• CP : Entrée par les Alphas

    CP : Entrée par les Alphas
    Affiche à ne coller qu'après coup, quand les élèves les connaissent tous...

    De nombreux collègues cherchent à « faire les alphas en début de CP » et recherchent pour cela quel matériel se procurer, comment l'utiliser et pendant quelle durée.

    Cet article a pour but de leur donner la technique que j'ai moi-même utilisée depuis la naissance de ces petites figurines qui ont changé la vie de tous les «bébés-lunes » qui, arrivés au CP (mais ça marche aussi pour les GS qui là, ne sont plus des bébés-lunes, mais des grands de cinq ans qui ont envie d'apprendre à lire), se demandaient bien pourquoi les adultes se mettaient tout à coup à s'obséder sur ces petits gribouillis noirs sans intérêt qu'on trouve dans les livres.

    Ni album, ni dessin animé

    Le conte n'a pas grand intérêt. Si on veut vraiment leur lire un album qui parle de lecture et d'apprentissage, autant choisir Péric et Pac à l'École des Loisirs, au moins les dessins sont jolis.

    Même le dessin animé est inutile.Je suis sûre qu'on peut aussi trouver sur YouTube beaucoup mieux pour donner envie aux enfants de CP de revenir le lendemain, puis encore le lendemain à la « grande école » qu'ils espéraient si fort depuis le début juillet (sauf les bébés-lunes, mais pour eux, le remède est juste en-dessous).

    L'attrait des figurines suffit.

    Le plus efficace, c'est de les sortir une à une, jour après jour, en collant à la progression du manuel de code (ou de la progression qu'on a bâtie). Si on suit les directives du Livre orange, ça fait donc deux Alphas par semaine, soit une vingtaine avant la fin du premier trimestre.

    Lors de la première semaine de classe, le premier jour, c'est le mieux, mais le deuxième ça va aussi, on présente la première graphie, dans les 4 écritures, le geste Borel Maisonny et le personnage des Alphas qui la représente.

    Dans ma classe, ce sont deux graphies[1] parce qu'un enfant raisonne toujours de manière binaire et que, du coup, nommer une chose qui est unique, pour lui, c'est louche.Alors je présente les deux personnages Alphas, les deux lettres ou graphies dans les quatre écritures et les deux gestes Borel Maisonny et là, pour eux, ça a du sens : « il faut bien connaître leurs sons si on veut pouvoir les distinguer l'une de l'autre ».

    Et on continue ainsi, deux jours après deux jours, une graphie, un Alpha, une graphie, un Alpha.

    Les bébés-lunes sont ravis, ils découvrent plein de petits bonshommes comme ils aiment, comme ceux qui courent dans les canalisations, un petit seau à la main, pour nous alimenter en eau quand nous ouvrons le robinet (Marine, si tu me lis, bisous, bisous...) !

    Et comme ils les aiment d'amour, ils retiennent leurs noms et leurs chants, jour après jour, et ils arrivent à l'école chaque matin pleins d'espoir de découvrir encore un ami supplémentaire à aimer, à chérir, à dorloter, bisous, bisous...

    S'en servir pour apprendre à encoder

    Dès qu'il y a au moins une consonne, on présente les « carambolages » de cette Consonne avec les Voyelles en bruitant et faisant bruiter par les enfants. Les bébés-lunes sont ravis, ils s'esclaffent de plaisir et hurlent plus fort que tout le monde !

    chhhhaaa ! chhiiii ! rrrooo ! mmmuu !

    Tout de suite après, on transforme tout ça en lettres, en syllabes et en mots, parce que oh ! on n'est pas des bébés-lunes, hein, on est des grands !... et on les lit ensemble et on explique ensemble, même les bébés-lunes qui ont arrêté de tournicoter leur mèche de cheveux sur leur index gauche et de sucer leur pouce droit.

    ch - m - r - a - o - i - u

    cha - cho - chu - chi - ra - ro - ru - ri - ma - mo - mu - mi

    le chat - la morue - moche - riche - ami - momie - la ruche - Mamie a ri. - Marie rame. - Rémi lâche la rame.  

    Jouer son rôle

    L'épisode Alphas a duré 5 à 10 minutes tout au plus au cours de la séance et les Alphas ont joué leur rôle de "motivateurs" tout aussi bien que si nous avions consacré plusieurs jours d'affilée à s'efforcer de rendre appétent ce qui l'est déjà par nature et à enfourner dans la mémoire des élèves 27 références d'un coup au lieu de procéder logiquement pas à pas.

    Les bébés-lunes ont eu chaque jour leur nouveau doudou-lecture qui leur a servi d'objet transitionnel vers l'école des grands, celle où les connaissances abstraites deviennent les affects à apprivoiser, à chérir et à dorloter.
    Ils n'ont pas été submergés par dix mille événements qu'ils devaient retenir dans l'ordre (Olibrius, Cosmopolux, Petit Malin, Furiosa, la planète Alpha, la planète Bêta, le Visioparloscope, les Voyelles, la Fusée, les Bêtas, etc.) puis par 27 doudous présentés par paquets de cinq ou six, ce qui aurait risqué de les faire se renfermer dans leur petite coquille douillette, entre « Moi, ma maman, eh ben ... » et « Eh ben, eh ben, eh ben sur ma tablette, eh ben...".

    Maintenant et toute l'année...

    Nos Alphas sortiront ainsi tous les deux jours, chaque jour un peu plus nombreux. Bientôt, ils pourront être complétés par la boîte du loto des Alphas grâce à laquelle, les bébés-lunes comme les autres pourront s'entraîner à encoder des mots. Bientôt nous afficherons au mur l'affiche de tous les Alphas qu'on connaît... « Tout ça, maîtresse ! T'as vu, y'en a beaucoup, hein ? On peut les compter, dis, on peut ? »

    Alors, un jour, peut-être même avant d'avoir fait connaissance avec toute la tribu des Consonnes Alphas, toute la classe apprendra que Monsieur O et Mademoiselle U jouent au loup, l'un faisant la tête et l'autre les oreilles et crient : « Ouuuuuuh ! Ouuuuuh » et ce sera le début d'une autre grande aventure, celle des « mariages d'Alphas » (attention, âmes sensibles s'abstenir, il y a des couples à trois et même à quatre ou cinq chez les Alphas) et des « blagues d'Alphas » (savez-vous par exemple que lorsque le Cornichon rencontre Madame E, Madame I ou Monsieur Y, il se prend pour un Serpent ?) !

    Et tout le monde retiendra, même les bébés-lunes, qui, pour certains, ont bien grandi, que le Gulu joue au Jet d'eau quand il rencontre Madame I, Madame E ou Monsieur Y, sauf quand Mademoiselle U s'interpose entre eux, ou que le Nez enrhume Monsieur A qui parle du nez et chante « ã ! ã ! »[2].

    Personnellement, je n'aime pas du tout les histoires inventées par les auteurs du conte, car je les trouve trop alambiquées, et j'ai inventé les miennes en m'inspirant fortement des explications de C. Silvestre de Sacy et S. Borel-Maisonny dans les notes de bas de page de Bien Lire et Aimer Lire, pour ne pas perdre le côté « orthophonique » du procédé.

    Un gros problème subsiste

    Cette méthode est formidable, vraiment formidable. Vraiment. Je l'affirme haut et fort.

    Le seul gros problème que j'ai rencontré en utilisant ces petits personnages (couplés à une méthode de lecture graphémique et complétés par les suggestions de S. Borel Maisonny), c'est qu'ils apprennent à lire à beaucoup, beaucoup d'enfants, même à des petits bébés-lunes, très, très petits dans leur tête, et que la « comprenette », hélas, ne suit pas toujours.

    Je me suis ainsi retrouvée une ou deux fois au CE1 avec des déchiffreurs, excellents, qui peinaient à comprendre ce qu'ils lisaient, en mathématiques notamment.

    Les lectures littéraires, les albums pour enfants, les contes, ça allait encore, avec un soutien bien sûr, mais la résolution de problèmes, ça ne pardonnait pas et il me fallait tout leur jouer sous leurs yeux, avec des doudous-jouets pour arriver à les intéresser et leur faire toucher du doigt la réalité de la situation...

    Un camion, tu sais, un camion, vroum, vroum, vroum... transporte, tu vois, il transporte, dans sa benne, vroum, vroum vroum, ouh ! c'est lourd ! 30 sacs... des sacs, tu vois ?... des gros sacs, comme ça, un, deux, trois, quatre, cinq, six, et encore des sacs et des sacs, trente sacs ! C'est beaucoup, hein ? trente ! trente sacs... de pommes de terre... tu aimes les pommes de terre ? c'est bon, hein ? Oui, pour faire des frites...

    Eh bien le camion, vroum, vroum, il transporte, ouh c'est lourd ! trente sacs de pommes de terre, des gros sacs, plein de pommes de terre pour faire des frites... de 10 kilogrammes chacun... un sac, dix kilogrammes, un autre sac, encore 10 kilogrammes, encore un autre sacs, encore 10 kilogrammes ! Trente sacs, trente fois 10 kilogrammes, une fois ici, une fois là, encore une fois là et puis là, et puis là, et puis là, etc. etc. etc. Trente fois ! Et toujours 10 kg, 10 kg là, et puis là, 10 kg, et puis là, et puis là, et puis là, etc. etc. etc. Tu as bien compris ? Tu peux me raconter le camion tout seul ?... Oui, c'est ça ! Bravo ! Génial !

    La question maintenant, tu vois le point d'interrogation à la fin ? Tu me la lis, cette question? Combien pèse le chargement ? Ah oui, tiens, c'est vrai ça, combien ça fait de kilogrammes tous ces sacs de 10 kg ? Tu as une idée, toi ? Comment tu pourrais faire pour trouver tout ça très vite sans trop te fatiguer, hein ? Tu m'expliques un peu l'histoire pour voir ?...

    Épuisant !... Vilains Alphas, va, qui ont appris à lire à Bébé-lune mais ne lui ont pas tiré sur la tête et les pieds pour le faire grandir en même temps !

    Note :

    [1] I et o dans Nino et Ana, ch et a, dans Écrire et Lire au CP.

    [2] Mais pas encore o+n = [õ], ni i + n = [ɛ̃] parce que ça, ça fait carrément trop pour les bébés-lunes, on verra la semaine prochaine et puis encore la semaine d'après !


  • Commentaires

    1
    Ramff
    Mercredi 5 Août à 19:03
    Très joli article, je me suis sentie en CP. Dommage, je pars en CM2...
    2
    Pauline
    Mercredi 5 Août à 21:01

    Merci pour cet article !!!
    J'aime beaucoup la méthode des Alphas mais je me suis toujours dit que l'histoire était vraiment tirée par les cheveux, avec beaucoup beaucoup de détails inutiles pour présenter des lettres et des sons. On ne peut pas dire que c'est épuré, ça fait perdre de vue le contenu, l'essence, le but même de la méthode.

    Comme je me suis reconnue dans le dernier monologue où on se retrouve à tout expliquer à des élèves, avec les mimes, les bruitages, le "oh, c'est bon les pommes de terre, miam miam ! Pour faire les frites !"... et tout le bazar.

    Et maintenant, est-ce qu'on a droit à quelques billes, justement pour ces élèves qui arrivent du CP en sachant moyennement décoder et qui n'ont pas eu la "comprenette" assez entraînée ?

      • Jeudi 6 Août à 10:13

        Y passer ses journées, ne pas les laisser vivre leur vie de salade, bien tranquille dans son jardin, à se laisser vivre d'air pur et d'eau fraîche.

        C'est épuisant et à refaire après chaque week-end, chaque période de vacances scolaires, mais c'est le cœur de notre métier, bien plus que de décorer des portes, fabriquer de beaux emplois du temps colorés, couvrir les murs de nos classes de frises artistiques et concevoir des projets de folie sur Tex Avery, Harry Potter ou le Livre des Émotions...

        Et puis, espérer, espérer et encore espérer qu'enfin un jour, un ministère compétent comprendra que ce n'est pas en tirant sur les feuilles des salades qu'on les fait pousser à grands coups d'alphabets et de comptage dès la Petite Section agrémentés de quelques réalisations époustouflantes de l'enseignant et de son Atsem, mais en leur apportant la claire lumière du soleil et des matériaux de construction savamment mélangés à l'eau qu'elles boivent, au terreau qu'elles absorbent et à l'air qu'elles  respirent !

    3
    Maud
    Dimanche 9 Août à 00:26

    Et bien voilà! Tu m'as convaincue. Cela fait 2 ans que j'ai un CP et je commence avec 3 jours d'Alphas comme ils les ont vu en GS, mais je sentais qu'ils attendaient autre chose... Donc dès le 1er jour j'attaque ma méthode avec l'appui des Alphas. Encore merci pour tout ce que tu partages!

    4
    Titia
    Mardi 25 Août à 16:51

    J'utilise la méthode Pilotis depuis deux ans maintenant et auparavant les Alphas que je connaissais bien pour les avoir beaucoup utilisés dans le spécialisé. L'année dernière, j'ai utilisé les alphas de la même manière que toi pendant toute la période où nous avons découvert les voyelles et les consonnes. De toute manière, la nouvelle version de Pilotis ressemble beaucoup à la progression des Alphas. Pourrais tu m'en dire plus sur stp sur tes explications inventées à partie des notes de bien lire aimer lire. Tu utilises l'histoire du geste "par exemple le n qui chante dans le nez et que l'on sent avec ses deux doigts.

    Merci pour tes partages. C'est toujours très enrichissant de lire ce que tu proposes.

    Laëtitia.

      • Mercredi 26 Août à 11:03

        Oui, je fais un mélange entre "le nnnez qui est enrhumé et fait nnnn" et la phrase Borel Maisonny que tu as citée.

        C'est surtout valable pour les sons complexes :

        OU : Monsieur O et Mademoiselle U se mettent ensemble pour faire peur à tous les amis, O fait la tête du loup et U les oreilles et tous les deux crient "Oooouuuu ! Oooouuuu !"

        AN : Monsieur A s'est cogné contre le Nez, ça l'a enrhumé et maintenant, tous les deux chantent : "Aaaannnn"... Ça vibre dans le nez.

        ON , IN : même chose que pour AN

        OI : Monsieur O s'amuse avec Madame I, à tous les deux, ils imitent le chien : "Oi ! Oi !"

        Pour les autres sons complexes, je me sers assez peu des Alphas car ils ont compris le principe. Mais on peut très bien en inventer d'autres (OIN, le chien s'est enrhumé, le son passe par le nez, par exemple).

        Je les reprends (et même au CE1) pour les valeurs de G et de C.

        GUe, GUi, GUy : Madame U empêche le Gulu de gicler, elle ne dit rien car elle est très occupée à l'empêcher de fait le jet d'eau.

        GEa, GEo : Madame E vient aider le Gulu à gicler sur les voyelles A et O. Elle ne dit rien mais le Gulu, trompé par sa présence, gicle au lieu de faire "G G G" comme d'habitude.

        QUe, QUi, etc. : La Quille est assez timide, elle n'ose venir toute seule qu'à la fin des mots (coq, cinq). Quand elle est au début ou au milieu d'un mot, elle a très peur. Alors elle se fait accompagner par Mademoiselle U. Celle-ci accepte mais dit bien : "Je veux bien venir avec toi, mais c'est toi qui parles. Moi, je ne dirai rien du tout, je resterai juste à côté de toi."

        Voilà.

    5
    Titia
    Mardi 25 Août à 16:56

    Et tes articles suscitent toujours un questionnement ^^. Fais tu apparaitre les alphas dans tes fiches de lecture stp? D'habitude, je ne le fais pas car les alphas se sont déguisés dans les livres et les cahiers. Mais cette année, je me pose la question avec le confinement. Les élèves ont vu les alphas voyelles à la maternelle, donc je me dis que cela peut faire le lien.

     

      • Mercredi 26 Août à 11:06

        Non. J'utilise Écrire et Lire au CP (Livret 1, 1re partie) en tant que "fiche de lecture" du soir à la maison. Les Alphas n'y apparaissent pas. Mais ils sont présents en classe quand nous en avons besoin.

        En revanche, en Grande Section, j'ai complété les fiches de Thierry Venot (De l'écoute des sons à la lecture) par des Alphas en noir et blanc que j'ai collés dessus avant de les photocopier. Les élèves ont donc les Alphas sous les yeux quand ils font les exercices d'écriture-lecture de ce fichier.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :