• Grammaire, modelage, rythme et écriture...

    Les CE1 et les CP cherchent les verbes et leurs compléments...

    Grammaire, modelage, rythme et écriture...

    ... cherchent et trouvent...

    Grammaire, modelage, rythme et écriture...

    Grammaire, modelage, rythme et écriture...

    Pendant ce temps, les GS modèlent l'argile :

    Grammaire, modelage, rythme et écriture...

    Grammaire, modelage, rythme et écriture...

    Grammaire, modelage, rythme et écriture...

    Grammaire, modelage, rythme et écriture...

    puis rangent des réglettes en suivant un rythme...

    Grammaire, modelage, rythme et écriture...

    Grammaire, modelage, rythme et écriture...

    Grammaire, modelage, rythme et écriture...

    Grammaire, modelage, rythme et écriture...

    ... et écrivent au tableau...

    Grammaire, modelage, rythme et écriture...

    Grammaire, modelage, rythme et écriture...

    Grammaire, modelage, rythme et écriture...

    À suivre...


    2 commentaires
  • Impression soleil levant
    Impression Soleil Levant - Claude Monet (1872)

    Les petits de CP et CE1 découvrent l'Impressionnisme... À l'aide de trois crayons de couleur (merci Sophie), les voilà en train de créer pour qui regardera leur travail l'impression de voir un soleil, un pré, un animal...

    Impression soleil levant

    Impression soleil levant

    Impression soleil levant

    Impression soleil levant

    Impression soleil levant

    Impression soleil levant

    Impression soleil levant

    Impression soleil levant

    Impression soleil levant

    Impression soleil levant

    Impression soleil levant

    Impression soleil levant

     Même si Sophie explique parfaitement la démarche, je vous rajoute mon petit grain de sel, mis en commentaire mais qui, finalement, sera sans doute intéressant dans le corps même de l'article :

    Et tout cela, c'est très simple... Même moi, j'y arrive, c'est vous dire. On lit la fiche de prép de Sophie, on laisse parler les élèves. Ils dissertent sur les différences entre un paysage de Turner et un de Monet. On leur donne les consignes, le papier et puis voilà, c'est tout !
    De temps en temps, il y en a un qui dit : "J'ai trouvé le violet ! C'est du bleu et du rouge !"
    Alors, un autre répond : "Oui. Et le vert, c'est du jaune et du bleu... Moi, je voudrais du marron... Personne n'a trouvé le marron ?"
    Et là, comme personne n'a trouvé le marron, tu t'apprêtes à susurrer "Le marron, c'est..." mais une petite bonne femme te coupe la parole et dit : "Tu mélanges les trois. Si tu appuies bien, ça fait du noir, et si tu n'appuies pas trop, ça fait du marron."

    Vous voyez, c'est vraiment très simple.


    4 commentaires
  • Légumes et paysages

    Mes petits visiteurs du matin, les élèves de Grande Section de ma collègue, ont écouté avec attention La Marmite Magique que leur ont lue leurs camarades de CE1.
    Ils ont ensuite attentivement observé les légumes pris en photo sur le document accessible ici.

    Puis, ils ont modelé leurs légumes que nous avons fait sécher au four avant de les leur donner à peindre à la peinture acrylique.

    Légumes et paysages

    Légumes et paysages

    La même semaine, les plus grands, inspirés par l'activité de la semaine prévue par Phi, la toute petite maîtresse, travaillent sur leurs paysages.

    Légumes et paysages

    Légumes et paysages

    Légumes et paysages

    Légumes et paysages

    Légumes et paysages

    Légumes et paysages

    Légumes et paysages

    Légumes et paysages

    Légumes et paysages

    Légumes et paysages

    Légumes et paysages

    Légumes et paysages

    Ce matin, après les maths et le français, ça a encore bien avancé mais, à midi, je n'ai pas eu le temps de prendre en photo les paysages déjà terminés.
    La suite un autre jour...

     


    4 commentaires
  • Cet après-midi, la balade au bord du ruisseau a été annulée... On se demande bien pourquoi.

    Alors, la mère de Mathieu-le-Matheux et celle de Nestor-plus-vite-que-son-ombre ont bravé les hallebardes pour aller nous couper les branches de saule que nous devions aller récolter nous-mêmes.

    Et toute la classe a compris concrètement, sans recours à aucune technologie, quel était le métier du père de la fille du pauvre vannier1... tout en regardant tomber la pluie.

    La fille du pauvre vannier...

    La fille du pauvre vannier...

    La fille du pauvre vannier...

    La fille du pauvre vannier...

    La fille du pauvre vannier...

    La fille du pauvre vannier...

    La fille du pauvre vannier...

    La fille du pauvre vannier...

    La fille du pauvre vannier...

    La fille du pauvre vannier...

    1. La fille du pauvre vannier est l'une des héroïnes du conte de Natha Caputo (Le Petit Prince) que les CE1 nous ont lu ce matin dans L'Oiseau-Lyre, CP-CE1 (G. Giraudin ; J. Vigo - Hachette, éditeur).

    Conclusion : Les TAP, c'est peut-être extraordinaire, mais l'École, elle, elle arrive à mener de front les Activités manuelles, la Littérature et l'Histoire en faisant en sorte que les acquis des unes servent la compréhension des autres.
    Et ça, c'est irremplaçable.


    1 commentaire
  • Le basket au prochain village

    C'est la fête ! Aujourd'hui, Petit Bonhomme, trois ans et demi, va faire une grande balade à vélo avec les grands. Enfin, presque à vélo et presque avec les grands...
    Mais laissons-le s'exprimer lui-même, il va tout vous expliquer.

    - Tu viens, Dzoey, nous partons ?
    - Non, pas Dzoey ! Moi, c'est Dzzzoey !
    - Ah oui, pardon. Toi, c'est Joey.
    - Oui, Dzoey. Je m'appelle Dzoey, pas Dzoey.
    - Et où va-t-on ?
    - Je vas faire de ma vélo avec les grandes ! J'ai mis ma basket sur la tête. Ah non, pas la basket, la masque. Leee masque ! Non. C'est quoi, déjà ?
    - C'est un casque, tu as mis ton casque.

    ... Petit Bonhomme avance, vaillamment. Les grandes s'éloignent à l'horizon...

    - Ma vélo, elle est trop petite. Alors les grandes, elles s'en vont et je reste avec les dames. J'ai une petite vélo parce que j'ai des petites jambes.
    - Oui, tu as un petit vélo. Mais bientôt, nous allons rattraper les grands parce qu'ils doivent nous attendre au prochain virage.
    - Oui. Elles nous attendent au prochain village. Tu leur as dit.
    - Non. Au prochain virrrrage. Un village, c'est là où il y a des maisons. Un virrrrage, c'est quand la route tourne. Ceux qui ont un vrai vélo nous attendront là-bas où la route tourne, au virrrrage.
    - Moi, je vais vite avec ma basket mais elle me gêne sur ma tête. Tu me la remets comme il faut ?
    - C'est un casque, Joey, tu te rappelles ?
    - Oui, pas un masque, un casque. La basket, c'est pour le ballon, pas pour la tête. Je roule vite et je vais rattraper les grands.
    - Regarde, on les voit là-bas au bout. Tu les vois ?
    - Oui, je les vois. Ils sont arrêtés à l'orage.

    Après cet exemple édifiant, plus personne ne pourra dire que les enfants n'entendent pas les sons et ne peuvent analyser le langage oral pour en dégager voyelles et consonnes.
    Sinon, comment expliquer qu'ils associent spontanément casque avec masque et basket ou virage avec village puis orage et non le contraire ? Et comment font-ils pour entendre qu'un adulte prononce leur prénom de travers même lorsque, encore un peu beaucoup zézayant eux-mêmes, ils n'arrivent pas à en produire correctement tous les sons ?

    Conclusion : Lorsque, de l'avis de leurs maîtres ou des spécialistes de la phonologie scolaire, des enfants bien plus âgés que le Petit Bonhomme, élèves de GS ou de CP, parfois même CE1, n'entendent pas les sons, c'est que les exercices qu'on leur propose ne sont pas adaptés et ne les aident pas à prendre conscience de ce qu'ils font intuitivement depuis qu'ils ont commencé à balbutier leurs premiers mots, en français ou dans n'importe quelle autre langue.

    Deuxième conclusion : Quand les petites classes de l'école maternelle (TPS, PS et MS) se contentaient d'apprendre des mots (oraux, bien sûr) aux enfants et d'utiliser comptines et chansons pour provoquer la prise de conscience intuitive de la rime, de l’assonance et de l'allitération, la grande classe (GS) associait l'apprentissage du geste d'écriture à l'écoute des sons et à la lecture. À cette époque, et à nouveau aujourd'hui dans les écoles où on a choisi d'utiliser ces méthodes, l'immense majorité des enfants entrant au CP apprennent très facilement dès les premiers jours de classe à analyser l'écrit et à associer les lettres à des sons et des sons à des lettres.

    Troisième conclusion : Il faut refonder l'école maternelle et le CP en commençant par les programmes et les méthodes et non pas seulement en changer les horaires et les jours d'ouverture ! Le remède consistant à faire varier les rythmes, c'est juste poser un notaire sur une chambre de Troie pour abuser la gâterie, comme dirait Petit Bonhomme !


    17 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique