pas parler fort, ils vont nous entendre ! »

    En fin de séance, après un ultime regroupement qu’il clôturera par un jeu de doigts chanté par exemple, le maître entraîne ses élèves vers le vestiaire afin qu’ils s’équipent pour la récréation. L’ATSEM ramènera les plus jeunes à la salle de propreté et les encouragera à parler pour demander à satisfaire leurs besoins naturels.

    - Récréation

    Le maître profite des premiers jours de classe pour installer l’habitude de déplacements dans le calme, en groupe rapproché et coordonné. Si les habitudes locales le réclament, il organise un rang par deux ou un petit train, avec élèves en file indienne.

    Si cela correspond aux habitudes de l’école, il restera dans la cour pendant ces premières récréations, pour rassurer ses plus jeunes élèves qui ont besoin du repère affectif qu’il constitue pour eux dans cet univers inconnu.

    - Activités sensorielles, psychomotrices et de socialisation

    La fin de matinée est proche. Les élèves, surtout les plus jeunes, commencent à n’en plus pouvoir de la collectivité et des activités dirigées. C’est pourquoi, après un passage collectif dans la salle de propreté où les enfants pourront aussi boire, le temps qui suit la récréation est un temps d’activités libres, à l’intérieur d’un cadre structuré.

    En ce début d’année, il est n’est pas encore foisonnant de possibilités pour que les plus jeunes ne s’y égarent pas définitivement, confondant remue-ménage désordonné et effort librement consenti en vue d’obtenir un mieux-être global. Ce dépouillement volontaire permettra aussi aux plus âgés, peut-être déjà intuitivement conscients de l’intérêt d’une construction interne structurée, de prendre les premières marques sur lesquelles ils pourront s’appuyer.

    Les élèves ont le choix, en toute liberté, entre les coins de jeux d’imitation, ceux d’activités sensorielles ou encore de « patouille ». Les plus jeunes sont encouragés dans leur choix par le maître ou l’ATSEM qui les poussent à se diriger vers une activité qui semble convenir à ce qu’ils ont déjà perçu de leur personnalité. Un élève calme sera installé devant des abaques sur lesquels il pourra empiler des perles ; on confiera à un autre, plus remuant, un gros camion dont il pourra remplir la benne de cubes de mousse ; un troisième, très inhibé, sera accompagné par le maître qui s’installera près de lui, à la bibliothèque, pour lui montrer les images d’un livre. 

    Les élèves de MS auront besoin d’un autre encadrement, surtout si, forts de leur expérience de l’école maternelle, ils profitent de ce moment libre pour toucher à tout, commençant mille choses et laissant tout en plan. C’est là que, comme dans une classe à un seul niveau, la présence de deux adultes peut être précieuse ! L’intervention de l’un comme de l’autre a juste été facilitée par le dépouillement des coins et l’absence de cahier des charges au niveau de la manipulation des matériaux d’arts plastique.

    Quatre enfants peignent sur les quatre feuilles affichées, d’autres manipulent qui, la pâte à modeler, qui, les ciseaux et le papier de couleur, qui encore, les pelotons de fil qu’ils enroulent autour d’un morceau de carton… Un seul adulte suffit pour superviser que tout se passe bien, tout comme un seul suffit à faire ramasser un jouet qui tombe à la dînette ou à équilibrer une tour qui penche un peu trop dans le coin des jeux de construction.

    Et puis, si l’atmosphère devient par trop volcanique, tout est vite rangé, avec l’aide active des adultes qui savent qu’en ces tout premiers jours de classe, il n’y a pas encore d’habitudes.

    S’il y a un objectif à écrire sur le cahier-journal pour cette première quinzaine, c’est : Se familiariser avec le fonctionnement de l’école. Le chahut, le remue-ménage, le brouhaha ne font pas partie du fonctionnement prévu pour l’école, il est donc normal d’interrompre un moment qui les encourage ou les entretient.

    Le moment de jeux libres est fini, à l’heure prévue ou un peu plus tôt, et la matinée s’achève comme prévu par un moment collectif qui n’exige pas d’efforts incompatibles avec la fatigue des enfants en cette fin de demi-journée.

    - Musique, chant 

    Le maître regroupe ses élèves et entonne, doucement, une comptine très simple. Il s’accompagne de gestes pour capter l’attention des plus jeunes. Dès qu’il a fini son chant, il le raconte, en modulant sa voix. Si les plus grands reprennent avec lui, il les encourage, leur pose des questions, joue à établir un écho avec eux. Les gestes l’aident, il les fait répéter.

    Moments de chant et d’écoute musicale s’enchaînent calmement jusqu’à l’arrivée des premiers parents. Ceux-ci récupèrent leurs enfants, après quelques mots du maître qui reste au milieu de ses petits. Lorsqu’ils reviendront en début d’après-midi, un nouveau moment de chant jouera son rôle de retour à la cohésion du groupe avant la séparation rendue nécessaire par des besoins physiologiques différents selon l’âge.

    (À suivre, l'après-midi)

    Notes :

    [1] Si possible… car nous savons que les résistances sont fortes, y compris chez nos collègues, et que les habitudes, vieilles pourtant seulement d’une vingtaine d’années, sont bien ancrées dans l’imaginaire collectif !

    [1bis] Au moins deux à trois semaines après la rentrée des classes pour que, déjà, quelques habitudes soient prises et que le contact soit réellement établi entre les enfants et le maître.

    [2] Si cette peinture est bleue, on pourra à peu de frais faire croire à la communauté enseignante et à sa hiérarchie, friande de références artistiques dès le berceau, qu’on travaille l’œuvre de Matisse

    [3] Et là aussi... 

    [4] De type « Coloredo ».

    [5] Si, sur le verso de l’étiquette, on a pensé à indiquer le prénom et le nom de famille de l’enfant, la distribution sera rapide et les enfants ne s’impatienteront pas.

    [6] Le fameux « petit train » des écoles maternelles que les adultes ont tendance à trouver ridicule mais que les enfants apprécient sans barguigner !

    [7] Le maître a choisi de se présenter par son nom de famille précédé de M. ou Mme, son prénom ou l’appellation locale habituelle (Monsieur, Maître, Madame, Maîtresse, ...). Il en est de même pour l’ATSEM.

    [8] Feutres moyens ou crayons de couleur très gras, à corps fin pour éviter une préhension palmaire prolongée au-delà des premiers mois de classe du fait d’un diamètre trop important par rapport à la taille des doigts d’un enfant.

    [9] Après proposition en conseil des maîtres, une ellipse a été tracée au sol ; elle permet d’aider les élèves à s’approprier l’installation de cette « ronde » bien difficile à obtenir sans repère visuel. 

    [10] De plus en plus, nos collègues installent dès les premiers jours de classe des parcours très élaborés répertoriant toutes les formes de sauts, de lancers, de grimpers, d’équilibres, etc. Les enfants s’y perdent car ils n’y trouvent pas leur compte. Si ce type d’organisation peut commencer à s’envisager pour des classes de fin de maternelle ou mieux, d’élémentaire, cela engendre chez des enfants trop jeunes, incapables d’effectuer les actions prévues et de s’organiser rationnellement, chahuts, activités désordonnées, détournements du matériel à des fins plus conformes à leurs capacités motrices (jeter le matériel, le mordiller, entasser un « trésor de guerre » qu’on défend ensuite chaudement contre ceux qui cherchent à se l’approprier). Ceci est ensuite bien difficile à faire disparaître et ces comportements s’installent parfois durablement chez certains enfants.

    Dans la même série :

    I. Idées reçues

     II.1. Deux niveaux dans la même classe

     II. 2. A. Mise en route - PS/MS (1)

    ...

    II. 2. A. Mise en route - PS/MS (3)

    II. 2. B. Mise en route - MS/GS (1)

    II. 2. B. Mise en route - MS/GS (2)

    II. 2. B. Mise en route - MS/GS (3)


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    cyriaque
    Dimanche 19 Mars à 11:39

    Passionnant ! Merci.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :