• Évaluations CP, quelle utilité ? (1)

    Évaluations CP, quelle utilité ?

    Les voilà, les petits CP nouveaux ! Ils sont mignons, ils sont jolis, ils sont tout fiers de leurs petits cartables, de leurs habits tout neufs de grands de la grande école ! Mais, attention, il ne faut pas croire qu'ils sont présumés innocents, hein... S'ils veulent apprendre à lire, à écrire et à compter, il va d'abord leur falloir passer leur permis !
    Remarquez, ils sont habitués, depuis la Petite Section, c'est sans arrêt la même chose : « Stop, Kikinou ! Arrête-toi, j'ai une photo à prendre ! C'est pour ton cahier de réussites ! Ne bouge plus... Voilà, c'est fait, tu peux continuer... Ah non ! Stop, tu viens de réussir un nouvel item ! Arrête-toi, je fais la photo... Comment Apathy ? Pourquoi je ne te prends jamais en photo ? Ben euh, c'est que, tu vois, quand tu sauras faire un truc important, par exemple reconnaître l'initiale de ton prénom, ou dire quel jour on est, ou... je ne sais pas moi... euh... lire la date... ou reconnaître un nombre... euh non, un chiffre... euh... enfin quelque chose, quoi... je te prendrai aussi en photo, Apathy. Promis. »

    Tout ça pour dire que nos élèves qui entrent au CP ont déjà été évalués sur toutes les coutures, surtout pour ce qu'il est convenu d'appeler « les apprentissages fondamentaux savants » parce que préparer la petite feuille avec trois lettres, deux symboles et quatre chiffres, c'est plus facile à organiser que de changer de pédagogie et de mettre en place les véritables « apprentissages fondamentaux » de la petite enfance : langage oral riche et varié, aisance motrice large et fine, acquis sensoriels sûrs et opérationnels, socialisation bien installée.

    Mais ça ne fait rien. La Méthode À Mimile ne paraissant vraiment pas assez sérieuse (alors qu'elle l'est bien plus...), voici, pour les petits CP pleins d'espoir, et pour leurs enseignants qui n'avaient rien demandé, les évaluations d'entrée au CP.

    Puisqu'elles sont là, voyons ce que, selon une institutrice ayant exercé plus de 35 ans avec des élèves de CP, en n'étant confrontée qu'à moins de 10 échecs patents (dont deux la sinistre année où, poussée par ma hiérarchie, j'avais cru Mme Charmeux et M. Foucambert). Quand on saura en plus que j'ai écrit un manuel d'apprentissage de la lecture qui donne généralement satisfaction aux personnes qui l'utilisent, dans leur classe ou avec leurs propres enfants, on aura fait le tour de toutes mes compétences en matière d'apprentissage de la lecture.

    C'est à ce titre que je me permets d'évaluer l'évaluation, item par item, et de donner les raisons qui m'amènent à confirmer ou infirmer la pertinence de chacun d'entre eux quant à un quelconque caractère prédictif d'une réussite future en écriture-lecture-calcul des enfants évalués.

    ♥ ♥ ♥ ♥

    Évaluations CP, quelle utilité ?

    Aucune utilité. Ces exercices auraient été ratés par les petits Cicéron, Socrate, Platon, Virgile, Confucius et j'en passe ! Et pourtant, personne ne pourra dire que ces gens-là n'avaient pas réussi à apprendre à lire...
    C'est justement ce qu'ils viennent apprendre au CP. On n'évalue pas a priori ou tout du moins, on n'en fait pas le premier critère d'évaluation du futur « savoir lire » de l'enfant.

    À remplacer dans la Méthode À Mimile par :

    - un exercice d'EPS pendant lequel les enfants devront réagir à trois symboles choisis de manière complètement aléatoire et correspondant chacun à une action.
    Par exemple, ∅ = sauter sur place, Θ = se rouler en boule, β = se coucher à plat ventre.

    ♥ ♥ ♥ ♥

    Évaluations CP, quelle utilité ?

    Intéressant après deux à trois semaines de CP, sachant que les élèves dont l'enseignant utilisent une méthode complètement alphabétique (ce que les journalistes appellent des « méthodes syllabiques ») seront très handicapés par les deux premiers de ces exercices, car, le plus souvent, même après trois semaines de classe, ils n'ont pas encore lu beaucoup de phrases.

    Pour les autres, c'est un excellent moyen de vérifier que le sens gauche droite de la lecture est acquis.

    ♥ ♥ ♥ ♥

    Évaluations CP, quelle utilité ?

    Exercice très prématuré, même pour les élèves ayant une méthode idéovisuelle ou analytico-synthétique (mixte, selon les journalistes, ou même globale, s'ils travaillent pour certains journaux très, très rigoristes sur la querelle des méthodes).
    « La phrase commence par une majuscule et finit par un point. », c'est un acquis grammatical du CE1. Par ailleurs, les enfants ne sachant pas encore lire, on oublie la notion de sens qui fait qu'une suite de mots dont le premier a une majuscule et le dernier est suivi par un point est bel et bien une phrase : ce qui fait que c'est un « faux acquis », difficile à démonter ensuite quand les élèves aborderont réellement la grammaire.

    Petit bonus :

    Pourquoi une phrase avec deux « digrammes » qui seront au mieux abordés en janvier ou février ? « Papa a lu. » ou « Léo a un lit. », ce sont aussi des phrases, et elles peuvent être déchiffrées par des élèves qui ont bénéficié d'une initiation ludique à la lecture en Grande Section (Alphas, De l'Écoute des Sons à la Lecture, ...).

    À remplacer dans la Méthode À Mimile par :

    - une évaluation continue des phrases orales produites par les élèves, avec emploi récurrent du terme « phrase » à longueur de journées de CP !

    ♥ ♥ ♥ ♥

    Évaluations CP, quelle utilité ?

    Moui... Après trois semaines de CP, avoir déjà vu 10 lettres, c'est déjà pas mal... On en est loin dans la plupart des classes. Ou alors, c'est du par cœur sans intérêt, parce que les enfants n'ont pas eu le temps de s'exercer à les écrire, les associer pour en faire des syllabes qui permettront de lire des mots.
    Caractère prédictif nul. Si depuis 2002, date à laquelle l'apprentissage des lettres de l'alphabet déconnecté de la lecture a été introduit à l'école maternelle, et ce dès la Petite Section, le niveau de réussite au CP avait monté, cela se saurait et on n'en serait pas réduits à évaluer les élèves avant même qu'ils aient commencé.

    À remplacer dans la Méthode À Mimile par :

    - rien... Ce sera toujours du temps économisé et cela permettra de faire une dictée de syllabes et de mots, pendant laquelle on se rendra très bien compte si nos élèves ont bien retenu que la lettre a produit le son [A], la lettre l, le son [l], etc.

    ♥ ♥ ♥ ♥

    Évaluations CP, quelle utilité ?

    Même chose. Utilité nulle. Quand j'ai débuté, nos Inspecteurs nous mettaient en garde contre ces parents qui croyaient que parce que leurs enfants connaissaient par cœur les lettres majuscules de leur abécédaire, ils savaient « presque lire ».
    Ils continuaient en nous expliquant que des instituteurs dignes de ce nom ne se laissaient plus abuser par ce genre de compétence, depuis au moins Jean-Baptiste de La Salle (1651 - 1719).

    À remplacer dans la Méthode À Mimile par :

    - une première présentation de lettres, si possible deux, dès le premier jour de CP. Puis une ou deux autres, deux jours après. Avec si possible une consonne pour travailler la fusion phonémique. En continuant ainsi, lettre après lettre, avec fusion phonémique et lecture de mots et phrases dès que possible, ils sauront lire, c'est-à-dire déchiffrer et comprendre en même temps ! Pas besoin d'évaluer autre chose.

    ♥ ♥ ♥ ♥

    Évaluations CP, quelle utilité ?

    Oui, pourquoi pas ? Exercice à faire dès les premiers jours de classe, après entraînement.

    Quand ils écriront seuls, ils auront besoin de savoir syllaber, c'est-à-dire énoncer les syllabes une à une.

    Mimile, qui est un poète, remplace cela par :

    - des comptines et des chants, et même de vrais poèmes, écrits par de grands poètes, qu'il récite en chantonnant et en frappant dans les mains...

    ♥ ♥ ♥ ♥

    Évaluations CP, quelle utilité ?

    Évaluations CP, quelle utilité ?

    Évaluations CP, quelle utilité ?

    Intéressant uniquement pour les classes où l'on utilise la Méthode Naturelle de Célestin Freinet, telle qu'elle a été enseignée dans les années 1975 à 1995. Les élèves travaillent toute la première période sur un corpus de phrases, découpées en mots qu'ils découperont en syllabes au cours de la deuxième période pour en découvrir les lettres et savoir les ré-associer différemment pour produire d'autres mots qui permettront d'écrire d'autres phrases.

    Pour les autres, celles où lettres et sons sont présentés par l'enseignant, que ce soit une à une, dans le cadre d'une méthode alphabétique stricte, ou dans des mots, comme dans les méthodes idéovisuelles ou analytiques, aucune utilité. Les enfants ne sont pas sourds, ils entendent les mots, les syllabes et les sons. Sinon, ils ne parleraient pas.
    Ils n'ont donc pas besoin d'être entraînés à « entendre les sons ». L'exercice phare des écoles maternelles ne sert à rien dans 95 % des CP de France, désolée !

    À remplacer dans la Méthode À Mimile par :

    - rien... Ou des « virelangues »... Vous savez, ces petites comptines où l'on affine l'ouïe et la prononciation par des phrases ou des suites de mots qui multiplient assonances et allitérations.

    ♥ ♥ ♥ ♥

    Évaluations CP, quelle utilité ?

    Les mots à entourer étant « le », « papi », « maman » et « lune », les élèves ayant une méthode idéovisuelle sont franchement défavorisés. Pour ceux dont les enseignants utilisent une méthode alphabétique stricte, le mot « maman » sera sans doute indéchiffrable, de même que « papi » (il est rare que les consonnes occlusives soient parmi les premières étudiées). Il n'y a que quelques élèves, qui auraient suffisamment étudié le principe alphabétique en GS, qui pourront éventuellement réussir l'exercice.
    Le mot « maman » pourra éventuellement être reconnu par un plus grand nombre d'élèves en raison de sa très forte charge affective, mais est-ce réellement prédictif d'une éventuelle réussite de l'apprentissage de la lecture ?

    Exercice à bannir dans sa classe, dès lors que les lettres utilisées (et le digramme « an ») n'ont pas été étudiées.

    À remplacer dans la Méthode À Mimile par :

    - Des séances quotidiennes de déchiffrage de mots construits ensemble, à partir des lettres étudiées dans la classe, sachant que deux lettres par semaine, c'est un minimum.
    Suivi très personnalisé des élèves qui peinent toujours après deux à trois semaines de classe.

    ♥ ♥ ♥ ♥

    Évaluations CP, quelle utilité ?

    Excellent exercice à pratiquer quotidiennement dans toutes les classes de CP. Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore, écouter impérativement l'excellente conférence de Pierre Péroz, au sujet de la pédagogie de l'écoute en maternelle (et en élémentaire, selon moi).

    Mimile approuve chaudement et applaudit des deux mains !

    - Cependant, était-ce bien nécessaire de mettre des petits enfants de six ans tout juste en condition d'examen pour encourager leurs enseignants à pratiquer la lecture offerte en classe, tous les jours ?

    ♥ ♥ ♥ ♥

    Évaluations CP, quelle utilité ?

    Tout pareil ! Écouter des consignes et les exécuter, si possible en grand groupe, c'est le B.A.BA des compétences de l'élève à son entrée au CP.

    Exercice à pratiquer et re-pratiquer, aussi souvent que possible, jusqu'à ce que tout le monde sache faire.

    Mimile approuve chaudement et applaudit des deux mains !

    - Cependant, il considère que ce serait plus convivial et bienveillant et positif et empathique et tout et tout de faire ça, en classe ou sur le terrain de sport, en jouant à Jacques a dit, au Béret, au Chef d'Orchestre, au Fermier dans son pré, et à tous ces « jeux de colo » qui fabriquaient, sans le leur dire, des petits élèves attentifs, habitués à travailler en groupe-classe.
    Ah oui, pendant que j'y suis, si on arrêtait de tout coller sur le dos des enseignants de CP et qu'on apprenait à leurs collègues de maternelle qu'il est tout à fait possible de travailler langage oral, écoute d'œuvres de la littérature enfantine, consignes diverses et variées en grand groupe ? Voilà ce qui simplifierait l'entrée au CP de leurs petits élèves...

    ♥ ♥ ♥ ♥

    Évaluations CP, quelle utilité ?

    Ouh là ! Ils sont rapides les professeurs des écoles du Ministère de l'Éducation Nationale ! Deux à trois semaines de classe pour passer de « Écrire son prénom en écriture cursive sans modèle » à ÇA !!!!

    Est-ce qu'ils se rendent compte qu'il y a  9 lettres différentes, avec leur liaison aux autres lettres ? Et que certaines de ces lettres n'ont certainement pas encore été étudiées dans leur globalité de lettre (son et geste) ?

    Exercice à évaluer avec largesse, tout en sachant qu'on fait faire à ses élèves exactement le contraire de ce qu'on cherche à obtenir d'eux : un tracé fluide et normé des lettres. Parce que là, à part pour ceux dont l'enseignant de GS n'a pas du tout tenu compte des programmes actuels et est resté fixé sur les programmes 2008 (autant dire, pas grand monde), aucun élève de CP est capable de cette prouesse après deux à trois semaines d'apprentissage de l'écriture cursive.

    À remplacer dans la Méthode À Mimile par :

    - Des séances quotidiennes d'apprentissage normé des gestes de l'écriture cursive, avec tenue du crayon, positionnement de la feuille, repérage du lignage du cahier, assouplissements des doigts et entraînement aux différents gestes à apprendre, patiemment, l'un après l'autre (eh oui, maîtresse d'école, c'est un métier, ça ne s'improvise pas dans un bureau de ministère, désolée) !
    À consulter à ce sujet, l'excellent site Écriture Paris, section enseignants, tout y est ou y sera bientôt.

    ♥ ♥ ♥ ♥

    Évaluations CP, quelle utilité ?

    Pareil ! Bienvenue chez les surdoués ! Après 8 à 15 jours de CP (selon qu'il s'agit d'une école à 4 ou 5 jours et de la deuxième ou troisième semaine de septembre), dont le jour de la rentrée (et quelques jours d'arrêt dus à un cyclone dévastateur dans certains DOM), ils ont déjà vu  trois voyelles (i, a, o) et 7 consonnes (l, t, p, d, m, n, v) dont 3 occlusives ! Sans compter les deux lettres muettes qu'aucun enfant pas encore lecteur ne peut avoir l'idée de trouver seul, en s'appuyant sur des mots de la même famille... Et moi qu'on a accusée d'aller trop vite avec mon livre de lecture !

    Exercice infaisable si tôt après la rentrée. Ou alors, tous les collègues de maternelle n'ont tenu aucun compte des programmes 2015 et ont continué d'appliquer au pied de la lettre et dans leur totalité les programmes de 2008. Même pas d'ailleurs : il me semble que les consonnes occlusives ne faisaient pas partie des lettres à savoir utiliser en combinatoire... À vérifier.

    À bannir si l'on ne veut pas voir pleurer tous les gentils petits élèves qui ne rêvent que de faire plaisir à la maîtresse, au maître, à maman et à papa qui leur ont dit qu'il fallait qu'ils travaillent bien à l'école. Et ricaner tous les pauvres enfants perdus qui sont déjà persuadés que l'école, ce n'est pas fait pour eux et que leur avenir est ailleurs que dans la réussite scolaire !

    À remplacer dans la Méthode À Mimile par :

    - Des séances quotidiennes d'apprentissage normé de l'écriture-lecture, bien posément, bien tranquillement, en encourageant tout le monde, en félicitant beaucoup et en employant une méthode qui tient la route et non pas un truc tout bizarre qui ne sait pas que lire, c'est déchiffrer et comprendre en même temps et qu'il faut au bas mot un mois et demi de classe pour que tout ce petit monde l'ait aussi compris.

    ♥ ♥ ♥ ♥

    Évaluations CP, quelle utilité ?

    Excellent exercice de catégorisation (les vêtements, les animaux, les moyens de transport et autre chose) à mener régulièrement, dans le domaine Questionner le Monde, tout particulièrement, mais aussi en Arts Plastiques, en Éducation Physique et Sportive, en Musique...

    Mimile approuve chaudement et applaudit des deux mains !

    - Cependant, il considère que ce serait plus convivial et bienveillant et positif et empathique et tout et tout de faire ça, en classe ou sur le terrain de sport, en jouant, en rangeant le matériel, en discutant autour d'objets qu'on apprend à utiliser, etc.

    ♥ ♥ ♥ ♥

    Et voilà pour le français. Les mathématiques sont ici : Évaluations CP, quelle utilité ? (2)

     

     


  • Commentaires

    1
    Jac
    Vendredi 8 Septembre à 00:15

    Magnifique analyse de ces évaluations triviales et, comme d'habitude, mal foutues s'il s'agit d'évaluer le niveau des CP. Merci pour ce travail remarquable.

    2
    Domi
    Vendredi 8 Septembre à 06:20
    Bonjour, je trouvais cet article ultra pertinent, jusqu'à cette phrase : "Ah oui, pendant que j'y suis, si on arrêtait de tout coller sur le dos des enseignants de CP et qu'on apprenait à leurs collègues de maternelle qu'il est tout à fait possible de travailler langage oral, écoute d'œuvres de la littérature enfantine, consignes diverses et variées en grand groupe ? Voilà ce qui simplifierait l'entrée au CP de leurs petits élèves..."... c'est pour moi meconnaitre ce que nous faisons en maternelle et supposer le contraire de telle façon n'est pas digne du reste de l'article. Cette generalisation du type "si ceux d'avant avaient fait leur boulot, ca irait mieux" est valable dans tous les niveaux, mais n'a jamais fait avancer la reflexion je pense. Mais un grand merci pour tout le reste de l'article qui rejoint complètement mon avis de maitresse de GS ;-)
      • Vendredi 8 Septembre à 09:45

        Toutes mes excuses pour cette remarque un peu trop « brute » et trop généralisée.

        Honte sur moi qui plaide constamment pour un statut du PE réaffirmant la nécessaire connaissance des enfants et des programmes de la TPS au CM2 !

        Je rectifie immédiatement dans mon prochain article.

    3
    Laura
    Vendredi 8 Septembre à 07:05

    Effectivement, cette remarque arrogante et déplacée sur les enseignants de maternelle gâche un peu l'ensemble de l'article  :/  Dommage !

      • Vendredi 8 Septembre à 09:50

        Désolée. C'est une remarque, bien trop brutale, j'en conviens, née de la fréquentation de nombreuses conversations sur les réseaux sociaux, au cours desquelles de nombreux collègues exerçant en maternelle continuent à penser qie seul le travail en petits ateliers dirigés par l'adulte peut générer des progrès chez l'enfant.

        Je présente mes excuses les plus plates à tous les collègues de maternelle qui savent qu'il peut en être autrement et j'encourage vivement les autres à essayer.

      • Cat à Strophe
        Samedi 9 Septembre à 15:02

        Jeter ainsi l'opprobre sur les collègues de la maternelle, m'a juste donné la nausée !
        Non mais quel toupet, et quel melon !!!

         

    4
    RV
    Vendredi 8 Septembre à 14:14

    Bien vu. En français, il s'agit d'un niveau de connaissance demandé très élevé pour des CP tout juste débutants. Les programmes de maternelle vont ils être revus en conséquence ? Parce qu'actuellement j'ai bien peur que les résultats obtenus cette année ne soient globalement en-deçà des attentes ...

    En espérant me tromper.

      • Cat à Strophe
        Samedi 9 Septembre à 14:57

        "Tout juste débutants"... C'est pas comme s'ils avaient entre 3 et 4 ans de scolarité derrière eux, non plus.
        En tout cas je constate que le venin a bien été distillé... Ces feignasses incapables de maîtresses de maternelle les envoient blancs comme neige en CP ! 
        Enseignante en PS MS GS, dans un village de 200 habitants, j'envoie à ma collègue du CP des enfants quasi tous déjà lecteurs. (et sans forcer, hein ! il faut même les freiner pour certains !) 
        Faudrait arrêter de penser qu'en maternelle on ne fait rien (ou qu'on fait "mal" sachant que "mal" veut dire "pas comme madame Huby voudrait qu'on fasse" ! La maternelle des années 70 où on les "occupait" gentiment, c'est fini ! Et il y a une multitude de façons de "bien faire" !!!


        Ce post  me met dans une rage folle !!!

    5
    catherine huby
    Samedi 9 Septembre à 15:09
    Tiens, comme moi, alors...
    Ce n'est hélas pas le cas partout,ou alors,dans ma famille, on joue de malchance. Aucun des enfants actuellement en primaire n'est arrivé capable de passer du script à la cursive à son entrée au CP.
    Et les programmes de 2015 sont loin de l'exiger.
    6
    Hl
    Samedi 9 Septembre à 20:24
    Les petites remarques assassines pour les collègues de maternelle sont bien malvenues...quel dommage le reste était intéressant.
      • catherine huby
        Samedi 9 Septembre à 21:52
        Mais je suis une collègue de maternelle.J'ai eu des GS presque aussi souvent que des CP.
        Ce n'est pas contre mes collègues que j'en ai mais contre la structure qui a transformé la "petite école" et l'a transformée.
      • Cat à Strophe
        Dimanche 10 Septembre à 12:10

        "Mais je suis une collègue de maternelle.J'ai eu des GS presque aussi souvent que des CP." Ce n'est pas contre mes collègues que j'en ai mais contre la structure qui a transformé la "petite école" et l'a transformée."

        Donc je résume 35 ans de CP plus presque autant de temps en GS... jolie carrière ! Mais Il y a un moment où il faut savoir s'arrêter. :)
        (pas la peine de m'expliquer, si tel est le cas que vous avez eu des doubles niveaux, puisque j'ironise.)

        Si ce n'est pas contre vos collègues que vous en avez, il va falloir faire un effort pour peser vos mots parce que franchement, je ne suis pas la seule à être tombée dans le piège. Vous avez beau vous en défendre, vous persistez ici-même à dénigrer certains d'entre nous dans vos excuses, vous avez un réel problème de communication... (Je ne me sens pas concernée, travaillant depuis toujours en suivant les "préceptes" de vos "maîtres à penser" mais cette casse des collègues me dégoûte suffisamment pour que je m'allie à eux.) Je vous cite à nouveau :

        "Je présente mes excuses les plus plates à tous les collègues de maternelle qui savent qu'il peut en être autrement et j'encourage vivement les autres à essayer."

        Si je ne m'abuse vous présentez vos excuses aux collègues qui font comme VOUS pensez qu'il faut faire et éventuellement à ceux qui vont essayer. et les autres ? ils peuvent aller se faire voir ? Eh bien moi, par souci d'équité, bien que je travaille comme VOUS pensez qu'il faut faire, je n'en veux pas de vos excuses.

        "Ce n'est hélas pas le cas partout,ou alors,dans ma famille, on joue de malchance. Aucun des enfants actuellement en primaire n'est arrivé capable de passer du script à la cursive à son entrée au CP."

        En dehors du fait que vous cassez bel et bien les enseignants de maternelle de votre "entourage", vous avez la mémoire courte... J'ai moi aussi débuté (en CP et en méthode naturelle), à une époque où il était interdit de faire en maternelle quoi que ce soit qui ressemble de près ou de loin à de la lecture ou de l'écriture. Les enfants nous arrivaient donc réellement tout neufs. Et ça ne nous empêchait pas de leur apprendre à lire, à écrire et à compter en moins d'un an... Faut croire que les enseignants de CP (de votre entourage) ont perdu en efficacité avec le temps, puisque les enfants n'en ont jamais autant su qu'aujourd'hui en arrivant au CP et qu'ils n'y arrivent plus !!! :)
        Soit dit en passant, la "mienne" est ravie des élèves que je lui envoie... et dans mon entourage, quelles que soient les pratiques choisies, ça se passe plutôt bien entre enseignants de GS et enseignants de CP...

    7
    Bal
    Dimanche 10 Septembre à 03:22

    Bonjour,

    je pense que ce genre d'évaluation n'a qu'un seul objectif:
    Changer la pratique des enseignants de maternelle qui voudront voir leurs élèves réussir ces évaluations.
    Faire de l'école maternelle une "classe prépa" pour le CP.
    La remarque de RV plus haut me conforte dans cette crainte de voir la maternelle perdre son "innocence" et sa capacité d'émerveillement tellement essentielles au développement (et donc aux apprentissages) des petits enfants. :/

    8
    RV
    Dimanche 10 Septembre à 11:12

    Pour moi Il ne s'agit pas ici de remettre en cause le professionnalisme et l'efficacité des enseignants de maternelle. Mais bien de pointer l'inadéquation des attendus officiels de fin de maternelle en francais et ces évaluations de début CP.

      • Bal
        Lundi 11 Septembre à 23:18

        "pointer l'inadéquation des attendus officiels de fin de maternelle en francais et ces évaluations de début CP."
        L'objectif de ces évaluations est bien de changer les pratiques de la maternelle sans avoir à en changer les programmes. ;)

    9
    catherine huby
    Dimanche 10 Septembre à 13:23
    Moi aussi RV,moi aussi.
    Je crois que je vais laisser tomber ma congénère homonyme en disant,comme ma grand-mère : "On n'est pas louis d'or, on ne peut pas plaire à tout le monde."
      • Mélodie
        Lundi 11 Septembre à 09:13

        N'abandonnez pas.

      • Lundi 11 Septembre à 14:25

        Merci beaucoup, Mélodie. Vos encouragements me touchent infiniment. Ne vous inquiétez pas, ce sont juste les fâcheux que je compte abandonner. Il y a bien trop à faire pour que je laisse tomber ce blog.

    10
    Corinne
    Lundi 11 Septembre à 22:43

    C'est à se demander quel est l'objectif final de ces ėvaluations ... 

      • Bal
        Lundi 11 Septembre à 23:46

        Quel est l'objectif final de ces évaluations?

        Il lance ces évaluations pour pouvoir changer les pratiques des enseignants de maternelle (et de CP) afin qu'elles collent plus à ses convictions.

        Je m'explique:
        Le nouveau ministre a des convictions totalement opposées à l'ancien gouvernement.
        Pour imposer ses convictions dans la pratique, il lui suffirait de changer les programmes. Mais les derniers programmes de maternelle ont seulement 2 ans.
        il ne pourra donc pas les changer avant au moins 4 ou 5 ans: la fin du mandat.
        L'objectif de ces évaluations est donc de revenir à une pratique plus conforme à ce qu'il souhaite sans toucher officiellement aux programmes.

        D'ailleurs, c'est clairement dit dans cet article:
        _ "Parce que là, à part pour ceux dont l'enseignant de GS n'a pas du tout tenu compte des programmes actuels et est resté fixé sur les programmes 2008 (autant dire, pas grand monde), aucun élève de CP est capable de cette prouesse après deux à trois semaines d'apprentissage de l'écriture cursive."
        _ "Exercice infaisable si tôt après la rentrée. Ou alors, tous les collègues de maternelle n'ont tenu aucun compte des programmes 2015 et ont continué d'appliquer au pied de la lettre et dans leur totalité les programmes de 2008. "

        Les enseignants de maternelle ne voulant pas voir leurs élèves se retrouver en échec dès le début du CP vont, même inconsciemment, modifier tout ou partie de leurs pratiques en prenant comme objectif la réussite de ces évaluations.

         

        Bien joué Jean-Mimi!

        J'ose espérer que les enseignants de maternelle (et de CP) ne se laisseront pas manipuler aussi facilement et qu'ils garderont en tête qu'ils connaissent mieux leur boulot que le gugus de la rue Grenelle. :/

      • Mardi 12 Septembre à 10:43

        Personnellement, je n'ai rien contre le fait de revenir aux contenus de 2008 qui, pour les avoir testés dans ma classe, favorisent grandement les enfants dont les familles sont les plus éloignées de la culture scolaire.
        D'autant que ces contenus ne sont pas plus « scolaires » que ceux que nous imposent parfois les CPC et IEN, ils le sont juste de manière plus douce et plus progressive.
        Prenons l'exemple de l'écriture : si on suit une progression « à la Dumont », par exemple et si on la lie à la progression de Thierry Venot dans De l'écoute des sons à la lecture, tous les élèves de la classe (sauf référencés MDPH) sont capables de réussir les exercices qui posent problème dans ces évaluations (à part celui de la phrase à entourer qui, je persiste à le penser, n'est pas du niveau d'un enfant de 6 ans, particulièrement en raison de la phrase choisie).

        Ce que je reproche à l'opération lancée cette année, c'est de mettre des enfants qui n'ont rien demandé en grande insécurité sans raisons valables à leur niveau.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :